Archive | 16 septembre 2010

La Banque Populaire des Alpes récompense la dynamique agricole

La remise du Prix Régional de la Dynamique Agricole et de la pêche s’est déroulée à Selonnet (Alpes-de-Haute-Provence).
Cette distinction, cette année a été attribuée à Mme Brigitte MICHEL et Mrs Eric et Denis MICHEL, exploitants laitiers au GAEC du BUISSONET à Selonnet.
Pour la 17ème année consécutive, la Banque Populaire des Alpes a organisé le « Prix Régional de la Dynamique Agricole et de la Pêche ». Ce prix récompense des agriculteurs, sur des critères tels que la performance économique et technique, le dynamisme commercial, le respect de l’environnement, l’originalité de la démarche et l’adaptation des productions à l’évolution du marché.
Le prix 2009 a été remis par Loïc Guitton, Directeur des agences « Agriculture » de la Banque Populaire des Alpes aux lauréats, Madame Brigitte MICHEL et Mrs Eric et Denis MICHEL, producteurs laitiers au GAEC du BUISSONNET.
Ainsi, ces trois exploitants passionnés et entreprenants ont été mis en lumière. A la tête d’un troupeau de 60 vaches laitières de race montbéliarde, ils utilisent des outils de travail à la pointe de la technologie agricole comme un robot de traite et produisent leur propre énergie grâce à des panneaux photovoltaïques.
Pour la Banque Populaire des Alpes, il s’agit d’accompagner l’agriculture de demain au coeur du développement durable et des énergies nouvelles : une agriculture entre tradition et modernité !

Catégorie agricultureCommentaires fermés

ICHN: 79 100 exploitants reçoivent leur acompte

Comme l’a annoncé Bruno LE MAIRE, Ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche, lors de l’inauguration du 24e Salon International de l’Élevage (SPACE), à Rennes, l’acompte de l’indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN) a été versé ce jour.

79 100 exploitants, représentant 96,5% des demandes éligibles, ont reçu sur leur compte bancaire l’acompte de l’ICHN. Ces premiers paiements s’élèvent à 391 millions d’euros. Des versements complémentaires interviendront pour les autres dossiers dans les jours à venir.

En 2009, l’acompte avait été versé à 78 500 exploitants pour un montant de 353 millions d’euros. Les progrès ont pu être réalisés grâce au travail coordonné des directions départementales du territoire (DDT) et des services de l’Agence de Services et de Paiement (ASP).

L’année 2010 se caractérise par une revalorisation importante de l’aide apportée aux agriculteurs concernés. En effet, 42 millions d’euros supplémentaires – dont 23 millions d’euros au titre du cofinancement européen – ont été dégagés dans le cadre de la mise en œuvre du bilan de santé. Ce complément permet de revaloriser l’aide apportée aux 25 premiers hectares de chaque exploitation.

Le paiement du solde de l’aide interviendra à compter du 15 octobre 2010. Le montant prévisionnel total des indemnités pour la campagne 2010 est de 551 millions d’euros.

L’ICHN est une aide annuelle, cofinancée par l’Union européenne, versée aux exploitants en zone défavorisée, notamment en zone de montagne. Elle a pour objectif de compenser les surcoûts liés aux difficultés d’exploitation dans ces zones. Elle joue un rôle majeur dans l’occupation du territoire car elle favorise le maintien d’un tissu d’exploitations agricoles de taille modeste dans des zones difficiles.

Catégorie montagneCommentaires fermés

Crise viande bovine: les éleveurs mettent la pression…

Vendredi 17 septembre, la FDSEA de l’Isère et les Jeunes Agriculteurs (JA) mobilisent les producteurs de viande pour une action syndicale dans le département. Des visites de délégations d’éleveurs en grandes surfaces sur l’ensemble du département sont prévues .

Le Ministre de l’Agriculture a dans son discours au SPACE de Rennes, fait une large place à la détresse des éleveurs de viande bovine face à une situation économique intenable. Cette reconnaissance de l’ampleur de la crise viande bovine, portée désormais également par les médias, était attendue depuis longtemps par les éleveurs.

Le modèle économique alimentaire ne peut être celui « des prix les plus bas aux producteurs ». Les actions des éleveurs bovins-viande, engagées dans les départements par les FDSEA, ont pour principale priorité le rééquilibrage des marges dans la filière. Les éleveurs poursuivront leur mobilisation jusqu’à obtenir de l’aval une juste revalorisation du prix-producteur.

La FNB appelle ses partenaires de la filière à des relations économiques qui sauvegardent l’avenir de tous les acteurs, et préservent pour les consommateurs un modèle de production conforme à leurs attentes (sécurité sanitaire, territoires, équilibre environnemental lié à une production locale, …). La FNB demande au Ministre, comme il s’y est engagé, un appui actif à la discussion interprofessionnelle dans ce domaine.

Les éleveurs sont prêts à s’engager dans une contractualisation avec l’aval assurant l’adéquation de l’offre aux différents segments de marché, dans le cadre d’un dispositif prenant en compte la réalité des coûts de production.

La FNB appelle par ailleurs la grande distribution à faire reconnaitre au consommateur la qualité des viandes d’origine française, et la mettre en avant notamment au travers de l’affichage du logo «VBF » (viande bovine française).

Les mesures financières (30 Millions d’euros) annoncées par le Ministre et visant le redressement de la situation économique des exploitations, sont loin du compte par rapport à un secteur de production totalement sinistré. La FNB en appelle solennellement aux parlementaires pour obtenir la mobilisation d’aides publiques exceptionnelles permettant de rétablir des perspectives d’avenir pour cette production, notamment par la mise en œuvre d’une « année blanche sur les annuités d’emprunts ».

En résumé

Les objectifs de l’action de ce vendredi  portent sur :

* la vérification de l’origine des viandes vendues en grande surface et le cas échéant l’étiquettage de certains produits d’importation
* la vérification des marges entre les prix d’achat et de revente des viandes par les grandes surfaces
* la sensibiliation des consommateurs par la remise de tracts expliquant la situation actuelle des éleveurs français

Catégorie filière viande, vie syndicaleCommentaires fermés

Comice agricole Grésivaudan Belledonne à Pontcharra

Le comice agricole est une des manifestations préférées des agriculteurs et des habitants.

C’est non seulement un moment de rencontre et d’échanges, mais aussi une manifestation authentique avec de nombreuses animations parmi lesquelles le concours de labour et le concours d’animaux qui couronne les efforts et le professionnalisme des agriculteurs d’ici. C’est un moment fort pour découvrir, échanger, regarder, goûter, participer.

Le concours de labour, samedi 18 septembre de 14 h à 18h, à Pontcharra, zone industrielle de Pré-Brun Les jeunes concurrents confronteront leurs techniques de labour et clôtureront le travail avec un ballet de tracteurs et de charrues. L’occasion de revoir ce savoir-faire et de le comparer avec la puissance des tracteurs modernes et des charrues.

Dimanche 19 septembre, de 9h à 18h, à Pontcharra, Avenue du Dauphine, le comice agricole présentera des animations originales en lien fort avec l’agriculture et la forêt. Se tiendront un défilé d’animaux, des expositions artisanales, une exposition de mycologie, de matériel agricole, une démonstration de cavage (recherche de truffes avec un chien), l’alambic, la fabrication du pain, la pesée du cochon…

Vous pourrez également découvrir le travail du bois avec la présence d’une scierie mobile ainsi que de la sculpture à la tronçonneuse. Pour les enfants, balade en poneys et animations déambulatoires. Goûtez le terroir avec un marché de producteurs et un repas du Comice confectionné à partir des produits.

Pour tout renseignement s’adresser au secrétariat du Comice : 04 76 20 68 31 OU Mairie de Pontcharra, service vie associative : 04 76 97 11 65

CARSA


Catégorie comicesCommentaires fermés

Envoyé spécial: la guerre des abeilles

Depuis quinze ans, les abeilles se meurent et la production française de miel a chuté de moitié.

Tous les ans, une abeille sur trois disparaît et avec elle autant d’apiculteurs. Pourtant, en se nourrissant du pollen et du nectar des plantes, les abeilles contribuent à hauteur de 80% à la reproduction croisée des espèces végétales.

P1060208Elles pollinisent 225 000 espèces de plantes à fleurs. Elles génèrent 153 milliards d’euros de nourriture tous les ans. Les insecticides utilisés par les agriculteurs sont-ils responsables de cette hécatombe ? Un peu partout en France, les apiculteurs sont entrés en guerre contre les épandages sauvages. Mais ils ne peuvent lutter contre les insecticides d’un nouveau genre, les insecticides systémiques apparus dans les années 90. Enrobant directement la graine plantée qu’ils protègent, ces insecticides agissent directement sur le cœur de la plante.

Appelés autrefois Gaucho, Régent ou Poncho puis interdits d’utilisation, l’insecticide qui cristallise aujourd’hui tous les débats, c’est le Cruiser. Pourquoi l’État a-t-il renouvelé son autorisation d’utilisation ? Pourquoi les services vétérinaires ne cherchent-ils pas à sauver les abeilles sans qui nous ne mangerions ni fruits, ni légumes ? Enquête sur une guerre pour la vie, au cœur des campagnes françaises.

Envoyé spécial: France 2, 20h35

Catégorie apiculture, planète TerreCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

septembre 2010
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+