Archive | 01 juin 2009

« Difficile de dire à mon fils: reste agriculteur »

En préambule de son assemblée générale, comme elle a l’habitude de le faire, l’ADAYG, a rendu visite à un agriculteur de l’Y grenoblois, Jean-Louis Besson qui exploite 100 ha de grandes cultures, très diversifiées :  blé (20ha), maïs (16 ha), colza (6 ha), orge d’hiver (2 ha), avoine de printemps (4 ha), triticale (2,5 ha). L’exploitation possède également un cheptel d’une douzaine de génisses afin de valoriser les 27 ha de prairies. A un ou deux ans de passer le flambeau à son fils Régis, l’agriculteur s’interroge.

Discussion contre les balles de foin: de gauche à droite, Roland Papet, agriculteur à Brié-Angonnes, Régis Besson, Jean-Louis Besson, agriculteurs à Jarrie, Raphaël Guerrero, maire de Jarrie, administrateur ADAYG

- continuer à produire, notamment le maïs ou mettre en jachère au moment où les prix sont à la baisse et les charges à la hausse?

La décision est dure à prendre. D’autant plus dure que l’on se situe en période de récession. Jean-Louis Besson qui a analysé les comptes n’est pas très optimiste : « Aujourd’hui, on serre la vis. Et ça m’est difficile de dire à mon fils : Reste agriculteur ! Quand je vois les résultats de l’année 2008, ce n’est pas possible. En 2007, je lui aurais dit oui, à la rigueur ».

Une des caractéristiques de ce cas de figure, assez rare,  c’est que les revenus de l’exploitant, pour leur plus grande part, ne viennent pas des productions agricoles. Deux tiers du chiffre d’affaires de l’exploitation sont le fruit de l’activité de prestation de services aux collectivités locales : « Depuis 1982, j’ai des contrats avec la commune de Jarrie, explique Jean-Louis Besson. J’en suis au quatrième maire. Je fais toutes sortes de travaux, tonte de gazon (stades, notamment), binage, déneigement, salage, taille de haies, entretien des bords de route, mise en place de jachères fleuries ».
L’agriculteur dont le partenariat avec les collectivités a commencé il y a 27 ans, travaille également pour les communes voisines de Champagnier, Bresson, Pont-de-Claix, Notre-Dame-de-Mésage.

L’agriculteur prestataire de services

Cette mutation de l’agriculteur périurbain en prestataires de services  a fait ses preuves. L’entreprise créée à cet effet fonctionne bien. « On s’y est fait », remarque Jean-Louis Besson qui en a vu d’autres. En effet, il a démarré en 1975 comme éleveur laitier pour passer au bovin viande deux ans plus tard puis à l’entreprise agricole (battage, semis, labour). S’adapter, il sait faire. Il s’y fait, donc, à ce travail para-agricole, même si cela fait des journées à rallonge, à faire l’acrobate entre  les deux activités.
Et dans un contexte économique incertain, pas seulement pour l’agriculture, alors qu’il envisage de faire valoir ses droits à la retraite en 2010-2011 et donc de transmettre les rênes à son fils, l’agriculteur s’interroge sur le devenir de l’exploitation. L’alternative est la suivante :
- tout miser sur l’activité d’entreprise (de services) en sachant que les contrats avec les communes ne sont que de 3 ans et que les budgets communaux se réduisent ?

Ce qu’en pense son fils  Régis : « Si les prix n’évoluent pas, ça me fait réfléchir, c’est certain. Pour l’instant, je vais m’installer en entreprise de travaux agricoles espaces verts. Mais c’est vrai qu’il y a un gros point d’interrogation ».

Les Besson, qui ont mis certains projets en attente –la construction d’une plateforme de remplissage de pulvérisateur, par exemple, et qui ont abandonné un projet de fabrication d’huile de colza (contraintes réglementaires trop lourdes)- se donnent un ou deux ans pour y voir plus clair.

Le choix de la farine bio

Roland Papet, 62 ans, agriculteur céréalier à Brié-Angonnes et président de l’association des agriculteurs du sud grenoblois, a également fait part de son témoignage à l’occasion de cette rencontre. Lui a fait le choix du blé bio et de la luzerne, répondant ainsi à une demande forte de la population : « Il y a 9 ans, j’ai tout mis en bio, explique t-il. Mes deux hectares de blé. J’ai tout semé en prairie. Le principe : en aucun cas je ne sème de blé tant qu’il n’y a pas eu 3 ans de prairie. Ca garantit l’absence de mauvaises herbes. »
L’agriculteur ne regrette pas ce choix : « Depuis que j’ai mis mon panneau Vente de farine bio, j’ai beaucoup de clients, jeunes pour la plupart. Ils m’achètent des sacs de10 ou 20k. Et à part la vente directe, je livre 100k de farine par mois à un magasin bio de Voiron ».

Roland Papet, lui aussi, est arrivé à la phase de la transmission. Son fils est d’accord pour prendre la suite mais il veut créer un centre équestre et faire de l’élevage de chevaux de trait. Le projet est en cours. La prairie donc servira à nourrir les chevaux.

Deux exemples très instructifs de l’agriculture périurbaine, plus précisément de celle du plateau de Champagnier, plateau favorable aux grandes cultures et aux productions fourragères. En dépit d’une forte pression foncière (le secteur est assez résidentiel et compte un golf 18 trous), l’activité laitière, bien qu’à la baisse, s’y maintient, le bio prend une place importante, l’activité équestre est toujours très présente. Mais dans l’ensemble, l’offre de produits locaux s’avère insuffisante. Et les quelque 60 agriculteurs du plateau (la moitié à titre principal), même s’ils connaissent les mêmes interrogations  que les Besson, peuvent se dire qu’il y a encore des débouchés solides pour des productions bio locales variées, en circuits courts. Ce n’est pas l’ADAYG qui leur dira le contraire.

Catégorie Y grenobloisCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

juin 2009
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+