Archive | 05 avril 2010

Gîtes de France Isère: « S’adapter, s’organiser, évoluer… »

C’est à Villard-de-Lans que s’est déroulée successivement les assemblées générales de l’association gîtes de France Isère et du SIRT (service information réservation touristique) Isère.

Le président Thierry Blanchet: « Notre société évolue, nous ne pouvons rester à la traîne. Le mouvement Gîtes de France, tant au niveau national que local doit s’adapter, s’organiser, évoluer. Ceci afin de répondre aux attentes de la clientèle touristique, des porteurs de projets, des propriétaires des partenaires institutionnels et publics. »

Nous rajouterons qu’il faut également faire face à une concurrence de plus en plus présente.

Il a été rappelé que la baisse des financements publics, qui touche l’ensemble de l’économie touristique « n’est pas sans conséquence sur la situation financière des deux structures. A nous de nous montrer intelligents car celles ci doivent conserver une santé financière saine. Cependant la rigueur budgétaire imposée ne devra pas peser sur l’investissement, gage de pérennité pour notre mouvement, chez nous en particulier. Nous resterons vigilants sur la mise en oeuvre par les services de l’Etat de la réforme générale des politiques publiques (RGPP) et ses conséquences économiques, organisationnelles et stratégiques pour notre mouvement » , prévient le président Blanchet.

Le mouvement va également jouer la carte de la mutualisation, par souci d’économie, au niveau de certaines actions de promotion, de l’outil informatique… » tout en préservant l’efficacité ».

gites

Une manière de progresser est de créer de nouveaux hébergements. 80 structures labellisées l’ont été en 2009 et ce malgré la crise. A ce propos, même si l’espace rural restera le fer de lance des gîtes, un élan prend forme en direction de l’espace urbain à travers l’opération « city break ».

Il y a en effet une demande d’ouvertures de structures labellisées gîtes en France en ville et une demande de la clientèle envers cet accueil chez l’habitant urbain. C’est le cas sur Grenoble par exemple.

Sur le plan commercial, il est constaté une profonde évolution des modes de réservation. La grande diversité des demandes de séjours, tant au niveau de la durée que de la typologie de la clientèle ont renforcé le rôle des agents de réservation. A retenir également le rôle de plus en plus important joué par internet. Outil indispensable de nos jours.

Thierry Blanchet, en conclusion:

« Nous continuerons à « professionnaliser » le réseau Gîtes de France en Isère, certains que la qualité de nos hébergements et de l’accueil réservé à nos clients par les propriétaires est le plus solide de nos atouts. »

Les prochaines opération mises en place par les gîtes de France Isère

Opération « Mai Toi Au Vert »

Réservez votre gîte
du 1er au 8 mai en Isère
au prix exceptionnel de 200 € la semaine !

Votre location à 200 €
(jusqu’à 6 personnes)
mai toi au vert en Isère
Votre location à 250
(de 6 à 12 personnes)

Prenez la Clé des Champs !

Evènement organisé
par la Chambre d’Agriculture de l’Isère


Le 1er et 2 mai, Les fermes
ouvrent leurs portes en Isère.


A cette occasion, découvrez
vos hébergements
à chacune des étapes de vos
circuits touristiques.

Catégorie A la une, monde rural, tourismeCommentaires fermés

Battue aux sangliers : le maire peut en décider

orateurCa y est ! Jean-Louis Masson a obtenu une réponse à sa question, publiée dans le JO Sénat du 6/11/2008. Dix-sept mois d’attente. Le fait que la réponse soit publiée un 1er avril ne doit pas être considéré comme significatif (NDLR).

Dans cette question, le sénateur de Moselle (NI) attire l’attention de M. le ministre d’État, ministre de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire sur les dégâts qui résultent de la croissance incontrôlée des populations de sangliers sauvages.

Dans certains départements, l’espèce est considérée comme nuisible. C’est le cas en Moselle, département régi par le droit local d’Alsace-Moselle. Il arrive cependant que certains adjudicataires de chasse ne réalisent pas suffisamment de battues pour réduire le nombre des sangliers.

Dans cette hypothèse, et si de nombreux dégâts ont été constatés dans les cultures et même dans les jardins des particuliers, il lui demande si le maire peut décider l’organisation d’une battue administrative et si oui, dans quelles conditions cette battue peut être décidée.

Réponse du ministère de l’Ecologie publiée dans le JO Sénat du 01/04/2010

En application des articles L. 427-4 du code de l’environnement et du 9° de l’article L. 2122-21 du code général des collectivités locales, le maire a le pouvoir, sous le contrôle administratif du préfet, de prendre les mesures nécessaires à la destruction des seuls animaux nuisibles désignés par arrêté préfectoral en application des articles L. 427-8, R. 427-6 et R. 427-7 du code de l’environnement.

Il n’intervient qu’en cas de carence des propriétaires ou des détenteurs des droits de chasse, préalablement invités à procéder à la destruction de ces animaux.

Pour ce faire, le maire peut ordonner la réalisation de battues effectuées sous le contrôle et l’organisation technique d’un lieutenant de louveterie. En accord avec celui-ci, le maire fixe les conditions des battues (dates, heures, lieux, nombre et qualification des participants, prescriptions techniques, modalités de signalement de la battue, etc.) par arrêté municipal, largement affiché et diffusé.

Le maire agit sous le contrôle du conseil municipal et il doit donc rendre compte à ce dernier de l’exécution de sa décision, si celle-ci a été prise sans son accord préalable.

En cas de dommages causés aux tiers ou d’accidents survenus lors des battues, il est très important que les organisateurs et les participants des battues soient convenablement assurés.

Dans les communes situées à proximité des massifs forestiers où les cultures sont menacées périodiquement de destruction par les sangliers, le préfet peut, en application de l’article L. 427-7 du code de l’environnement, déléguer aux maires le pouvoir d’ordonner des battues aux sangliers. Ces battues municipales peuvent alors avoir lieu, sans qu’il soit nécessaire d’inviter préalablement les propriétaires à détruire les sangliers.

Catégorie chasse, la vie des communesCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

avril 2010
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+