Archive | 30 janvier 2010

Des formations pour les apiculteurs ardéchois et drômois

Le Syndicat des apiculteurs professionnels, pluriactifs et familiaux de l’Ardèche et de la Drôme organise différentes actions de formation en 2010. Celles-ci s’articuleront autour du rucher école de Dieulefit, d’un rucher du Nord Ardèche et du CETA Olivier de Serres, suivant les demandes des adhérents.

Le Président Francis Gruzelle a déjà enregistré des demandes portant sur l’élevage de reines, la commercialisation du miel, la réalisation d’essaims artificiels, le dédoublement des ruches, la récolte du pollen de fleurs. Un calendrier sera prochainement établi, en fonction de la disponibilité des bénévoles qui assurent les formations.


La formation des jeunes apiculteurs constitue une priorité, 95 % de la pollinisation étant assurée par des ruchers familiaux de moins de 10 ruches.

Les apiculteurs intéressés par les formations du syndicat l’Abeille Ardéchoise et Drômoise peuvent contacter le président Francis Gruzelle au 04 75 34 38 79, au 06 84 85 56 58,  le trésorier Jean-Louis Baert au 04 75 67 19 92, ou encore par mail:  francis.gruzelle@laposte.net

Catégorie apiculture, enseignement-formationCommentaires fermés

Réforme des collectivités territoriales: les conséquences pour les communes

Vu sur le site dédié à la réforme des collectivités territoriales les conséquences qu’aura cette dernière sur les communes.

Voici le texte explicatif:

 » La réforme a pour objectif, tout en réaffirmant la prééminence de la commune au sein de l’organisation territoriale, de renforcer le couple commune-intercommunalité. Il constitue le niveau le plus à même de répondre aux attentes de nos concitoyens en termes d’aménagement de l’espace et de gestion des services de proximité.

La réforme des collectivités territoriales : que va-t-elle changer pour ma commune ? © Dicom - Ministère de l'intérieur

Tout d’abord, il est prévu de rationaliser et de finaliser la carte intercommunale afin d’assurer une couverture homogène du territoire en structures intercommunales à l’horizon 2014. Cette démarche doit permettre d’améliorer l’efficacité, à un moindre coût, de l’action des établissements publics de coopération intercommunale aux bénéfices des usagers.

En contre partie, la légitimité des actions des intercommunalités à fiscalité propre est accrue par l’élection par fléchage des délégués communautaires lors des élections municipales des communes membres pour les communes de plus de 500 habitants. Pour les autres communes, les délégués communautaires sont le maire et les conseillers municipaux nommés dans l’ordre du tableau. Ainsi, la commune demeure le seul lien démocratique entre l’intercommunalité et le citoyen.

D’autre part, une mutualisation de moyens et de services entre l’intercommunalité et ses communes membres est désormais organisée. Il sera ainsi possible aux communes rurales de bénéficier d’économies d’échelle sans pour autant se départir de certaines de leurs compétences essentielles.

Enfin, la réforme des collectivités territoriales prévoit un certain nombre de dispositions visant à améliorer les conditions d’exercice des mandats locaux. Ces mesures sont destinées à faciliter, valoriser et encourager l’exercice de fonctions électives, en particulier dans les petites communes. »

Pour en savoir plus: www.lareformedescollectivites.fr

Catégorie la vie des communesCommentaires fermés

La maison d’arrêt de Privas est-elle condamnée ?

orateurDans sa question écrite publiée au JO Sénat du 06/08/2009, M. Michel Teston (Ardèche-PS) appelle l’attention de Mme la ministre d’État, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés sur l’avenir de la maison d’arrêt de Privas.

Cet établissement, d’une capacité d’accueil de 63 places pour un total de 30 cellules, est la plus petite maison d’arrêt de la région Rhône-Alpes. Elle accueille uniquement des hommes majeurs purgeant de courtes peines ou se trouvant en détention provisoire.

Selon certaines informations dont il dispose et dans le cadre d’une restructuration du service public pénitentiaire en Drôme-Ardèche, le maintien de l’unique maison d’arrêt du territoire ardéchois pourrait être menacé. Pourtant, cet établissement à taille humaine, situé au cœur de la ville préfecture, représente un intérêt tout particulier au regard de son organisation.

Il faut notamment souligner la réhabilitation des bâtiments par l’organisation de chantiers associant les détenus, les actions de prévention contre l’alcoolisme et la toxicomanie, ou de suivi psychologique, menées régulièrement auprès de la population carcérale avec des résultats très encourageants.

Par ailleurs, des relations étroites sont entretenues entre la direction de la maison d’arrêt et l’ensemble des partenaires institutionnels. Pour toutes ces raisons, il n’est pas rare que la maison d’arrêt de Privas soit qualifiée d’établissement pénitentiaire exemplaire par les différents acteurs du monde judiciaire.

C’est pourquoi, inquiet des répercussions que pourrait impliquer la suppression de la maison d’arrêt de Privas, il lui demande de l’informer du projet de restructuration de l’administration pénitentiaire en Drôme-Ardèche et du devenir de l’établissement carcéral privadois.

Réponse du ministère de la Justice publiée au JO Sénat du 14/01/2010

Le projet de restructuration de l’administration pénitentiaire en Rhône-Alpes et plus particulièrement le devenir de la maison d’arrêt de Privas fait l’objet d’une attention particulière de la part du garde des sceaux. La maison d’arrêt de Privas, d’une capacité de 64 places, accueillait 80 personnes écrouées détenues au 1er novembre 2009. Un nouveau programme immobilier pénitentiaire est en cours d’élaboration. Il doit permettre de poursuivre la mise à niveau des établissements pénitentiaires, soit par leur rénovation, soit par reconstruction.

Le devenir de la maison d’arrêt de Privas sera évoqué prochainement dans le cadre de l’élaboration de ce programme immobilier. Aucune décision n’est arrêtée, les arbitrages n’étant pas encore rendus.

Par ailleurs, l’un des enjeux essentiel de la loi pénitentiaire est le développement des activités des détenus. Cet accès aux activités qui doit s’inscrire dans une volonté de prévention de la récidive via des programmes de prise en chargé prédéfinis sera fortement développé dans les nouveaux établissements pénitentiaires.

Catégorie la vie des communesCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

janvier 2010
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+