Archive | 24 octobre 2009

Zone interdite: révélations sur nos assiettes

M6, Zone interdite, dimanche 25 octobre 2009, 20h45

Nouveaux produits, nouvelles habitudes :

révélations sur nos assiettes

Alors que les consommateurs français cherchent à se nourrir toujours plus vite et pour moins cher, de nombreuses enseignes de restauration rapide ne respectent pas les normes d’hygiène. Rupture de la chaîne du froid, congélation illicite ou produits périmés sont des anomalies relevées par les services de répression des fraudes.

Par ailleurs, grâce aux progrès de la génétique, les scientifiques sont désormais capables de fabriquer des poulets sans plumes ou des lapins géants. Le chef Thierry Marx et des médecins donnent leur opinion sur ces nouveau aliments. Enfin, enquête sur les filières de fabrication du poivre, des plantations de Kampot, au Cambodge, aux points de vente français, en passant par les entrepôts situés au Viêtnam.

Catégorie consommationCommentaires fermés

Publicité du vin sur Internet: oui mais avec des garde-fous

orateurM. Aymeri de Montesquiou (Gers-RDSE), dans sa question écrite publiée dans le JO Sénat du 29/01/2009 attire l’attention de Mme la ministre de la santé et des sports sur la demande des viticulteurs d’accorder au vin un accès légal à Internet.

Il lui rappelle que la France est le seul grand producteur de vin à interdire la publicité sur Internet, ce qui met en péril la compétitivité de la filière. Suivant le plan quinquennal de modernisation de la filière vitivinicole, présenté au conseil des ministres le 29 mai 2008, elle avait mis en place un groupe de travail entre les différentes parties.

Celui-ci a pour objectif de faire évoluer le cadre dans lequel s’inscrit l’usage du média Internet pour la publicité sur les boissons alcoolisées, dans le respect des objectifs de santé publique. Elle lui demande si ce groupe a rendu ses conclusions et si c’est le cas, quelles sont-elles ?

Réponse du Ministère de la santé et des sports publiée dans le JO Sénat du 22/10/2009

La question de la publicité en faveur de l’alcool sur Internet est un sujet important en termes de santé publique. En effet, la loi Évin, intégrée à l’article L. 3323-2 du code de la santé publique, fixe une liste limitative des supports autorisés pour la publicité en faveur des boissons alcooliques, sur laquelle ne figure pas Internet qui à l’époque n’existait pas. Réglementer la publicité, c’est agir sur la demande d’alcool, axe indispensable d’une politique de prévention en la matière.

Au regard du poids croissant d’Internet dans la publicité, et pour répondre à la question spécifique de la publicité sur le vin et les autres boissons alcooliques par le biais de ce média, il est apparu nécessaire d’actualiser la loi Évin, afin de pouvoir mettre en place un dispositif juridique clair et encadré en France et de sécuriser l’intervention des acteurs économiques sur Internet.

Toute la difficulté de ce dossier était de concilier cette nécessité économique avec un impératif de santé publique. Face à ce dossier aux données économiques, techniques et juridiques complexes, il fallait soutenir une véritable position de santé publique responsable : si la publicité était autorisée, il fallait s’assurer que les populations vulnérables seraient protégées.

C’est dans cet esprit qu’au cours des débats sur le projet de loi portant réforme de l’hôpital et relatif aux patients, à la santé et aux territoires des amendements parlementaires ont été adoptés et ont actualisé la loi Évin en autorisant la publicité en faveur des boissons alcooliques sur Internet, qui n’existait pas à l’époque, tout en prévoyant des garde-fous.

Ainsi, aux termes de l’article 97 de la loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires, les populations vulnérables, en particulier les jeunes, seront protégées : c’est pourquoi les sites destinés à la jeunesse ou dédiés au sport et/ou à l’activité physique (eux aussi fortement fréquentés par les jeunes) sont exclus de toute publicité pour ces produits.

De même, les techniques intrusives comme les pop-up (des fenêtres publicitaires qui surgissent de manière spontanée sur le Web) ou interstitielles (annonces, souvent animées, voire sonores, qui apparaissent en cours de consultation d’une page et occupent tout ou partie de l’écran) sont prohibées. Enfin, la publicité sur Internet reste bien sûr soumise aux mêmes contraintes, qui figurent dans le code de santé publique, que les autres supports : message sanitaire, contenu de la publicité encadré… Les services de l’État seront vigilants à la bonne application de la mesure.

Catégorie consommation, viticultureCommentaires fermés

Le Millésime : symphonie en rouge et blanc

Les Grenoblois (que Fernand Reynaud qualifiait de « prétentieux » dans un de ses célèbres sketchs) prétendent avoir inventé le concept : il s’agit d’un événement qui privilégie une approche culturelle du vin. Ils l’ont baptisé « Le millésime ».

Un festival œnologique et musical qui a pour cadre la place Victor Hugo, où se trouve la statue… d’Hector Berlioz. « La place aux deux totors », comme le dit si bien un vieil habitant du lieu, croisé au village vigneron, un verre de rouge à la main aux couleurs de syrah.

millésime1

La cave aux arômes: un atelier indispensable pour initier votre odorat aux nuances délicates qui caractérisent un cru.

Mais rien de prétentieux dans cette manifestation qui se déroule du 15 au 25 octobre. N’en déplaise à Fernand. Juste la volonté d’offrir au plus grand nombre l’occasion de mieux connaître le vin et de mettre à l’épreuve ses cinq sens à travers un festival de saveurs et de musiques.

Le cœur de la manifestation est le programme d’ateliers de dégustation, où les visiteurs, jeunes amateurs ou gastronomes ayant de la bouteille, travaillent avec les meilleurs spécialistes sur des thèmes œnologiques particuliers. Depuis la plus classique des initiations à la dégustation (l’œil, le nez, la bouche…) jusqu’à des thèmes plus techniques traitant de l’ampélographie, de l’art de l’assemblage, les dégustateurs progressent toujours par l’échange de savoirs et la dégustation appliquée.

Oui, on apprend beaucoup  à fréquenter ces ateliers du Millésime, à discuter sur le stand de l’université du vin (Suze-la-Rousse), à échanger avec les producteurs et les sommeliers. Deux ou trois choses qu’il faut  savoir  :

-      que le Vermentinu n’est pas un fleuve scandinave (c’est un cépage blanc corse)

-      que le Beaujolais compte dix crus qu’il faut savoir par cœur quand on est insomniaque (c’est mieux que de compter les moutons)

-      qu’une verticale n’est pas une dégustation en montagne mais la dégustation d’un même vin dans des millésimes de plus en plus anciens

-      qu’il existe des secrets de famille entre syrah et mondeuse, roussane et bergeron (appelez ça des cousinages ampélographiques)

-      que le fendant se dit avec l’accent suisse

-      que les Blayais jouent désormais dans la cour des grands,

-      etc.

Pour l'inuaguration hier soir, Jean-Jack Queyranne, Michel Destot, Alain Pilaud, Eliane Giraud, Arlette Gervasi.

Pour l'inauguration hier soir, en présence du maître des lieux, Jean-Jack Queyranne, Michel Destot, Alain Pilaud, Eliane Giraud, Arlette Gervasi.

Sous l’œil du grand Hector, donc, l’association des vins et des musiques —  musique de chambre, jazz, chants corses — c’est tout une ambiance qui règne ici en soirée.  Après les plaisirs du goût et de l’odorat, celui de  l’ouïe. Sans équivalent en France et probablement en Europe (« tous des prétentieux », disait Fernand !), « le Millésime » est un véritable appel aux sens et à l’intelligence, cherchant à allier convivialité, plaisir et connaissance.

A la fois populaire et exigeant, le Millésime  réunit chaque année pendant 10 jours plus de 15 000 visiteurs. Bernard Pivot, chantre incontesté du beaujolais, sa terre natale, inventeur de la dictée du même nom, en était. Il a dédicacé son livre « Le dictionnaire amoureux du vin ».

L’inauguration officielle de cette 15e édition, s’est déroulée hier en soirée, en présence de Michel Destot, député maire de Grenoble et d’Alain Pilaud, adjoint et conseiller général, qui accueillirent Jean-Jack Queyranne, tout juste sorti de la réunion plénière du Conseil régional, d’Eliane Giraud, conseillère régionale déléguée à l’agriculture et au développement rural et aux parcs, d’Arlette Gervasi, conseillère régionale.

Catégorie foires et fêtes, viticultureCommentaires fermés

L’aéroport de Grenoble-Isère ouvre ses portes ce dimanche

Grenoble airport.jpg

L’aéroport et ses partenaires (*) invitent le grand public à venir découvrir les activités et les métiers de la plateforme et de voir en exclusivité une exposition d’avions et de matériel aéroportuaire. Des démonstrations et des animations auront lieu sur l’ensemble du site.

Au programme :

Dans l’aérogare principale
Un espace d’exposition situé dans le Terminal sera dédié à la présentation des formations et des métiers aéroportuaires par les équipes des services Escale et Piste, mais aussi par l’Ecole des Métiers Aériens (ESIMA), l’Armée de l’Air, Securitas et les Douanes. Les visiteurs pourront ainsi échanger avec des professionnels et découvrir de nouveaux métiers.

L’Association Airliance et le Paraclub (club de parachutisme) vous présenteront leurs rôles et activités au sein de l’aéroport.

Les enfants pourront réaliser des cerfs-volants avec les animateurs d’Imagin’Air. Un quizz est organisé avec des questions portant sur l’aéroport et ses partenaires. Les réponses figureront auprès des agents et des exposants. De nombreux cadeaux sont à gagner !

A l’extérieur

A l’extérieur de l’aérogare, le public pourra exceptionnellement admirer les avions exposés sur la plateforme par l’école de pilotage Aéralp et par l’Aéroclub du Dauphiné, découvrir les engins du service piste (tracma, tapis bagage, loader…), admirer une gamme de véhicules de prestige et de tourisme et assister
aux démonstrations des pompiers.

Parking visiteur dédié et gratuit – Accueil des visiteurs dans l’aérogare.

(*) Partenaires : Aéralp, Aéroclub du Dauphiné, Airliance, Armée de l’Air, Douanes, ESIMA, Imagin’Air, National Citer, Paraclub, Restofly, Securitas, VIP Limousine, Voyages Monnet.

A propos de l’Aéroport de Grenoble-Isère
Porte d’entrée sur les Alpes françaises, l’aéroport international de Grenoble-Isère bénéficie d’une position incontestée sur le marché charter hivernal. Il propose 15 destinations régulières en hiver, opérées par 6 compagnies aériennes low cost, et il dessert toute l’année Londres et Dublin avec la compagnie Ryanair.


En 2008, l’aéroport de Grenoble-Isère a accueilli 474 083 passagers.

Catégorie transport, évasionCommentaires fermés

30 millions d’euros pour le haut débit en zones rurales

Bruno Le Maire, Michel Mercier et Nathalie Kosciusko-Morizet annoncent le lancement d’un appel à projets national doté de 30 millions d’euros de fonds européens (FEADER) dans le cadre du plan de relance européen au profit de la couverture haut débit des zones rurales.

Le Conseil de l’Union européenne des 11 et 12 décembre 2008 a annoncé la mise en œuvre d’un plan européen de relance économique. Ce plan est doté d’un « volet rural » pour réduire notamment la fracture numérique dans ces zones en matière d’Internet à haut débit.
La mise en œuvre du « volet rural » du plan européen de relance sera déclinée, en France, par un appel à projets national qui a débuté ce 23 octobre. Trente  millions d’euros du Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER) seront spécifiquement affectés à cet enjeu.
Cet appel à projets national constitue un élément clé pour la généralisation du haut débit sur le territoire en complément des initiatives actuelles du Gouvernement. Il s’agit également de préparer le passage au très haut débit.
Par ailleurs, au moment où démarrent les Assises des territoires ruraux et la deuxième vagues des pôles d’excellence rurale, Il s’agit, au travers de cet appel à projets, de participer au bon équipement des zones rurales pour accompagner leur dynamisme, faciliter l’accès aux services au public et contribuer à l’amélioration de l’équilibre des territoires, tout en renforçant la capacité de réaction de l’économie française dans son ensemble.
Les 30 millions d’euros de FEADER seront utilisés selon un principe de cofinancement des moyens apportés par les collectivités territoriales. Les dossiers sont à déposer en préfecture de région jusqu’au 31 janvier 2010. La liste des projets sélectionnés sera dévoilée en mai 2010.
Le document d’appel à projets est consultable auprès des préfectures de région, des directions régionales de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt et sur les sites Internet du ministère de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche et de la DIACT : www.agriculture.gouv.fr et www.diact.gouv.fr.

Catégorie aménagement, monde ruralCommentaires fermés

Cornas: à l’assaut du vignoble grâce au sentier découverte!

Ce samedi et dimanche, 24 et 25 octobre marque l’ouverture du sentier vigneron de l’appellation Cornas. L’occasion de découvrir en marchant, en famille ou entre amis, l’histoire et l’authenticité de cornascette appellation du Nord de la vallée du Rhône.

L’invitation au voyage :
Les acteurs de l’appellation inaugurent samedi 24 octobre leur nouveau sentier découverte lors d’une journée qui se déroulera en deux temps :
Matin : Inauguration du sentier avec les élus, la filière touristique et l’ensemble de la filière viti-vinicole.
Après-midi : Ouverture officielle du sentier et ouverture des caveaux des vignerons de Cornas.

Dimanche 25 octobre :
Des visites seront organisées par l’office de tourisme du Pays de Crussol (inscriptions à l’office de tourisme : 04 75 40 46 75) et les caveaux des vignerons participants seront de nouveau ouverts aux amateurs.
Un botaniste et un géologue accompagneront les pionnets à l’occasion de deux promenades guidées ce jour-là.

Le public aura ensuite, toute l’année, le loisir de parcourir les vignes grâce à ce chemin vigneron.

Le sentier découverte :
Au long d’une promenade de 2h30, les promeneurs pourront découvrir le vignoble à travers trois étapes :
- La station Chaillote présente la vigne dans son environnement( naturel en donnant des explications liées au climat, à la géologie du lieu et au biotope de Cornas.
- La station Tézier expose les différentes étapes du travail des vignerons.
- La station Sabarotte, enfin, rapelle l’histoire de l’appellation et les qualités organoleptiques des vins de Cornas.

Une appellation à flanc de côteaux :

L’appellation est située en Ardèche sur la rive droite du Rhône. Les terrasses granitiques, très abruptes, sont soutenues par des murets (les challeys) et accueillent comme seul cépage la Syrah. Les vignes s’étendent sur 102 hectares de côteaux exposés sud, sud-est très ensoleillés ; c’est la raison pour laquelle les vignerons de l’appellation sont le plus souvent les premiers à vendanger dans cette partie septentrionale de la vallée du Rhône. Les vins, d’un rouge très soutenu, offrent une mâche remarquable et révèlent, à la dégustation, des arômes de petits fruits rouges et parfois des notes épicées.

Catégorie viticulture, évasionCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2009
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+