Archive | septembre, 2009

Congrès national des parcs naturels régionaux

Le congrès national des parcs naturels régionaux  est lancé, bien lancé! On est très vite entré dans le vif du sujet avec le forum d’ouverture ayant pour thème: les Parcs, terres d’innovations: quel avenir? quelle éthique? quelle utopie?

parc 1

Eliane Giraud, présidente du parc naturel de Chartreuse accueille ses hôtes.

Nous reviendrons plus longuement sur le déroulé de ce forum dont l’idée à retenir est comment développer sans détruire, mais d’ores et déjà on peut dire qu’il a conquis la salle pleine de plus de 1000 congressistes venus des 46 parcs naturels recensés en France. 46 parcs qui représentent 39 00 communes, qui sont présents sur 21 régions, 69 départements. 3 millions d’habitants vivent à l’intérieur des parcs qui s’étalent sur 7 millions d’hectares, soit 13% du territoire.

Pour Eliane Giraud, présidente du parc de Chartreuse, le forum a été de haute tenue et a posé les vraies questions concernant l’avenir de nos territoires. »Il est intérressant d’entendre des gens qui n’ont pas l’habitude de  débattre d’un tel sujet ». Nul doute que ce forum aura des suites….

Jean-Louis Monin, maire de St Laurent-du-Pont, commune hôte de l’ouverture de ce congrès s’est dit très satisfait « d’accueillir un évènement de portée nationale. Le congrès est un moment d’échange entre les différents acteurs des différents Parcs naturels régionaux. Même au niveau d’une commune comme la nôtre on peut tirer profit des débats d’un rassemblement tel que celui-ci. »

parc 3

Rencontre au sommet entre Jean-Louis Monin, maire de St Laurent du Pont, Chartreuse et Danielle Pic, présidente du Parc du Vercors.  » Des passerelles entre nos deux entitées existent », diront ils de concert.

Rencontrée sur « son » stand du Vercors, la présidente Danielle Pic s’est dite ravie de participer activement à ce congrès. »C’est un moment d’échanges extraordinaire. On donne des idées et on en prend. On profite également des expériences des autres et parfois on se rend compte que l’on a réalisé le même projet mais avec des voies totalement différentes… En ce qui concerne le Parc du Vercors nous sommes complètement mobilisés sur l’aménagement du territoire. En un mot, il est hors de question que nous devenions à terme le dortoir de Grenoble ».

PARC

Après une visite des espaces réservés au marché aux innovations des Parcs et de leurs partenaires et de l’espace des acteurs et partenaires du parc de Chartreuse, l’ensemble des congressiste s’est retrouvé autour du traditionnel apéritif des produits de Parcs. On a pu déguster des produits variés, parfois originaux, surprenants mais de très haute qualité.

Les Parcs locaux offrant du bleu du Vercors Sassenage fermier accompagné de Clairette de Die pour le Vercors, des fromages de vache, terrine de daim, vin de Savoie, Chartreuse, chocolat…pour la Chartreuse

Restait à bien terminer cette première journée par le traditionnel repas de gala…

parc 4

Les groupements forestiers de Chartreuse très présents lors de ce congrès, en tant que bénévoles mais également afin d’assurer la promotion de la filière bois de Chartreuse. Ici à Gauche, Roger Rat-Patron président du groupement des sylviculteurs de Chartreuse pour la Savoie et Pierre Basso son homologue de l’Isère.

Catégorie A la uneCommentaires fermés

Chasse: ensemencer les parcelles situées sous les lignes THT

C’est une première: l’Acca de Beaucroissant a souhaité valoriser les parcelles situées sous les lignes de très haute tension. Parcelles plantées d’herbes hautes qui serviraient de refuge pour le gibier mais aussi de nichoirs. C’est ce que nous explique le président de l’ACCA locale, porteuse de ce projet.

Les chasseurs à Beaucroissant sont au nombre de 63. Le président Fayolle:« Ils étaient 120, il y a une quinzaine d’années. La chasse attire moins et c’est devenu un loisir cher. » Si il y a du gibier, les dégâts sont peu importants. » Seul les lapins nous posent souci et il arrive qu’ils dévastent des parcelles en mangeant les jeunes pousses. On organise des reprises mais parfois c’est insuffisant. »

Les chasseurs s’entendent bien avec le monde agricole et sont partie prenante dans l’opération jachères fleuries, dispositif financé par le Conseil général et la Fédération départementale des chasseurs de l’Isère (FDCI).

Des chasseurs dynamiques et plein de bon sens. Une ligne de très haute tension traverse la commune  sur les contreforts de la colline de Parménie. »Sous cette ligne, les terres sont broyées. Notre souhait est d’y mettre des cultures d’herbes épaisses du style moutarde qui serviraient de refuge au gibier.

Celui-ci pouvant se reproduire en toute quiétude. Nous avons le soutien de la fédération départementale des chasseurs, de réseau Transport d’Electricite, RTE. Reste à obtenir l’accord des propriétaires. Si tout va bien, après la signature d’une convention, un hectare de terre pourrait être semé. Parcelle située dans un secteur boisé où le gibier manque.

beauc 2

Certes, c’est une goutte d’eau mais il s’agit d’un essai et on peut envisager de revaloriser de la sorte d’autres parcelles. L’accord avec RTE portant sur 6 ans. »

A noter enfin qu’une fois l’opération lancée, c’est un agriculteur local qui aura la charge de gérer la partie semences et culture.

Silon 38 suivra l’évolution de cette expérience qui pourrait très vite faire tache d’huile.

Catégorie A la uneCommentaires fermés

Cession petite exploitation pour projet en maraîchage, apiculture

Offre N°: A380454

Offre n°454 Exploit céréales ouverte maraichage, apiculture
Boucle du Rhône en Dauphiné
Localisation : L’exploitation est située au cœur d’une petite commune rurale dans le secteur de La Tour du Pin à proximité de bassins de consommation. Elle a donc un potentiel pour la vente directe.
Tous les services de proximité existent, ainsi que les établissements scolaires (écoles, collèges, lycée à moins de 15 Km). A 78 Km de Grenoble et 67 km de Lyon.
Contexte : Un exploitant, âgé de 60 ans, sans reprise familiale, souhaite transmettre son exploitation (EARL unipersonnelle) dans les deux ans à venir : au plus tard fin 2010.
Exploitation : Petite exploitation céréalière, ouverte pour projet en maraîchage, apiculture …
- Foncier : 58 ha dont ~ 40 ha en propriété familiale.
L’ensemble est exploité en céréales (maïs, blé).
~ 6 ha pourraient être destinés au maraîchage (eau à volonté)
- Bâtiment d’exploitation : Hangar ouvert de 330 m² pour stockage du matériel, proposé à la location.
Ancienne stabulation de 400 m², reconvertie en bâtiment de stockage (industriel), en très bon état, proposé à la location fin 2009. Un réaménagement en chambre froide, miellerie, local de vente peut être envisagé.
- Immobilier : La maison d’habitation voisine de l’ensemble des bâtiments et habitée actuellement, ne sera pas cédée. Possibilité de logement locatif à proximité.
Reprise : Foncier : location (entre 120 et 150 €/ha)
Bâtiments : location ou vente (modalités et montants à préciser)
Profil recherché :
L’exploitant est ouvert à tout type de projet de reprise : céréales, maraîchage, vente directe, accueil…Le potentiel de l’exploitation est assez exceptionnel.

Le candidat devra être motivé, avec de bonnes compétences sur le projet qu’il souhaite développer.
Il devra répondre aux conditions d’installation DJA : être âgé de moins de 40 ans, avoir une capacité professionnelle, démontrer une viabilité économique du projet…

Contact : ADASEA de l »Isère
Nom : Isabelle AVOCAT
Tél : +004 76 20 67 39
E-mail : isabelle.avocat@adasea.net
Offre n°6554 Offre n°6554



Catégorie installationCommentaires fermés

Indice départemental des fermages 2009-2010: 114,7

Suite à la réunion de la commission consultative paritaire départementale des baux ruraux qui a eu lieu le 9 septembre dernier, vous trouverez ici les arrêtés préfectoraux fixant les prix à appliquer du 1er octobre 2009 au 30 septembre 2010 entre les bailleurs et les preneurs de terres agricoles dans le département de l’Isère.

Cliquer sur:

A titre d’information complémentaire, vous trouverez également les arrêtés préfectoraux fixant les prix des deux années précédentes, qui étaient applicables pour ceux de 2008 du 1er octobre 2008 au 30 septembre 2009, et pour ceux de 2007 du 1er octobre 2007 au 30 septembre 2008.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Congrès national des Parcs naturels régionaux: innovation et développement durable

La région Rhône-Alpes qui compte six Parcs, et, bientôt sept,* accueille cette année en Chartreuse le congrès national des Parcs naturels régionaux (PNR) sur la thématique « les Parcs, terres d’innovations ». Du mercredi 30 septembre au jeudi 2 octobre, près de 1000 congressistes issus des 46 PNR français sont attendus à Saint-Laurent-du-Pont et à Voiron.

Les temps forts pour la Région Rhône-Alpes

Mercredi 30 septembre :
• 8h30 : conférence « Gouvernance territoriale et participation : quelles innovations dans les Parcs naturels régionaux ? », en présence de Bruno BERNARDI, agrégé de philosophie, directeur de programme au Collège International de Philosophie.
Cinéma « le Curial » – 67, Carré Curial – Chambéry / conférence ouverte au public.
• 14h : ouverture du congrès « Les Parcs, terres d’innovation. Quel avenir ? Quelle éthique ? Quelle utopie ? », puis table ronde, en présence de Bernard SOULAGE, Premier Vice-président délégué aux transports, déplacements et infrastructures de la Région Rhône-Alpes, et de Bertrand HERVIEU, sociologue, et Martin VANIER, géographe, professeur à l’Institut de géographie alpine à l’Université de Grenoble, et Secrétaire général du Centre international des hautes études agronomiques
méditerranéennes.
Gymnase du complexe sportif Charles Boursier – Saint-Laurent-du-Pont

Vendredi 2 octobre :
• 9h : visite du marché des producteurs et des artisans de Rhône-Alpes
Place des Arcades (sous les arcades du Viaduc) – Voiron
• 10h : intervention lors de la clôture du congrès des Parcs naturels régionaux
Place des Arcades et salle de spectacle Grand Angle – Voiron
En présence de : Jean Jack Queyrane Président de la région Rhône Alpes, Eliane GIRAUD, Présidente du Parc naturel régional de Chartreuse, Conseillère déléguée à l’agriculture, au développement rural et aux Parcs naturels régionaux de Rhône-Alpes.
*Chartreuse, Massif des Bauges, Haut-Jura, Vercors, Monts d’Ardèche, Pilat, et en projet les Baronnies
provençales.

Excellent outil de politique territoriale, les PNR constituent la plus ancienne compétence des Conseils régionaux. La gestion des Parcs pose des questions capitales comme la pression foncière sur les espaces naturels, le développement d’un tourisme vert ou encore une agriculture plus respectueuse de l’environnement. A ce titre, la Région Rhône-Alpes consacre chaque année 10 M€ aux actions des Parcs.

Infop@rc, l’outil multimédia du réseau des PNR de Rhône-Alpes

A partir d’un système d’information géographique (SIG) classique, le Parc de Chartreuse développe un outil multimédia inédit pour le compte du réseau des Parcs de Rhône-Alpes. Il s’agit d’associer leurs partenaires et la société civile pour inventer l’avenir de ces territoires.

• Infop@rc pour le public, c’est la possibilité de noter les lieux que l’on a aimé et d’organiser son séjour à distance (calcul d’itinéraires de randonnée, fléchage des sentiers culturels, géolocalisation des hébergements disponibles ou des activités recherchées,…)

• Infop@rc pour les collectivités et leurs partenaires, c’est l’accès aux informations concernant l’urbanisme ou le parc immobilier, ou encore la possibilité d’organiser des réunions virtuelles.

Outil de travail collaboratif, il propose une cartographie dynamique, qui s’intègre aux sites web des autres Parcs, pour créer à terme une communauté d’usagers autour des questions qui intéressent le devenir des PNR. Présenté au congrès en avant-première, il sera disponible pour les Parcs de Rhône-Alpes fin 2010.
A voir sur le marché aux innovations, mercredi 30 septembre (17h à 20h30) et jeudi 1er octobre (19h à 20h30), à Saint-Laurent-du-Pont (chapiteau du complexe sportif Charles Boursier).
L’exposition itinérante Portraits de Parcs sera également inaugurée à cette occasion. Fruit du travail de 8 photographes pendant une année sur les 6 Parcs naturels régionaux et les 2 Parcs nationaux de la Vanoise et des Ecrins, plusieurs centaines de photos, exposées en intérieur et en extérieur sur des supports originaux, représentent ces territoires au fil des saisons et leurs habitants.

A l’initiative de la Région Rhône-Alpes, cette exposition circulera dans huit lieux chaque année, à commencer par les Parcs eux-mêmes.
Accès gratuit pendant toute la durée du congrès, à Saint-Laurent-du-Pont (complexe sportif Charles Boursier).

Catégorie parcsCommentaires fermés

Rhône-Alpes: les nouvelles ambitions de la filière fruits

Jean-Jack Queyranne, Président de la Région Rhône-Alpes, et Eliane Giraud, Conseillère régionale déléguée à l’Agriculture, au Développement rural et aux Parcs naturels régionaux, ont signé cet après-midi le CROF Fruits (Contrat Régional d’Objectifs Filières) à la coopérative fruitière SICOLY à Saint-Laurent d’Agny.

« Avec ce CROF Fruits, nous mettons en place un outil extrêmement dynamique, garantissant une bonne coordination au niveau régional », a déclaré Jean-Jack Queyranne.

En effet, la filière fruits en Rhône-Alpes est une filière leader en France. Elle occupe la 2ème place nationale en terme de production fruitière, avec 20% de la production Bio de France et 20% du verger national. Elle est de plus largement reconnue pour sa grande diversité, grâce à une gamme très étendue de produits fruitiers. Enfin, la filière fruits, c’est aussi 63 000 travailleurs, répartis sur 3000 exploitations fruitières.

Aujourd’hui, cette filière est confrontée à de nouveaux défis : faire face à l’évolution de l’environnement économique, et disposer d’un produit qualitatif et accessible à tous pour répondre à l’exigence des consommateurs.

Jean-Jack Queyranne a tenu à rappeler que « nous avons un potentiel fruitier fort en Rhône-Alpes : il nous appartient de le développer. Et c’est tout l’objet de la politique régionale ». En ce sens, la Région a déjà mis en place un plan de protection des vergers
depuis 2008, investi contre le gel sur la période 2008-2009, et s’est mobilisée sur le plan Sharka.

Le CROF Fruits, engagement technique et financier (1,6 M€ sur 3 ans), constitue le point d’orgue de cette stratégie. Il permettra une meilleure structuration de l’offre au niveau régional pour la rendre plus compétitive à l’international, une plus grande sécurisation des entreprises, la pérennisation de l’activité, et la promotion des fruits rhônalpins.

Pour répondre aux enjeux régionaux identifiés comme stratégiques pour une filière, 10 Contrats Régionaux d’Objectifs Filières ont déjà été signés. En 2009-2010, 5 nouveaux seront lancés : fruits, laits, caprins, ovins et apiculteurs.

Catégorie fruits-légumesCommentaires fermés

Les stations d’épuration en travaux

A l’occasion de la visite des chantiers de Seine aval, Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat à l’Ecologie, a dressé hier un bilan des deux ans du plan d’action de résorption des retards de mises aux normes des stations d’épuration, lancé le 14 septembre 2007 à Arcachon par Jean-Louis Borloo. Ce plan d’envergure, qui allie des mesures de police mais aussi d’incitations et d’accompagnement, est doté d’importants moyens financiers des agences de l’eau mais aussi d’un prêt d’1,5 milliard d’euros de la Caisse des Dépôts. Il est aujourd’hui pleinement opérationnel.

Parmi les 146 stations d’épuration identifiées comme non conformes début 2007 et qui faisaient l’objet d’un suivi particulier dans le cadre de ce plan d’action, 93 ont été mises en conformité au 28 septembre 2009, soit 2/3 du parc. Parmi les 53 stations d’épuration non encore aux normes, 41 sont en travaux. Seules 12 n’ont pas encore vu le démarrage de leurs travaux. Les mesures réglementaires et financières ont été prises pour s’assurer du respect des plannings annoncés afin que la quasi-totalité des travaux démarre avant la fin 2009 et au plus tard en 2010 pour les dernières.
« Nous sommes en passe de gagner la bataille de l’assainissement. Ne fléchissons pas dans la dernière ligne droite » a conclu Chantal Jouanno.
Il faut noter que la zone centrale de l’agglomération parisienne  pèse à elle seule 14% de la pollution totale des agglomérations d’assainissement françaises.
L’application du plan de mise aux normes des stations d’épuration va progressivement basculer d’une résorption d’un retard qui n’était pas tolérable à une anticipation des mises aux normes pour permettre notamment à la France de mettre en conformité une partie de son parc de stations d’épuration d’ici 2015 au regard des nouvelles exigences de la directive cadre sur l’eau.

Après 2015, l’entretien du parc nécessitera la reconstruction annuelle d’environ 500 stations d’épuration (sur les 17 700 du parc) soit environ 3 millions de capacité épuratoire pour un montant annuel de l’ordre de 750 millions d’euros par an.

Catégorie assainissementCommentaires fermés

Meylan: le nouveau visage de la Chantourne

Après des travaux de confortement de la digue des chantournes à Meylan (le long du boulevard des Alpes) en 2005, le Symbhi a lancé en décembre 2007, une deuxième tranche de travaux contre le risque d’inondation de l’Isère ou des torrents de la Chartreuse (Jaillières, Gamond), dans le secteur de la  Zac du Bas-Charlaix .

chantourne1

L’ aménagement réalisé est à la fois hydraulique, environnemental et paysager

Achevés en juin 2009, ces travaux qui s’inscrivent dans le projet Isère Amont lancé par le Symbhi , ont été inaugurés hier par Robert Veyret, vice-président du CG38 délégué aux politiques de l’eau et président du Symbhi, Jean-Claude Peyrin, conseiller général et Marie-Christine Tardy, maire de Meylan. Les entreprises qui ont participé au chantier étaient également présentes à l’occasion de cet événement.

Cet aménagement de la Chantourne vise à protéger les zones urbanisées du bas Meylan. Les crues importantes seront ainsi absorbées grâce à une capacité de stockage supérieure (9000m3 pour le bassin du bas-Charlaix, 17 000m3 pour le bassin des Jaillières).

chantourne2

Les maîtres d’œuvre ont, en outre, veillé à donner à la Chantourne l’aspect d’un ruisseau naturel au lieu du fossé rectiligne qu’elle était. Ses berges ont été aménagées pour que les riverains puissent profiter des ces espaces  renaturalisés. Plus de 22 000 plants et 5 500 arbres et arbustes ont été plantés pour assurer une plus grande diversité des milieux et insérer l’aménagement dans le paysage.

Chaque entreprise sélectionnée pour les travaux a signé une charte de chantier vert au terme de laquelle elle s’engageait, par exemple, à n’utiliser que des matériaux non toxiques, à gérer de façon différenciée ses déchets, à réduire au minimum le bruit et la poussière, à ne pas polluer les eaux et les sols, etc.

croquis chantourne

Coût des travaux

Le coût des travaux est de 1 850 000€ financés par le CG38, l’ Etat, la commune de Meylan, la Métro, le SIAP (Syndicat intercommunal d’assainissement pluvial), le SIG (Association syndicale Saint-Ismier-Grenoble).

Catégorie hydrauliqueCommentaires fermés

Produits dérivés du bois: les réserves de FNE

Le granulé bois, produit industriel issu du compactage des sciures, est présenté au public comme une source d’énergie propre et renouvelable. Bénéficiant de mesures fiscales attractives au niveau européen, les équipements industriels de cogénération à partir de granulés bois se multiplient. La demande croissante ne permet plus à la production locale de satisfaire le marché, qui se fait récupérer par des producteurs industriels. Les importations européennes explosent et les usines de granulés poussent comme des champignons, notamment aux USA. A l’origine employé pour valoriser les déchets de scierie, le granulé est devenu un débouché spécifique pour des bois à croissance rapide issus de forêts industrielles.

FNE s’interroge sur les réels intérêts écologiques et énergétiques des produits industriels dérivés du bois, présentés comme sources d’énergie renouvelable. En effet, leurs processus de fabrication sont extrêmement coûteux en énergie. De plus, avec la concentration en grosses unités de production, les émissions de gaz à effet de serre associées à la multiplication des transports entre les sites de production, de transformation et de consommation ne sont pas négligeables.

Avec les objectifs actuels de réduction des émissions de gaz à effet de serre, il est regrettable de voir la production de granulés bois prendre une telle ampleur sans que l’intérêt de leur bilan énergétique n’ait été démontré, depuis les sites de production du bois jusqu’au consommateur final.

Pour FNE, l’utilisation de produits dérivés du bois comme source d’énergie ne peut être envisageable que dans le cadre de contrats d’approvisionnements locaux assurés sur le long terme et permettant de limiter au maximum les transports. Il est également nécessaire d’avoir une réflexion intégrée des coûts énergétiques et environnementaux de ces produits et de leur mode de production.

Catégorie - filière boisCommentaires fermés

Offres et demandes d’emploi dans le secteur agricole

Offres et demandes d’emploi en agriculture dans la région Rhône Alpes, semaine 40.

Retrouvez d’autres offres d’emploi sur www.anefa.org :

Drôme

Expl. cherche un agent d’élevage avicole hors-sol expérimenté (H/F) pour réaliser les opérations techniques d’alimentation et de surveillance des volailles, ainsi que l’entretien des installations (connaissances simples en mécanique nécessaires). Savoir conduire les tracteurs serait un plus. Le poste peut évoluer vers un poste de responsable. Qualités indispensables : Motivation et implication dans le travail.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OAV6-26

Isère

Exploitation caprine recherche un agent d’élevage (H/F) pour réaliser les travaux suivant : traite, soins aux animaux, transformation fromagère. Formation CAPA et expérience souhaitées.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OCA3-38

Loire

Société cherche un technico-commercial (H/F) pour la vente de matériel de traite (bovin et caprin) sur la région Rhône-Alpes. Formation BAC exigée. Débutant accepté. CDI tps complet avec période d’essai.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. ODI1-42

Rhône

Exploitant cherche un agent viticole (H/F). Vos missions : travail de la vigne, travail en cave (15% du tps), conduite d’engins (pas d’enjambeur). Attention, port de charges lourdes. Qualités requises : autonomie, motivation, esprit d’initiative. Expérience impérative en viticulture.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVI6-69

Savoie

Exploitation cherche agent d’élevage laitier. Vous assurerez la traite, les soins et l’alimentation des vaches laitières. CDI tps complet avec période d’essai.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL4-73

Retrouvez  d’autres  demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Ain

Homme cherche emploi de conducteur d’engins. Mobilité : Ain.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DCM1-01

Ain

Homme cherche emploi d’agent viticole. Expérimenté. Mobilité : Ain – Saône et Loire.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVI11-01

Ardèche

Homme cherche emploi d’agent viticole. Mobilité : Ardèche. Disponible début octobre. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVI8-07

Rhône

Homme cherche emploi de conducteur d’engins agricoles. Expérience : chauffeur en CUMA. Mobilité : Ain.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DCM6-69

Savoie

Homme cherche emploi de jardinier paysagiste. Etudie ttes propositions.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DPA2-73

Catégorie economie/emploi, petites annoncesCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2009
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+