Archive | 30 septembre 2009

Congrès national des parcs naturels régionaux

Le congrès national des parcs naturels régionaux  est lancé, bien lancé! On est très vite entré dans le vif du sujet avec le forum d’ouverture ayant pour thème: les Parcs, terres d’innovations: quel avenir? quelle éthique? quelle utopie?

parc 1

Eliane Giraud, présidente du parc naturel de Chartreuse accueille ses hôtes.

Nous reviendrons plus longuement sur le déroulé de ce forum dont l’idée à retenir est comment développer sans détruire, mais d’ores et déjà on peut dire qu’il a conquis la salle pleine de plus de 1000 congressistes venus des 46 parcs naturels recensés en France. 46 parcs qui représentent 39 00 communes, qui sont présents sur 21 régions, 69 départements. 3 millions d’habitants vivent à l’intérieur des parcs qui s’étalent sur 7 millions d’hectares, soit 13% du territoire.

Pour Eliane Giraud, présidente du parc de Chartreuse, le forum a été de haute tenue et a posé les vraies questions concernant l’avenir de nos territoires. »Il est intérressant d’entendre des gens qui n’ont pas l’habitude de  débattre d’un tel sujet ». Nul doute que ce forum aura des suites….

Jean-Louis Monin, maire de St Laurent-du-Pont, commune hôte de l’ouverture de ce congrès s’est dit très satisfait « d’accueillir un évènement de portée nationale. Le congrès est un moment d’échange entre les différents acteurs des différents Parcs naturels régionaux. Même au niveau d’une commune comme la nôtre on peut tirer profit des débats d’un rassemblement tel que celui-ci. »

parc 3

Rencontre au sommet entre Jean-Louis Monin, maire de St Laurent du Pont, Chartreuse et Danielle Pic, présidente du Parc du Vercors.  » Des passerelles entre nos deux entitées existent », diront ils de concert.

Rencontrée sur « son » stand du Vercors, la présidente Danielle Pic s’est dite ravie de participer activement à ce congrès. »C’est un moment d’échanges extraordinaire. On donne des idées et on en prend. On profite également des expériences des autres et parfois on se rend compte que l’on a réalisé le même projet mais avec des voies totalement différentes… En ce qui concerne le Parc du Vercors nous sommes complètement mobilisés sur l’aménagement du territoire. En un mot, il est hors de question que nous devenions à terme le dortoir de Grenoble ».

PARC

Après une visite des espaces réservés au marché aux innovations des Parcs et de leurs partenaires et de l’espace des acteurs et partenaires du parc de Chartreuse, l’ensemble des congressiste s’est retrouvé autour du traditionnel apéritif des produits de Parcs. On a pu déguster des produits variés, parfois originaux, surprenants mais de très haute qualité.

Les Parcs locaux offrant du bleu du Vercors Sassenage fermier accompagné de Clairette de Die pour le Vercors, des fromages de vache, terrine de daim, vin de Savoie, Chartreuse, chocolat…pour la Chartreuse

Restait à bien terminer cette première journée par le traditionnel repas de gala…

parc 4

Les groupements forestiers de Chartreuse très présents lors de ce congrès, en tant que bénévoles mais également afin d’assurer la promotion de la filière bois de Chartreuse. Ici à Gauche, Roger Rat-Patron président du groupement des sylviculteurs de Chartreuse pour la Savoie et Pierre Basso son homologue de l’Isère.

Catégorie A la uneCommentaires fermés

Chasse: ensemencer les parcelles situées sous les lignes THT

C’est une première: l’Acca de Beaucroissant a souhaité valoriser les parcelles situées sous les lignes de très haute tension. Parcelles plantées d’herbes hautes qui serviraient de refuge pour le gibier mais aussi de nichoirs. C’est ce que nous explique le président de l’ACCA locale, porteuse de ce projet.

Les chasseurs à Beaucroissant sont au nombre de 63. Le président Fayolle:« Ils étaient 120, il y a une quinzaine d’années. La chasse attire moins et c’est devenu un loisir cher. » Si il y a du gibier, les dégâts sont peu importants. » Seul les lapins nous posent souci et il arrive qu’ils dévastent des parcelles en mangeant les jeunes pousses. On organise des reprises mais parfois c’est insuffisant. »

Les chasseurs s’entendent bien avec le monde agricole et sont partie prenante dans l’opération jachères fleuries, dispositif financé par le Conseil général et la Fédération départementale des chasseurs de l’Isère (FDCI).

Des chasseurs dynamiques et plein de bon sens. Une ligne de très haute tension traverse la commune  sur les contreforts de la colline de Parménie. »Sous cette ligne, les terres sont broyées. Notre souhait est d’y mettre des cultures d’herbes épaisses du style moutarde qui serviraient de refuge au gibier.

Celui-ci pouvant se reproduire en toute quiétude. Nous avons le soutien de la fédération départementale des chasseurs, de réseau Transport d’Electricite, RTE. Reste à obtenir l’accord des propriétaires. Si tout va bien, après la signature d’une convention, un hectare de terre pourrait être semé. Parcelle située dans un secteur boisé où le gibier manque.

beauc 2

Certes, c’est une goutte d’eau mais il s’agit d’un essai et on peut envisager de revaloriser de la sorte d’autres parcelles. L’accord avec RTE portant sur 6 ans. »

A noter enfin qu’une fois l’opération lancée, c’est un agriculteur local qui aura la charge de gérer la partie semences et culture.

Silon 38 suivra l’évolution de cette expérience qui pourrait très vite faire tache d’huile.

Catégorie A la uneCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

septembre 2009
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+