Archive | 15 juillet 2010

Ambroisie: deux herbicides efficaces testés en Isère

Deux herbicides efficaces contre l’ambroisie  sont essayés sur des champs de tournesol du nord Isère.  La variété de tournesol sélectionnée est résistante aux molécules mises au point par BASF et Du Pont . La lutte contre l’ambroisie  dispose peut être d’un nouvel outil dont  l’effet sur l’environnement est réduit.Les pieds d'ambroisie concurrence le tournesol sur cette parcelle non traitée ( photo Enviscope)Les pieds d’ambroisie concurrence le tournesol sur cette parcelle non traitée ( photo Enviscope)

La démonstration est claire.  Didier Chollet, du CETIOM ( Centre Technique Interprofessionnel des Oléagineux Mépolitains) montre dans le champ de tournesol situé  sur la commune d’Estrablin, à l’est de Vienne ( Isère) , l’état de deux surfaces sur un terrain exploité par Pierre de Martène, producteurs de céréales et d’oléagineux.

La surface témoin, non traitée, est littéralement envahie de plants d’ambroisie d’une belle hauteur, qui pourront continuer à concurrencer les plants de tournesol. Déjà, sur ce secteur, les plants de tournesol accusent un retard de croissance évident car l’ambroisie a utilisé une partie des ressources du sol : leurs fleurs sont à peine écloses ;

Alors que dans la parcelle traitée avec un herbicide efficace, l’ambroisie n’a pu se développer. Les fleurs sont largement ouvertes et abondamment  explorées par des abeilles. Quelques rares plants d’ambroisie demeurent dans les inter- rangs, en général très propres. «  Les plants restant sont eux-mêmes nanifiés car l’herbicide a touché le méristème » explique  Didier Chollet.

Quatre vingt dix pour cent d’ambroisie supprimés

Le bilan est donc positif : l’herbicide permet de supprimer 90% des ambroisies et les plants restant de l’espèce invasive ne pourront se développer totalement, quelques un seulement parvenant à maturité pour produire quelques pollens.
Au total la production de pollen par des ambroisies sera sensiblement réduite par rapport à la charge pollinique constatée depuis des années dans le secteur. Il suffit de faire quelques dizaines de mètre en contrebas de la parcelle, pour découvrir sur un terrain nu,  non ensemencé, un véritable champ d’ambroisie.
Avec cette technique de lutte, la Chambre d’Agriculture de l’Isère et la coopérative la Dauphinoise tiennent peut-être  une nouvelle arme contre l’ambroisie qui empoisonne de ses pollens l’atmosphère d’une bonne partie du Département de l’Isère. L’ambroisie,  Roger Porcheron, maire d’Estrablin lui-même en souffre explique-t-il, chaque année à partir du 15 août.

Les agriculteurs eux-mêmes bien sûr sont exposés à ses méfaits, comme potentiellement toute la population. L’ambroisie empoisonne mêmes les relations entre agriculteurs et les non agriculteurs. Roger Porcheron, se rappelle que l’an dernier, il a été « sommé» par l’administration  de «  détruire » le champ d’un agriculteur envahi par l’herbe indésirable. Ce qui a été évidemment impossible. Le premier magistrat d’Estrablin se serait exposé à des poursuites. Il a demandé à l’agriculteur de nettoyer le pourtour de son champ. Mais la lutte contre l’ambroisie ne peut se limiter à ces actions.

michel.deprost@enviscope.com

Article repris sur le site enviscope.com. suite à des accords rédactionnels entre enviscope.com et sillon38.com.

Catégorie agriculture, environnementCommentaires fermés

Le tour quitte la région par le nord-Ardèche

C’est une étape très vallonnée qui attend les coureurs du tour de France pou cette 1é ème étape entre Bourg de Péage et Mende. on va très vite quitter la Drôme pour monter et traverser la haute Ardèche, passer devant le Gerbier des Joncs et finir à Mende au sommet de la fameuse montée Jalabert. Une étape qui devrait laisser des traces!

Itinéraire

mende

Horaires

mende 2mende 3

Catégorie sportCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

juillet 2010
L Ma Me J V S D
« juin   août »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+