Archive | 12 avril 2010

AFTBM: Olivier Allagnat remplace Bruno Lavoye

AFTBMPour des raisons professionnelles, Bruno Lavoye, technicien à L’AFTBM se trouve dans l’obligation de démissionner de son poste. Il sera, c’est certain regretté car il a fait « du bon boulot » et a participé activement à la valorisation de la forêt du sud Isère. Son remplaçant a très vite été trouvé. Il s’agit d’olivier Allagnat. Il prendra officiellement ses fonctions au 1er mai.

Un technicien heureux de ses nouvelles fonctions: » originaire du nord-Isère, j’ai évolué ses dernières années au sein des principales structures de la forêt privée et publique dans un cadre, chaque fois, de technico-commercial. Ainsi j’ai acquis une vision de l’intérieur de la filière forêt bois. »

Ce sera obligatoirement un atout pour l’AFTBM et ses adhérents. « C’est en effet  avec un regard neuf et une grande volonté de participer au dynamisme de cettephoto magnifique région qu’est le Trièves, Beaumont, Matheysine que je serai aux côtés de l’ensemble des acteurs de la filière et des adhérents de l’association. Ceci  afin de pérenniser les actions déjà entreprises par l’AFTBM. Je souhaite aussi apporter au quotidien ma motivation et mon savoir faire dans toutes démarches de gestion patrimoniale. De plus, mon expérience dans le domaine commercial me permet de garantir une négociation d’achat des bois, avec une juste rémunération pour les propriétaires forestiers. »

Olivier Allagnat pense également à un avenir plus lointain: « Il nous faudra les années à venir mobiliser un volume de bois plus important, afin de mener à bien nos projets. Mais cette augmentation de la récolte ne sera jamais faite au détriment de la qualité de travail dans les parcelles des propriétaires forestiers ».  Il précise qu’il veillera tout particulièrement à la bonne réalisation des travaux…

Le nouveau technicien est donc conscient de la tâche qui l’attend et ne veut pas décevoir car » grâce à ses adhérents, à Bruno Lavoye, au président Patrick Chion ainsi qu’à l’ensemble des partenaires, l’AFTBM a su se démarquer comme l’un des plus dynamiques groupements associatifs forestiers de l’Isère. »

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

Quelle agriculture après 2013? Le débat est ouvert

Dacian Cioloş, membre de la Commission européenne chargé de l’Agriculture et du Développement rural lance aujourd’hui un débat public sur l’avenir de la Politique Agricole Commune (PAC) dans l’Union européenne. Depuis sa création, la PAC a toujours été adaptée pour répondre aux enjeux de son temps.

Des réformes significatives ont été menées ces dernières années, notamment en 2003 et lors du Bilan de santé de la PAC en 2008, pour moderniser le secteur et l’orienter davantage vers le marché. La stratégie Europe 2020 ouvre une nouvelle perspective. Dans ce contexte, la PAC peut davantage contribuer au développement d’une croissance intelligente, durable et inclusive, en répondant aux nouveaux défis de notre société, notamment aux défis économiques, sociaux, environnementaux, climatiques et technologiques. La PAC doit également mieux prendre en compte la diversité et la richesse des agricultures des vingt-sept Etats membres de l’UE.

Le débat qui s’ouvre porte sur les objectifs futurs de la PAC dans la nouvelle perspective de la stratégie Europe 2020. La discussion sur les moyens viendra plus tard.

« La Politique agricole commune n’est pas qu’une affaire de spécialistes. C’est la politique de tous les Européens. Il est nécessaire d’être à l’écoute des citoyens européens. Il faut prendre le temps de recueillir les idées et les attentes de tous les acteurs de la société », a déclaré M. Cioloş. «J’attends les réactions, les réflexions des agriculteurs, mais aussi des associations de protection de l’environnement, des consommateurs, du bien-être des animaux. Il faut ouvrir ce débat le plus possible. L’ensemble de la société bénéficie de cette politique commune européenne par l’alimentation, par la gestion de territoires, par la protection de l’environnement. Il est donc normal que les citoyens aient le droit et le temps de donner leur avis », a-t-il ajouté.

Débat ouvert sur internet jusqu’en juin

La Commission européenne présentera à la fin de l’année une Communication sur l’avenir de la PAC après 2013. Mais, avant de soumettre de premières orientations politiques pour ce secteur stratégique, pour nourrir les travaux préalables au processus de décision, le Commissaire Cioloş lance un débat public sur l’avenir de la Politique agricole commune, ses objectifs, ses principes et sa contribution à la stratégie « Europe 2020 ».

Afin de recueillir les contributions au débat public, Dacian Cioloş a annoncé le lancement d’un site internet http://ec.europa.eu/agriculture/cap-debate qui sera ouvert jusqu’au mois de juin 2010. Une synthèse des contributions sera alors réalisée par un organisme indépendant. En juillet 2010, la Commission européenne organisera une conférence de synthèse du débat public. Elle espère tirer de cette synthèse des idées fortes pour construire sa communication sur la PAC après 2013 et qui devrait être présentée fin 2010.

Outre la contribution que la PAC peut offrir au développement de la stratégie Europe 2020, le débat public se structure autour de quatre thèmes principaux:

- Pourquoi une Politique agricole commune européenne ?

- Quels objectifs la société assigne-t-elle à l’agriculture dans toute sa diversité ?

- Pourquoi réformer la PAC et comment la faire répondre aux attentes de la société ?

- Quels outils pour la PAC de demain ?

Dans son discours à la Commission de l’agriculture (COMAGRI) du Parlement européen, le Commissaire Cioloș soulève, au-delà de ces thèmes essentiels, une série de questions plus détaillées, sur les problèmes de l’approvisionnement alimentaire en Europe et dans le monde, l’emploi dans les zones rurales, la gestion durable des ressources naturelles, le changement climatique, la volatilité des prix, la compréhension par les citoyens des aides, l’équilibre au sein de la chaine alimentaire et la compétitivité de l’agriculture européenne.

Catégorie PAC, Union européenneCommentaires fermés

Voreppe soigne sa restauration collective

Revil,Duchamp,Seigle

Autour de Jean Duchamp, maire de Voreppe, Roland Revil et Gérard Seigle-Vatte

La Ville de Voreppe a signé récemment une charte de partenariat avec l’ADAYG pour des produits locaux de qualité en restauration collective .

La « Charte pour une restauration collective en circuit court dans l’Y grenoblois » a été signée le 29 mars , en ouverture du conseil municipal, par Jean Duchamp, maire de Voreppe, Gérard Seigle Vatte et Roland Revil, Co- présidents de l’Association pour le développement de l’agriculture dans l’Y grenoblois (ADAYG).
Cette Charte promeut un développement durable du territoire urbain et péri urbain, et s’inscrit en  cohérence avec la Charte Terres en Villes à travers trois messages: un terroir d’aujourd’hui, une terre à partager, un territoire équilibré.

Les signataires s’engagent à mettre en oeuvre une restauration collective pour:
- une alimentation de qualité et de santé
- la réduction des impacts environnementaux
- le  soutien à une production locale de qualité
- un développement économique responsable
La Ville de Voreppe, engagée dans l’élaboration de son Agenda 21,  a pris la décision de signer  cette convention.
L’évaluation des besoins en matière de restauration collective, l’introduction de produits de saison, la prédominance du critère «  production en circuits courts » et du critère « qualité » seront au menu de l’application de cette Charte signée à Voreppe.

Catégorie Y grenoblois, consommationCommentaires fermés

OGM: donnez votre avis sur un essai de porte-greffes de vigne

Une consultation du public sur une demande d’autorisation pour la prolongation d’une expérimentation en plein champ de porte-greffes de vigne génétiquement modifiés, est ouverte sur le site Internet www.ogm.gouv.fr jusqu’au 30 avril 2010. Toute personne qui le souhaite est invitée à faire des commentaires sur ce projet.
Cet essai concerne des porte-greffes de vigne modifiés pour les rendre résistants à la maladie du court-noué. Le court-noué est une maladie qui touche environ les deux tiers du vignoble français et affecte la production de raisin et la longévité de la vigne. Aucun traitement efficace contre cette maladie n’existe à ce jour. L’essai vise à répondre à plusieurs questions scientifiques concernant l’efficacité du transgène contre le virus du court-noué et les impacts environnementaux des porte-greffes génétiquement modifiés.
Des conditions expérimentales strictes sont prévues pour éviter tout risque de dissémination des transgènes : les porte-greffes ne produisent pas de fleurs et les inflorescences du greffon seront éliminées avant floraison ; une bâche installée dans le sol limitera le développement des racines.
Les expérimentations au champ sur des plantes génétiquement modifiées sont strictement réglementées. Elles doivent recevoir une autorisation délivrée par le ministre chargé de l’Agriculture après accord du ministre chargé de l’Ecologie. La décision est prise après une évaluation par le Haut Conseil des biotechnologies et une consultation du public.

Catégorie OGM, viticultureCommentaires fermés

Main basse sur le riz

Aucune activité économique ne nourrit autant de personnes et ne se révèle aussi cruciale pour l’équilibre social de nombreux pays que la culture du riz. Le riz nourrit près de la moitié de la population de la planète, il conditionne la sécurité alimentaire mondiale. Cette céréale, qui occupe 15 % des surfaces cultivables de la planète, a le pouvoir de garantir la stabilité politique ou de renverser des gouvernements.

rizAu printemps 2008, le prix du riz est multiplié par six en quelques mois. Du jamais vu. Ce sont les plus pauvres qui souffrent de cette explosion des prix. Des manifestations éclatent dans une quarantaine de pays. On parle d’émeutes de la faim. « Pénurie » et « famine » sont martelés à l’infini par les radios et les télévisions du monde entier. Ces mots créent une véritable psychose. Tout le monde craint que l’approvisionnement en riz ne soit plus garanti.

En écho à la flambée des prix de 2008, ce documentaire aborde l’enjeu alimentaire mondial en enquêtant auprès des grands acteurs de la filière mondiale du riz. En reconstituant le puzzle du marché international – entre la Thaïlande premier exportateur de riz, Genève d’où opère le négoce et l’Afrique devenue le plus grand pôle d’importation de riz pour nourrir sa population – le film décrypte les rouages de ce marché et met en lumière ses dérives et ceux qui font main basse sur le riz – spéculateurs irresponsables et États corrompus. Enfin, il s’interroge sur l’efficacité des tentatives de politiques d’autosuffisance et l’accaparement des terres agricoles (dit « landgrabbing ») par les pays riches.

Alors, que s’est-il réellement passé au printemps 2008 ? Qui a provoqué cette panique ? Qui en a bénéficié ? Quelles leçons ont été tirées et quelles décisions ont été prises ? Ce documentaire d’investigation nous fait pénétrer dans la très discrète filière mondiale du riz. Et permet de mieux comprendre la complexité d’un marché dont les enjeux sont considérables pour la sécurité alimentaire mondiale de demain.

REPÈRES
Production mondiale de riz : 700 millions de tonnes
Exportations/Importations : 30 millions de tonnes
Premier exportateur mondial : la Thaïlande avec 10 millions de tonnes, soit le tiers du total
Première zone d’importation : l’Afrique avec 10 millions de tonnes
Principaux pays importateurs : les Philippines, le Nigéria et le Sénégal
Arte mardi 13 avril: 20h35

Catégorie consommation, zoomCommentaires fermés

A Voiron, on recense même les hérissons

(photo J.F.Noblet)

(photo J.F.Noblet)

L’association de protection de la nature Le Pic Vert, la Maison des jeunes et de la culture et la mairie de Voiron en Isère lancent une enquête sur la répartition des hérissons dans la commune.

Tous les habitants, les écoles et les associations locales peuvent participer. Il s’agit de localiser précisément les observations de ce sympathique animal et de mieux connaître les menaces qui pèsent sur lui.

Une réunion d’information avec projection d’un film est organisée le jeudi 29 avril à 18 h30 à la MJC de Voiron 93 avenue J. Jaurès.

Ci-joint la fiche d’enquête:

Enquête Hérisson-1

Pour tous renseignements : le Pic Vert 24 place de la mairie 38140 Réaumont t 04 76 91 34 33 ou contact@lepicvert.asso.fr


Catégorie la vie des communes, natureCommentaires fermés

Ecole numérique rurale : 8000 communes candidates

orateurM. Jean Besson (Drôme-SOC) , ainsi que plusieurs parlementaires, appelle l’attention de M. le ministre de l’espace rural et de l’aménagement du territoire sur le lancement d’un nouveau volet du plan « Écoles numériques rurales » que les maires des communes de moins de 2 000 habitants appellent de leurs vœux.

Ce plan initié au printemps dernier a en effet remporté un succès considérable qui a dépassé les prévisions ministérielles : actuellement, plus de 8 000 communes se sont ainsi portées candidates alors que le plan ENR ne prévoit que 5 000 projets. Dans certains départements, les inspections académiques ont reçu deux fois plus d’intentions de candidatures que d’enveloppes disponibles.

Les maires ruraux de France ont rappelé la nécessité de ne pas interrompre la dynamique de cette opération. L’enjeu est en effet d’offrir à leurs enfants l’accès à l’école du XXIème siècle tout en contribuant à la réduction de la fracture numérique qui pèse sur les territoires.

Il souhaiterait donc savoir quelle suite le Gouvernement entend réserver à cette demande légitime.

Réponse du ministère de l’Education nationale publiée dans le JO Sénat du 08/04/2010

Le plan École numérique rurale (ENR) est destiné à combler le retard français dans l’équipement numérique des écoles, et en particulier les écoles rurales, par un financement conjoint État-collectivité.

À travers la participation de l’État à hauteur de 10 000 € par école retenue, c’est une véritable politique d’équipement (tableau numérique interactif, ordinateurs portables…) qui a été mise en place, mais aussi d’achat de ressources numériques pédagogiques et de formation des enseignants à l’usage des nouvelles technologies.

Une première enveloppe de 50 millions d’euros en provenance du plan de relance a pu être mobilisée lors du lancement de l’opération le 31 mars 2009.

Devant le succès de l’opération dans l’ensemble des départements et compte tenu des retombées très positives pour les territoires ruraux et les collaborations mises en place à cette occasion, le ministre de l’éducation nationale a demandé au ministre chargé du plan de relance une prolongation du plan ENR pour 1 700 écoles supplémentaires.

Ce redéploiement exceptionnel a été confirmé le 30 novembre 2009 et l’ensemble des partenaires académiques a reçu les crédits correspondant à sa dotation.

Catégorie enseignement-formation, monde ruralCommentaires fermés

FCO: pour le libre choix de la prophylaxie

Le Collectif FCO d’Isère  « pour le libre choix de la prophylaxie » invite tous les éleveurs touchés par la politique de vaccination obligatoire, qu’il estime injustifiée,  à se réunir le mercredi 14 avril à 20h30 à Charnècles. « Lors d’une réunion avec la DSV le 8 mars dernier, nous avons appris que 39 procès verbaux allaient être dressés contre des éleveurs d’Isère », souligne le Collectif.

« Les audiences en gendarmerie des éleveurs n’ayant pas vacciné ont déjà commencé. Dans d’autres départements, des procès contre des éleveurs « refuseurs » ont déjà eu lieu, suscitant des mobilisations de soutien. Il est donc temps de se préparer. Les éleveurs qui ont été obligés de vacciner mais qui s’opposent au caractère obligatoire de la vaccination sont invités eux aussi ».

La réunion aura lieu le mercredi 14 avril à 20h30 dans la salle de la mairie (salle 1) de Charnècles (bâtiment entre l’église et la mairie). A l’ordre du jour: le point sur les procédures en cours ainsi que sur les moyens légaux pour se défendre et sur les façons d’informer le grand public.

Catégorie prophylaxie, élevageCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

avril 2010
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+