Archive | 12 janvier 2010

Lait: les bienfaits de la maîtrise

La Confédération paysanne prend acte des décisions du ministre de l’Agriculture concernant la fin de campagne 2009/10, décisions qui ne remettent pas en cause le gel de l’augmentation de 1 % du quota national ni l’absence d’allocations provisoires.
Ces mesures de maîtrise contribueront fortement à une sous-réalisation en France de l’ordre de 7 % de la référence nationale, soit 1,7 million de tonnes. Cette quantité représente environ 75 000 t de beurre et 140 000 t de poudre maigre. Cela correspond aux stocks publics européens de beurre et à la moitié des stocks de poudre .
C’est bien grâce à cette maîtrise que le prix moyen du litre de lait est annoncé à la hausse en 2010. Or les perspectives de prix s’annoncent bien trop faibles du fait :

-de l’importance des produits industriels dans les modalités de fixation ;
- de l’absence des produits les mieux valorisés que sont les produits de marque.
La France ne doit pas assurer seule la maîtrise des volumes produits en Europe.

La Confédération paysanne demande au ministre français de l’Agriculture de convaincre ses homologues européens des bienfaits de la maîtrise, qui ne peut être activée que par les pouvoirs publics.

« Les producteurs sont convaincus que les contrats ne pourront assurer cette mission (seul point d’accord avec la FNPL lors de la rencontre du 6 janvier 2010). Pour faire accepter la maîtrise publique, il est certainement nécessaire de revoir la répartition des quantités produites entre les différents Etats membres ».

Catégorie lait/produits laitiers, vie syndicaleCommentaires fermés

Nouvelle alerte à la neige et au verglas

La préfecture de l’Isère nous informe de la mise en place de l’alerte météo pour le phénomène neige-verglas (vigilance orange).
Début de l’évènement : nuit du mardi 12 janvier
Fin de l’événement prévu : mercredi 13 janvier en journée

Episode hivernal de type neige/verglas nécessitant une vigilance particulière notamment à cause du verglas qui peut perturber la circulation routière. Celui-ci commence ce soir et devrait se terminer demain mercredi, en journée.
Les premières précipitations se font généralement sous forme de neige mais également sous forme de pluies verglaçantes plus présentes sur le nord Isère, puis la neige collante remplace la pluie (et enfin la pluie de nouveau sur sols gelés rendant les chaussées glissantes).

Les quantités de neige attendues en plaine sont de l’ordre de 5 à 10 cm voire plus localement.

Sur tout le réseau routier : les conditions de circulation avec un grand risque d’accident sont susceptibles de devenir rapidement très difficiles du fait de la neige et du verglas.

Sur le réseau autoroutier : sur les autoroutes du département, le préfet de l’Isère a décidé de limiter la vitesse à 110km/h pour les véhicules légers et à 90 km/h pour les poids lourds de plus de 3,5 tonnes de poids total en charge, à partir de 22h ce soir et jusqu’à mercredi 13 janvier à 12h.

Transports scolaires : les transports scolaires ne sont pas suspendus ; ils devront être adaptés selon les conditions de circulation locales.

Au niveau des toitures : la préfecture appelle à une vigilance particulière pour ce qui concerne l’accumulation de neige sur les toits. En effet, la neige prévue cette nuit sera lourde et viendra se poser sur des toits déjà enneigés. Cette surcharge peut conduite à d’importants dégâts.

Pour plus d’informations : www.vigimeteo.com (et cliquez sur le département).

Catégorie transportCommentaires fermés

Chambre d’agriculture: agir pour oublier 2009

2009 aura été une année noire pour l’agriculture. Voire calamiteuse. Dans un contexte général de récession économique, la crise européenne du lait a profondément pénalisé la filière (1) et laissé des traces. Au-delà du lait, toutes  les productions ou presque ( il semble que les nuciculteurs se sortent bien de la situation) ont subi le même sort. Le bilan, sur le plan des revenus, est plus que critique puisque l’on chiffre  à -34% la baisse moyenne du revenu agricole par exploitation. Et la fin des quotas, annoncée pour 2015, n’est pas de nature à éclairer l’horizon des éleveurs, de plaine ou de montagne.

De gauche à droite,

De gauche à droite, Charles Galvin, Jean Robin-Brosse, Eric Grasset, Christian Nucci, Gérard Seigle-Vatte, René Jacquin, Eliane Giraud, Albert Dupuy, M.Dumolard, Roger Pellat-Finet

En cette période de vœux, c’est l’occasion, pour les élus consulaires, de souhaiter à tous une année 2010 qui fasse oublier la précédente. Mais la conviction n’y est pas vraiment. Gérard Seigle-Vatte, président de la Chambre d’agriculture de l’Isère, l’a fait hier, mais sans grand optimisme : « On est à la limite de la rupture dans l’agriculture, souligne t-il. Mais il ne faut pas pour autant tomber dans le catastrophisme. Il faut au contraire continuer à aider l’installation des jeunes, restructurer les filières, préserver le foncier agricole, favoriser l’informatisation des agriculteurs ».

Cette traditionnelle cérémonie de nouvel an, est l’occasion pour le président de la Chambre, la trêve des confiseurs touchant à sa fin,  de dire ce qui ne va pas, ce qui fâche, ce qui chagrine, à l’adresse des pouvoirs publics et des collectivités territoriales. Albert Dupuy, préfet de l’Isère et Christian Nucci, vice-président du CG38 en charge de l’agriculture, du développement rural, de l’équipement des territoires et des politiques de l’eau, étaient donc tout ouïe.

Au chapitre des doléances, le dossier SYMBHI (Isère amont): « J’ai peur que ce dossier fasse des vagues dans la vallée », s’inquiète Gérard Seigle-Vatte.

En l’absence de Robert Veyret, président du SYMBHI, Christian Nucci s’est efforcé de rassurer le président de la Chambre sur ce point,  l’invitant à prendre patience, estimant « que ce dossier doit déboucher ».

Le vice-président du CG38 a abordé le dossier de l’abattoir du Fontanil, dossier récurrent et toujours sujet aux interrogations. Gérard Seigle-Vatte soulignait dans son allocution la nécessité de procéder à une restructuration (très coûteuse) et parallèlement à la création d’une plateforme alimentaire : « Ce que je constate, dit Christian Nucci, c’est que trop de bêtes issues du département sont dirigées vers d’autres lieux d’abattage. Il faut bien voir que nous sommes élus pour 5 ans et que si nous ne parvenons pas à gérer économiquement cet outil, nous le fermerons ».

Après l’arrêt de l’abattoir de La Côte-Saint-André, une éventuelle fermeture du Fontanil est donc évoquée pour la première fois par le conseiller général. Un avertissement sans frais qui traduit une certaine lassitude sur cette question de l’abattage public. Il faut dire que cet équipement a mobilisé des crédits importants du Conseil général, lesquels s’avèrent insuffisants à chaque année qui passe.

Du positif, il y en a eu aussi, dans cet échange. Le président de la Chambre a tenu à remercier le préfet pour sa compréhension vis-à-vis des collecteurs de lait. Lors de la récente alerte orange (neige/verglas) qu’a connue l’Isère, la circulation des poids lourds avait été interdite par arrêté préfectoral. Mais grâce à la sollicitude du préfet, qui a dit hier tout le plaisir qu’il avait à travailler avec les élus consulaires de la Chambre d’Agriculture dans la salle Fréjus-Michon, la collecte de lait a pu reprendre plus rapidement que prévu.

………………………………………………..

(1) Un exemple parmi d’autres: celui de l’Union Régionale des Coopératives de Vente de Lait (URCVL). Cet outil coopératif qui mutualise la collecte du lait et regroupe 1900 producteurs de Rhône-Alpes et de la Haute-Loire, n’a pas terminé l’année. L’URCVL  a été démantelée le 31 décembre 2009.

Catégorie agricultureCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

janvier 2010
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+