Archive | 27 octobre 2009

Discours de Poligny: la Confédération paysanne insatisfaite

La Confédération paysanne a réagi au plan d’urgence annoncé par Nicolas Sarkozy aujourd’hui à Poligny: « Le président de la République, dans son discours à Poligny sur l’agriculture est loin de répondre aux attentes des paysans, souligne t-elle.
« Au-delà des propos qui dénotent une parfaite maîtrise de la démagogie (il faut bien caresser le monde agricole dans le sens du poil), il faut regarder de plus près l’analyse que le Président de la République fait de l’agriculture française et les mesures qu’il a proposées.
Cette crise est structurelle, elle est bien le résultat de choix politiques antérieurs, pas d’une catastrophe climatique ou d’un désordre sectoriel. Nicolas Sarkozy semble maintenant s’en apercevoir. Les remèdes qu’il s’agit d’apporter devraient donc être à la hauteur de l’ampleur du désastre.
Malheureusement, les mesures annoncées sont des grands classiques de la gestion de crise : des mesures conjoncturelles, en l’occurrence des aides à l’accompagnement de fin de vie pour la plupart d’entre nous. Il fait ce qu’il reprochait récemment à ses prédécesseurs en distribuant un peu d’argent aux agriculteurs. En outre, par un tour de passe-passe et une habile rhétorique, il transforme les 530 millions d’euros qui pourraient au maximum sortir des caisses de l’Etat en 1,650 milliard d’aides aux filières en difficulté.
Le très libéral Nicolas Sarkozy nous propose des orientations contraires à tout ce qu’il a prôné depuis plusieurs années : protection aux frontières, régulation des marchés, …. Mais ces orientations, indiscutablement nécessaires, ne relèvent pas des compétences françaises et devront être négociées avec nos partenaires européens. Un an après la présidence française de l’Union Européenne, on a du mal à croire qu’il va s’y engager alors qu’il n’en a rien fait à l’époque.
A l’évidence, le discours du président a notamment pour objectif de ramener à lui les voix du monde agricole et rural en vue des prochaines élections régionales. Mais le problème de l’avenir de l’agriculture et du devenir des paysans en France reste absolument entier ».

Catégorie vie syndicaleCommentaires fermés

François Fillon: « Une France sans paysans, ça ne serait pas la France! »

François Fillon, Premier ministre, a répondu aujourd’hui, à l’Assemblée nationale, à une question du député de l’Isère Georges Colombier (UMP) sur la crise agricole, lui donnant l’occasion d’expliciter les trois volets du plan d’urgence mis en place et exposé en matinée par le président de la République à Poligny, dans le Jura.

« Depuis plusieurs semaines, le Gouvernement travaille avec la profession agricole à apporter une réponse globale à une crise dont vous avez eu raison de souligner qu’elle était « globale », qu’elle était à la fois structurelle, liée aux dysfonctionnements de la Politique agricole commune, mais liée aussi – c’est une crise conjoncturelle – à la crise mondiale que nous traversons et qui s’est traduite par un effondrement, dans de nombreux pays, de la consommation.

De quoi parle-t-on ? Du premier secteur industriel français, avec 163 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Nous parlons aussi de la souveraineté nationale en matière alimentaire. Nous parlons aussi d’un secteur qui est l’un des premiers secteurs exportateurs dans un monde où 2 milliards de personnes souffrent de malnutrition. Enfin, nous parlons d’hommes et de femmes, qui vivent depuis deux années consécutives une baisse de leurs revenus, qu’aucune autre catégorie de la population française ne pourrait supporter comme ils le supportent.

Alors, face à cette situation, nous avons décidé d’un plan que le président de la République a présenté ce matin, qui vise d’abord à mettre en œuvre des mesures d’urgence :

- Un milliard d’euros de prêt à 1 ou 1,5 %, avec un différé de remboursement d’un an pour restructurer les trésoreries, pour permettre aux entreprises agricoles d’investir dans l’avenir et de préparer un avenir que la nation soutient. Au fond, quand on prête 1 milliard d’euros à la profession agricole, comme on l’a fait avec l’automobile, comme on l’a fait avec les PME, c’est qu’on a confiance dans l’avenir de l’agriculture.

A côté de ce milliard de prêt bancaire, nous avons prévu 650 millions d’euros d’aides, qui vont permettre de prendre en charge des intérêts d’emprunt sur 2009 et 2008, qui vont permettre de prendre en charge des cotisations sociales, qui vont permettre de restructurer des entreprises agricoles qui doivent l’être, qui vont permettre de renouveler les exonérations, notamment de TIPP ou de taxe sur le gaz, ou encore de rembourser à hauteur de 75 % la taxe carbone.

- Le deuxième volet du plan que le président de la République a annoncé, c’est une mobilisation générale auprès de nos partenaires européens pour inventer une régulation européenne rénovée. Il s’agit d’abord de mettre en œuvre une régulation sur le lait dès le début de 2010, et ce sera le sujet principal de la rencontre que le président de la République aura dès demain, à Paris, avec la Chancelière, Angela Merkel, qui a décidé de rendre sa première visite depuis son élection à notre pays.

De la même façon, nous allons porter le débat pour une régulation générale des marchés européens, pour une préférence communautaire rénovée autour d’une idée simple : nous défendons des normes sanitaires, et nous défendons des normes environnementales, et c’est sur la base de ces normes que doit s’exprimer la préférence communautaire.

- Enfin, le troisième volet de ce plan, c’est l’esquisse de la loi de modernisation agricole, dont vous allez discuter dans quelques semaines. Nous voulons en particulier que cette loi de modernisation agricole apporte de nouveaux outils de gestion aux agriculteurs, généralise les contrats entre agriculteurs et transformateurs, mette en place des outils modernes de gestion des risques – je pense notamment aux outils assurentiels, et enfin permette de répondre à l’une des questions les plus graves auxquelles l’agriculture est confrontée, celle du coût de la main-d’œuvre, qui fait qu’aujourd’hui les productions françaises, au regard des productions espagnoles, italiennes, allemandes ne sont pas compétitives.

Mesdames et Messieurs les députés,

Pour nous, cette question, c’est une question économique, mais c’est aussi une question identitaire. Nous pensons que l’agriculture française et l’agriculture européenne doivent être préservées, en raison des atouts économiques qu’elles représentent, mais aussi parce que l’agriculture fait partie de nos traditions, de notre histoire, de notre identité, parce qu’une France sans paysans, ça ne serait pas la France ! »

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Des « mesures exceptionnelles pour sauver notre agriculture »

SarkoLe Président de la république vient de dévoiler son plan de relance pour sortir l’agriculture française de la crise.

Voir l’ensemble de ces mesures en découvrant son intervention, faite depuis Poligny (Jura)

Cliquer sur: vidéo Sarkozy pour voir la vidéo du discours du président de la république.

Cliquez sur: discours de Nicolas Sarkozy pour télécharger l’intégralité du discours.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

« L’ensemble de la population bénéficiera de la TNT… »

«Je peux vous garantir que l’ensemble de la population bénéficiera, avant la fin de l’année, du haut débit à partir de 512 Kbits, pour moins de trente cinq euros TTC par mois», a annoncé Nathalie Kosciusko-Morizet au congrès de l’ANEM.

Pour prendre connaissance de l’intervention de la secrétaire d’Etat chargée de la Prospective et du Développement de l’économie numérique lors du congrès de l’ANEM, cliquez sur: www.ariegenews.com/

Catégorie aménagement, montagneCommentaires fermés

Climat tendu au congrès de l’ANEM

Le congrès de l’association nationale des élus de montagne vient de se tenir au cœur du pays des Ecrins, à l’Argentière-La Bessée. Réforme territoriale, couverture TNT… étaient au coeur des débats….

sillon38 n’a pu envoyer un journaliste sur place mais pour lire le compte rendu de cet important rendez-vous, nous vous proposons les reportages mis en ligne par: ariege news.com

Catégorie montagneCommentaires fermés

La salmoniculture : une filière en difficulté

Comme le souligne la note de conjoncture d’Agreste du mois d’octobre, le troisième recensement de la salmoniculture française trace le portrait d’une filière en difficulté. Il constate en 2007 une baisse de la production mais aussi du nombre d’entreprises et de sites par rapport au recensement précédent de 1997.
Dans la région Rhône-Alpes, on passe de 70 entreprises en 1997 à 51 en 2007, et de 85 écloseries ou structures de grossissement à 35. La baisse de la production régionale atteint 11 % sur la décennie.
La production rhônalpine de salmonidés adultes atteint 3 200 tonnes. Elle est composée en presque totalité de truites arc-en-ciel avec 2 950 tonnes. Les autres espèces élevées sont la truite fario, l’omble chevalier et le saumon de fontaine.

A l’échelle du pays,  ces mêmes difficultés se rencontrent. La production 2007 s’établit à 37 100 tonnes, elle recule de 20 % en dix ans. Les Landes et le Finistère sont les départements les plus gros producteurs.

La production par département:

Ain: 6 sites, 218 t
Ardèche+Drôme: 14 sites, quantités produites: 1571 t
Isère: 8 sites, 803 t
Savoie+Haute-Savoie : 7 sites, 569 t
Rhône-Alpes:  35 sites,  3161 t

……………………………………………………………………………………
Source : Agreste – recensement de la salmoniculture 2007

Catégorie aquacultureCommentaires fermés

Stages en Isère: catalogue des formations 2009-2010

formation

Vous êtes nombreux à nous demander où s’adresser pour bénéficier de stages durant cet hiver. Le service formation de la Chambre d’agriculture de l’Isère a publié un guide qui regroupe les diverses actions en direction de la formation.

Pour le consulter en ligne, cliquer sur: stages Isère hiver 2009-2010

Catégorie enseignement-formationCommentaires fermés

Accès aux soins en milieu rural: il y a urgence

orateurDans sa question écrite publiée dans le JO Sénat du 17/09/2009 , M. Antoine Lefèvre (Aisne-UMP) attire l’attention de Mme la ministre de la santé et des sports sur la situation plus que préoccupante de la démographie médicale et sur l’accès aux soins en milieu rural.

Le récent « Atlas de la démographie médicale », publié par le Conseil national de l’ordre des médecins, stigmatise, en sus de la diminution du nombre de médecins en activité, les fortes et persistantes disparités régionales dans la répartition des praticiens.

La Picardie se trouve être la plus mal dotée avec 240 médecins pour 100 000 habitants, alors que Paris ou la région PACA en compte plus de 400. Si la récente loi portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires instaure des incitations financières à l’installation de médecins en milieu rural, il apparaît que malgré le relèvement récent du numerus clausus, une dizaine d’années seront nécessaires à un rééquilibrage de médecins généralistes en milieu rural.

Il lui demande donc s’il envisage de prendre de nouvelles mesures, plus contraignantes ou incitatives, financières ou administratives, comme dans certains pays de l’Union européenne.

Réponse du ministère de la santé et des sports publiée dans le JO Sénat du 22/10/2009 – page 2484

Le Gouvernement est attentif aux difficultés rencontrées dans certaines régions en termes d’accès aux soins. Dans un premier temps, le Gouvernement a souhaité laisser les partenaires conventionnels s’entendre sur les mesures permettant de mieux répartir les médecins sur le territoire.

Les discussions portent notamment sur les contrats de santé solidarité, issus des états généraux de l’organisation de la santé (EGOS), selon lesquels les médecins exerçant dans les zones surdotées auraient l’obligation de répondre aux besoins de santé des zones déficitaires. Les médecins pourraient être dispensés de cette obligation en s’acquittant d’une contribution financière.

Plutôt que de proposer des mesures démographiques coercitives comme la restriction du conventionnement dans les zones surdotées préconisée dans le rapport Paul, la politique du Gouvernement en matière démographique a davantage porté ces dernières années sur des mesures visant à inciter à l’installation et à l’activité dans les zones sous-denses en mettant en place, depuis 2004, un panel conséquent de dispositifs pour encourager l’exercice des médecins dans les déserts médicaux.

C’est ainsi que, outre les aides des collectivités territoriales, des mesures conventionnelles, comme par exemple la majoration de la rémunération de 20 % pour un exercice médical regroupé dans une zone déficitaire, sont prévues par l’avenant 20.

Par ailleurs, ont été mises en place des exonérations fiscales, par exemple sur la taxe professionnelle ou l’impôt sur le revenu pour l’exercice médical dans les zones déficitaires.

Enfin, la loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires comporte une série de mesures cohérentes dont l’objectif est d’organiser et de moderniser l’offre de soins sur le territoire : la création des schémas régionaux d’organisation sanitaire (SROS) ambulatoires qui définissent un schéma d’aménagement de l’offre de soins ambulatoires sur l’ensemble du territoire ; la répartition des internes et des étudiants en fonction des besoins ; l’incitation à la création des maisons de santé et des pôles de santé ; la création d’un corps de boursiers qui iront exercer dans les zones les moins dotées ; le développement de la télémédecine, de la généralisation des coopérations entre professionnels de santé.

Catégorie aménagementCommentaires fermés

Les lourds dossiers du light: rediffusions…

L’émission intitulée Les lourds dossiers du light, proposée dimanche dernier par France 5 fait débat! On y apprend par exemple que l’aspartam est plus sucré que le sucre. Vous n’avez pu voir l’émission de dimanche, des rediffusions sont programmées.

Jeudi 29 Octobre – 16:27
LES LOURDS DOSSIERS DU LIGHT
Lundi 02 Novembre – 10:15
LES LOURDS DOSSIERS DU LIGHT

Catégorie consommationCommentaires fermés

Nicolas Sarkozy va annoncer son plan d’urgence pour l’agriculture

C’est un jour très attendu pour l’agriculture française! C’est en effet ce midi que le Président de la république va annoncer, depuis Poligny, son plan d’urgence pour sortir notre agriculture de la crise. On parle d’1 milliard d’euros…

polignyNicolas Sarkozy a choisi le Jura pour parler de l’avenir de l’agriculture française. Il se rendra en fin de matinée à Rahon  pour visiter un groupement agricole. Il rejoindra ensuite la commune de Poligny ou il  visitera l’école nationale d’industrie laitière avant de prononcer son discours dans cette cité. A noter que Poligny est qualifiée comme capitale mondiale du Comté.

Quelles sont les mesures qui seront annoncées par le Président de la république? Selon les sources d’information, elles seraient de deux ordres: des aides d’urgence afin de consolider la trésorerie des agriculteurs, notamment les jeunes, des mesures de court terme qui devraient  s’élever à 1 milliard d’euros pour l’État. En second lieu, des mesures plus structurelles.

Nous en serons plus en milieu de journée st sillon38.com vous détaillera le plan annoncé par le chef de l’Etat.

Programme du déplacement:

11h15
Arrivée de M. le Président de la République au GAEC (Groupement Agricole d’Entreprises en commun) du Joncheret à Rahon

- Visite de l’exploitation agricole

12h15
Arrivée de M. le Président de la République à l’Ecole Nationale des Industries laitières à Poligny

- Visite des ateliers de fabrication de comté

12h40
Discours de M. Le Président de la République sur le thème « Un nouvel avenir pour notre agriculture »

(Salle Omnisports de Poligny)

Le chef de l’Etat sera accompagné de M. Bruno LE MAIRE, ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche, et de M. Michel MERCIER, ministre de l’Espace rural et de l’Aménagement du territoire.

Retransmission télé

Suivez dès 12h45 sur LCI.fr l’intervention de Nicolas Sarkozy à Poligny

Catégorie agricultureCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2009
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+