Catégorie | filière viande, élevage

L’aviculture rhônalpine en souffrance

Dans son bulletin de conjoncture de mai, Agreste signale qu’entre 2004 et 2008, un quart des producteurs de volailles de chair ont disparu. Les moyens de production (main d’oeuvre, nombre et surface des bâtiments) et la production elle-même suivent le même déclin. En particulier, l’effondrement des productions de dindes et pintades, amorçé en 2004, se poursuit. La production totale de poulets se maintient au prix d’un recentrage sur les catégories « standard » au détriment des poulets « certifiés » et « de qualité » (label, AOC…). Seul le bio tire un peu son épingle du jeu.

En Rhône-Alpes, la part des poulets certifiés et de qualité (45 %) reste néanmoins très supérieure à la moyenne nationale (25 %).
La filière oeufs de consommation résiste mieux. Malgré la baisse du nombre de producteurs, la production d’oeufs se maintient en effet entre 2004 et 2008. La production d’oeufs bio progresse de façon spectaculaire, et représente désormais 15 % de la production nationale. Mais la part du bio dans la production régionale reste faible (7 %).

La production d’oeufs issus de poules élevées en cages baisse. Les nouvelles normes européennes relatives au bien-être animal, applicables à compter de 2012, imposent un aménagement des cages traditionnelles. Plus de la moitié des pondeuses rhônalpines sont actuellement hébergées dans des cages qui ne sont pas, ou pas encore, aux normes 2012.

Cet article a été écrit par:

Christian - qui a écrit 2027 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mai 2010
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+