Archive | 02 septembre 2010

La vérité sur les prix des fruits et légumes d’été

Interfel, l’Interprofession des fruits et légumes frais, réagit à la publication de « l’Observatoire des prix des fruits et légumes » de la fédération Familles Rurales.Voir l’article mis en ligne sur sillon38.com.

Voici les teneurs du communiqué.

Les relevés de prix issus de cette étude ont été effectués sur une très courte période (deux semaines isolées : celles du 14 juin 2010 et du 12 juillet 2010) et sur seulement 38 départements. Cette méthodologie n’est pas
représentative de la réalité du marché des fruits et légumes frais et ne reflète ni le niveau de l’offre ni celui de la demande.

Pour une étude objective, il est nécessaire d’observer la moyenne des prix des fruits et légumes frais sur une période significative (juin-juillet 2010) et sur l’ensemble du territoire français, tout en analysant les éléments conjoncturels (saisonnalité, aléas climatiques, actualité de campagnes, import, export…). Un prix n’a de sens que s’il est rattaché à un niveau d’offre.

Selon les données du très sérieux Kantar Worldpanel (1) :
- Suivre les recommandations minimales de l’OMS (soit au minimum 400 grammes de fruits et légumes par jour) représente un coût moyen de 0,66 €/jour et par personne et non 1,04 €. A titre comparatif, 400 g de café moulu représente un coût moyen de 2,38 €. (2)
- Le prix moyen des fruits bio est de 2,31 €/kg, contre 1,99 €/kg pour le non bio, soit 16% plus élevé que les fruits standards.

- Le prix moyen des légumes bio est de 2,35 €/kg, contre 1,91 €/kg pour le non bio3, soit 23% plus élevé que les légumes standards.
Cette différence sur le bio s’expliquent par la difficulté de produire en bio (notamment la baisse de rendement). Ces données sont très éloignées des 68% et 69% annoncés dans l’étude de Familles Rurales.
- Le prix moyen des fruits non bio est de 1,99 €/kg, soit une hausse de 8% par rapport à 2009.
Quant au prix moyen des légumes non bio, il est de 1,91 €/kg, soit une hausse de 16% par rapport à 2009.
Rappelons que l’été 2009 a été marqué par des prix exceptionnellement bas jusqu’à devenir parfois inférieurs aux coûts de production. Toute comparaison entre les prix de cette année et ceux de 2009 est donc à prendre avec précaution.
- Enfin, pour cette même période, le prix moyen de la fraise est de 5,82 € /kg, soit une hausse de 3% par rapport à 2009 et non de 11,6%. Et celui de la poire est de 2,21 € /kg, soit une baisse de 3% par rapport à 2009 et non une hausse de 15,5%. Les relevés concernant ces deux produits ne tiennent pas compte d’éléments conjoncturels et du calendrier de saison.

En effet, la fraise et la poire étaient respectivement en fin de saison et en début de saison en juin / juillet 2010.

Ces différentes données issues de Kantar Worldpanel révèlent que  les prix  moyens des fruits et légumes d’été sont bien en-deçà des résultats communiqués par l’Observatoire de Familles Rurales, car ce dernier s’appuie sur un simple relevé de prix inadapté à ce type de calculs, basé sur :
- une période très courte (semaine du 14 juin 2010 et semaine du 12 juillet 2010) non représentative de l’ensemble de l’année.
- un relevé d’étiquettes sans prise en compte des quantités mises en marché pour chaque produit (prix moyen pondéré), et par conséquent non représentatif du panier moyen de la ménagère.
- un échantillon géographiquement limité (38 départements).
- un relevé de prix, ne prenant pas en compte la saisonnalité des fruits et légumes frais ni la conjoncture de l’été 2010.

En effet, rappelons que cette année les campagnes des fruits et légumes d’été  ont été « décalées » de deux semaines par rapport aux années passées en raison des conditions climatiques. Ce décalage est à prendre en compte dans tout relevé de prix effectué entre juin et début juillet sur certaines productions telles que le melon, la pêche-nectarine, l’abricot ou même la poire, qui n’étaient alors pas en grande quantité sur les étals.

1
Source : données issues de Kantar Worldpanel. Prix moyen pondéré par les quantités consommées par produit.
Le panel de Kantar Worldpanel est formé d’un échantillon représentatif des ménages français soit 12 000
ménages, sur l’ensemble du territoire français. Ce panel suit la consommation à domicile (hors snacking et RHD)
pour tous les circuits de distribution.
2
Source INSEE.
3
Source : données issues de Kantar Worldpanel. Panel de 15 fruits et légumes frais bio (kiwi, poire, pomme,
banane, pêche, nectarine, carotte, chou-fleur, concombre, courgette, melon, oignon, poireau, salade, tomate).

Catégorie bio, fruits-légumesCommentaires fermés

L’Autorité de la concurrence autorise le rachat par Sodiaal du groupe Entremont

SODIAAL - Accès à sodiaal.fr

L’Autorité de la concurrence vient de rendre une décision par laquelle elle autorise le rachat par la coopérative agricole Sodiaal (marques Yoplait, Candia, RichesMonts) du groupe Entremont, actif dans le secteur de la collecte de lait et de la fabrication de fromages.

La puissance de marché de la nouvelle entité restera limitée sur le marché de la collecte de lait

Avec l’acquisition du groupe Entremont, Sodiaal deviendra le numéro 2 sur le marché de la collecte de lait en France, derrière le groupe Lactalis. Les fournisseurs auxquels cette coopérative fera face sur ce marché seront cependant ses propres adhérents et l’Autorité a rappelé que ce contexte assurait un équilibre des relations entre vendeurs et acheteur, les éleveurs bénéficiant de leur position de sociétaires et de la sécurisation de leurs débouchés.

L’opération n’affectera pas la concurrence sur les marchés de la vente de fromages

L’analyse de l’opération a montré que les chevauchements d’activité entre Sodiaal et Entremont sur les marchés des fromages demeureront limités. Le seul segment sur lequel la nouvelle entité détiendra des parts de marché significatives est celui du fromage à raclette vendu sous marque de distributeur. L’Autorité a considéré que du fait de la puissance d’achat de la grande distribution face aux fabricants de marques de distributeurs, cette position n’était pas susceptible d’affecter la concurrence.

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

Partez à la découverte du monde agricole…

Pour les habitués de la foire de Beaucroissant, celle ci n’évolue pas, ou peu…. Et pourtant il y a un secteur qui, en quelques années a beaucoup bougé, c’est celui qui réunit les organisations professionnelles agricoles. On est en effet passé d’un espace très disparate, peu attractif quoique très convivial à un pôle unique qui a pour nom Agrivillage.

Gérée par une association, cette structure créée en 2007 ne cesse d’évoluer.

Didier Villard, président de l’association Agrivillage: »

Beaucroissant est un lieu de fête, de promenades et de rencontres imprévues. C’est une grande foire agricole où le commerce d’animaux fait place progressivement à des expositions d’animaux de qualité et un concours régional charolais de grande notoriété.

CARSA Pour les exploitants agricoles, Beaucroissant coïncide avec une période où se préparent les investissements en matériels et en bâtiment. Et c’est pour cela qu’Agrivillage s’inscrit naturellement dans cette foire où chacun vient trouver une réponse, un conseil, une idée, pour se projeter vers l’avenir.

Rappelant par son nom la notion de village, Agrivillage souhaite afficher l’action des organisations agricoles dans une ouverture sur le monde rural et mieux inscrire le développement de l’agriculture dans l’évolution de la société.

Rendre attractif le métier d’agriculteur, rapprocher les pratiques agricoles des enjeux de la société, proposer des pistes pour protéger le patrimoine foncier, générer du revenu aux exploitants, faciliter le travail quotidien, assurer le développement par des formations adaptées, garantir la pérennité des exploitations agricoles et de la vie rurale, voilà quelques principes sur lesquels chaque membre d’Agrivillage se retrouve pour communiquer sous une même  bannière. »

Visiteurs, pensez Agrivillage  si vous souhaitez vous informer, découvrir, échanger, proposer des idées nouvelles ou tout simplement faire une pause pour agrémenter la longue marche le long des allées de Beaucroissant….

Petit rappel, la foire 2011 durera quatre jours: du 11 au 14 septembre.


Catégorie A la une, foire de BeaucroissantCommentaires fermés

Sécheresse: la situation en Isère reste préoccupante

Le Comité de Vigilance Sécheresse a été consulté le 31 août  afin de faire le point sur l’état de la ressource en eau en Isère.
La diminution du débit de certains cours d’eau et la baisse du niveau des nappes se poursuivent, les épisodes pluvieux ponctuels ne suffisant pas à faire remonter durablement les débits des cours d’eau. De plus, aucune pluie significative n’est prévue dans les jours qui viennent.
Même si les prélèvements estivaux les plus importants sont terminés (fin de l’irrigation agricole), le comité a estimé que la situation préoccupante justifiait le (re)classement de certains bassin de gestion en Vigilance ou en Alerte.
Il convient de noter que dans la plaine de Bièvre, la rivière Le Rival est sur une bonne partie de son parcours en dessous du dixième de son débit moyen interannuel (1/10ème du module), ce qui interdit de facto tout prélèvement dans celui-ci.
C’est pourquoi, sur proposition du Comité Vigilance Sècheresse, Monsieur le Préfet a décidé par arrêté de ce jour la mise en Vigilance, Alerte ou Crise de certains secteurs du département.
Eaux superficielles
Les bassins de gestion suivants sont en CRISE pour les cours d’eau :
Bièvre
Les bassins de gestion suivants sont en Alerte pour les cours d’eau :
- Chartreuse-Guiers- Chambaran-Galaure -Affluents du Drac
-Quatre-Vallées (nouveau) – Vercors- Varèze-Sanne (nouveau)
Les bassins de gestion suivants sont en Vigilance pour les cours d’eau :
- Affluents du Rhône Amont (nouveau)
- Bourbre
Eaux souterraines
Les bassins de gestion suivants sont en Vigilance pour les nappes d’eau souterraine :
-Est Lyonnais
Cette situation pourra être revue dans les semaines à venir au vu de l’évolution de la situation météorologique, et des débits des cours d’eau ou des niveaux des nappes du département.

Les usages non prioritaires de l’eau à partir du réseau d’eau potable sont limités sur l’ensemble des territoires des communes faisant partie de ces bassins de gestion, quelque soit le lieu de prélèvement de l’eau, que la ressource soit superficielle ou souterraine.
Dans les zones classées en « Alerte », elles consistent principalement en l’interdiction :
• du lavage des voitures hors stations professionnelles ;
• du remplissage des piscines de plus de 5 m3 à usage privé ;
• du fonctionnement des fontaines publiques en circuit ouvert ;
• de 6h à 20h, de l’arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés, des jardins d’agrément, des golfs, et des stades et espaces sportifs
En outre, une réduction globale de 20% de l’irrigation agricole est imposée.
Dans les zones classées en « crise », outre les restrictions des zones en « alerte », les mesures consistent principalement en l’interdiction :
• du lavage des véhicules hors des stations professionnelles équipées de lances « haute pression » ou de recyclage d’eau ;
• de l’arrosage, y compris la nuit, des pelouses, espaces verts publics et privés, jardins d’agrément, et golfs (hors green et départs), sauf de 20h à 6h par dispositif « goutte à goutte » ou « pied à pied » ;
• du lavage des réservoirs d’eau potable ou des essais de débit sur les poteaux d’incendie, sauf dérogation.
Une réduction globale de 40% de l’irrigation agricole est imposée.
Ces limitations ne sont pas applicables aux prélèvements réalisés dans le Rhône, l’Isère, le Drac, la Romanche et leurs nappes d’accompagnement.
Il est toutefois rappelé que quelque soient les secteurs, les prélèvements en eau superficiels sont interdits si le débit du cours d’eau est inférieur au 1/10ème de son débit moyen interannuel.

Un nouvel arrêté-cadre Sécheresse
Ce premier arrêté a été fait en application du nouvel arrêté fixant le cadre des mesures de gestion et de préservation de la ressource en eau en période de sécheresse, en date du 3 juin 2010. Cet arrêté abroge le précédent qui datait du 31 juillet 2007.
Le nouvel arrêté harmonise les appellations des seuils de situation avec les autres départements de la région,
et en cohérence avec les appellations nationales : les situations de vigilance, alerte, risque de sécheresse et
sécheresse aggravée, sont remplacées par les situations de vigilance, alerte, crise et crise renforcée.

Les seuils de franchissement de ces situations sont toutefois inchangés pour les cours d’eau. Pour les nappes phréatiques, la rédaction a été adaptée pour permettre une comparaison avec les données disponibles sur les sites internet de diffusion des données (ADES et DREAL Rhône-Alpes).
Par ailleurs, il définit 14 bassins de gestion à l’intérieur desquels les restrictions sont mises en œuvre . Certaines restrictions ont été légèrement modifiées dans le sens de plus de simplicité et de lisibilité. Par ailleurs, les restrictions sur les usages d’eau potable issue des réseaux publics s’appliquent aussi bien pour les crises touchant les eaux superficielles que les eaux souterraines.
Enfin, les représentants des exploitants des réseaux AEP ont été ajoutés comme membres du comité de vigilance sécheresse.

L’arrêté cadre (y compris la liste des communes par bassin de gestion), ainsi que tous les arrêtés pris en son application pour la mise en œuvre de restrictions, les compte-rendus des comités de vigilance et les liens vers les sites internet diffusant l’information sur les débits des cours d’eau ou le niveau des nappe, sont disponibles sur le site internet de la DDT (ex-DDAF) à l’adresse suivante :
http://ddaf.isere.agriculture.gouv.fr

Catégorie eauCommentaires fermés

Foire de Beaucroissant: allez-y en train à tarif réduit!

La gare de Beaucroissant, même si elle n’a plus d’activité en temps normal va une nouvelle fois reprendre du service, le temps de la foire.

Rappelons que celle ci se déroulera cette année du 11 au 14 septembre.

trains

Voici les modalités mises en place lors de la foire.

Foire de Beaucroissant les 11 et 12 septembre 2010 à Beaucroissant
Le client qui se rend à la Foire de Beaucroissant peut bénéficier de 50 % de réduction* sur un billet TER aller retour, au départ de toutes les gares de Rhône-Alpes (y compris Mâcon et Genève) et à destination de la halte de Beaucroissant.
Conditions de vente :
Période de vente : du 17 août au 12 septembre 2010
Période d’utilisation : du 11 au 12 septembre 2010
Classe : 1ère et 2nde
Tarif enfant : oui
Trains concernés : Trains et Autocars TER spéciaux avec arrêt à la halte de Beaucroissant les 11 et 12 septembre 2010

Pour connaitre les horaires des trains qui feront une halte à Beaucroissant cliquer sur: Infos horaires
Billet aller-retour non échangeable et non remboursable
Distribution :
Billets TER en vente aux guichets de toutes les gares et boutiques de Rhône-Alpes (plus Mâcon)

Catégorie foire de Beaucroissant, transportCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2010
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+