Archive | 28 septembre 2009

Produits dérivés du bois: les réserves de FNE

Le granulé bois, produit industriel issu du compactage des sciures, est présenté au public comme une source d’énergie propre et renouvelable. Bénéficiant de mesures fiscales attractives au niveau européen, les équipements industriels de cogénération à partir de granulés bois se multiplient. La demande croissante ne permet plus à la production locale de satisfaire le marché, qui se fait récupérer par des producteurs industriels. Les importations européennes explosent et les usines de granulés poussent comme des champignons, notamment aux USA. A l’origine employé pour valoriser les déchets de scierie, le granulé est devenu un débouché spécifique pour des bois à croissance rapide issus de forêts industrielles.

FNE s’interroge sur les réels intérêts écologiques et énergétiques des produits industriels dérivés du bois, présentés comme sources d’énergie renouvelable. En effet, leurs processus de fabrication sont extrêmement coûteux en énergie. De plus, avec la concentration en grosses unités de production, les émissions de gaz à effet de serre associées à la multiplication des transports entre les sites de production, de transformation et de consommation ne sont pas négligeables.

Avec les objectifs actuels de réduction des émissions de gaz à effet de serre, il est regrettable de voir la production de granulés bois prendre une telle ampleur sans que l’intérêt de leur bilan énergétique n’ait été démontré, depuis les sites de production du bois jusqu’au consommateur final.

Pour FNE, l’utilisation de produits dérivés du bois comme source d’énergie ne peut être envisageable que dans le cadre de contrats d’approvisionnements locaux assurés sur le long terme et permettant de limiter au maximum les transports. Il est également nécessaire d’avoir une réflexion intégrée des coûts énergétiques et environnementaux de ces produits et de leur mode de production.

Catégorie - filière boisCommentaires fermés

Offres et demandes d’emploi dans le secteur agricole

Offres et demandes d’emploi en agriculture dans la région Rhône Alpes, semaine 40.

Retrouvez d’autres offres d’emploi sur www.anefa.org :

Drôme

Expl. cherche un agent d’élevage avicole hors-sol expérimenté (H/F) pour réaliser les opérations techniques d’alimentation et de surveillance des volailles, ainsi que l’entretien des installations (connaissances simples en mécanique nécessaires). Savoir conduire les tracteurs serait un plus. Le poste peut évoluer vers un poste de responsable. Qualités indispensables : Motivation et implication dans le travail.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OAV6-26

Isère

Exploitation caprine recherche un agent d’élevage (H/F) pour réaliser les travaux suivant : traite, soins aux animaux, transformation fromagère. Formation CAPA et expérience souhaitées.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OCA3-38

Loire

Société cherche un technico-commercial (H/F) pour la vente de matériel de traite (bovin et caprin) sur la région Rhône-Alpes. Formation BAC exigée. Débutant accepté. CDI tps complet avec période d’essai.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. ODI1-42

Rhône

Exploitant cherche un agent viticole (H/F). Vos missions : travail de la vigne, travail en cave (15% du tps), conduite d’engins (pas d’enjambeur). Attention, port de charges lourdes. Qualités requises : autonomie, motivation, esprit d’initiative. Expérience impérative en viticulture.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVI6-69

Savoie

Exploitation cherche agent d’élevage laitier. Vous assurerez la traite, les soins et l’alimentation des vaches laitières. CDI tps complet avec période d’essai.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL4-73

Retrouvez  d’autres  demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Ain

Homme cherche emploi de conducteur d’engins. Mobilité : Ain.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DCM1-01

Ain

Homme cherche emploi d’agent viticole. Expérimenté. Mobilité : Ain – Saône et Loire.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVI11-01

Ardèche

Homme cherche emploi d’agent viticole. Mobilité : Ardèche. Disponible début octobre. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVI8-07

Rhône

Homme cherche emploi de conducteur d’engins agricoles. Expérience : chauffeur en CUMA. Mobilité : Ain.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DCM6-69

Savoie

Homme cherche emploi de jardinier paysagiste. Etudie ttes propositions.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DPA2-73

Catégorie economie/emploi, petites annoncesCommentaires fermés

Créer un hébergement touristique: mode d’emploi

Les Gîtes de France et le CDRA Alpes Sud Isère assureront mercredi 7 octobre  une permanence commune pour les projets d’hébergements touristiques sur Alpes Sud Isère (Oisans, Matheysine, Cantons de Corps et Valbonnais, Trièves, Sud Grenoblois). Une visite conseil sur site gratuite peut être organisée dans la journée. Ces permanences sont organisées tous les trimestres.

Si vous souhaitez :

  • Savoir comment créer un hébergement touristique
  • Disposer de conseils de techniciens spécialisés
  • Etre informé sur les aides financières
  • Etre accompagné dans le montage du dossier de subvention

Prendre RDV auprès de Sandrine Trayssac au 04 76 78 86 38

Contrat de Développement Rhône-Alpes Alpes Sud Isère
121 rue du Général De Gaulle- 38220 VIZILLE

Catégorie tourismeCommentaires fermés

Crise du lait: « Il faut réviser la LME »

A la suite de la réunion de crise autour des prix du lait qui a eu lieu vendredi à la préfecture de l’Isère (lire notre article) et avant celle du CG38 , demain, sur le même sujet, deux députés de l’Isère, François Brottes et Didier Migaud, demandent la révision urgente de la LME (loi de modernisation de l’économie) qui « confère à la grande distribution la mainmise sur la fixation des prix ».

Dans un communiqué, les deux députés de l’Isère demandent « la révision urgente de la loi de modernisation de l’économie (LME) d’août 2008 qui a mis les producteurs à la merci de la grande distribution en instaurant la négociabilité totale des prix entre fournisseurs et distributeurs, et de fait aggravé la situation des producteurs de lait en France.

Rappelant que la crise des prix du lait est essentiellement due à la décision européenne, acceptée par le gouvernement français, de supprimer les quotas laitiers mis en place par les socialistes, les députés font valoir que les mesures annoncées par le ministre de l’Agriculture ne sauraient suffire à restaurer la régularité des prix et un niveau de vie équitable aux producteurs sans une modification profonde des relations commerciales instaurées par la LME.

La contractualisation, notamment, sera sans effet puisque ce sont les distributeurs qui continueront à imposer leurs prix aux fournisseurs de lait ».

Pour le vice-président du groupe socialiste chargé de l’économie et le président de la commission des finances de l’Assemblée nationale, il est donc indispensable, en complément d’une vraie régulation sur le marché européen, de revenir sur les dispositions de la LME conférant à la grande distribution la mainmise sur la fixation des prix.

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2009
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+