Archive | 12 juillet 2010

Revenus agricoles 2009 : la débâcle est confirmée !

La Commission des Comptes de l’Agriculture a publié  les résultats provisoires de l’année 2009, après une première prévision parue en décembre dernier.
Ces résultats confirment l’ampleur de la crise agricole, avec une baisse du revenu moyen par agriculteur de 34 % en 2009, qui s’ajoute aux -20 % enregistrés en 2008. Le revenu moyen net par actif non salarié chute ainsi à 14 600 €, son iveau le plus bas depuis plus de 30 ans.

Ces résultats se traduisent par des dégradations fortes du revenu par région et département. Là encore, la tendance est extrêmement inquiétante : 3 régions pour lesquelles le revenu moyen agricole par actif est inférieur au demi-SMIC, et 7 régions où la baisse de revenu est supérieure à 45 %.

Les résultats par production traduisent également l’ampleur du désastre : -57 % pour les producteurs de céréales (contre –51 % en décembre), -50 % pour les éleveurs laitiers et –44 % pour les producteurs de fruits.

Certaines baisses sont certes atténuées : -8 % pour le maraîchage et +9 % pour la viticulture sous appellation contre respectivement –34 % et –8 % annoncés en décembre 2009. Mais les principales améliorations le sont aussi : +9 % en viticulture hors appellation (+34 % en décembre), +10 % pour les éleveurs bovins viande (+17 % en décembre), +14 % pour les ovins (+22 % en décembre).

Les revenus en élevage demeurent toujours inférieurs au revenu moyen agricole. Seules les productions hors sol semblent bénéficier d’une relative embellie (+22 %), même si l’interprétation de ce résultat doit tenir compte de l’hétérogénéité de cette catégorie.

Autres faits marquants : cette dégradation de revenu intervient malgré le report important des investissements de la branche agriculture (-9 %). Elle s’accompagne également d’un effondrement du solde du commerce extérieur (-38 %) qui atteint 5,8 M€ en 2009 contre 9,4 M€ en 2008.

Cette situation catastrophique démontre une fois de plus les effets désastreux de 15 années de démantèlement, insidieux mais implacable, des outils de régulation de la PAC.

Les discussions sur la PAC de 2013 ne pourront faire l’impasse sur ces faits.  Et le maintien des outils
actuels, comme le plaident encore certains Etats membre, ne suffira pas.

L’Europe doit réinventer la régulation des marchés et mettre en place de véritables filets de sécurité pour toutes les productions sans pour autant constituer des débouchés.

Elle doit permettre la performance économique durable de toute la chaîne alimentaire pour garantir un juste retour de la valeur ajoutée aux producteurs et un prix final consommateurs équitable. A ce titre, les outils de surveillance européenne des prix avancés par le groupe à haut niveau sur l’avenir du secteur laitier, sont tout à fait intéressantes.

« La dégradation du revenu agricole traduit une véritable débâcle. De surcroît elle ne bénéficie en rien
au consommateur, le ciseau des prix entre produits alimentaires et produits agricoles s’amplifiant. Tous les clignotants sont au rouge, y compris le commerce extérieur. Au delà des réponses de fond que la PAC 2013 devra apporter – régulation notamment – il s’agit dès à présent au niveau européen de poursuivre sur la voie tracée par le Groupe à Haut Niveau pour le secteur laitier, pour conforter le pouvoir de marché des producteurs dans tous les secteurs » a déclaré Guy Vasseur, Président des Chambres d’agriculture.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Fin de la limitation temporaire de vitesse en Isère

Au regard des niveaux d’ozone dans l’air mesurés sur le bassin lyonnais et le bassin grenoblois, le préfet de l’Isère a décidé la levée des mesures mises en place dans le cadre de l’épisode de pollution.
Ainsi, à partir du mardi 13 juillet 2010 à 5 heures, reprise des limitations habituelles de vitesses sur les tronçons autoroutiers suivants :
* A48 du péage de Voreppe à Grenoble (Porte de France) ;
* A41 du péage de Crolles à Meylan (carrefour de la Carronnerie) ;
* RD1090 de Meylan (carrefour de la Carronnerie) à Grenoble (Pont de l’Isère) ;
* A480 sur la totalité (depuis limite A48 jusqu’au carrefour de Varces A480 / RD 1075) ;
* A51 du péage de Vif à Claix (limite A51 / A480) ;
* RN87 dite « Rocade Sud » ;
* RN85 depuis la sortie N°8  située sur A480, sens Nord-Sud, jusqu’au carrefour giratoire situé à l’intersection de la N85 et de la RD 2085 A (fin de la déviation de Pont-de-Claix), sur la commune de Champagnier ;
* La partie iséroise de l’autoroute A7 ;
* RN7 ;
* A43, entre sa jonction avec l’A48 et son franchissement de la limite départementale Isère – Rhône.

L’ensemble des valeurs mesurées par les réseaux de surveillance de la qualité de l’air est disponible sur Internet à l’adresse suivante : http://www.atmo-rhonealpes.org .

Catégorie pollution, transportCommentaires fermés

CREPS de Voiron, un nouveau départ et des emplois sauvegardés

Adopté par les élus régionaux le 8 juillet dernier, le protocole d’accord relatif aux modalités de
poursuite d’activités sur le site du CREPS Rhône-Alpes de Voiron* a été signé cet après-midi à
Voiron (Isère) par Jean-Jack QUEYRANNE, Président de la Région Rhône-Alpes, en présence de
Rama YADE, Secrétaire d’Etat chargée des sports.

« La signature de ce protocole marque une nouvelle étape, un espoir conforté et l’aboutissement de plus d’un an et demi de travail » a souligné Jean-Jack QUEYRANNE. En effet, ce protocole entérine et consolide le projet de reprise d’une partie des activités du CREPS par l’association Tremplin Sport Formation (TSF), créée à l’initiative des personnels du CREPS avec l’appui d’une partie du mouvement sportif régional**.
Il prévoit des engagements des collectivités et de l’Etat :
• sur le patrimoine (cession immobilière du site à la CAPV, travaux …)
• pour le maintien d’activités de formation et d’accueil du mouvement sportif sur le site de Voiron,
• en faveur du reclassement du personnel du CREPS et notamment le repositionnement des 17 agents techniques de l’actuel CREPS,
• en matière de pilotage et d’accompagnement des activités durant la phase transitoire du projet.

Près de 3,3 M€ sur 3 ans (septembre 2010 / septembre 2013) vont être consacrés par la Région Rhône-Alpes pour préserver les emplois et maintenir les activités d’accueil du mouvement sportif régional et de formation aux métiers du sport sur le site de Voiron.

1er CREPS français par le volume de formation dispensé, le CREPS de Rhône-Alpes était constitué de 2 sites (Voiron en Isère et Vallon Pont-d’Arc en Ardèche). Il intervenait dans la formation aux métiers du sport et de l’animation, le sport de haut niveau avec 2 pôles espoirs et 1 pôle France (badminton,
basket-ball et escalade) et une mission d’accompagnement des sportifs de haut niveau, l’accueil de
structures associatives avec une activité de restauration (150 places) et d’hébergement (141 lits).

Dans le cadre de la réforme de la politique nationale du sport de haut niveau engagée en 2008, l’Etat a
programmé la fermeture du site de Voiron et le rattachement de celui de Vallon Pont-d’Arc (Ardèche) au CREPS d’Aix-en-Provence. Alerté par le personnel, Jean-Jack QUEYRANNE s’était rendu sur place pour témoigner de son soutien.

Grâce à la forte mobilisation des élus locaux et régionaux, la décision de fermeture a été reportée d’un
an par l’Etat (au 31 août 2010). Ce dernier a également accepté de participer à une étude lancée par la
Région en juin 2009 afin de connaître la situation réelle du CREPS et d’étudier les scénarii de reprises
envisageables sur le site. Cette étude a permis d’élaborer, en concertation avec les partenaires***, une
1ère version du protocole d’accord, approuvée par le Conseil régional le 26 février 2010.


* Autres signataires du protocole : Albert DUPUY, Préfet de l’Isère, André VALLINI, Président du Conseil général de l’Isère, Jean- Paul BRET, Président de la Communauté d’agglomération du Pays Voironnais, Roland REVIL, Maire de Voiron, Guy MARGOTTON, Président du Comité Régional Olympique et Sportif Rhône-Alpes
** Membres fondateurs de TSF : le CROS – Comité régional olympique et sportif Rhône-Alpes, la ligue Rhône-Alpes de badminton, la ligue Rhône-Alpes de basket-ball, le comité Rhône-Alpes de montagne escalade et le comité Rhône-Alpes de cyclisme.
*** Etat, Département de l’Isère, Ville de Voiron et Communauté d’Agglomération du Pays Voironnais (CAPV)

Catégorie collectivités, enseignement-formationCommentaires fermés

Saint-Antoine-l’Abbaye: retour au moyen âge

Le village médiéval de Saint-Antoine-l’Abbaye a obtenu le label convoité de « Plus beau village de France ». En l’honneur de ce titre de gloire, une fête médiévale exceptionnelle est organisée sera les 17 et 18 juillet (1).

Saint-Antoine-l’Abbaye va accueillir pour l’occasion dans son décor naturel des troupes professionnelles et des associations médiévales qui viennent de toute la France et qui s’inspireront du thème et de la période historique (fin du moyen âge) pour créer des spectacles et des animations pour les petits et les grands.

Troubadours, bonimenteurs, guerriers, danseurs, musiciens, comédiens, chanteurs, marchands, artisans en démonstration (calligraphie, vitrail, forge, bois sculpté, dentelle au fuseau, maillage de côte de maille…) , tous seront là. Ce sera l’occasion de découvrir et/ou de vivre différents aspects de cette époque à travers le fil conducteur qui sera cette année, la danse.

Des animations en continu et des spectacles programmés sur plus de huit espaces scéniques plongeront les visiteurs dans une ambiance festive et artistique dans le bas moyen âge. De très nombreux temps forts vont ponctuer ces deux journées comme, par exemple, trois défilés en ouverture, en journée et en soirée, avec les cornemuses et  percussions de la Cie Carlamusa de Monaco accompagné par les troupes en armes soit plus de cent figurants.

Un spectacle de feu sera présenté le samedi soir dans le jardin abbatial. Les chevaux et les artistes de la Compagnie Impulsion et Fireman vont créer un événement unique, émouvant et spectaculaire. Ou encore, le spectacle dans l’église abbatiale avec une création fusionnant textes de François Villon et  musiques et chants médiévaux des compagnies Tempradura et Irmensul.

Les bonus: un pas de tir exceptionnel et complet (balistes, trébuchets, arcs, arbalètes, bombardes), des combats et des campements, des jeux à destination des enfants et bien d’autres surprises…

La fête se terminera le samedi par un grand bal médiéval et le dimanche par un banquet sous les étoiles en costumes et en musique.

………………………………………………………………………………………………

(1) L’entrée payante (8 € / gratuit pour les enfants) permet de rétribuer les artistes professionnels et donne accès à toutes les animations, initiations, jeux et spectacles.

Organisateurs: association Saint-Antoine Développement, rue Haute, 38160 Saint-Antoine-l’Abbaye (04 76 36 46 03 ou 04 76 36 44 92) en collaboration avec d’autres associations et l’O.T. de Saint-Antoine.


Catégorie la vie des communes, patrimoineCommentaires fermés

Morzine-St Jean de Maurienne: La grande étape des Alpes

La 9ème étape, ce mardi 13 juillet, entre Morzine Avoriaz et St Jean de Maurienne devrait être terrible. Après la première journée de repos, qu’il faudra bien digérer, c’est la grande étape des Alpes, avec le Col de la Colombière par le Reposoir, le col des Aravis, les Saisies et le col de la Madeleine. Etape longue de 204 kilomètres.

Itinéraire

st jean de maurienne

Le départ sera donné à 11 h 30, arrivée prévue à 17 heures.

Catégorie sportCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

juillet 2010
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+