Archive | 14 décembre 2009

Parc national des Ecrins: économie et écologie solidaires

Environ 80  personnes ont participé aux travaux du Conseil économique, social et culturel du Parc national des Écrins qui se sont déroulés à l’Argentière-la-Bessée.
Il a été question de solidarités, d’accueil touristique, de pastoralisme…Tous ces échanges s’inscrivent pleinement dans l’esprit de la future charte et de sa co-construction avec les acteurs du territoire.

2009-12-cesc-montage02

Maires, conseillers municipaux, agents du Parc national des Ecrins, agriculteurs, gardiens de refuges, guides, accompagnateurs, hébergeurs, représentants d’associations et d’administrations ont participé aux travaux du Conseil économique, social et culturel du Parc national des Écrins.
Cette instance, créée en novembre 2008, rassemble les membres des trois commissions thématiques du Parc national (Développement économique, accueil-pédagogie-tourisme, patrimoines). Une fois par an, au cours d’une séance plénière, l’ensemble des membres des trois commissions est invité à se retrouver pour une journée d’échanges et de prospective.

Ainsi, outre des administrateurs du Parc national, ce sont aussi des représentants de la population, des socio-professionnels et du monde associatif qui se retrouvent pour travailler ensemble aux grandes orientations de leur territoire.

C’est ainsi que les grandes lignes de la future charte du Parc national des Ecrins s’écrivent, progressivement. A plusieurs reprises, Pierre-Yves Motte, le président du CESC, a invité largement tous ceux qui ne l’ont pas encore fait, à contribuer, par leur engagement et leur expérience, à la construction de ce projet : « si les acteurs du tourisme et le monde agricole s’impliquent assez bien dans la démarche, les artisans et les commerçants doivent aussi trouver leur place ».

Questions de solidarités

Pendant la matinée, les trois commissions ont travaillé sur le thème de la solidarité, une notion inscrite dans la loi sur les parcs nationaux qui se développe en termes d’écologie mais aussi en matières économique et sociale.

L’intérêt général, l’avenir des jeunes, de la transmission et du partage des connaissances, le besoin de médiateurs, la question des transports, le besoin de faire vivre des réseaux et de « travailler ensemble pour se connaître et se comprendre »… : pour tout cela, le rôle du Parc est imaginé et conforté.
On voudrait qu’il soit un « catalyseur » et un « organisateur des ressources humaines sur le territoire ». L’imbrication de l’écologie et de l’économie semble évidente pour tous. On peut penser que ce travail collectif bénéficiera aussi à une solidarité écologique entre le cœur protégé du Parc national et son aire d’adhésion.

Après la présentation du diagnostic socio-économique réalisé sur le territoire des Écrins, des éléments de réflexion ont été développés dans le domaine du pastoralisme et en matière d’accueil touristique. Deux thèmes qui ont fait l’objet de plus d’une vingtaine de contributions, assorties de propositions d’actions concrètes.
Autant d’éléments qui fonderont la réalité de la future charte du Parc national.

Le calendrier de la charte

Le directeur du Parc national, Michel Sommier, a confirmé que les Écrins feront partie du « premier train des parcs nationaux à présenter leur charte ».

Le calendrier prévoit la rédaction d’un texte détaillé pour l’été 2010 qui serait soumis à l’enquête publique en 2011 et à la délibération des communes de l’aire optimale d’adhésion en 2012.

En savoir plus sur les commissions thématiques du Parc national de Écrins

Texte et photos: Parc national des Ecrins.

Catégorie parcsCommentaires fermés

Grenoble-Valence: 16 TER de plus chaque jour

Depuis hier, dimanche 13 décembre, une nouvelle desserte ferroviaire est mise en place sur l’axe Grenoble – Valence. C’est la 3ème étape du cadencement, qui est mis en œuvre depuis décembre 2007. Concrètement, cela signifie 16 trains supplémentaires chaque jour, de nouveaux horaires plus lisibles, et des temps de trajet raccourcis (un gain de 16 minutes entre Grenoble et Valence). Ainsi, toutes les liaisons ferroviaires du réseau TER Rhône-Alpes sont maintenant cadencées, permettant d’atteindre l’engagement pris par la Région d’augmenter l’offre TER de 15 % en 3 ans.

Bernard Soulage dans la peau du chef de gare, cet après-midi, entouré de Gilles Cheval,

Bernard Soulage dans la peau du chef de gare, cet après-midi à Grenoble, entouré d'Arlette Gervasi, conseillère régionale, Gilles Cheval, directeur délégué TER de la SNCF Lyon, Marie-Odile Novelli, Vice-présidente déléguée aux solidarités, à la politique de la ville et au logement

Bernard Soulage, Premier Vice-président du Conseil régional Rhône-Alpes délégué aux transports, déplacements et infrastructures , et véritable locomotive de ce réaménagement progressif du transport ferroviaire régional, était aujourd’hui en gare de Grenoble pour marquer le coup. Après avoir mis, il y a quelques jours, le bonnet du fondeur pour inaugurer à Autrans le nordic pass Rhône-Alpes (lire notre article), Bernard Soulage portait aujourd’hui, avec autant de bonheur, la casquette de chef de gare, le sifflet à la main.

« Cette nouvelle étape du cadencement permet d’augmenter l’offre de 30% sur la ligne Grenoble-Valence qui se fait désormais en 1h11 minutes » a t-il souligné. « Pour ceux qui vont vers le sud, inutile d’aller en voiture jusqu’à la gare de Valence TGV. Embarquez à Grenoble! ».

Le TER est un bonus à la fois économique et écologique. Le nouveau matériel est plus confortable, plus rapide et économe en fioul. La Région a mis en circulation 12 nouveaux automoteurs bi-modes bi-courant (BobiGC) entre Valence et Grenoble et Grenoble-Chambéry.

Les chiffres-clés de la nouvelle desserte

  • 65 trains au lieu de 49 soit 16 trains supplémentaires
  • 33 trains périurbains entre Saint-Marcellin et Grenoble, desservant toutes les gares
  • 32 trains rapides desservant les grandes villes soit un train par heure toute la journée
  • un service continu de 6h à 21h

Gilles Cheval, Directeur délégué TER de la SNCF Lyon, a tenu à souligner « le travail des cheminots ces derniers jours. Cent trains ont été repositionnés au bon endroit. C’est une grande satisfaction sur un axe qui a beaucoup souffert ».

Chaque jour, 135 000 Rhônalpins empruntent des transports régionaux. En 5 ans, leur fréquentation a augmenté de 50%.
Le sillon alpin a la cadence et les usagers semblent l’apprécier. Si le rythme se maintient, en 2014, Valence, Grenoble et Chambéry seront reliés par une ligne modernisée et électrifiée.

…………………………………………………………………..

Nouveaux horaires sur ter-sncf.com

Catégorie transportCommentaires fermés

Un Oscar européen pour « Mia et le Migou »

mia&migouLe film très Rhône-Alpes « Mia et le Migou » a reçu ce samedi 12 décembre en Allemagne la prestigieuse récompense de l’European Film Award (EFA)*, aussi appelée Oscar Européen.  Tous les films d’animation sortis ces deux dernières années en Europe étaient en compétition.

« Je félicite Jacques-Rémy Girerd, réalisateur de « Mia et le Migou »,  et toute son équipe  pour ce prix. C’est une belle récompense pour Folimage et pour Rhône-Alpes Cinéma qui a co-produit ce film. Elle souligne de plus le travail de qualité effectué dans le domaine de l’audiovisuel en Rhône-Alpes »,  a déclaré Jean-Jack Queyranne, Président de la Région Rhône-Alpes.

« Mia et le Migou » a en effet été presque intégralement fabriqué par les Studios Folimage à Valence, et a été distribué par une société lyonnaise, Gébéka, spécialisée dans le film d’animation. Rhône-Alpes Cinéma a coproduit le film à hauteur de 475 000 €, la Région en a accompagné la production, et la sortie par une campagne de communication d’ampleur nationale.

……………………………………………………………………………………………………………………………

* « Mia et le Migou » a été récompensé par les European Film Awards aux côtés de Tahar Rahim, meilleur acteur européen  pour son rôle dans « Un prophète », Kate Winslet, meilleure actrice pour sa prestation dans « The Reader », Michael Haneke, meilleur réalisateur et son « Ruban Blanc » comme meilleur film européen 2009.

Catégorie on en parleCommentaires fermés

Offres et demandes d’emploi, en Rhône-Alpes, dans le secteur agricole

Retrouvez d’autres offres d’emploi sur www.anefa.org :

Drôme

Expl. (arboriculture + ail semence) recherche un agent agricole (H/F) polyvalent. Missions : travaux liés à l’entretien et production du verger (taille, mise en place du système d’irrigation, éclaircissage, récolte…) ; activités liées à la prod. « ail semence ». Conduite de tracteur indispensable. Formation CAPA et/ou exp. souhaitée. CDI tps complet.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OAR52-26

Drôme

Expl. cherche un agent viticole (H/F) polyvalent. Vous serez à la fois agent tractoriste et agent de chai (au moment des vendanges). Vous interviendrez à tous les stades du cycle de la vigne. Vous effectuerez les travaux mécanisés, les réglages, l’entretien du matériel. Vous assurerez également les travaux de la cave : préparation du chai, vérification du matériel. Cet emploi correspondrait à une personne motivée bénéficiant soit d’une expérience soit d’une solide formation. CDI tps complet.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVI13-26

Isère

Exploitation en élevage caprin + transformation fromagère, situé dans le Nord Isère, recherche un agent d’élevage (H/F) ayant la responsabilité du troupeau (traite, soins, entretien des parcs et clôtures, etc.), 45 chèvres. CDD à temps partiel (mi-temps). Possibilité logement.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OCA4-38

Haute-Savoie

Expl. viticole cherche un chef d’équipe (H/F). Vous réaliserez les travaux de la culture de la vigne (taille, débourgeonnage, relevage, vendange…). Vous encadrerez une équipe de 5 à 20 personnes. Vous devrez être capable de vous intégrer au sein de l’équipe permanente du domaine (3 personnes). Qualités requises : polyvalence et autonomie. CDI tps complet.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVI1-74

Loire

GAEC spécialisé en élevage bovins cherche un agent d’élevage laitier (H/F). Vous assurerez principalement la traite, les soins et l’alimentation des vaches laitières. Rigueur et exigence sont des qualités indispensables. Vous serez également amené à participer à la gestion matérielle, administrative et technico-économique en rapport avec votre poste. CDI tps complet. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL7-42

Retrouvez d’autres  demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Drôme

Homme cherche emploi en viticulture. Titulaire d’un BTS en viticulture/œnologie. Expérience en vigne et cave. Mobilité : Drôme.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVI42-26

Drôme

Fils d’agriculteur cherche un emploi en élevage bovin viande ou ovin viande. Etudie ttes propositions (tps complet, tps partiel, CDD, CDI).

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DEL14-26

Loire

Homme, pluriactif, cherche emploi en élevage laitier bovin ou de chauffeur. Disponibilité : hiver de novembre à avril. Expérimenté.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVL17-42

Rhône

Femme cherche emploi en élevage bovin lait. Titulaire d’un BTS production animale. Mobilité : Rhône.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVL14-69

Rhône

Homme cherche emploi d’agent d’élevage laitier. Titulaire du CAPA. Expérience en conduite de matériel et élevage bovin.

Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVL17-69

Catégorie petites annoncesCommentaires fermés

La région soutient le Vercors

Jean-Jack Queyranne s’est rendu dans le Vercors pour annoncer deux bonnes nouvelles. Dans le cadre du renouvellement de sa charte, le Parc va recevoir une subvention régionale de 5,6 millions d’euros. Deux subventions, de 800 000 euros chacune, seront attribuées au Vercors dans le cadre du contrat moyenne montagne.

Le président de la région Rhône Alpes accompagné d’Eliane Giraud, vice présidente en charge de l’agriculture et présidente du Parc régional de Chartreuse, a été reçu à Autrans par le maire de la commune, Gabriel Tatin, Danielle Pic, présidente du Parc naturel régional du Vercors.

Cette dernière a rappelé que le Parc régional du Vercors a vu le jour en 1970. « Il aura donc 40 ans en 2010 et nous fêterons cet anniversaire comme il se doit, en particulier le 16 octobre, véritable date anniversaire de la création du Parc… »  » Nous avons joué notre rôle en réalisant des actions innovantes d’aménagement du territoire. La signature de la charte pour les années 2008- 2020 va nous permettre d’aller encore plus en avant sur de nombreux dossiers: biodiversité, culture, agriculture, eau, énergie renouvelable, forêt, patrimoine…Les idées ne manquent pas! »

Le Parc qui regroupe à ce jour 85 communes et 5 villes portes  « ne veut pas être un espace fermé, bien au contraire, nous souhaitons être réactifs et avoir toute notre place sur le territoire. »

La présidente a également informé la salle de la mise en place prochaine d’un PIDA Bleu du Vercors Sassenage afin de pérenniser la filière lait sur le Vercors.

En réponse Jean-Jack Queyranne, président de la Région a souligné le rôle important que jouent les Parcs naturels en région Rhône Alpes. » Ils sont au nombre de 6 et un septième est en gestation: celui des Baronnies. « 

Pour en revenir au Vercors, les élus régionaux ont adopté le contrat du Parc Naturel Régional du Vercors 2010-2013. « Et j’ai une bonne nouvelle: Le Parc a établi un programme pluriannuel de 140 actions. 106 de ces actions bénéficieront d’un financement de la région à hauteur de 5,6 millions d’euros, notamment dans les domaines de l’agriculture, de l’énergie, de la culture et du tourisme. »

vercors 1

Les stations de moyenne montagne souffrent d’un enneigement aléatoire. Le réchauffement climatique sévit. Il va falloir que les communes s’adaptent et fassent preuve d’imagination pour attirer les touristes. La région est prête à les aider.

Le problème du réchauffement climatique a été abordé. « Les stations de moyenne montagne doivent s’adapter à l’enneigement aléatoire. Elles doivent s’adapter, être novatrice, proposer un tourisme des quatre saisons….Afin de les aider, dans le cadre du contrat de moyenne montagne, la région a décidé d’apporter au Vercors une aide double: deux fois 800 000 euros. Celle-ci permettra de favoriser les idées, projets les plus innovants. »

Intervention ponctuée par de nombreux applaudissement de la salle ou avaient pris place de nombreux élus, acteurs du Vercors.

Vercors

Petit clin d’oeil à une particularité iséroise: nos deux Parcs naturels régionaux, Chartreuse et Vercors ont à leur tête une femme: Eliane Giraud et Danielle Pic

Catégorie aménagement, parcsCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

décembre 2009
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+