Archive | 20 décembre 2009

Fête des saveurs à Villard-de-Lans

La première fête des saveurs qui s’est déroulée à Villard-de-Lans a eu deux invités surprise: la neige et le froid, surtout le samedi.

Cela n’a pas empêché cette manifestation, organisée conjointement par l’office de tourisme et l’union des commerçants, de se dérouler dans de bonnes conditions et surtout dans une bonne ambiance.

saveur 12

Malgré le froid, la dégustation dans les rues a été très appréciée.

Dès le début des hostilités, samedi après midi, les courageux visiteurs ont pu se lancer à l’ assaut des produits de la ferme Vercors, les découvrir, les déguster de façon très conviviale.

Comment tous les citer mais outre le Bleu et les noix dont la promotion était assurée par leurs confréries respectives, on a apprécié les caillettes, charcuteries, ravioles, produits à base de truites….sans oublier le vin, la Clairette de Die….

Les conférences de Jean Guibal, conservateur en chef du patrimoine de l’Isère évoquant la relation entre  le patrimoine et les produits du terroir, de Lydia Chabert Dallix et Odile Goujon, journalistes, qui ont évoqué « La Table du Vercors au fil des siècles » ont complété cette journée avec comme grand témoin le pétillant humoriste local et amateur de bonne chère: Serge Papagalli.

saveur 2

Les intronisations ont été le fil conducteur de cette fête. Ici  Guy Chenevier, patron du hérisson aux côtés de son parrain: Bruno de Montal.

Nous ne passerons pas sous silence les intronisations de Jean Guibal, Gilles Balesta, gérant de centres de vacances et de Jérôme Faure, chef étoilé qui ont juré fidélité au Bleu.

Un sacré dimanche!

Par chance, le soleil s’est invité, une bonne partie de la journée à la fête le dimanche. Cela a permis à la fête de se dérouler à l’extérieur. Les confréries, de la noix de Grenoble et du Bleu du Vercors Sassenage, précédées par la troupe des « fet’art Sassenageois » de partir à l’assaut des rues de Villard avec comme mission de faire déguster un maximum de Bleu et de noix.

saveur 5

Le rythme a été donné par la troupe » fêt’ard » de Sassenage.

Au cours de cette journée, on aura appris, de la bouche de Christelle Hustache, animatrice au SIVER que le Syndicat du Bleu du Vercors Sassenage  « ne pouvait louper cet évènement. Pour ce, on fait déguster du Bleu chaud, beaucoup ne le connaissent pas et les producteurs eux-mêmes organiseront le soir une Vercouline géante. »

Au niveau de la noix, Bruno de Montal, grand Maître, justifie  la présence de la Confrérie  afin  montrer  les qualités nutritionnelles de la noix et de dire aux gens que la noix est excellente pour la santé ».

Philippe Thiault son pendant pour le Bleu: « Notre présence est indispensable. Nous assurons la promotion du Bleu et nous faisons en sorte que les touristes soient les ambassadeurs du bleu chez eux. »

Au cours de cette journée, Annie Crouzet, maître sommelier a prouvé que le mariage fromage vin ne passe pas obligatoirement par un vin rouge très tanique, « contrairement aux idées reçues. Un vin blanc par exemple  peut très bien se marier avec le fromage. » Et pour anecdote, elle a qualifié « d’hérésie » de marier un foie gras avec un vin liquoreux! Nous sommes nombreux à lui donner raison et tentez un bon vin rouge, vous nous en donnerez des nouvelles (NDLR).

Bien  entendu, les confréries de la noix et du Bleu ont adoubé plusieurs personnes: Guy Chenevier, patron du magasin le Hérisson et Evelyne Mancret, alliance française de Grenoble, l’ont été au titre de la noix de Grenoble.

saveurs 11

Popeye tout surpris de son intronisation au sein de la confrérie du bleu du Vercors Sassenage. Avec son parrain, Jean Claude Collard, ils forment une sacrée équipe.

Jacques Chassagne, commerçant et surtout Franck Gautier, dit Popeye, président de l’union des commerçants et Dominique Vassal, directeur de l’office du tourisme de Villard-de-Lans ont pour leur part juré fidélité au bleu.

saveur 10

Dominique Vassal, directeur de l’office du tourisme de Villard-de-Lans a été la cheville ouvrière de cette première fête. C’est également un ardent défenseur des produits du Vercors, dont le Bleu. Il est ici aux côtés d’Evelyne Mancret qui apprécie le bleu mais également les noix. Les voici désormais grands défenseurs de nos deux AOC.

Concours de plats très original.

Les organisateurs de cette première fête des saveurs ont eu une idée originale: un concours de plats à base de produits du Vercors. Cinq concurrents ont travaillé sur le sujet. Les départager n’a pas été chose simple. Cependant un palmarès a été établi.

1: Sylvie Pascal: duo de la Vernaison sur un lit de petits légumes et ravioles aux noix et picodon.

2 et premier prix junior: Camille Gauthier: rochers au bleu

3: Annie Fabita.

4: Stéphanie Charles Oddoux

5: Albert Filotti

En conclusion, on peut dire que cette fête s’est déroulée dans une ambiance formidable. « Il y a eu quelques ratés » confessera Popeye,  « mais on fera mieux la prochaine fois. »

Il a raison car il faut vraiment que cette fête se pérennise.

Un amical salut à Daniel Philibert. Technicien à la SENURA, il coule des jours heureux à la retraite mais défend toujours avec autant de pugnacité la noix de Grenoble.

Un amical salut à Daniel Philibert. Technicien à la SENURA, il coule des jours heureux à la retraite mais défend toujours avec autant de pugnacité la noix de Grenoble.

Catégorie A la une, bleu du Vercors Sassenage, nucicultureCommentaires fermés

PNPP: l’arrêté d’application toujours attendu

orateurM. Gérard Dériot (Allier- UMP-R), dans sa question écrite publiée dans le JO Sénat du 12/11/2009, attire l’attention de M. le ministre d’État, ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat, sur les préparations naturelles non préoccupantes.

Dans le cadre du Grenelle de l’environnement, l’objectif a été fixé de réduire de moitié d’ici dix ans l’usage des biocides et des produits phytosanitaires. Les produits naturels peu préoccupants s’avèrent être un des instruments pour atteindre cet objectif. En effet, ils ne sont pas toxiques, ni brevetables.

Néanmoins, les demandes d’homologation de ces produits sont très coûteuses financièrement et elles demeurent complexes. Ainsi, il demande au Gouvernement de lui indiquer les mesures envisagées pour obtenir des autorisations simplifiées de mise sur le marché de ces produits de substitution aux phytosanitaires.

Réponse du Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climatpubliée dans le JO Sénat du 17/12/2009

Les produits destinés à la protection des plantes sont formulés à partir d’éléments naturels, et notamment d’extraits de plantes. Ils relèvent de pratiques parfois anciennes, mises en oeuvre pour lutter contre les ravageurs et les maladies des cultures sans avoir à recourir aux produits chimiques de synthèse. Ils sont l’objet d’un regain d’intérêt en tant qu’alternatives intéressantes à l’utilisation des pesticides. Ils sont souvent élaborés empiriquement par des amateurs avertis sous des dénominations vernaculaires variées (préparations naturelles, purins, décoctions, tisanes, etc.).

Leur fabrication en quantité importante est aujourd’hui le fait d’opérateurs économiques spécialisés et leur utilisation agricole dans des systèmes de cultures économes en intrants tend à s’accroître. La loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006 avait prévu qu’un décret fixerait une procédure simplifiée d’autorisation de mise sur le marché de ce type de produits.

En septembre 2008, le plan Ecophyto 2018 a rappelé, dans son engagement 17, la nécessité de faciliter la mise sur le marché de produits alternatifs, dont les produits phytopharmaceutiques d’origine naturelle. Ce décret, rédigé par le ministère de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche, est paru le 25 juin 2009 et sera prochainement complété par un arrêté d’application qui précisera les modalités de mise en oeuvre des dispositions suivantes.

Ce texte définit les préparations naturelles peu préoccupantes comme étant élaborées selon des procédés accessibles aux utilisateurs, à partir d’éléments naturels non génétiquement modifiés, non identifiés comme dangereux pour la santé publique et ayant fait l’objet d’une procédure d’inscription sur la liste communautaire des substances actives.

Il prévoit une procédure d’autorisation délivrée par le ministre de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche, le cas échéant après l’avis de l’Agence française de sécurité des aliments, pour une durée maximale de dix ans. Le décret fixe enfin le cadre de la procédure d’autorisation de mise sur le marché et établit les responsabilités qui incombent aux opérateurs et le régime de sanctions.

Répondant à ce qu’attendaient les opérateurs économiques, il fixe le cadre de la mise sur le marché de ces produits alternatifs, en cohérence avec la réglementation communautaire. La parution de ce décret ainsi qu’une mise en place du dispositif réglementaire, achevée dans les meilleurs délais, permettront aux opérateurs économiques et aux utilisateurs de mettre rapidement sur le marché et d’appliquer en toute légalité les préparations naturelles peu préoccupantes.

Catégorie agriculture, arboricultureCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

décembre 2009
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+