Archive | 19 janvier 2010

Les dispositifs pour les agriculteurs en difficulté

Les différents dispositifs proposés aux agriculteurs en difficulté s’adressent à des agriculteurs qui connaissent des difficultés économiques ou de santé, conjoncturelles ou structurelles.

Ces mesures relèvent soit de la procédure dite « agridiff » si la situation est jugée redressable, soit du dispositif de reconversion professionnelle si elle ne l’est pas.

Procédure AGRIDIFF
Dispositif ne relevant pas des minimis.

Sélection des bénéficiaires

  • avoir au moins 21 ans et moins de 55 ans,
  • avoir la capacité professionnelle : diplôme agricole de niveau IV ou V ou justifier de 5 ans d’expérience professionnelle en tant que chef d’exploitation à titre principal ou secondaire,
  • justifier d’une activité agricole en tant que chef d’exploitation agricole depuis 5 ans à titre principal,
  • employer moins de 10 salariés,
  • au moins une UTH. Engagement à rester agriculteurs pendant la mise en place du plan de redressement (soit 3 ans).

Critères économiques

  • exploitation viable dont la moyenne du revenu par unité de travail non salarié doit être inférieure à 1 SMIC (12444 € par an),
  • endettement supérieur à 75% des fonds propres (hors foncier), ET
  • baisse de l’EBE d’au moins 20% sur les 3 derniers exercices.

Modalités d’aides

  • PCIB sur 3 ans sur des prêts long moyen court terme,
  • PCIB sur des prêts de consolidation moyen et long terme.

Plafond 10000 € par unité de travail non salarié dans la limite de 2. Augmentation de 10% possible par salarié (limite à 20 000 € de plus). La transparence GAEC joue dans la limite de 3.

Gestion

  • dépôt des demandes en DDT (ex-DDAF),
  • aides conditionnées à la mise en place d’un plan de redressement sur 3 ans, défini après un audit approfondi de l’exploitation par un technicien de la Chambre d’agriculture (prise en charge directe de l’Etat du coût de l’audit auprès de la Chambre),
  • mise en place d’un suivi annuel par un technicien de la Chambre d’agriculture (prise en charge du coût par l’Etat) pendant 3 ans.

Contact extérieur
Chambre d’agriculture 04 76 93 95 21

Sillon dauphinois
Il s’agit d’un dispositif mis en place grâce à un partenariat entre le Conseil général, la Chambre d’agriculture, la MSA et la DDAF. Les agriculteurs peuvent être confrontés à des difficultés d’origines multiples : isolement, problèmes sociaux et familiaux, difficulté économique, difficulté d’adaptation face au changement, besoin de qualification… Pour en parler, pour prendre du recul et réfléchir à l’avenir, pour être accompagné dans une démarche de changement, ces agriculteurs peuvent solliciter le Sillon dauphinois.

Contact extérieur
Répondeur téléphonique 04 74 20 81 49 – vous serez rappelé rapidement.

Aide à la reconversion professionnelle (ARP)
Cette mesure s’adresse aux agriculteurs dont l’exploitation a été jugée non redressable par la commission départementale d’orientation de l’agriculture. Les conditions d’obtention sont les suivantes :

  • justifier de 5 ans d’activité agricole à la date de dépôt de la demande,
  • s’engager à ne plus travailler dans l’agriculture comme chef d’exploitation ou chef d’entreprise agricole, mais il est possible de conserver 1 hectare de parcelle de subsistance.

Contact extérieur
Les dossiers sont pré-instruits par l’Adasea Maison des agriculteurs 40 avenue Marcelin Berthelot BP 2723 – 38036 Grenoble cedex 02 – tel 04 76 20 68 80

Formulaires

Contact DDT

  • pour Agridiff Sandrine CHARRIER 04 76 33 45 33 ou Anne-Catherine BOSSO 04 76 33 45 21
  • pour ARP Michèle CHATENAY 04 76 33 45 16

Catégorie DDAF, agricultureCommentaires fermés

Réunion débat: prix du lait, l’exemple canadien

l‘Association des Producteurs de Lait Indépendants demande un système de fixation du prix du lait calqué sur le Canada. Pour ce, une délégation de producteurs de ce pays fait le tour de France pour expliquer son fonctionnement. Elle sera dans le Rhône ou est organisée une réunion débat.

Voici le communiqué de l’APLI

DERNIER ESPOIR AVANT ‘’ LA GUERRE DU LAIT ‘’

Pour l’année 2010, un accord sur le prix du lait a été validé, sans négociation, sans tenir compte des avertissements de la base (APLI), et largement en deçà des coûts de revient et de la rémunération du travail qu’occasionne cette production.

Les producteurs de lait Français ne pourront supporter une année supplémentaire avec des prix équivalents à ceux de 2009.
Ils ne pourront  supporter même un trimestre de plus, alors que les marchés des produits laitiers sont florissants et que les industriels laitiers annoncent des résultats positifs, voire provoquant.

Parallèlement, la réalité du terrain est catastrophique (suicides, drames familiaux, dépôts de bilan,…).
Ce génocide laitier, outre les effets directs sur les individus concernés, va avoir, à très court terme, des incidences sur l’occupation des territoires, l’emploi, l’environnement avec l’implantation d’unités de productions disproportionnées, l’autonomie et la sécurité alimentaire.

Voilà un an que l’APLI, forte du soutien des consommateurs (92%), tente d’alerter et de prévenir cette catastrophe sociale et économique.
Ses actions sont toujours restées pacifiques et respectueuses des biens et des personnes.
Aujourd’hui, la disparition imminente de milliers d’exploitations laitières, ne nous permet plus d’assurer que cette ligne de conduite sera maintenue.

L’APLI s’est encore fixé un mois (Janvier), pour tenter de persuader tous les acteurs de la filière qu’une autre solution est possible.
Cette solution n’est en rien utopique. Elle existe, elle est en place, elle perdure ! C’est le système Canadien de régulation, d’adaptation de l’offre à la demande.

Si la volonté de tous s’affiche clairement, elle est possible à mettre en place en Europe et en France et n’apporte que des avantages pour tous les acteurs de la filière, du producteur au consommateur.

L’APLI souhaite aller jusqu’au bout de sa tentative de persuasion pacifique qu’un autre avenir est possible, que rien n’est inéluctable, que l’anticipation est préférable aux regrets.

Partout en France, des réunions, durant lesquelles des éleveurs Canadiens viendront témoigner du bien-fondé de leur système d’office du lait, sont organisées.

Les éleveurs laitiers, invitent toutes les personnes concernées de près ou de loin, du producteur au consommateur, à venir défendre massivement et pacifiquement l’avenir de notre élevage, de nos territoires, de notre identité  et de notre alimentation en participant à ces réunions-débat publiques.

Rendez-vous :

Vendredi 22 janvier 2010 à 20H30

Salle des Fêtes – Place Fleury-Lancelin

69280 MARCY L’ETOILE

reunion lait

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

Se former en scierie artisanale

scierie Combe de Lancey1

Organiser des sessions de formation en scierie artisanale: c'est l'un des projets du gérant d'Alpes Scierie Services, à La Combe-de-Lancey

Philippe Papet-Lépine, gérant de la SARL Alpes Scierie Services, exploite  la scierie artisanale du Mas Lary, à La Combe-de-Lancey.

Sillon38 avait évoqué la situation de cette entreprise cet été avec les sylviculteurs de Belledonne. Question centrale : une scierie artisanale peut-elle vivre en montagne ? Philippe Papet-Lépine, en tout cas, se bat pour maintenir son activité dans le massif de Belledonne :

«  2010 sera l’année décisive, confie t-il. Lors de votre venue en juillet 2009 avec les sylviculteurs de Belledonne, nous avions évoqué l’avenir de la scierie. Malgré la perplexité de certains, mon idée est évidemment qu’il faut maintenir cette scierie parce que  le service de proximité est une nécessité pour répondre aux enjeux sociétaux, économiques et environnementaux du pays tout entier. Le travail en cours consiste à finaliser le lancement d’un point de vente « bois local »  pour aller vers la distribution en circuit court  (1) ».

Une volonté qui coïncide avec les démarches de territoires engagées aux quatre coins de l’Isère dans le cadre d’un développement durable. Un projet qui pourrait s’intégrer dans la démarche « Bois d’ici », engagée par l’ADAYG et qui devrait prochainement entrer dans sa phase active.

« Pour tenir le coup d’ici là, poursuit Philippe Papet-Lépine, Alpes Scierie Services orientera ses activités en 2010 davantage vers la formation (2); dés la création, en 2005, la formation de personnel de scierie a été proposée ; depuis octobre 2008, A.S.S est enregistré auprès de la DRTEFP Rhône-Alpes en tant qu’organisme de formation ».

Dans un cadre montagnard, la scierie du  Mas Lary  est un outil parfaitement adapté pour acquérir les compétences clés en matière de conduite de scie à grume et de préparation de  bois sciés.

Au programme de la session de formation: la connaissance du matériau bois, la technologie machine sciage et affûtage , les techniques de sciage et l’ intérêt du séchage, l’organisation de la production, la maintenance et l’alignement du bâti , la sécurité en scierie.

« Le public visé, précise Philippe Papet-Lépine, est d’abord celui des professionnels des scieries artisanales. Mais cette formule est aussi  l’occasion d’élargir la formation aux entrepreneurs agricoles, et enfin aux particuliers, dans le cadre d’un droit individuel à la formation (DIF), intéressés soit par l’autoconstruction, soit par le travail du bois pour l’agrément ».

Le matériel disponible: scie à grume à lame Ruban, chariot 4 bornes à griffes rétractables, divisions électroniques EGA, Mudata , Zeltron, déligneuse Multilame circulaire M.E.M (manchon mobile) .

Les techniques de sciage dispensées permettront de maîtriser la production des différents types de débits : charpente sur liste et standard, bois de menuiserie en plot, sciage sur quartier. L’unité est également équipée d’un atelier d’affûtage (banc à planer Alligator et affûteuse Vignaud) ainsi que d’un séchoir sous vide Maspell.

Stages de perfectionnement à Ambert

Un partenariat est institué depuis 2002 avec le CFA D’Ambert (63) : pour les stages de perfectionnement, des sessions sont organisées (3) sur un plateau technique équipé des dernières exigences  industrielles :

- ensemble de sciage LBL Bâti bicoupe 1300 – Guides à pression

- division Mudata Ecran tactile – Chariot pneumatique 3 bornes

- atelier d’affûtage avec Planeuse automatique  Alligator, banc à planer, affûteuse Vollmer CA100, écraseur pneumatique, affûteuse circulaire (lames avoyées, stellitées et carbure).

Une mise en situation sur scie mobile CD4r :  Ruban horizontal – Volant de 1 mètre – Lame large 120mm, système de positionnement par division mécanique.

Un programme complet qui couvre tous les domaines : la création d’entreprise et les obligations juridiques, l’ environnement économique et le marché, la connaissance du bois et les emplois dans la construction , les techniques de sciage et la technologie « machine », l’affûtage des lames de scie à ruban , la sécurité et la réglementation .

………………………………………………………

(1)Alpes Scierie Services cherche des partenaires pour finaliser cette nouvelle activité. Contacts au 06 60 80 26 93.

(2) Philippe Papet-Lépine possède une longue expérience de pédagogue dans ce domaine. Il est notamment responsable depuis 2006 de  la formation Scierie au Centre de formation des apprentis d’Ambert (CAP Conducteur opérateur de scierie). Les dates des sessions de formation à La Combe-de-Lancey n’ont pas encore été arrêtées.

(3) Les sessions organisées à Ambert intègrent le transport, l’hébergement et les repas.

Catégorie - filière bois, massif de BelledonneCommentaires fermés

Lait: retour des actions…

Plusieurs producteurs de lait se sont rendus dans les grandes surfaces de Chavanay, St Clair sur Rhône, Condrieu et Vienne.

Ils ont demandé que les produits en provenance de Danone, Coop3A et Bongrain soient retirés de rayons. « Celles-ci refusent catégoriquement d’acheter la production laitière rhônalpine »,  ont indiqué les manifestants.

Il faut savoir que la prochaine fermeture de l’URCVL, l’union régionale des coopératives de vente de lait inquète les producteurs. Elle collectait 300 millions de litres de lait auprès de 1600 producteurs. Il faut donc que de nouvelles entreprises achètent le lait à ses derniers.

Les produits laitiers concernés ont rejoint les chambres froides des magasins visités. D’autres actions sont prévues au cas où…

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

janvier 2010
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+