Archive | 23 avril 2010

Réduire le volume de nos poubelles…

Vous avez pris connaissance des éco-gobelets fabriqués par la société Collavet installée à Apprieu. Nous allons découvrir un autre produit, tout aussi écologique: la lombricompostière qui peut être utilisée par toutes les familles, qu’elles habitent en ville, à la campagne, en appartement ou en maison…

Après avoir présenté les fameux éco-gobelets, la société Collavet s’est lancée dans la fabrication de lombricompostières, avec le soutien du Conseil général de notre département. Une grande première car il n’existe pas en Europe d’entreprises qui ont tenté de se lancer dans une telle fabrication. Les lombricompostières sont donc exportées, d’Australie par exemple. Souci majeur: le prix. Il faut en effet compter près de 150 euros pour en acheter une. Autre inconvénient, elles ne correspondent pas à la demande de la clientèle et ne sont pas très fonctionnelles.

L’équipe de l’entreprise Collavet a donc décidé de relever le défi. De suivre un cahier des charges très strict. En voici quelques éléments:

- il doit être mobile

- très bien ventilé

- propre

- être utilisable dans l ‘habitat vertical.

lombricompostage1

Les lombricompostières sont entièrement fabriquées à Apprieu

Un cahier des charges respecté à la lettre et les lombricompostières mises sur le marché aujourd’hui correspondent tout à fait à la demande de la clientèle. Elles sont très pratiques, sur roulettes, peuvent passer sous une table, ne dégagent aucune odeur, sont très faciles à utiliser, propres….Sont fabriquées à partir de plastique rigide recyclé.

Une démonstration a été faite, on ne peut que confirmer! On rajoutera même qu’elles sont esthétiques….

A l’achat de la lombricompostière , une notice d’utilisation est bien entendu fournie.

lombri 2En un mot, pour réussir un bon lombricompstage, il faut bien entendu l’appareil, un peu de terreau pour démarrer, des lombrics.
Vous pourrez vous procurer des vers Eisenia dans les magasins de pêche ou encore en grande surface multisports : Demandez des « vers de pêche » ou « vers de terreau ».
Pour le démarrage de la lombricompostière, vous aurez besoin d’environ 300 gr de vers.

Ensuite il suffira de « nourrir » les Eisénia de déchets tels que les épluchures, marc de café, carton, papier journal…. En échange ceux-ci vous rendront du lombricompost de très haute qualité qui pourra être utilisé dans le jardin ou pour les plantes d’appartement.

Il est à retenir qu’en utilisant une éco-worms on pourra réduire ses déchets de 25 à 30%

On se rappellera que le prix d’achat de lombricompostières importées est d’environ 150 euros. L’entreprise Collavet a réussi un nouveau pari: celui de permettre à chacun de devenir un acteur du développement durable. Voilà pourquoi on peut trouver des appareils, fabriqués en France, en Bièvre, pour un coût compris entre 70 et 90 euros.

Eric Gasquet, responsable de l’entreprise Collavet: « Nous souhaitons démocratiser le lombricompostage, voila pourquoi nous avons  tout mis en oeuvre pour que notre appareil, conçu et fabriqué en France coûte, pour le particulier, moins de 100 euros ».

Pour toute info complémentaire, acheter une lombricompostière, cliquer sur l’illustration:

Catégorie A la une, déchets, environnementCommentaires fermés

De nouvelles têtes pour l’agriculture régionale

Michel Grégoire

Michel Grégoire

Michel Grégoire (PS) ,vice-président du Conseil général de la Drôme (Aménagement du territoire, intercommunalités) fait désormais partie de l’exécutif régional au titre de vice-président à l’Agriculture et au Développement rural.

Il succède à ce poste à Eliane Giraud, qui reste à l’exécutif au titre de conseillère déléguée à l’Administration générale et aux Parcs naturels régionaux.

A 53 ans, Michel Grégoire, technicien agricole de profession, a déjà une longue carrière d’édile rural et d’homme politique. Elu maire de la Roche-sur-le-Buis depuis 20 ans,  il a été député de 1997 à 2002. Il est par ailleurs président de l’association des maires de la Drôme.

Le nouveau conseiller régional à l’agriculture travaillera, entre autres,  avec les récents élus dans les commissions thématiques (les élections ont eu lieu les 22 et 23 avril). Petite revue d’effectifs.

Dans la commission « Agriculture et développement rural » (CR5), le président est Olivier Keller (EE Verts), le premier vice-président est Philippe Lacondemine (PSEA) et le 2e vice-président est Corinne Morel-Darleux (FDG).

Michel Grégoire travaillera également avec Gérard Leras (Europe Ecologie), conseiller spécial à la politique foncière ainsi qu’avec la commission  « Aménagement, animation du territoire, du foncier, société de l’information et parcs naturels régionaux » (CR7), présidée par Elisa Martin (FDG) avec Albane Colin (EE Verts) et Christiane Farigoule (PSEA) pour vice-présidentes. Une commission entièrement féminine. Ce n’est pas la seule.On en compte cinq  sur les 16.

On peut ajouter la commission tourisme et montagne (CR13), présidée par Guy Palluy (PSEA) avec Yves Paccalet (EE Verts) et Pascal Bonnetain (PSEA) pour vice-présidents.

Catégorie agriculture, collectivitésCommentaires fermés

Quinzaine de l’écocitoyenneté à Chambéry

logo Chambé ecocitoyenCette année, la Ville de Chambéry a confié à l’Association du Quartier Centre Ville Centre Social l’organisation de la Quinzaine de l’écocitoyenneté, sur le thème « Consommons autrement ».

C’est la 7e édition de cet événement.

Le programme proposé est le fruit d’une riche collaboration entre de nombreux acteurs associatifs et institutionnels. Chacun se mobilise pour vous montrer comment « consommer autrement » dans tous les actes de notre vie courante et pour vous donner envie d’agir !

Pour télécharger le programme complet, aller sur le site www.chambery.fr/

Catégorie consommation, écologieCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

avril 2010
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+