Archive | 01 avril 2010

Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes: solidarité, proximité

CA« Nous avons bien géré la crise » . C’est par ces mots que nous avons été accueilli par Jean-Pierre Gaillard, président du Crédit agricole Sud Rhône-Alpes.

Christian Rouchon, directeur général: « Face à cette crise nous avions deux alternatives: faire le dos rond et attendre des jours meilleurs ou être offensifs. Nous avons choisi la deuxième solution et nos résultats prouvent que nous avons eu raison ». Pour preuve: « Alors que les pouvoirs publics préconisaient une progression des encours de crédit de 3 à 4% nous avons réussi une progression de 5,7%. Nous montrons ainsi notre volonté de soutenir la reprise économique ».

Le Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes qui coiffe l’Ardèche, la Drôme, l’Isère et une partie du Rhône souhaite poursuivre dans les valeurs qui font sa force: le mutualisme, la solidarité et la proximité. Pour ce, il compte 2000 collaborateurs qui ont pour mission de proposer à leurs clients les offres les mieux adaptées à leurs demandes. « Cette exigence nous a demandé d’embaucher 30 collaborateurs supplémentaires et durant les deux dernières années l’ouverture de 13 agences. »

Question: dans Crédit Agricole, Agricole est-il toujours d’actualité?

Jean-Pierre Gaillard: « Nous sommes très proches des agriculteurs, comment pourrait-il en être autrement, vue notre histoire, même si ceux ci représentent, de nos jours, un faible pourcentage de notre clientèle.

Le Crédit Agricole ne peut que constater la crise, l’étendue des dégâts mais ne peut en aucun cas la résoudre. Toutes les filières sont plus ou moins touchées. Nous avons bien entendu soutenu, et nous continuons à le faire, l’agriculture, les agriculteurs en difficulté.

Afin d’enrayer l’hémorragie, plus de 40 ME ont été injectés par notre caisse régionale dans l’économie agricole des quatre départements.  Nous avons su être réactifs, compétitifs, solidaires, apporter nos compétences, cependant il ne faut pas perdre de vue que le financement ne fait pas tout et ne solutionnera pas à lui seul les problèmes auxquels est confrontée notre agriculture. »

A noter que le président régional du Crédit Agricole connaît bien le dossier, étant viticulteur dans la Drôme.

A côté de son activité bancaire, le Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes annonce des bilans satisfaisants concernant l’immobilier à travers sa filiale Square Habitat et l’assurance.

On notera enfin qu’en 2010 la « banque verte » va développer le système de réunions à distance entre le client et son conseiller sans oublier la poursuite d’opérations bien spécifiques comme l’accès au micro-crédit, le développement durable, le photovoltaïque…

Jean-Pierre Gaillard en conclusion de notre entretien: « En un mot, nous voulons mener une politique volontariste au service de l’économie territoriale en confortant notre place de premier finançeur de l’économie régionale. »

Catégorie assurance, economie/emploiCommentaires fermés

ADASEA: installer malgré la crise

C’est à Moirans que s’est déroulée l’AG 2010 de l’ADASEA. Yves François président de la structure a tout de suite planté le décor: « L’année 2009 est marquée par la crise.Bon nombre d’agriculteurs ont vu leurs revenus baisser. Le nombre de bénéficiaires du RSA  (plus de 200 en agriculture) montre que la situation est difficile malgré la mise en place de plans de soutien. Dans ce contexte de crise et de mutation profonde, notre structure travaillé pour mettre en oeuvre la politique d’installation rénovée en 2009 avec la mise en place du PPP (Plan de Professionnalisation Personnalisé). »

Ceci a abouti à la création d’un pôle installation 38 suivi par la mise en place d’un référent unique accompagnant les projets du démarrage du PPP au suivi post-installation.

Il a été noté que le nombre d’installations aidées est en baisse en 2009 par rapport à l’année précédente: 52 contre 64. La crise laitière est passée par là!  De nombreux projets laitiers ont été abandonnés, une trentaine sont mis en attente. Les projets liés à la valorisation en circuits courts représentent la majorité des installations. L’installation équine a également le vent en poupe:  « Cette mode équine pose question »,  a souligné Francis Annequin, président des anciens exploitants FDSEA

Un large débat s’est instauré à propos du point Accueil installation. Celui-ci ayant pour charge principale de permettre au candidat à réussir son installation. Un point accueil qui, en 2009,  a reçu 328 candidats, dénombré 270 entretiens individuels, 800 appels téléphoniques. « Les critiques faites à son égard, à l’intégrité de son personnel, sont infondées », a prévenu le secrétaire général de la chambre d’Agriculture Yves Borel.

Yves François: « L’ADASEA poursuivra en 2010 son travail, via le pôle installation, engagé pour accompagner l’ensemble des porteurs de projets en adaptant ses services aux besoins des jeunes agriculteurs. Au niveau des transmissions nous poursuivrons notre effort afin de trouver des sites permettant des installations malgré les difficultés liées à la crise qui poussent à l’agrandissement. « 

Nous rappellerons enfin que nous mettons en ligne sur sillon38.com les offres du répertoire installation.

En 2009, 24 nouvelles offres ont été inscrites au répertoire départemental d’installation. Ce dernier s’ouvrant également aux offres rurales. En tout c’est donc 33 offres qui sont accessibles via le RDI.

Les voici. Pour connaître le détail de l’offre, cliquer sur le tableau.

offres 1





offres 2offre 3offre 4

Catégorie installationCommentaires fermés

Belledonne : cinq jeunes agriculteurs en 2009

Le renouvellement des exploitations est un axe fort de l'ADABEL. Belledonne doit faire  de la place à la relève.

Le renouvellement des exploitations est un axe fort de l'ADABEL. Belledonne doit faire de la place à la relève.

L’agriculture de montagne ne décourage pas les vocations. Le massif de Belledonne, aux portes de l’agglomération grenobloise, est attractif pour les candidats à l’installation.

Mais les porteurs de projets, surtout ceux qui sont hors cadre familial, ont beaucoup de mal à trouver des conditions propices à la création ou à la reprise de structures viables. Sans parler du foncier : la terre se fait rare.

Pour eux l’ADABEL, qui a tenu dernièrement son AG à Sainte-Agnès (voir notre article) joue pleinement son rôle. Elle  s’emploie  à mener un travail permanent d’animation pour réunir l’ensemble des conditions nécessaires à des installations, en anticipant les cessions et en mobilisant agriculteurs et élus.jouer son rôle d’animation.

Georges Mermond  pilote cette commission Installation-Succession , élément moteur pour le développement de l’agriculture du massif.

Ce travail, mené avec l’ADASEA, est aussi nécessaire que décisif. Il faut en effet faire une place à la relève :  sur les 185 exploitants recensés, 111 ont plus de 50 ans dont 76 sans successeur connu.

Deux Comités locaux d’installation (CLI) sont en activité sur le territoire, l’un sur le pays d’Allevard, créé en 2008, l’autre sur le Balcon de Belledonne créé en 2009. Ces comités réunissent élus, agriculteurs et représentants des consommateurs et pilotent des actions de veille foncière et de concertation en faveur de projets d’installation.

Ce qu’apportent les CLI :

- Meilleure anticipation des cessions d’activités et de mouvements de foncier

- Implication des élus et des agriculteurs sur les problématiques « installation et foncier »

- Prise en main collective de ces problèmes, concertation pour organiser des démarches en faveur d’une confortation, d’une installation, d’une restructuration

-Création d’un lieu d’échanges entre agricullteurs/élus : meilleure prise en compte des attentes et des besoins de chacun

Ce travail porte ses fruits. L’an dernier, cinq jeunes agriculteurs se sont installés sur le massif :

-      à  Pinsot, l’EARL La bergerie du Plan (Christian et Camille Reymond) . Ovins viande avec vente directe (AMAP, restaurateurs). Mise en valeur de l’alpage du Praillet en cours d’achat par la commune

-       à Herbeys, l’EARL Les jardins épicés (Adrien Cochet et Jocelyne Mihatsch). Légumes bio, atelier volaille-lapins. Vente en AMAP et marchés

-       aux Adrets, le GAEC Le miel de nos montagnes (Gabriel Isabello et Eliane Pouchot-Camoz) . Miel et produits dérivés et accueil sur la miellerie.

-      à  Sainte-Agnès : Estelle Mars a créé un élevage de vaches de combat, race Herens

-       A Revel, Ludovic Turenne a créé un élevage bovins-viande bio avec vente directe. Il recherche des terrains pour rendre viable son activité.

Pour l’année en cours, les actions de prospection de terrains vont être renforcées ainsi que la concertation locale. Une journée inter-CLI Grésivaudan est prévue en novembre, à l’occasion de la Quinzaine de l’installation.

……………………………………………

Contacts ADABEL au 04 76 20 68 45

ADASEA : 04 76 20 67 69

Point accueil installation : 04 76 20 67 01

Catégorie Y grenoblois, installation, montagneCommentaires fermés

L’ Institut français du cheval et de l’équitation est né

En application des prescriptions émises en juin 2008 par le Comité de Modernisation des Politiques Publiques, l’Institut français du cheval et de l’équitation (IFCE) a été créé par décret du 1er février 2010.
Cet institut, ayant pour objectif d’être l’opérateur unique de l’Etat pour la filière cheval, est issu du regroupement de l’établissement public Les Haras nationaux et de l’Ecole nationale d’équitation.
Les ministres chargés de l’agriculture et des sports ont conjointement nommé à la direction de cet établissement :
- en tant que directeur général : Philippe de Guenin, ingénieur en chef des ponts, des eaux et des forêts ;
- en tant que directeur adjoint chargé de la formation et de la promotion de l’équitation de haut niveau : Robert d’Artois, inspecteur principal de la jeunesse et des sports ;
- en tant qu’Ecuyer en Chef : le Colonel Jean-Michel Faure.
Il reviendra à l’IFCE de constituer, en lien avec les acteurs professionnels et les collectivités territoriales, le Groupement d’Intérêt public « France Haras » qui aura pour vocation de prendre à sa charge les missions d’ordre concurrentiel jusqu’à ce jour assumées par les Haras nationaux.
Au moment de cette évolution profonde, Roselyne Bachelot-Narquin, Bruno Le Maire et Rama Yade remercient Jean Lesne, président du conseil d’administration des Haras nationaux, Olivier Revol, président du conseil d’administration de l’Ecole nationale d’équitation, et Nicole Blanc, ancienne directrice générale des Haras nationaux, pour le travail qu’ils ont accompli au service de ces deux établissements ainsi que pour leur engagement total dans cette mutation d’envergure.

Catégorie filière équineCommentaires fermés

Créer au féminin en milieu rural

L’ARDEAR (association régionale de développement de l’emploi agricole et rural) et Adele (association pour le développement et d’échanges locaux et européens) organisent vendredi 9 avril à Clelles une journée d’échanges entre femmes pour traiter de thèmes touchant à l’installation, à la création d’activité, à l’impact de la vie professionnelle sur  la vie personnelle et familiale.

Comment concilier ma future activité et mes enfants?

Ca fait longtemps que je n’ai pas travaillé, je ne sais pas si je peux créer mon activité

J’ai peur de me lancer et de mettre en péril les ressources de la famille

Je ne sais pas si je vais y arriver.

C’est à partir de ces interrogations que les deux associations souhaitent organiser cette journée de formation réalisée dans le cadre du CDRA Alpes Sud Isère avec le soutien de la Région Rhône-Alpes. L’objectif est de proposer un lieu d’échange pour aborder de façon globale la création d’activité en milieu rural, de s’intéresser à la dimension sociale (liens avec la famille, les amis), initier une dynamique collective d’entraide entre porteuses de projets.

Journée gratuite. Places limitées à 15 personnes.

Renseignements et inscriptions au 04 76 78 87 39 ou ardear.asi@orange.fr

Catégorie installation, monde ruralCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

avril 2010
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+