Catégorie | nature, parcs

Parrainez un gypaète

Trois oisillons gypaètes vont être prochainement réintroduits par le Parc naturel régional du Vercors dans les falaises d’Archiane au sud du territoire (Drôme). Autrefois répandu dans tous les massifs montagneux de l’Europe méridionale, ce grand rapace diurne a vu se réduire de façon drastique son aire de répartition depuis le  XIXème siècle.

Aujourd’hui, il est considéré comme le rapace le plus menacé d’Europe.

A l’occasion de cette réintroduction, Le Parc naturel régional du Vercors invite les amoureux de la nature à soutenir son action de préservation de la biodiversité en parrainant les trois poussins qui vont être mis en milieu naturel.

Chaque parrain et marraine pourra suivre les déplacements de son filleul durant toute une année car il sera équipé d’un GPS . Il sera également possible de l’observer planer sur les hauteurs du Vercors.

Le Vercors pourrait devenir le premier massif à abriter les quatre vautours que l’on rencontre en Europe.

………………………………………………………………………………………………..

Vous souhaitez faire un don au profit de l’opération de sauvegarde des gypaètes barbus. Envoyer votre don, soit :

- par chèque établi à l’ordre du trésor public à adresser au Parc naturel régional du Vercors 255, chemin des Fusillés 38 250 Lans-en-Vercors

- en numéraire à déposer à la maison du  Parc à Lans-en-Vercors,une urne est prévue à cet effet. Vous recevrez un certificat de parrainage et un autocollant Gypaète. Si vous souhaitez une attestation de don, vous pouvez l’obtenir sur simple demande.

Renseignements au 04 76 94 38 26.

Cet article a été écrit par:

Christian - qui a écrit 2027 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mai 2010
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+