Archive | 12 juillet 2009

A la découverte des vaches en bleu!

Christine Pugnale a voulu s’inverstir de façon originale dans la fête du bleu. pour ce, elle se connecte sur internet et découvre que l’on peut faire de multiples figures à partir de blocs de polystirène. » J’ai vu la Vénus de Milo et j’ai voulu faire pareil »

.

Pari tenu, elle fait venir des blocs mesurant 5 mètres de long, 1,10 m de haut et 1 m de large. Ces blocs, très lourds sont entreposés dans un local mis à disposition par la DDE. Les hommes vont les débiter grossièrement et Christiane Pugnale et son équipe de bébévoles vont les façonner pour les transformer en vaches, veaux, cochons, légumes géants.

Bien entendu tout n’a pas été de tout repos, » on a beau aimer le »bricolage » la décoration, tout n’a pas été simple ».

Les artistes sculpteurs, peintres se sont relayés en fonction de leurs disponibilités et on peut dire que le résultat est impréssionnant. Il est à la hauteur du talent de ces bénévoles et chacun pourra apprécier lors de la fête du bleu qui se déroulera le week end du 25 et 26 juillet à St Nizier.

Nous sommes à quelques heures de la fête, chacun s’affaire, même le club des anciens de St Nizier, afin que tout soit prêt à l’heure. » je ne me fait aucun souci » dira l’initiatrice de ce projet.

Une charette transportera ces drôles mais combien sympathiques caricatures

Catégorie bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés

BIENVENUE À ST-NIZIER-DU-MOUCHEROTTE

Là-bas, tout au bout de la citadelle calcaire du Vercors veille un petit village d’un millier d’habitants ; Saint-Nizier-Du-Moucherotte.

Une veille bienveillante et amicale, car les S’Nizards vous accueillent, fiers d’avoir préservé cet espace de transition entre la ville et la montagne et désireux de vous le faire découvrir. Ici on se sent du « plateau », comme on dit de ce côté ci du massif. Il suffit de lever la tête vers les Trois Pucelles, flammes dolomitiques emblématiques, pour se sentir transporté dans l’air des cimes. Ou de porter son regard vers les crêtes de la Molière ou le Plateau de Sornin pour oublier que la ville vibre à deux pas.

Déjà au début du siècle, les citadins, montaient à Saint-Nizier, tracer dans la poudreuse, des courbes d’un genre nouveau. Dans les années 1950, le tramway, dénommé GVL (Grenoble – Villard de Lans) et la construction de l’hôtel Hermitage, au sommet du Moucherotte (1901 m) en firent un spot hivernal parmi les plus prisés des Alpes. Prestigieux passé, rehaussé de l’aventure sportive et humaine des Jeux Olympiques de 1968 et du tremplin de 90 mètres, niché au pied des Trois Pucelles. Les sauteurs s’envolaient alors au-dessus de la ville.
Spectacle à la fois féérique et comme un symbole.

Car de ce passé feu d’artifice, la communauté des S’Nizards, ne tire aucune nostalgie, mais de la fierté, de l’énergie, de la détermination et de la solidarité. Ils comptent bien conserver à ce
territoire, où les hameaux des Girauds, des Volants, des Guillets, de Rochetière, des Roux, font comme une farandole autour de l’église du village centre, ses spécificités de « pays d’en haut ». Pour preuve, partout, les prairies ne se laissent pas envahir par les ronces ou la forêt. Cette résistance, elles la doivent à la dizaine d’agriculteurs qui les exploite. Une densité rare et précieuse.

Pour marquer le dynamisme de son agriculture et son attachement au massif du Vercors, Saint-Nizier-Du-Moucherotte se devait d’accueillir la Fête du Bleu.

Pour ce faire, ses habitants se sont mis en quatre. Comme toujours, quand on a le sens de l’hospitalité et de la communauté. Pour partager ce don de soi, ce désir de rencontre, cette envie de vous faire découvrir, bienvenue à Saint-Nizier-du-Moucherotte.

Catégorie bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

juillet 2009
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+