Catégorie | loup

Prédations en alpages: quelques données statistiques

Pour répondre à Grognon59 qui estimait, à la suite du bilan 2009 des prédations sur les alpages de l’Isère (publié sur sillon38), qu’il serait utile d’avoir des éléments de comparaison par année, voici quelques données fournies par la DDAF 38. Mais il n’est  pas  simple d’en tirer des conclusions. On peut toutefois affirmer que le nombre de contrats d’aides à la protection des troupeaux est en progression régulière puisqu’il est passé de 43 en 2004 à 75 en 2009.

Dispositif d’aide à la protection des troupeaux (1)

tableau1DDAF

(1) le dispositif est en place depuis 2004

Constats d’attaques sur troupeaux domestiques (1) (2)

tableau2DDAF

(1) Il ne s’agit que des constats où la responsabilité du loup n’a pas été écartée, sans qu’elle soit forcément avérée.

(2) Les barêmes d’indemnisation ont été rehaussés en 2005, notamment au niveau des pertes indirectes et pour mieux prendre en compte les animaux disparus.

Commentaire de la DDAF 38 :

La comparaison des deux tableaux ne peut pas être faite dans la mesure où :

a) d’une part des attaques se produisent sur des troupeaux n’ayant pas contractualisé le dispositif d’aide à la protection,

b) d’autre part des éleveurs contractualisent dans des zones non touchées par la présence du loup pour anticiper.

Les conditions météorologiques (brouillard) influent énormément sur la fréquence d’apparition des attaques (exemple 2007).

Cet article a été écrit par:

Christian - qui a écrit 2027 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2009
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+