Archive | 07 juillet 2009

Alimentation Vacances: contrôles renforcés

Comme chaque année du 1er juillet au 31 août, durant l’Opération Alimentation Vacances (OAV) les services vétérinaires du ministère de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche renforcent leurs contrôles en matière de sécurité sanitaire des aliments.

Leurs actions s’inscrivent dans le cadre de l’opération interministérielle vacances (OIV) à laquelle participent de nombreuses administrations (Concurrence, consommation et répression des fraudes, Douanes, Santé…).

Une priorité pour les services vétérinaires : assurer la sécurité sanitaire des aliments

Certaines activités ne s’exercent que durant la période estivale, d’autres connaissent une augmentation importante. Dans le domaine de la sécurité sanitaire des aliments, sont concernés les établissements suivants : les centres aérés, de vacances et de loisirs, les restaurants situés en zone touristique et les industries agroalimentaires spécialisées dans des produits saisonniers.

Cette année les contrôles portent en priorité sur :

1-les ventes ambulantes (fêtes foraines, ventes sur ou à proximité des plages) et les glaciers
2-la restauration commerciale qui propose notamment la consommation des fruits de mer ou produits de la pêche
3-les fermes-auberges Exemples de contrôle : Hygiène des denrées, gestion des invendus, respect des températures de conservation des produits, respect des procédures de nettoyage, formation du personnel aux règles générales d’hygiène des aliments…

Au cours de l’opération Alimentation vacances 2008, 19.573 contrôles ont été effectués, ils ont entraîné 67 fermetures d’établissements. Ces inspections ont donné lieu à 592 procès verbaux, 1 559 saisies d’aliments non conformes pour une quantité totale saisie de 38,9 tonnes.

Au service du consommateur, les agents des Directions Départementales des Services Vétérinaires surveillent et contrôlent la qualité de la chaîne alimentaire, du « champ à l’assiette ». Ils contribuent à la protection de la santé publique, de la santé et de la protection animales et de l’environnement. Tout au long de l’année, les services vétérinaires du Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche veillent sur l’ensemble du territoire à la bonne application de la réglementation sanitaire.

Catégorie consommationCommentaires fermés

Le Conseil d’Etat annule les autorisations d’expérimentation à Bourgoin-Jallieu

Par un arrêt rendu le 24 mai dernier, le Conseil d’Etat a annulé les décisions du Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la pêche procédure autorisant l’expérimentation du maïs OGM Monsanto sur le territoire de Bourgoin-Jallieu (Isère). Sur son site internet, la Ville de Bourgoin-Jallieu crie victoire: « Une victoire pour la commune et ses habitants fortement mobilisés contre ces expérimentations depuis deux ans ».

En 2007, le Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche avait délivré à l’agrochimiste américain Monsanto une autorisation pour la mise en culture de maïs OGM sur le territoire de la commune de Bourgoin-Jallieu (38). Soutenus par le Conseil Régional Rhône-Alpes, le Conseil général de l’Isère et fortement mobilisés contre cette autorisation, la Ville et ses habitants déposent, le 26 mars 2007 (à vérifier), un premier recours auprès du Tribunal administratif de Grenoble saisi en référé suspensif.

En dernière instance, le 24 mai dernier, le Conseil d’Etat donne gain de cause à la ville de Bourgoin-Jallieu en évoquant le manque de transparence et d’informations relative à l’autorisation d’expérimentation des OGM en plein champ.

Motif : manque d’information sur la localisation des parcelles.

Le Conseil d’Etat a sanctionné le manque de transparence administrative préalable à l’autorisation d’expérimentation des OGM en plein champ, relatif notamment à la localisation exacte des parcelles concernées. En effet, la Commission du Génie Biomoléculaire (l’organisme scientifique chargé d’assister le ministre avant sa décision) ne disposait pas d’informations nécessaires pour apprécier les risques d’une éventuelle dissémination. La ville de Bourgoin-Jallieu avec le soutien de la Conseil Régional Rhône-Alpes, du Conseil général de l’Isère, du collectif anti-OGM et de ses habitants s’est non seulement prononcée contre ce type d’expérimentations mais aussi contre le non-respect de la démocratie et l’absence de consultation des municipalités trop souvent mises devant le fait accompli.

« Cette première victoire doit aujourd’hui constituer un débat de fond de santé publique, de démocratie et de concertation publique », conclut le communiqué de la ville de Bourgoin-Jallieu.

Catégorie OGMCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2009
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+