Archive | 21 février 2010

Grenoble St Geoirs : « Une véritable fourmilière »

En ce samedi 20 février, les halls mais aussi le tarmac de l’aéroport Grenoblois se métamorphose en une véritable fourmilière. Pas moins de 14000 passagers sont attendus en ce jour de chassé-croisé hivernal. 49 vols vont atterrir puis redécoller à plein, juste le temps pour la plupart d’entre eux de passer par l’avitaillement, plein de carburant, menu ménage…

La majorité des vols sont des charters non réguliers, affrétés par des Tours Opérators vendant les mérites des séjours ski dans les Alpes. Ceux-ci restent au sol 30 à 35 minutes, juste le temps pour les équipes au sol d’entreprendre leurs tâches, le rythme est très soutenu. Ces hommes et femmes en « jaune » régulent de part et d’autre de l’aéroport un flux constant et tendu de passagers dont la grande majorité est originaire du Royaume Uni et de Scandinavie.

St Geoirs 1

L’enregistrement des bagages se fait sur plus de 20 guichets, de l’autre côté 3 salles de débarquement réceptionnent les arrivées. 75 personnels sont permanents, l’équipe s’étoffe en hiver pour atteindre un effectif de 300 personnes au plus haut de la saison: bagagistes, hommes de piste, accueil-renseignements… Sur le tarmac, l’activité est très régulée, badge obligatoire, passage en gendarmerie, puis contrôle averti, voire fouille corporelle, on ne plaisante pas un instant avec la sécurité.

Une fois sur les pistes, la vigilance des accompagnateurs est à son comble, les bus ne cessent leurs aller-retours, les passerelles se croisent, l’organisation à toutes épreuves reste le maître mot de tout un chacun. Les chargements et déchargements de bagages sont impressionnants, ils s’enchainent non stop. Nous découvrons un univers insolite, ou l’intervention de chacun dépend du travail de l’autre, tout ceci avec une précision surprenante.

Le pôle « opération » a la lourde charge de réguler toutes ces diverses activités au sol alors que la tour de contrôle se préoccupe de l’activité aérienne et reste inabordable pour les visiteurs que nous sommes, ne surtout pas déranger les équipes au travail. Celui-ci est très précis et nécessite beaucoup de concentration. Les pilotes et leurs équipages ne seront pas abordés non plus, ils restent à bord de l’appareil le temps de la halte. Ils ne communiquent qu’en cas de nécessité ou par gestes avec le responsable au sol, à l’arrivée et lors de la préparation au décollage.

st geoitrs 4

L’aéroport de Grenoble-Isère surprend par sa capacité à absorber un tel flux de passagers, les équipements sont régulièrement améliorés, les équipes renforcées. Cette année, une troisième salle de débarquement à vue le jour, équipée de deux tapis et donnant accès direct, après le contrôle en douane, au nouveau parking de bus assurant les navettes vers les sommets Alpins tant attendus par le touristes, amateurs de grands froids et de fortes sensations…

Plusieurs compagnies aériennes assurent ce va et vient incessant, la plupart étant des compagnies « charters low coast » ou appartenant à des tours opérators assurant des vols plus réguliers. Toute cette activité est encadrée, par les douanes bien sûr, mais aussi la gendarmerie présente en permanence ainsi que les services de sécurité et les secours avec une équipe tournante de 16 pompiers.

Cette visite guidée permet de mieux appréhender les activités aéroportuaires mais surtout de relater les compétences et la précision d’exécution de tous les personnels au sol. Cette activité, pour l’instant hivernale, cherche à se développer, c’est pourquoi à partir du mois d’avril prochain, deux lignes régulières viendront compléter celle-ci, une vers la Tunisie avec des séjours abordables, 8 jours, 7 nuits, une autre vers l’Andalousie, destination Malaga.

st geoirs abeilles

A noter : la présence de quatre ruches sur les abords des pistes, avec une menue récolte offerte aux collègues par le chef de piste, initiateur de ce projet original et fort sympathique…

Thierry Devaux

Catégorie A la une, tourisme, transportCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

février 2010
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+