Archive | 15 octobre 2009

Poisat s’engage dans les produits locaux pour ses enfants

Après la commune de Voiron, c’est au tour de Poisat de s’engager pour un approvisionnement en produits locaux dans la restauration collective.

La commune de Poisat s’est engagée dans une démarche visant à assurer aux enfants fréquentant le restaurant scolaire une prestation alimentaire de qualité adaptée à leurs besoins, privilégiant les produits issus de circuits courts pour soutenir la production locale.

Cet engagement est formalisé par la signature avec l’ADAYG de la charte pour une restauration collective circuits-courts au
En effet, les communes sont les acteurs essentiels des politiques alimentaires locales, notamment dans le cadre de la restauration publique.

salle vigier

La salle Vigier qui fait office de restaurant scolaire. Les enfants vont désormais se régaler de produits locaux.

Cette mission figure parmi les plus structurantes car elle agit entre autres sur l’accès pour tous à l’alimentation, sur la santé, sur l’éducation jusqu’à la prise en compte de l’agriculture de proximité.
Dans ce cadre, l’ADAYG a contribué à une organisation de la filière viande locale (s’appuyant sur sa démarche Terres d’ici) qui permet aujourd’hui de fournir les demandes en viande bovine de la restauration collective. Il se poursuit sur les autres produits et se traduit par un appui aux agriculteurs et aux communes qui s’engagent dans la démarche.


A la découverte de Poisat.

Lu sur le site de la commune un passionnant historique de Poisat, commune toute proche de Grenoble.

Historique

Le nom de « Poysat » est cité dès le 15e siècle. Il désigne un endroit où l’on puise l’eau. L’espace sur lequel se trouve la commune de Poisat était un espace fréquemment inondé, marécageux et insalubre pendant des siècles ; on y trouvait des roseaux… Le logo actuel de la commune réunit ces deux éléments : le puits et le roseau.

C’est la famille Teisseire…

Qui va changer le destin de ce lieu. En 1720, Mathieu Teisseire, vinaigrier et liquoriste, arrive de Provence. Il va distiller à Grenoble une liqueur de cerises, le ratafia. Il est aussi le concepteur de la fameuse marque de sirops. Ses affaires marchent bien; il achète en 1745 terres et maisons sur Saint Martin d’Hères, Poisat et Eybens. Il projette alors d’assécher les marais; il faudra 40 ans de procès et beaucoup de temps pour que ce projet se réalise. Ce sera Mathieu son fils qui continuera, puis finalement, son petit-fils Camille Hyacinthe Teisseire. Ce dernier se chargera à ses frais des travaux d’assèchement des marais de 1811 à 1816.
Camille Hyacinthe épouse en 1814 Adélaïde Hélène Perrier, fille du président du conseil alors ministre de l’Intérieur, Casimir Perrier. Camille Hyacinthe Teisseire est nommé député du grand collège de l’Isère de 1820 à 1824. Il établira aussi chemins, ponts et canal.

Camille Teisseire meurt en 1842. En 1844, son gendre Achille Chaper qui gère les propriétés de Poisat, achète des terres et une maison de maîtres aux héritiers de Maitre Février. En 1882, cette demeure est transformée en château de style néo-médiéval.  C’est le gendre d’Achille Chaper, Paul Thibaud, qui en 1889 transformera en chemin public l’allée Teisseire qui conduit de sa ferme à Grenoble (actuellement avenues Hippolyte Lhenry, Marcel Cachin et Teisseire). Né en 1905, Jacques Allizon, le dernier propriétaire, crée une société familiale pour faciliter la gestion du domaine. En 1997, après le décès de Jacques Allizon, ce château sera rénové et restauré, puis transformé en appartements à vocation locative. Cet ancien château de la famille Teisseire se situe près de l’ancienne mairie de Poisat, derrière le terminus du bus 34.

C’est après la deuxième guerre mondiale…

Que Poisat se développe en pétale à vocation essentiellement résidentielle. Ainsi, à partir de 1946 apparaissent les premiers lotissements nord et sud, suivis en 1959 du lotissement ouest. Mais le développement ne s’arrête pas là, en 1967 se construisent les immeubles de l’avenue d’Eybens et la résidence des Coquelicots; de 1970 à 1984, les Primevères, les Provençales, Prémol, le lancement de la zone d’activité de Champ Fila et enfin les Buissonnets verront le jour.

Aujourd’hui…

Le centre de Poisat, véritable cœur de vie, regroupe l’école maternelle, le centre socio-culturel et sportif, un centre de santé, la mairie, l’espace culturel Léo Lagrange, le centre de santé, des locaux associatifs et différents commerces.

Pour en savoir plus: www.ville-poisat.fr

Catégorie Y grenoblois, bioCommentaires fermés

Un protocole pour préserver le foncier agricole

Le foncier agricole est un espace de plus en plus convoité, souvent victime de mitage ou d’une consommation excessive. Sa préservation est devenue un enjeu fort pour que l’activité agricole puisse continuer à y trouver sa place. Afin de mieux maitriser cet enjeu, un protocole vient d’être signé à Chatte (Isère) au coeur de la noyeraie AOC.
L’ambition de ce protocole départemental est de cerner les conditions de recevabilité des demandes de constructions sur cet espace et de concourir à la qualité des projets qui s’y développeront.


tract

Les signataires sont l’Etat, l’association des maires de l’Isère, la chambre d’agriculture de l’Isère et le CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement de l’Isère).

Pour le président de la Chambre d’agriculture de l’Isère, Gérard Seigle-Vatte, « les zones de terres agricoles sont très convoitées, le mitage des espaces agricoles représente un réel danger pour les exploitations en place. Cela pouvant provoquer des tensions entre les différents usagers de ces espaces.

Ce protocole sera une ligne de conduite à tenir et devrait permettre d’éviter une concurrence entre les ruraux et les urbains. Il servira enfin à clarifier le parcours à la construction des exploitants désireux de s’installer ou de faire évoluer leur outil de travail ».

Georges Bescher, président du CAUE:  « Ce protocole va permettre aux agriculteurs de garder leurs terres mais également aux architectes et paysagers conseillers, d’accompagner plus efficacement les agriculteurs dès l’origine de leur projet. »

Daniel Vitte, président des maires de l’Isère a pour sa part souligné comment les maires sont parfois mis en difficulté devant certaines demandes de permis de construire. « Un maire me disait qu’il a accordé un permis à une personne qui voulait faire de l’élevage d’escargots. Une fois la bâtisse construite, l’élevage d’escargots s’est arrêté! Comment lutter contre ce fléau, contre ces faux agriculteurs? J’espère que ce protocole sera un véritable outil d’aide à la décision, qu’il permettra de clarifier les conditions de réalisation des projets de constructions en zones agricoles. »

Albert Dupuy, préfet de l’Isère: « Ce protocole prolonge l’engagement pris par la profession agricole et l’Etat à travers le guide Agir ensemble pour le foncier agricole signé en 2005. Ce document cadre constitue avant tout un outil pédagogique pour les exploitants agricoles, les élus, les techniciens et conseillers. »

foncier

Tout a été dit, il ne reste plus qu’à signer.

Catégorie A la une, agricultureCommentaires fermés

Les glaciers: une ressource essentielle mais menacée

Lors de la conférence internationale « Nos montagnes perdent leurs glaciers – Que faire ? » qui s’est tenue du 24 au 25 septembre 2009 à Crans Montana, Suisse, les participants ont débattu de l’enjeu que représente la fonte des glaciers alpins. Des exposés et des exemples concrets ont illustré les problèmes qui se posent aux communes glaciaires et aux usagers de la montagne, et les options d’action possibles. La conférence a été organisée conjointement par la Commission pour la Protection des Alpes (CIPRA) dans le cadre de son projet cc.alps, et par la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage.

glacier

Les glaciers sont des indicateurs naturels sensibles de l’état de santé du climat. Ils illustrent l’ampleur des modifications subies par le climat terrestre au cours des derniers siècles. La beauté des glaciers est l’un des symboles forts des Alpes, repris par des milliers d’agences de voyages à travers le monde. Ils représentent aussi un point clef de d’identification et de
l’appropriation des populations locales à leurs territoires. Enfin, ils constituent une réserve d’eau irremplaçable pour toute l’Europe.

Des millions de personnes en Europe dépendent de l’eau des glaciers pendant les périodes de sécheresse, comme l’a souligné le professeur Wilfried HAEBERLI de l’université de Zurich dans le cadre de la conférence .
« Le manque de ressources en eau pendant de longues périodes de sécheresse pourrait, à l’avenir, porter sérieusement préjudice à l’économie et aux conditions de vie. », a poursuivi le glaciologue. Des mesures doivent être prises immédiatement, en particulier au niveau des communes, si l’on veut sauver les glaciers. Les communes doivent agir rapidement pour développer un tourisme durable et respectueux du climat. Dans le domaine des risques naturels et de la gestion de l’eau, beaucoup de choses dépendent par contre des conditions politiques et économiques mises en place dans les pays alpins.

Qui va regretter les glaciers?

L’expert en tourisme et en changement climatique Bruno ABEGG a posé une question provocante, en demandant pourquoi il fallait sauver les glaciers pour les besoins des touristes. Dans 50 à 100 ans, les futurs habitants des Alpes n’auront peut-être jamais vu de glaciers, et ils ne les regretteront pas, avance-t-il. « Ils auront d’autres besoins, notamment en matière de tourisme », a déclaré le responsable de l’équipe d’experts du projet cc.alps.
La conférence a montré qu’il était important de sauver  les glaciers, et  pas uniquement pour des raisons touristiques. La gestion de l’eau dans les Alpes est un système complexe, et de nombreuses personnes sont concernées par l’éventuelle disparition définitive, dans quelques années, des ressources en eau de la plupart des glaciers. Pour la politique et en particulier pour les communes, la gestion durable du changement climatique est un enjeu de taille.

Les communes ont besoin d’idées neuves

Les communes glaciaires ont à cet égard une position particulière. Avec son plan climatique, la commune glaciaire française de Chamonix a ouvert la voie à un nouveau type de tourisme. Elle y esquisse le scénario d’un avenir sans glacier, mais met aussi en œuvre des mesures concrètes d’efficience énergétique et de mobilité douce. « Nous avons besoin
d’experts et de scientifiques capables de nous montrer à nous, élus politiques, quelles sont les bonnes actions durables à entreprendre et celles qui ne le sont pas » a souligné le 1er adjoint à la mairie de Chamonix, Jöel DIDILLON.
A l’issue des exposés, de petits groupes de travail ont permis aux participants d’approfondir ces questions. Des excursions au glacier de la « Plaine Morte » et dans les bisses du Valais ont été l’occasion de constater de visu les problèmes d’alimentation en eau et de fonte des glaciers.

Catégorie environnement, montagneCommentaires fermés

Semaine du Goût au Grand Séchoir

seamine vinay

Semaine du Goût  au Grand Séchoir

Samedi 17 Octobre

« Chroniques de Potager » Spectacle déambulatoire

La compagnie Ovniprod propose une fantaisie potagère pleine de fraîcheur où le public devient complice de légumes aux racines bien trempées !

A partir de 6 ans – Durée : 40 minutes – Tarif : 3 €
3 séances : 15h – 16h – 17h  (réservation conseillée au 04.76.36.36.10)

Dimanche 18 Octobre
Marché du Terroir du Sud Grésivaudan

Producteurs et fermiers de la région feront découvrir toutes les saveurs du territoire. De 10h à 18h – Entrée libre
Possibilité de repas bio sur place.
Démonstration de recettes de fruits et légumes, animations ludiques destinées aux enfants, présentation de nombreux ouvrages sur le jardinage, l’alimentation, la cuisine, etc.
Démonstration de pressée d’huile de noix et concours d’épluchage de légumes !
Inscription sur place – De nombreux lots de qualité seront remis aux vainqueurs (mixer, blenders, etc.) – 6 équipes de 3 personnes – Début du concours à 11 h.

Renseignements public : 04.76.36.36.10 – info@legrandsechoir.fr

Catégorie terroirs/gastronomieCommentaires fermés

FNSEA: journée de mobilisation

La crise actuelle est la plus grave que le secteur agricole ait connu ces trente dernières années, toutes productions confondues.
Quasiment aucune production n’est épargnée par la chute des prix, les charges pèsent de plus en plus. Volatilité des prix, libéralisme bruxellois, contraintes environnementales, financières etc : Il faut arrêter de charger la barque !

L’agriculture est aussi stratégique que l’automobile ou le secteur bancaire!

C’est pourquoi le 16 octobre, la FNSEA, JA et les AS appellent, ensemble, à une grande mobilisation dans les capitales régionales. Parce que l’agriculture a un prix, nous descendons dans la rue aujourd’hui. Les paysans demandent haut et fort de pouvoir vivre de leur métier.

Liste non exhaustive des points de mobilisation du 16 octobre:
Clermont-Ferrand
Dijon
Rennes
Orléans
Châlons-en-Champagne
Avignon
Limoges
Metz
Toulouse
Rouen
Nantes
Poitiers
Lille
Amiens
Caen
Mont-de-Marsan
Bourg en Bresse
Valence
Beauvais
Compiègne
Besançon
Colmar

Catégorie agricultureCommentaires fermés

L’Antarctique et ses manchots

L’association Le Pic Vert organise *samedi 17 octobre  à 20h30, la salle des fêtes de Saint-Blaise-du-Buis une conférence audiovisuelle de Samuel Blanc, « Le continent blanc: l’Antarctique et ses manchots »*.

Samuel Blanc, guide naturaliste en milieu polaire, a grandi et appris la nature en parcourant jour après jour la forêt présente sur le pas de la porte de sa maison d’enfance.

C’est après plusieurs années passées au sein de la LPO Isère (anciennement CORA38) qu’il s’est lancé dans la grande aventure d’un hivernage de 15 mois sur la base française de Dumont d’Urville, en Terre Adélie.

A travers ses 2 diaporama successifs présentant « *L’Antarctique, le grand continent blanc »* et *« Les Manchots »*, Samuel BLANC souhaite partager avec nous le calme et la sérénité que lui procurent les grands espaces sauvages de l’hémisphère sud.
Entrée libre.
pic vert

*Renseignements : Le Pic Vert au 04 76 91 34 33 ou
*_*www.lepicvert.asso.fr* <http://www.lepicvert.asso.fr/>
_

Catégorie nature, planète TerreCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

octobre 2009
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+