Catégorie | Y grenoblois

Les vins d’ici ont du fruit: goûtez-y!

Comme chaque année, l’ADAYG organisait ce matin au Clos des Capucins (Meylan) son concours des vins de l’Y grenoblois, le 23e du nom. Un jury composé de cavistes, viticulteurs, sommeliers, formateurs, placé sous la présidence de François Blanc-Gonnet, caviste et fromager grenoblois, a consciencieusement opéré sa sélection sur un total de 33 vins en concours et 13 producteurs. C’est un travail de précision que celui d’un jury oenologique. Rien n’est laissé au hasard dans la notation: l’oeil, le nez, le palais sont sollicités.

Organisé depuis 1987 par l’ADAYG, ce concours est réservé aux producteurs de l’Y grenoblois pour les vins de pays des coteaux du Grésivaudan et l’AOC Vin de Savoie (zone Isère). A noter que les vins mousseux étaient également en compétition.

Le président Blanc-Gonnet (photo ci-contre), qui s’investit entièrement dans ce concours qu’il préside depuis cinq ans, nous a livré ses premières réactions, avant même la publication du palmarès. Il y a du positif et du négatif. :  « Je suis agréablement surpris par la qualité des fruits. Ces vins ont du fruit, davantage que l’an passé. Oui, ce sont des vins de belle facture dans l’ensemble ».

Passons au négatif. Le blâme -car c’en est un- ne s’adresse pas aux vignerons mais aux restaurateurs. François Blanc-Gonnet se montre carrément irrité: »Ce que je déplore, c’est que nous devrions être près du double autour de ces tables. Les restaurateurs sont absents. Sans doute avaient-ils autre chose à faire mais moi aussi je pourrais dire la même chose… »

Avertissement sans frais, donc, pour les restaurateurs, qui non seulement se font prier pour avoir sur leurs tables les productions des viticulteurs de  l’Y (malgré les exhortations du caviste de la laiterie Bayard) mais oublient de venir participer au jury du concours.

La promotion de la production vinicole de l’Y auprès des chefs  a sans doute encore quelques progrès à faire. La distribution, comme le souligne un membre du jury, n’est pas toujours adaptée aux attentes du restaurateur. Mais sur le fond, le président Blanc-Gonnet estime qu’ il y a une clientèle pour ces crus du Grésivaudan: »Les cépages typiques tels que  verdesse, jacquère, persan ou etraire, sont aujourdhui repérés par le public grenoblois ».

Pour les gastronomes ou ceux qui sont prêts à se laisser tenter par les vins de l’Y, voici quelques conseils gastronomiques donnés par l’ADAYG pour les apprécier au mieux: mariez une verdesse avec un poulet aux morilles, un abyme avec une truite aux amandes, un chardonnay avec une poëlée d’ escargots, un étraire de la Dhuy avec un civet de lapin, un pinot noir avec une terrine de pigeon, un gamay rosé avec une assiette de charcuterie ou un chèvre frais. Et vous nous donnerez des nouvelles.

Résultats concours de Vins de l’Y Grenoblois 2009


Cru Abymes
1er prix: GIACHINO Frédéric, Chapareillan, Bio

2ème prix: TOURNOUD Guy, Chapareillan, Terres d’Ici

3ème prix ex aequo: MASSON Franck, Chapareillan, Terres d’Ici (cépage Verdesse), BRUN PRINCE Solange, Chapareillan

Coteaux du Grésivaudan, Blanc
1er prix: MAGNE Michel, Chapareillan (cépage Verdesse)

2ème prix: FERGUSON Mickael, Meylan (cépage Verdesse)

3ème prix: Cave Coopérative de Bernin, Terres d’ici, (cépage Chardonnay)

Coteaux du Grésivaudan, Rosé
1er prix: Cave Coopérative de Bernin, Terres d’ici, (cépage Etraire)

Coteaux du Grésivaudan, Rouge
1er prix: Cave Coopérative de Bernin, Terres d’ici, (cépage Etraire)

2ème prix: MASSON Franck, Chapareillan, Terres d’Ici (cépage Mondeuse)

Méthode champenoise
1er prix: PORTAZ Jean Marc, Chapareillan, Terres d’Ici

Cet article a été écrit par:

Christian - qui a écrit 2027 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juin 2009
L Ma Me J V S D
« mai   juil »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+