Catégorie | montagne, parcs

Le bouquetin fait son retour en Chartreuse

Ce que l'on devrait voir prochainement sur les Hauts de Chartreuse

Ce que l'on devrait voir prochainement sur les Hauts de Chartreuse. Le lâcher officiel du bouquetin des Alpes en Chartreuse a lieu mardi 11 mai à Entremont-le-Vieux (73)

Avec la création du Parc naturel régional de Chartreuse en 1995, puis de la Réserve Naturelle Nationale des Hauts de Chartreuse en 1997 (gérée par le Parc depuis 2001), le projet de réintroduction s’est logiquement intégré dans les perspectives d’actions de ces deux structures.

L’idée d’un retour du bouquetin parcourrait les sangles depuis les années 90. Le projet de sa réintroduction conjugue «une volonté locale et une priorité nationale» , selon Eliane Giraud, présidente du Parc naturel régional de Chartreuse : «Entre le Plan de gestion de la Réserve Naturelle des Hauts de Chartreuse, l’amélioration de la biodiversité que soutient la Charte du Parc, et le ministère de l’écologie qui prône le repeuplement des massifs pré-alpins susceptibles d’accueillir cette espèce protégée, il y a une réelle convergence.»

Les conclusions de l’étude de faisabilité conduite en 2006 par l’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) font de la Chartreuse un territoire particulièrement adapté aux exigences de cet animal, avis partagé par le Groupe National Bouquetin qui rassemble les spécialistes de l’espèce en France.

Cet excellent rochassier aime la verticalité, les milieux rocheux et les nombreuses vires et falaises de Chartreuse sont très propices à son installation. Au sein du Parc naturel régional, la Réserve Naturelle a été retenue pour accueillir le noyau initial de population, compte tenu qu’il présente une grande continuité de lignes de crêtes abritant une mosaïque d’habitats naturels favorables à l’espèce.

Installer la colonie chartroussine

Des réunions publiques ont été organisées pour présenter le programme de réintroduction

Des réunions publiques ont été organisées pour présenter le programme de réintroduction

Deux zones de prélèvement sont prévues, l’une dans la Réserve Nationale de Chasse et de Faune Sauvage de Belledonne (plus d’un millier de bouquetins ont été recensés , il y a quatre ans, dans le massif de Belledonne) et l’autre dans le Parc national de la Vanoise.

Les 15 premiers animaux seront réintroduits au printemps 2010, et les 15 suivants au printemps 2011 sur les Hauts, entre Granier et Dent de Crolles.

« L’objectif opérationnel de ce projet est le rétablissement d’une population pérenne et autonome de bouquetins des Alpes sur la Réserve Naturelle des Hauts de Chartreuse, susceptible de s’étendre à terme sur l’ensemble du massif de Chartreuse » précise l’équipe technique de la Réserve Naturelle.

Afin de s’assurer de l’installation viable d’une population chartroussine, de limiter les risques de perturbation et de contribuer à la connaissance de l’espèce, le Parc naturel régional de Chartreuse s’engage sur au moins 6 années de suivi scientifique.

Des protocoles de suivi réalisés en interne chercheront à renseigner l’évolution démographique des populations et leur état d’équilibre avec le milieu naturel. Chaque animal réintroduit portera un collier émetteur pour le localiser, des boucles auriculaires pour l’identifier et un détecteur de mortalité permettant de s’assurer de sa survie.

Tous les usagers de la nature peuvent participer à la réussite de cette opération en retournant une fiche « observateur » localisant les animaux marqués. Depuis cette année, des écoliers du massif sont associés au programme d’accueil et de suivi des bouquetins. Plus de 100 enfants  sont associés au programme de réintroduction.

Cet article a été écrit par:

Christian - qui a écrit 2027 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mai 2010
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+