Archive | 15 octobre 2010

Naissance d’un partenariat agricole entre les régions de Rabat et de Rhône-Alpes?

Parmi la forte délégation marocaine présente au festival du film international pastoralismes et grands espaces, plusieurs élus de la chambre régionale d’agriculture de Rabat ainsi que des responsables des OPA de cette région marocaine. Il était donc évident d’organiser une rencontre entre ces derniers et leurs homologues de notre département. Celle ci s’est déroulée au pied des 7 Laux, au Cheylas.

cheylas 1

Gérard Seigle Vatte président de la chambre d’agriculture de l’Isère  et de celle de la chambre régionale Rhône-Alpes a tenu à participer à cette rencontre malgré un emploi du temps bien chargé. Il était accompagné pour la circonstance de Philippe Guérin directeur de la chambre d’agriculture de l’Isère et de Laurent Pégoud directeur du syndicat agricole majoritaire, la Fédération des syndicats d’exploitants agricoles.

La région de Rabat -Zemmour- Zear a une population de près de 3 millions d’habitants. Son activité agricole est basée sur les productions phares suivantes: céréales, vigne, olives, maraichage, lait et bien entendu élevage bovin et surtout ovin.

Le souci incontournable vient de la sècheresse. «   Sur 5 ans nous sommes passés de 4 ans de pluviométrie et un an de sècheresse à 4 ans de sècheresse et un an de pluviométrie. Cela ne nous empêche pas d’être résignés, bien au contraire, nul ne pense à baisser les bras.

Notre souhait est que le jumelage qui existe entre nos régions se fidélise au niveau agricole. Nous sommes persuadés que cela est possible. »

Gérard Seigle Vatte a rappelé que le département de l’Isère et la région Rhône Alpes sont effectivement tournés vers l’international et que des échanges commerciaux peuvent se concrétiser. Il a pris l’exemple de la production ovine.

cheylas 3

« A une époque on a beaucoup découragé les éleveurs ovins et aujourd’hui nous sommes en déficit chronique sur cette production par rapport à la demande. Dans notre région la population maghrebine est conséquente et grosse consommatrice de viande ovine. Elle doit se satisfaire de bêtes en provenance des pays d’Océanie alors qu’on pourrait très bien lui offrir des agneaux élevés au Maroc. Je suis persuadé que la consommation d’agneau va augmenter car cette dernière est considérée comme saine, peu grasse et elle est excellente au goût »

« C’est une proposition tout à fait réalisable à condition que le Maroc s’équipe d’abattoirs compétitifs, ce qui n’est pas le cas actuellement. On travaille sur ce dossier et on espère que des abattoirs privés puissent se créer. A ce niveau nous n’avons aucune expérience, c’est là que  vous pourrez éventuellement nous apporter votre aide » sera la réponse de la délégation marocaine.

Celle ci a également confié que le Maroc apprécie la race Tarentaise, les veaux français et là également des contrats peuvent être signés.  » C’est d’autant plus réalisable les races Charolaise et Tarentaise sont autorisées à entrer au Maroc. »

Le président de la Chambre régionale de l’agriculture s’est dit convaincu que les échanges entre les pays du pourtour méditerranéen vont s’intensifier,  » c’est une évidence » « et c’est vrai que le Maroc, à ce niveau là est un partenaire privilégié de la France » répondront en guise de conclusion, très positive et pleine d’optimisme, les membres de la délégation marocaine.

cheylas 2

Un partenariat agricole entre les régions de Rabat et la nôtre a peut être vu le jour en la mairie du Cheylas….

Catégorie coopération internationaleCommentaires fermés

Association pastoralismes du monde: nouvel élan

fest 3

Le président Jean Picchioni a rappelé que l’association pastoralisme du monde  » est née lors d’une discussion de bout de table. nous cherchions une animation autour du pastoralisme.

L’idée de créer un festival a germé et de là est né le festival international du film  pastoralismes et espaces. La première édition s’est déroulée en 1994. On a craint un manque de films, une certaine désaffection, une lassitude. Quand je vois le nombre de films reçus cette année, la salle de projection pleine, je n’ai qu’un mot à dire: c’est formidable! »

fest 2Jean Picchioni a tenu à remercier la fédération des alpages de l’Isère qui, depuis la création du festival, a joué le jeu et assure une logistique sans faille. « La station des 7 Laux a également été et est un partenaire fidèle. »

Par contre le festival se déroule tous les deux ans, « il y a donc une année creuse. » Des idées ont germé afin de donner un nouvel élan à l’association.

Il existe déjà des projections itinérantes de films en plein air autour d’un repas de berger.  » Celles ci ont un énorme succès. »

La station des 7 Laux souhaite organiser une animation autour du pastoralisme. Le centre de vacances des Ramayes, qui accueille le festival réfléchi à la mise en place d’un tourisme pastoral avec animations, débats, visites…

Une idée a pris corps, celle d’organiser un évènement, les années sans festival dans le pays d’honneur. Cette année c’est le Maroc. La délégation marocaine présente aux Ramayes a pris la balle au bond. Un projet a pris corps et il est for possible qu’au printemps 2011 un festival de la transhumance soit organisé au Maroc Oriental. On en reparlera…

Le président Picchioni n’a pas omis de rappeler à la salle que la prochaine édition sera la 10ème.  » Un anniversaire qui sera dignement fêté! »

Composition du bureau

Conseil d’Administration

5 membres de droit :

1- un représentant de la Fédération des Alpages de l’Isère

2- un représentant de la Station des 7 Laux

3- un représentant de l’Association Française de Pastoralisme

4- Jean Picchioni

5- Yves Raffin

10 membres élus :

1- Pierre Ostian

2- Olivier Thomé

3- Alain Xouillot

4- Abderrahmane Mejdoubi

5- Mohamed Ag Mitta

6- Aboud Salah-Bey

7- Ousmane Sow

8- Doutchi Mahamanne

9- Isolde de Sborowski

10- Anne-Laurence Mazenc

Catégorie pastoralismes du mondeCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

octobre 2010
L Ma Me J V S D
« sept   nov »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+