Archive | 30 avril 2009

A la découverte du Maroc oriental

Après avoir laissée Lichen à ses moutons, la délégation de la Fédération des alpages de l’Isère, menée par son directeur Yves Raffin a visité l’Oriental marocain.
Sa ville principale Oujda, 1 million d’habitants est une agglomération en pleins travaux.

Oujda vue depuis la chambre d’hôtel

Longtemps délaissée, la capitale du Maroc Oriental est entrain de retrouver toutes ses lettres de noblesse. Il faut dire qu’ elle occupe une place stratégique à la croisée des chemins reliant le sahara à la côte méditerranéenne et le Maroc à l’Algérie dont elle est distante d’une quarantaine de kilomètres.

Si les frontières est de la région sont constituées par la frontière algéro-marocaine, le nord l’est par la mer Méditerranée.

Saidia, 14 kilomètres de plages de sable fin, en pleine rénovation. Sa capacité d’hébergement va être portée à 30000 lits!

Une station balnéaire est entrain d’exploser avec sa rénovation totale: Saidia appelée la « perle bleue ».

Des chantiers gigantesques vont permettre à Saidia de devenir un véritable centre de vacances avec  30000 lits à disposition des touristes.

Les Monts Benni Snassen

En avançant vers le continent,  on trouve le massif montagneux des Béni Snassen dont le plus haut sommet avoisine 1500 m d’altitude. Une montagne très verdoyante ou on découvre que l’eau ne manque pas. Monts qui dominent la plaine de Berkane reconnue par ses cultures de fruits et légumes.

Quand tradition et modernité se côtoient: ici les tentes nomades et la centrale thermo solaire la plus importante d’Afrique

Encore plus au sud, place aux hauts plateaux qui présentent un paysage plat ou les moutons sont les rois.
Près de Ain Benni Mathar nous avons vu la plus importante centrale thermo solaire du Maroc et même d’Afrique. D’un coût de 469 millions d’euros et d’une capacité de 470 Mégawatts. Le projet prévoit également l’installation de capteurs solaires sur l’équivalent de cinq stades de football. Un projet colossal…

Oui, vraiment le Maroc oriental a de nombreux atouts à faire valoir. On n’oubliera surtout pas la simplicité de ses habitants et l’esprit d’hospitalité naturelle qui les habite. C’est vraiment phénoménal!

Catégorie évasionCommentaires fermés

La foire internationale agricole du Maroc en images

.

La délégation guidée par Malika Taghi et Abderahmane Benjoubi devant l’entrée de l’espace du Maroc oriental

Le pôle élevage a réuni plusieurs centaines de bêtes, bovins, ovins et même..

.

chameaux

Le concours d’élevage est, comme en France, très prisé.

Au niveau des slogans, les Marocains n’ont rien à envier à personne..

Au stand de l’Anoc, le directeur de l’association, Said Fagouri, découvre le travail de Lichen sur ordinateur. A ses côtés, Jean Marie Davoine, son éleveur et Abderahmane Benjoubi, le nouveau maître de la chienne.

La forêt joue un rôle important au Maroc. A lire un article qui lui est consacré sur foret38.com

Rencontre avec Mohmed  El Haddadi, président de la chambre agricole d’Oujda.

Le matériel agricole très présent lors de ce salon.

<SIAM - SALON INTERNATIONAL DE L’AGRICULTURE AU MAROC> http://www.salon-agriculture.ma/

Catégorie alpagesCommentaires fermés

FCO: vaccination obligatoire avant le 30 juin

La préfecture de l’Isère rappelle que les éleveurs ont jusqu’au 30 juin pour faire réaliser la vaccination FCO de leurs animaux par leur vétérinaire sanitaire. Cela implique la réalisation de la première injection de primo-vaccination avant le 7 juin prochain. Les animaux qui partent en transhumance devront en tout état de cause être vaccinés avant le départ.

Aucune dérogation à l’obligation de vaccination ne peut être accordée, excepté pour les animaux destinés à l’abattage avant l’âge de 10 mois ou maintenus en bâtiments fermés jusqu’à l’abattage. Afin de lutter efficacement contre la progression et la transmission du virus, il importe que cette campagne de vaccination soit réalisée de façon massive et notamment contre le sérotype 1 qui n’a pas encore touché l’Isère.

La fièvre catarrhale ovine (FCO), qui a atteint l’Isère fin 2007, s’est étendue sur tout le département en 2008 et ce sont à l’heure actuelle plus de 350 exploitations qui ont été infectées.

Cette maladie virale touche les ruminants mais n’affecte pas l’homme. Elle est redoutée en raison de ses conséquences sanitaires et économiques : elle entraîne différents symptômes dont des baisses de production et de fertilité, des avortements, ainsi que des mortalités. La maladie fragilise également sérieusement les circuits d’exportation des animaux.

Le virus de la FCO comporte plusieurs sérotypes. Seuls deux sérotypes se développent sur le territoire métropolitain :

-          le sérotype 8 est présent sur l’ensemble des départements,
-          le sérotype 1 progresse sur le territoire depuis l’Espagne et le sud-ouest de la France mais n’a pas encore atteint les départements rhône-alpins.

La vaccination est le seul moyen reconnu par les experts pour protéger efficacement le cheptel contre cette maladie. Elle est désormais obligatoire contre le sérotype 8 et contre le sérotype 1, dans tous les cheptels bovins et ovins sans exception.

La préfecture de l’Isère rappelle que es éleveurs ont jusqu’au 30 juin pour faire réaliser la vaccination de leurs animaux par leur vétérinaire sanitaire. Cela implique la réalisation de la première injection de primo-vaccination avant le 7 juin prochain.
Les animaux qui partent en transhumance devront en tout état de cause être vaccinés avant le départ.

Aucune dérogation à l’obligation de vaccination ne peut être accordée, excepté pour les animaux destinés à l’abattage avant l’âge de 10 mois ou maintenus en bâtiments fermés jusqu’à l’abattage. Afin de lutter efficacement contre la progression et la transmission du virus, il importe que cette campagne de vaccination soit réalisée de façon massive et notamment contre le sérotype 1 qui n’a pas encore touché l’Isère.

Catégorie prophylaxieCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

avril 2009
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+