Archive | 25 août 2010

Bio et local, c’est l’idéal !

Du 20 au 26 septembre, les producteurs bio d’Isère fêtent l’automne avec la 4ème édition de la campagne « Bio et local, c’est l’idéal », pour informer les consommateurs des qualités et des avantages des produits bio en circuit court et faire connaître les producteurs bio en vente directe.

L’agriculture biologique est un signe officiel de qualité (AB) et le modèle agricole le plus durable. C’est donc tout naturellement que de nombreux producteurs bio font le choix de la vente directe (plus de 700 en Rhône-Alpes) pour limiter le transport des produits et améliorer encore le bilan écologique de leur production.

Les circuits courts de commercialisation ont la cote en bio : vente à la ferme, marchés, points de vente collectifs et maintenant paniers sont largement plébiscités par les producteurs bio comme de plus en plus de consommateurs. Car tout le monde est gagnant avec la vente directe : le consommateur bénéficie de produits plus frais, de saison, cultivés dans son environnement et d’une traçabilité incomparable.

Le producteur a la satisfaction du lien direct avec le consommateur et une rémunération plus juste en évitant de multiples intermédiaires.

Enfin, la société est aussi gagnante dans son ensemble avec un meilleur bilan écologique (grâce à la limitation des transports de produits) et un impact socio-économique très positif (grâce à la re-localisation et à la pérennisation d’activités agricoles et d’échanges locaux).

Du 20 au 26 septembre, la campagne « Bio et local, c’est l’idéal » marquera le début de l’automne avec une cinquantaine de rendez-vous dans toute la région Rhône-Alpes : visites de fermes, animations, dégustations…

Toutes les informations pratiques et rendez-vous de cette campagne sont disponibles www.corabio.org ou directement auprès de Corabio au 04 75 61 19 35.

Découvrez les diverses fermes des départements de Rhône-Alpes qui participent à cette opération en cliquant sur le cliché ci dessous

bio

Catégorie bioCommentaires fermés

Situation relative à la secheresse dans le département de l’Isère

Le Comité de Vigilance Sécheresse a été consulté le 18 août 2010 afin de faire le point sur l’état de la ressource en eau en Isère.
La situation actuelle est caractérisée par des précipitations orageuses régulières mais insuffisantes pour rétablir une situation normale sur le département. La météo des jours suivant est caractérisée par l’absence de pluies significatives

En conséquence, les débits des cours d’eau restent bas pour la saison. A ce jour, dans certains secteurs (ouest du département par exemple), certains cours d’eau sont en deçà de leur cote d’alerte, voire ponctuellement en deçà du 1/10ème de leur débit moyen interannuel, ce qui implique dans ce dernier cas une interdiction de prélèvement (cas du Rival à Brézin la semaine dernière par exemple).

Concernant les nappes d’eaux souterraines, les niveaux sont satisfaisants pour la saison. Seule la nappe de l’Est Lyonnais, ne touchant le département que de manière marginale, connaît des niveaux parfois anormaux mais sans toutefois présenter un caractère préoccupant.

C’est pourquoi, sur proposition du Comité Vigilance Sècheresse, Monsieur le Préfet a décidé par arrêté de ce jour la mise en Vigilance, Alerte ou Crise de certains secteurs du département.

Les bassins de gestion suivants sont mis en CRISE pour les cours d’eau :
-Bièvre
Les bassins de gestion suivants sont mis en Alerte pour les cours d’eau :
-Chartreuse-Guiers – Chambaran-Galaure
-Drac – Vercors
Les bassins de gestion suivants sont mis en Vigilance pour les cours d’eau :
-Quatre Vallées – Bourbre
- Varèze-Sanne

Les usages non prioritaires de l’eau à partir du réseau d’eau potable sont limités sur l’ensemble des territoires des communes faisant partie de ces bassins de gestion, quelque soit le lieu de prélèvement de l’eau, que la ressource soit superficielle ou souterraine.

Dans les zones classées en « Alerte », elles consistent principalement en l’interdiction :
• du lavage des voitures hors stations professionnelles ;
• du remplissage des piscines de plus de 5 m3 à usage privé ;
• du fonctionnement des fontaines publiques en circuit ouvert ;
• de 6h à 20h, de l’arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés, des jardins d’agrément, des golfs, et des stades et espaces sportifs.
En outre, une réduction globale de 20% de l’irrigation agricole est imposée.

Dans les zones classées en « crise », outre les restrictions des zones en « alerte », les mesures consistent principalement en l’interdiction :
• du lavage des véhicules hors des stations professionnelles équipées de lances « haute pression » ou de recyclage d’eau ;
• de l’arrosage, y compris la nuit, des pelouses, espaces verts publics et privés, jardins d’agrément, et golfs (hors green et départs), sauf de 20h à 6h par dispositif « goutte à goutte » ou « pied à pied » ;

Ces limitations ne sont pas applicables aux prélèvements réalisés dans le Rhône, l’Isère, le Drac, la Romanche et leurs nappes d’accompagnement.
Il est toutefois rappelé que quelque soient les secteurs, les prélèvements en eau superficiels sont interdits si le débit du cours d’eau est inférieur au 1/10ème de son débit moyen interannuel.


Un nouvel arrêté-cadre Sécheresse
Ce premier arrêté a été fait en application du nouvel arrêté fixant le cadre des mesures de gestion et de préservation de la ressource en eau en période de sécheresse, en date du 3 juin 2010. Cet arrêté abroge le précédent qui datait du 31 juillet 2007.
Le nouvel arrêté harmonise les appellations des seuils de situation avec les autres départements de la région, et en cohérence avec les appellations nationales : les situations de vigilance, alerte, risque de sécheresse et sécheresse aggravée, sont remplacées par les situations de vigilance, alerte, crise et crise renforcée. Les seuils de franchissement de ces situations sont toutefois inchangés pour les cours d’eau. Pour les nappes phréatique, la rédaction a été adaptée pour permettre une comparaison avec les données disponibles sur les sites internet de diffusion des données (ADES et DREAL Rhône-Alpes).

Par ailleurs, il définit 14 bassins de gestion à l’intérieur desquels les restrictions sont mises en œuvre . Certaines restrictions ont été légèrement modifiées dans le sens de plus de simplicité et de lisibilité. Par ailleurs, les restrictions sur les usages d’eau potable issue des réseaux publics s’appliquent aussi bien pour les crises touchant les eaux superficielles que les eaux souterraines.
Enfin, les représentants des exploitants des réseaux AEP ont été ajoutés comme membres du comité de vigilance sécheresse.

L’arrêté cadre (y compris la liste des communes par bassin de gestion), ainsi que tous les arrêtés pris en son application pour la mise en œuvre de restrictions, les compte-rendus des comités de vigilance et les liens vers les sites internet diffusant l’information sur les débits des cours d’eau ou le niveau des nappe, sont disponibles sur le site internet de la DDT (ex-DDAF) à l’adresse suivante:http://ddaf.isere.agriculture.gouv.fr/article.php3?id_article=397

Catégorie eauCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

août 2010
L Ma Me J V S D
« juil   sept »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+