Archive | 09 mai 2010

Partenariat Gîtes de France Isère-gîtes du Maroc Oriental

Comme vous avez pu le lire sur sillon38.com, la Fédération des Alpages de l’Isère et l’Association pastoralismes du monde ont organisé un voyage d’étude au Maroc afin de traiter de plusieurs dossiers. Bilan de cette mission avec Abderrahmane Mejdoubi, éleveur ovin et membre de l’association nationale des éleveurs ovins et caprins du Maroc.

Auparavant il a tenu à nous préciser que Lichen, la chienne Border Collie qui mène les troupeaux de son élevage « va bien. Cette expérience est très positive. On doit la pérenniser. De nombreux éleveurs sont intéressés par ce nouveau mode de travail. Lichen facilite le travail du berger. On va également réfléchir à la mise en place de matériel de contention. Celui-ci facilitera également notre travail et favorisera le bien être des animaux. »

Le principal axe de la visite a été l’approche du tourisme rural. « Nous sommes en pleine réflexion sur ce sujet. Le but étant, à travers une diversification, d’offrir une plus-value aux agriculteurs, aux éleveurs.  Les membres de la mission nous ont confirmé que nous avons un potentiel touristique important. Reste maintenant à trouver les moyens de lancer cette activité. J’ai beaucoup apprécié la proposition de Bruno Bernabé, directeur des Gîtes de France Isère qui consiste à mettre en place des partenariats entre certains gîtes de ce département et ceux existant ou à venir du Maroc oriental. »

mejdoubi

Nous sommes sur les terres d’Abderrahmane Mejdoubi. Celui-ci, éleveur, sur les plateaux du Maroc oriental envisage de créer une structure d’accueil touristique. Bruno Bernabé, directeur des Gîtes de France Isère lui prodigue ses premiers conseils.

Dernier point abordé: le festival du film pastoralisme et grands espaces. Celui-ci se déroulera aux 7 Laux du 13 au 16 octobre 2010. Le Maroc en sera l’invité d’honneur. « Nous sommes très heureux de cette reconnaissance. Nous travaillons en permanence sur ce dossier. Les festivaliers vont grâce à cette manifestation découvrir notre pays. Nous en sommes très fiers. Bien entendu, nous présenterons un film en compétition. »

Le Maroc oriental a tous les atouts pour réussir son tourisme rural

Bruno Bernabé découvrait le Maroc Oriental:  « J’ai trouvé une région riche de par sa diversité de paysages, de culture, au niveau social, économique. A cela on peut ajouter la gentillesse, le sens de l’accueil des marocains sans oublier leur cuisine. Oui, le Maroc Oriental a tous les ingrédients nécessaires pour se lancer dans le tourisme rural. Je dirai même que ses acteurs doivent inventer une autre forme de tourisme, un tourisme raisonné. Il faut à mon sens ne pas tomber dans le piège du tourisme de masse, géré par les tours opérators.

J’ai le sentiment que les agriculteurs, éleveurs de cette région ont la même réflexion, la même problèmatique que celles qu’avaient leurs homologues français quand ils ont lancé le mouvement Gîtes de France, en 1960. Ce concept est transportable au Maroc Oriental avec, bien entendu, des aménagement bien spécifiques. »

Les Gîtes de France Isère se disent prêts à aider les Marocains qui veulent se lancer dans l’aventure du tourisme rural. « Nous pouvons mettre nos compétences à leur disposition en fonction de leurs demandes. Je pense également que l’on peut mettre en place des échanges, parrainages entre certains gîtes de notre département et ceux du Maroc Oriental, existants ou à venir. Un partenariat gagnant-gagnant. « 

Celui-ci devrait rapidement se mettre en place.



Catégorie coopération internationale, pastoralismes du monde, tourismeCommentaires fermés

L’APAP fête ses quarante ans

L ‘Association pour la Promotion des Agriculteurs du Parc régional du Vercors a vu le jour en 1970, il y a 40 ans. Que de chemin parcouru depuis!

Une journée conviviale vient d’ être organisée pour fêter dignement cet anniversaire. Journée, organisée à l’Escandille d’Autrans, orchestrée par le président de l’APAP en personne: Guy Durand.

Celui-ci a tenu à remercier l’ensemble des acteurs qui ont contribué à constituer cette association et à la faire évoluer pendant ces dernières quarante années.

« L’APAP a réussi à faire rencontrer les gens entre eux. Certains agriculteurs se côtoient grâce à notre association, nous avons pu également ouvrir le dialogue avec les élus. Le bilan de notre action est bien rempli car nous avons su aller de l’avant et aujourd’hui si notre montagne a une agriculture dynamique elle le doit en grande partie grâce à l’APAP. » Guy Durand a conclu:  « Cette journée doit être la fête de l’agriculture et rendez vous pour les 80 ans de l’ APAP. »

apap 1

Guy Durand, président de l’APAP avec à sa droite Eliane Giraud, conseillère régionale, Danielle Pic, présidente du Parc régional du Vercors et à sa gauche, Jean Faure, Christian Nucci et Pierre Buisson: « l’APAP veut être un acteur dynamique et innovant. »

Jean Faure ancien sénateur et maire d’Autrans se souvient très bien dans quelle circonstances est née l’APAP: « On a commencé à parler de la création d’une association regroupant tous les acteurs de l’agriculture en 1967 quand il a été décidé de créer les parcs naturels régionaux. Le Vercors se positionnant très vite comme candidat. Inutile de vous dire que les opposants étaient nombreux. Ils craignaient un afflux de touristes, que l’on dénature le plateau.

Positive attitude!

Au niveau de l’agriculture il y avait plus d’une cinquantaine de structures agricoles: syndicats, groupements de vulgarisation, coopératives….Les réunir a demandé beaucoup de travail, de tact car bon nombre d’agriculteurs y étaient opposés.. N’oublions pas que nous sortions du traumatisme JO de Grenoble avec le « boom » sur le foncier. Mais le résultat est là: en 1970 l’APAP a été constituée. Celle-ci ne s’est pas positionnée comme un syndicat de défense mais a été très vite une plateforme de discussions, d’idées… Elle a intégré les réalités environnementales, écologiques économiques, elle s’est associée aux usagers du Vercors, a réuni des personnes qui avaient des conceptions différentes concernant le développement du Vercors, a su créer une osmose avec l’activité touristique. Aujourd’hui l’APAP est un acteur incontournable de la vie du Vercors ».

apap 3

Jean Faure en ouverture de son propos: « Nous sommes à l’Escandille, qui lie son activité au tourisme, nous avons une vue sur l’agriculture, la forêt et le sport avec les tremplins de ski: la vie du Vercors résumé en une vue! »

Pierre Buisson, conseiller général du plateau du Vercors: « L’APAP est un exemple que beaucoup devraient suivre. Elle est un acteur fort au niveau de notre territoire. »

Danielle Pic, présidente du Parc naturel régional du Vercors:  « Avec l’APAP nous sommes conscrits et nous avons pendant quarante ans fait route commune. Ce ne fut pas un long fleuve tranquille mais les deux structures ont toujours voulu aller de l’avant, ont toujours eu une attitude positive, une ouverture d’esprit. Ceci aboutissant à des réalisations indispensables aujourd’hui: la marque Parc, l’accueil à la ferme en sont des exemples concrets. »

Eliane Giraud conseillère régionale: « A travers l’APAP, on remarque que les agriculteurs ont su s’organiser et mettre en valeur leurs atouts. Ils ont réussi à conserver une agriculture de montagne dynamique. On doit se servir de cette expérience, dans la perspective de la PAC 2013, concernant la défense de l’agriculture de montagne. »

Christian Nucci, vice président du Conseil général de l’Isère en charge de l’agriculture a rappelé que « la diversification est née en zone de montagne, la traçabilité, un élément indispensable pour fidéliser le consommateur a tout son sens pour les produits de montagne. Une agriculture de montagne qui a toute sa place en Isère, sur le plateau du Vercors et qu’il faut préserver, soutenir. »

Christian Nucci a enfin indiqué que le rôle de l’APAP n’est pas qu’agricole:  « Vous participez à l’aménagement du territoire, à la vie en milieu rural, vous êtes un exemple! »

Suite à cette partie officielle, un repas à base de produits locaux a ravi les dizaines de convives qui ont pu ensuite assister à une série de spectacles pour petits et grands.

Catégorie A la une, agriculture, parcsCommentaires fermés

Des OGM dans le Bleu du Vercors Sassenage?

Rencontré lors des 40 ans de l’Association de promotion des agriculteurs du Parc naturel régional du Vercors, Paul Faure, président de la coopérative Vercors lait, a tenu à nous donner son sentiment sur les OGM et le Bleu.

« C’est Greenpeace qui a mis de l’huile sur le feu à travers un communiqué de presse. Elle a classé notre bleu  en liste rouge des fromages pollués par les OGM. Depuis, elle a révisé son jugement en nous mettant dans la catégorie orange! Ce qui est clair est que l’alimentation fournie à nos vaches est faite à 80% à base de fourrage. A cela se rajoute le sérieux des éleveurs, leur savoir-faire et vous comprendrez qu’il faut calmer le jeu et ne pas affoler par plaisir d’affoler. Il faut bien au contraire rassurer le consommateur.

Cela n’empêche, nous avons pris ce problème d’OGM très au sérieux et nous travaillons sur ce dossier. Notre but est de proposer le Bleu sans OGM. Ca passe par une prise de conscience générale. Les coops qui nous fournissent les aliments doivent être raisonnables, jouer le jeu en ce qui concerne le coût. Il faut savoir que les aliments garantis sans OGM nous sont facturés 30 à 40 euros de plus à la tonne. Il faudra également que l’on vende notre lait un ou deux centimes d’euros plus cher au litre pour atténuer le coût plus élevé des aliments que l’on achète. »

Paul Faure a bon espoir que la raison l’emportera et que « dans quelques mois on pourra indiquer que l’AOP Bleu du Vercors Sassenage ne contient pas d’OGM. »

Et Greenpeace de classer le bleu dans le vert!

Catégorie A la une, OGM, bleu du Vercors SassenageCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mai 2010
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+