Archive | 23 septembre 2010

Xavier Martin » visiter le Vercors pour le comprendre »

Xavier Marin, directeur du CRPF Rhône-Alpes arrive tout droit d’une région très plane: les Landes! Homme de terrain d’avantage que de bureau, il a décidé d’arpenter notre région afin de « mieux la connaître, la comprendre. » Il est en Isère pour plusieurs  jours et a choisi le Vercors comme fil conducteur de sa visite.

 » Le Vercors est une terre chargée d’histoire, ou le patrimoine est très présent, le paysage très diversifié, les activités touristiques, rurales, agricoles et forestières sont très dynamiques. Cette visite me permettra de mieux appréhender ce territoire sous toutes ses formes. »

Outre la visite de  sites chargés d’histoire comme le mémorial de St Nizier, Vassieux, Valchevrières, mais aussi le musée de l’eau, le col de l’Herbouilly, la distillerie de lavande de Chamaloc….le directeur du CRPF a découverte l’activité forestière du plateau.

vercors

Xavier Martin a été accueilli par Daniel Bonnet, président du Groupement des sylviculteurs Vercors 4 montagnes et par Yvonne Coing-Belley, conseillère CRPF. Etaient également présents André Jacques Thorrand, élu à St Nizier ( à gauche), Philippe Pionne, technicien CRPF et Jean Peyronnet, élu à Villard de Lans et président de l’ASA du Vercors( à droite).

Route forestière des mures et celle de Fenat ont été visitées. Cette dernière est viabilisée depuis peu. Elle permettra  de mobiliser 10 propriétaires,  une centaine d’hectares. Ceux ci étaient inexploitables avant l’ouverture de cette desserte.

Daniel Bonnet, président du Groupement des sylviculteurs Vercors 4 montagnes a précisé que depuis une vingtaine d’années se sont près de 80 kilomètres de dessertes forestières qui ont été ouvertes sur le Vercors.

Bien entendu, nul n’ignore que le besoin en bois est de plus en plus fort et que le Vercors a un fort potentiel d’approvisionnement. Encore faut-il que les propriétaires adhère à la charte PEFC.

 » En Rhône-Alpes nous dénombrons 45000 propriétaires forestiers. A ce jour environ 10% d’entre eux ont adhéré à cette charte. C’est trop peu. Mais c’est la demande qui va accélérer le processus. Aujourd’hui, aucune centrale d’achat, de magasins spécialisés se risquent d’acheter du bois non PEFC. Quand les propriétaires verront leur bois rejeté, ils adhèreront tout naturellement à  cette charte qui est un signe de qualité, de protection de la forêt, de développement durable. »

Il faut rappeler que le Vercors est pionnier en ce qui concerne le bois énergie.  » Il faut poursuivre dans cette démarche, se structurer. Le bois énergie permet d’utiliser le bois dans sa totalité. »

En cours de discussion il a été dit que l’ensemble du plateau pourrait très bien utiliser le bois énergie. Un bémol cependant: les coûts d’installation sont élevés et certaines communes ne peuvent pas se lancer dans des investissements qui sont beaucoup plus lourds que ceux qui concernent des énergies telles que le fioul.

A méditer!

Catégorie forêt, forêt du VercorsCommentaires fermés

Noix de Genoble AOC: 28 septembre…

La commission maturité de l’Appellation d’Origine Contrôlé «Noix de Grenoble » réunie sous l’autorité de l’INAO a décidé de la date de début de secouage et de récolte pour les vergers arrivés à maturité le :

MARDI 28  SEPTEMBRE  2010

Important : il est rappelé que la maturité des noix fraîches est considérée comme atteinte lorsque plus de  80 % des noix présentent un brunissement complet de la cloison interne. (Arrêté du 30/08/2006)

Communiqué du Comité Interprofessionnel de la Noix de Grenoble.

Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés

Révolution pour la sélection des vaches laitières


L’INRA, en partenariat avec l’UNCEIA et APIS-GENE, présente la nouvelle méthode d’évaluation génétique des bovins laitiers désormais réalisable grâce aux outils génomiques.Cette innovation, acquise après un long travail de recherche, est révolutionnaire pour la sélection.

Elle permet en effet de prédire la valeur génétique d’un animal dès la naissance à partir d’un test réalisé à l’aide d’une puce à ADN contenant plusieurs dizaines de milliers de marqueurs. Auparavant la sélection reposait sur l’observation de ses performances et de celles de sa descendance.

De plus, le nombre de caractères sur lesquels portera cette évaluation génétique pourra être enrichi. Cette révolution est le fruit de la maîtrise de l’analyse du génome à haut débit en génétique animale.


Après la publication des premiers index génomiques pour les taureaux en juin 2009, la signature de cet accord permettra à l’ensemble des éleveurs d’accéder à l’évaluation génomique des vaches laitières de races Holstein, Normande et Montbéliarde à la fin de l’année 2010.

Ce service sera proposé par la société VALOGENE, créée pour diffuser dans des conditions économiques optimales le procédé développé par l’INRA et l’UNCEIA. L’INRA calculera les index génomiques à partir des données de génotypage, en partenariat avec l’UNCEIA. L’Institut de l’Elevage est chargé de leur diffusion.

Cette innovation s’appuie sur la génomique qui permet de générer et d’exploiter un grand nombre de données sur le génome. Elle est issue d’une collaboration entre l’INRA, les entreprises de sélection fédérées au sein de l’UNCEIA, et le laboratoire d’analyse génétique Labogena sur la connaissance du génome bovin.

Ce partenariat soutenu par l’Agence nationale de la recherche (ANR) et APIS-GENE a permis les développements méthodologiques et la constitution des populations de référence nécessaires à l’interprétation des données produites par les puces à ADN.

Il a également contribué au développement des outils génomiques dans un cadre international autour du séquençage du génome bovin.

La filière laitière pourra s’engager la première dans la sélection génomique, mais les recherches en cours permettront de l’offrir aux races laitières régionales et à la filière viande.

Les éleveurs bénéficieront d’un progrès génétique plus rapide et il sera possible d’envisager une sélection plus efficace sur les caractères de robustesse des animaux (fertilité, longévité, résistance à certaines maladies) ou bien d’améliorer la qualité nutritionnelle du lait (composition en acides gras).

A moyen terme, cette innovation devrait faciliter la prise en compte de nouveaux caractères dans la perspective d’un élevage plus durable. Cette innovation s’inscrit dans le cadre du Dispositif Génétique Français (DGF) associant le Ministère de l’Agriculture, l’INRA et tous les acteurs professionnels fédérés au sein de France Génétique Elevage (FGE).

Catégorie lait/produits laitiers, élevageCommentaires fermés

Une plante et une mouche éclairent la fonction d’un gène associé au cancer


Drosophile et fleur d’Arabidopsis thaliana. Le gène TCTP, commun à ces deux organismes, est important pour la division cellulaire au cours de leur développement  © Florian Brioudes

Le gène TCTP est présent chez tous les animaux et les végétaux. Des travaux associant l’INRA, le CNRS, l’Université de Lyon 1 et l’ENS Lyon viennent de révéler que ce gène a exactement la même fonction chez deux organismes très éloignés, une plante, Arabidopsis, et une mouche, la drosophile : il participe à la régulation de la multiplication cellulaire. Ce gène est ainsi impliqué aussi bien dans la formation des organes chez l’embryon que dans la prolifération des tumeurs, cancéreuses ou non. Ces résultats, qui pourraient ouvrir des voies nouvelles de lutte contre le cancer, sont publiés dans la revue PNAS.


Le rôle du gène TCTP dans la croissance cellulaire

Les recherches sur le cancer chez l’homme ont permis d’identifier le gène TCTP (il permet la production de « Translationally Controlled Tumor Protein », la protéine TCTP). Elles ont montré que ce gène est fortement surexprimé dans de nombreuses cellules cancéreuses. Il représente donc une cible potentielle dans les traitements contre le cancer car il serait impliqué dans les mécanismes de développement des cellules et de prolifération cellulaire.
Une réversion tumorale, c’est-à-dire une diminution du développement des tumeurs (massif cellulaire à multiplication non contrôlée), a d’ailleurs été observée lorsque l’expression de TCTP est inhibée.

TCTP est un gène présent chez les animaux et chez les végétaux, qui cependant ne développent pas de cancer à proprement parler. Chez les animaux tout comme chez les végétaux, lorsque ce gène est supprimé ou désactivé, les organismes ne croissent pas et meurent au stade de l’embryon, preuve que TCTP est un gène essentiel pour le développement de l’embryon et de l’organisme.

Des fonctions communes aux animaux et aux végétaux

Les équipes de Mohammed Bendahmane, chercheur à l’INRA, et de Bertrand Mollereau, professeur à l’ENS Lyon, ont utilisé en parallèle la plante Arabidopsis thaliana et la mouche du vinaigre Drosophila melanogaster (la drosophile) pour préciser le rôle exact de TCTP lors du développement animal et végétal.

Afin d’obtenir des plantes adultes mutées pour le gène TCTP (c’est-à-dire avec ce gène désactivé), l’équipe a dû procéder à des « sauvetages » d’embryons de plantes en récupérant des graines par dissection microscopique puis en leur fournissant des nutriments indispensables à leur croissance. L’équipe a ainsi pu produire le premier organisme adulte mutant pour TCTP.

L’utilisation de ces plantes mutantes a permis de montrer que TCTP est impliqué dans la régulation du cycle cellulaire, et donc dans la division cellulaire. Il intervient ainsi dans la formation des organes.

De plus, des travaux de complémentation inter-espèces entre drosophile et Arabidopsis (il s’agit de faire produire la protéine TCTP de plante par une drosophile mutante ne produisant pas TCTP ou faire produire la protéine TCTP de drosophile par une Arabidopsis mutante ne produisant pas TCTP) montrent que ces fonctions sont communes aux animaux et aux végétaux.

En effet, le gène TCTP de plante est capable de restaurer presque complètement les défauts de développement des cellules induits par l’inhibition de TCTP chez la mouche du vinaigre. D’une manière similaire, le gène TCTP de la drosophile est capable de restaurer presque complètement les défauts de développement induits par la mutation de TCTP chez Arabidopsis thaliana.

Cette avancée dans la compréhension des fonctions de TCTP au sein des plantes devrait apporter de nouvelles pistes permettant de mieux comprendre comment les organes se développent depuis l’embryon et aussi de faire progresser la recherche contre le cancer.

________________

Référence:
Translationally controlled tumor protein is a conserved mitotic growth integrator in animals and plants.- Florian Brioudesa, Anne-Marie Thierrya, Pierre Chambriera, Bertrand Mollereaub, and Mohammed Bendahmanea, Proc. Natl. Acad. Sci. USA, (2010) 14 septembre, vol. 107, no. 37, pp. 16384-16389.

a. Laboratoire « Reproduction et Développement des Plantes » (Institut National de la Recherche Agronomique, Centre National de la Recherche Scientifique, Ecole Normale Supérieure de Lyon, Université de Lyon).

b.Laboratoire de Biologie Moléculaire et Cellulaire (Centre National de la Recherche Scientifique, Ecole Normale Supérieure de Lyon, Université de Lyon).

Catégorie recherche scientifiqueCommentaires fermés

A la découverte des mammifères sauvages

Dans le cadre du mois « A la découverte des mammifères sauvages », l’association de protection de la nature Le Pic Vert, basée à Réaumont, organise le samedi 2 octobre 2010 à 20h30 à la salle des fêtes de Réaumont (à coté de l’église), une projection de 2 films, « Nain rouge, une vie d’écureuil » et « Le Hérisson, Guerrier des jardins ».

Durant tout le mois d’octobre, Le Pic Vert vous propose de découvrir les mammifères sauvages dans le Pays Voironnais. Pour l’ouverture de ce mois très mammalogique, les chouchous des squares et des jardins seront à l’affiche à Réaumont :

  • « Nain rouge, une vie d’écureuil », de Cyril Barbançon, d’une durée de 26 minutes, narrera les aventures du célèbre accrobranché, déjouant avec panache les attaques de la martre et de l’autour des palombes…
  • « Le Hérisson, guerrier des jardins » de Nicolas Gruaud, d’une durée de 52 minutes, présentera la vie du guerrier aux 10 000 piquants, grand pourfendeur de limaçons et autres indésirables du jardin…

Catégorie environnement, natureCommentaires fermés

Théâtre: griottes et coccinelles à Clelles

Une pièce de théâtre réalisée par la troupe «  En compagnie des oliviers » à partir de témoignages d’aidants familiaux.

Sur scène elles ont 69 ans et 84 ans, elles chantent, elles discutent, la scène est un jardin rempli de rêves et de souvenirs. Elles évoquent leur vie, leurs proches, leur vieillesse. Elles racontent les bonheurs mais aussi les peurs, les difficultés, la fatigue qui rythment le quotidien des familles qui prennent soin de leurs proches âgées.

Une situation que bon nombre d’aidant familiaux vivent tous les jours. Mais voilà, il est parfois bien difficile de parler de sa situation, de ces moments partagés à la fois gais et douloureux. C’est donc pour favoriser l’expression des aidants familiaux sur ce qu’ils vivent, que le Conseil Général de l’Isère, la Mutualité Sociale Agricole Alpes du Nord, et tous les acteurs du maintien à domicile du Trièves vous invitent le lundi 4 octobre au cinéma de Clelles pour voir Griottes et Coccinelles.

Après le spectacle, un temps d’échange aura lieu. Nous pourrons ensuite écouter la chorale des aînés de Mens et enfin un goûter offert par Trièves Présence clôturera cet après-midi.
Des moyens de transport collectif sont prévus. Pour toute information, contacter le service solidarité du conseil général 04 76 34 77 71 ou auprès des clubs des Aînés.

Griottes et coccinelles

Théâtre – Ouvert à tous

Le lundi 4 octobre 2010

A 14 h 00 – Salle du cinéma à Clelles

Catégorie monde rural, socialCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

septembre 2010
L Ma Me J V S D
« août   oct »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+