Archive | 20 mars 2010

Vivre avec les hérissons

enqueteurL’association de protection de la nature Le Pic vert lance une enquête sur la présence des hérissons dans trois quartiers de Voiron (38) en collaboration avec la mairie et la Maison des jeunes et de la Culture de Voiron.

Il est demandé aux habitants de signaler toute observation de hérissons ainsi que les problèmes qu’ils peuvent rencontrer.

Une réunion publique avec la projection d’un film sur les hérissons donnant les résultats de cette enquête aura lieu le Jeudi 29 avril à 18h 30 à la MJC de Voiron 93 bd J.Jaurès. Toutes les personnes intéressées pour cohabiter avec cet animal protégé et sympathique sont cordialement invitées.

Entrée libre et gratuite. Renseignements: Le Pic Vert 04 76 91 34 33 ou contact@lepicvert.asso.fr

Catégorie la vie des communes, natureCommentaires fermés

Demain, journée internationale de la forêt

Tous les 21 mars, la planète célèbre la Journée internationale de la forêt afin d’attirer l’attention sur l’importance des différentes fonctions des écosystèmes forestiers dans le monde. L’occasion de faire le point sur l’état de nos forêts.

La surface des forêts françaises a doublé depuis 1850 et couvre aujourd’hui environ 15 millions d’hectares, soit plus du quart de notre territoire. De nos jours, la forêt s’accroît d’environ 40 000 ha par an.

La forêt française est la première forêt feuillue d’Europe. Elle est essentiellement privée (74 %), avec 3,8 millions de propriétaires, dont 200 000 possédant plus de 10 ha (représentant 68 % des surfaces). Les forêts publiques, de l’Etat (10 %) ou des collectivités territoriales (16 %), sont gérées par l’Office national des forêts, établissement public à caractère industriel et commercial, conformément au régime forestier. Toutes les forêts publiques et les forêts privées au-dessus de 10 à 25 ha selon les régions doivent présenter un document de gestion approuvé par l’Etat.

La plus grande partie de la forêt française a pour vocation de produire du bois d’oeuvre de qualité, dans le cadre d’une gestion durable, c’est-à-dire soucieuse de la conservation de la diversité biologique et du maintien des potentialités des sols, en évitant toute évolution irréversible. La filière forêt-bois regroupe plus de 450 000 personnes, aux métiers très différents, mais complémentaires.

Pour une gestion durable des forêts
Gérer la forêt durablement c’est permettre que la forêt nous apporte, sans s’appauvrir, ce que nous attendons d’elle. Notre gestion durable de la forêt s’attache à lui conserver le maximum de possibilités d’évolution. Une attention particulière est accordée aux sols, à la diversité biologique des écosystèmes et aux paysages.

Pour mettre en oeuvre cette gestion durable, les forestiers établissent pour chaque forêt un document d’aménagement, qui fixe les objectifs à atteindre (production de bois, protection des sols, des plantes et des animaux, respect des paysages, accueil du public) et les travaux à effectuer pour une période de 10 à 20 ans.

Un écosystème naturel complexe
Notre forêt tempérée associe des organismes vivants : arbres, autres végétaux, animaux de toutes tailles, à des milieux très diversifiés (sols, climats, eau, matières minérales). Elle présente une grande diversité biologique. Comme tout être vivant, elle est soumise à de nombreuses influences susceptibles de perturber un équilibre toujours fragile. Alors, on la respecte !

Catégorie - filière bois, forêtCommentaires fermés

Du bon usage du miroir à alouette

orateurM. Didier Guillaume (Drôme- SOC), dans sa question écrirte publiée dans le JO Sénat du 10/12/2009 interroge M. le ministre d’État, ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations sur le climat sur l’application de l’arrêté ministériel du 4 novembre 2003 modifié par arrêté du 15 juin 2005 relatif à l’usage des appeaux et appelants pour la chasse des oiseaux de passage, dont l’alouette des champs (alauda arvensis).

En effet, l’arrêté du 4 novembre 2003 indiquait en son article 2 que l’emploi du miroir à alouettes dépourvu de facettes réfléchissantes pour la chasse à tir était autorisé. Avec l’arrêté du 15 juin 2005, une confusion s’est installée avec la formulation suivante « pour la chasse à tir de l’alouette des champs, seul est autorisé l’emploi du miroir à alouettes dépourvu de facettes réfléchissantes ».

En conséquence, des divergences d’appréciation quant à la portée de cette modification (ajout du mot « seul ») se sont installées.

Aussi, afin d’apporter une information précise aux fédérations locales de chasseurs, il lui demande de préciser la portée de cette formulation, à savoir si la chasse à l’alouette est possible avec d’autres appeaux et appelants artificiels, comme pour les autres oiseaux de passage, ou bien si ce texte restreint la chasse aux alouettes avec uniquement le miroir artificiel.

Réponse du ministère de l’Ecologie publiée dans le  JO Sénat du 18/03/2010

Selon l’article 2 de l’arrêté du 4 novembre 2003 relatif à l’usage des appeaux et des appelants pour la chasse des oiseaux de passage et du gibier d’eau et pour la destruction des animaux nuisibles, modifié par l’arrêté du 15 juin 2005, « seul est autorisé l’emploi du « miroir à alouette » dépourvu de facettes réfléchissantes ». Par principe, seul ce procédé est autorisé pour la chasse à tir de l’alouette des champs.

Le but est d’interdire la pratique de la chasse avec l’utilisation d’objets permettant de faciliter les prélèvements en attirant ou fascinant le gibier. Pour l’alouette des champs, seul le « miroir à alouette » dépourvu de facettes réfléchissantes doit donc être utilisé.

Cependant, par exception, l’article 6 de l’arrêté susvisé souligne que, dans le cadre particulier de chasses traditionnelles, dont les prélèvements sont mesurés, « est autorisé sur le territoire des départements de la Gironde, des Landes, de Lot-et-Garonne et des Pyrénées-Atlantiques, pour la chasse de l’alouette des champs, l’emploi d’appelants vivants non aveuglés et non mutilés, de l’espèce alouette des champs uniquement ».

Par conséquent, l’emploi d’appelants vivants non aveuglés et non mutilés, de l’espèce alouette des champs est également possible, uniquement pour ces départements.

Catégorie chasseCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+