Archive | 24 février 2010

A la découverte de la trufficulture isèroise

Le centre régional de la propriété forestière organise une journée de formation ayant pour thème: la trufficulture. Cette réunion est organisée en partenariat avec le syndicat des trufficulteurs de l’Isère.

Au cours de cette demi-journée qui se déroulera le vendredi 5 mars, à partir de 14 heures à Lavars sera présenté ce champignon, son cycle de formation, ses exigences…. Cette réunion sera suivie d’une visite sur le terrain.

Inscription obligatoire auprès du CRPF- David Houmeau:

Mail: david.houmeau@crpf.fr

Tel: 06-27-44-30-71

Catégorie trufficultureCommentaires fermés

Loup : les éleveurs de Saxe seront indemnisés

La Commission européenne a autorisé aujourd’hui le Land de Saxe à octroyer aux agriculteurs des aides jusqu’à concurrence de 80 % pour les indemniser des dommages causés par les carnivores.

C’est la première fois que la Commission autorise de telles aides. La possibilité d’accorder des indemnités au titre des dommages causés par les carnivores n’est pas prévue dans la législation actuelle relative aux aides d’État. Le régime a donc été approuvé directement au titre des dispositions du traité. Le régime d’aides autorisé est doté d’un budget total de 200 000 € et s’appliquera jusqu’à la fin de l’année 2013.

Depuis le retour naturel du loup en Saxe, des dommages sont enregistrés dans les troupeaux d’élevage. En raison du niveau élevé de protection dont bénéficient les loups, les agriculteurs ne sont pas autorisés à mettre en œuvre des moyens de défense contre ces animaux, et encore moins à les repousser.

La survenue de dommages répétés a entraîné de graves problèmes d’acceptation au sein de la population en général et chez les éleveurs en particulier. La Commission a réagi à cette situation propre au Land de Saxe et a pour la première fois autorisé une aide pour l’indemnisation (partielle) des dommages.

Les dommages causés aux animaux d’élevage, y compris aux chiens de troupeaux et aux colonies d’abeilles, les coûts qui y sont associés, tels que les coûts liés aux dégâts occasionnés aux clôtures ou aux ruches, ainsi que les coûts relatifs à l’enlèvement des carcasses d’animaux seront couverts à 80 %.

Les agriculteurs dont l’exploitation est située dans la principale zone de présence du loup doivent avoir pris au préalable les mesures de prévention correspondantes (clôtures, chiens de troupeaux) afin de pouvoir bénéficier de l’aide. Chaque dommage doit être déclaré dans les 24 heures à l’autorité locale de protection de la nature, et des demandes d’aide doivent être présentées dans un délai de six mois à compter du signalement de l’incident. Le régime d’aides ne couvre pour le moment que les dommages causés par les loups, mais pourra à l’avenir être étendu aux dommages causés par le lynx et l’ours.

Catégorie loupCommentaires fermés

Journées d’études des aéroports francophones à Grenoble-Isère

Après Biarritz en 2009, l’aéroport de Grenoble-Isère accueille la 20ème édition des Journées d’Etudes ALFA-ACI.
Cette manifestation se déroulera au Centre de Congrès du World Trade Center Grenoble et réunira les directeurs et responsables des aéroports francophones : France métropolitaine, Outre-mer, Canada, Afrique et Europe, soit environ 250 participants.
Les Journées d’Etudes permettront aux dirigeants des aéroports d’aborder différentes thématiques telles que la sécurité, la qualité, le développement commercial, les nouvelles tendances… et de présenter les travaux et études réalisés par les différentes commissions à travers des présentations et des ateliers de travail.

L’ALFA-ACI, l’association des aéroports francophones

Depuis sa création, l’ALFA-ACI s’est affirmée comme un carrefour utile et original d’échanges pour tous les aéroports du monde entier attachés à la culture francophone.

Aujourd’hui, l’ALFA-ACI rassemble 80 aéroports membres actifs d’une vingtaine de pays sur les 5 continents.  L’objectif principal de l’association est d’étudier, de partager et de proposer des positions communes sur la gestion, l’exploitation et la promotion des aéroports de la francophonie.
L’association compte également une soixantaine de partenaires industriels et
commerciaux, fournisseurs des aéroports, au titre de membres associés. Cette collaboration a pour but de faciliter le développement des relations professionnelles, en vue d’améliorer l’efficacité des services aux passagers.


St geoirsL’Aéroport de Grenoble-Isère, un aéroport géré par VINCI Airports VINCI Airports, filiale de VINCI Concessions, gère désormais en direct quatre aéroports en France – Grenoble, Chambéry, Clermont-Ferrand et Quimper et en partenariat ceux de Rennes et de Dinard – représentant un trafic total de 1,8 millions de passagers et un chiffre d’affaires total d’environ 45 millions d’euros en 2009.

Catégorie transportCommentaires fermés

Ah, la vache !

L'AlpeLe n° 48 de l’Alpe, revue trimestrielle éditée par la maison Glénat, vient de paraître. A l’affiche une bête à cornes , qui prend la pose, et un titre explicatif : Ah, la vache ! C’est vrai qu’il y a de quoi s’exclamer devant ce ruminant. Et qu’il y a beaucoup à dire, en long et en large.

Sillon38 ne s’en prive pas. De la vache fistulée qui a fait couler beaucoup d’encre sur la toile à la vache en pots de yaourts et briques de lait d’Eizo Sakata, en passant par les reines des comices et des combats, c’est un sujet qui prend de la place dans un journal du monde rural.

D’autres s’y intéressent. Cette pièce maîtresse du bestiaire alpin, ce monument quadrupède, cette mamelle nourricière, est à l’honneur dans ce numéro de L’Alpe. C’est l’occasion pour les différents auteurs qui contribuent à  cette livraison de vadrouiller sur les  alpages mais aussi de s’interroger sur l’avenir de l’élevage bovin en montagne.

« La vache s’inscrit dans le paysage des Alpes et participe depuis des siècles à l’économie montagnarde. Se pourrait-il qu’un jour, le son des clarines qui anime les prairies d’altitude pour le plus grand bonheur des touristes ne soit plus qu’un souvenir ? Aujourd’hui en effet, le rude métier d’alpagiste n’attire guère les jeunes. En Suisse notamment, on doit ainsi embaucher Polonais ou Kosovars pour la saison et nombre d’exploitations ferment faute de repreneurs, comme en témoigne notre enquête », écrit dans son édito la rédactrice en chef adjointe Dominique Vulliamy..

« Avec l’abandon des prairies d’altitude et « l’enforestation », on semble s’acheminer vers la fin du paysage alpin alors que, paradoxalement, les éleveurs de montagne s’en sortent moins mal que d’autres à l’heure de la crise du lait. Sans doute parce qu’ils ont su inventer et valoriser des spécialités fromagères fort appréciées, à l’image des diverses variétés du vacherin ».

Autant de problématiques que connaissent bien les lecteurs de sillon38.

Catégorie bibliothèque, pastoralismeCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

février 2010
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+