Archive | 03 novembre 2010

Borloo, Jouanno, soyez réglos !

Dans une brochure de 20 pages, les ministres Jean-Louis Borloo et Chantal Jouanno font part de leur contribution au débat préparatoire à la réforme de la PAC 2013.

La FNSEA a vivement réagit à travers un communiqué.

 » Dans une brochure de 20 pages, les ministres Jean-Louis Borloo et Chantal Jouanno
font part de leur contribution au débat préparatoire à la réforme de la PAC 2013.

Au-delà des mots et des idées, il s’agit bel et bien d’un écart de conduite institutionnel.

D’abord au regard des compétences propres du ministère de l’Ecologie et du
développement durable qui n’a pas encore intégré l’agriculture dans son portefeuille … !

Ensuite au regard du fonctionnement interministériel cohérent que nous sommes en droit d’attendre de notre Gouvernement.

En effet, les enjeux de la future PAC sont tellement stratégiques pour notre pays qu’il est normal, qu’un débat interministériel de haut niveau, ait lieu. Pour autant il est tout aussi normal que le Premier Ministre arbitre ses différentes contributions pour construire la position de la France dans la négociation européenne.

A ce jour, la seule position légitime réside dans la déclaration franco-allemande du mois dernier.
Imaginons que les ministres de la justice, du travail, de la défense, des affaires étrangères, de l’économie et des finances prennent tous la même initiative.

Quelle joyeuse cacophonie ce serait !

De plus, les ministres Borloo et Jouanno n’ont pas jugé bon de consulter les représentants des paysans avant de prendre à témoin l’opinion.
Les positions de la France sur des sujets aussi cruciaux que la réforme de la PAC 2013 nécessitent concertation et harmonie. Leur étalage sur la place publique affaiblit notre pays dans ces négociations.
M. Borloo, ne jouez pas en solo, soyez réglo !

Catégorie PAC, vie syndicaleCommentaires fermés

Viande bovine: » il faut que ça change! »

Un Conseil d’administration extraordinaire a été réuni aujourd’hui à PARIS par la Fédération Nationale Bovine, pour définir les modalités de poursuite des actions syndicales.
Depuis plus de deux mois, les éleveurs ont multiplié les actions pour exprimer leur détresse et demander une augmentation des prix.

Leur seul objectif est de retrouver une rentabilité au regard d’une hausse des coûts de production qui étrangle les exploitations.

Ils ont porté cette demande à tous les niveaux, « sur le terrain » dans les départements comme au plan national, auprès de chaque acteur de la filière comme du Ministre de l’agriculture et des Pouvoirs publics.
Mais force est de constater que rien ne se passe. Pire, alors que les indicateurs de marché sont objectivement positifs (ainsi que le confirme Agreste : consommation en hausse de 3% depuis le début de l’année progression des exportations en bovins vivants et en viandes), des opérateurs continuent de faire pression à la baisse sur les prix payés aux producteurs.
Le niveau de rémunération des éleveurs est « verrouillé » par l’aval de la filière.
Pour la FNSEA, JA et la FNB « il faut que ça change « !

Ils ont décidé en conséquence une nouvelle montée en puissance de leur plan d’action syndicale, suite aux opérations déjà menées de contrôle de l’origine des viandes, de « stickage » en GMS et de dénonciation de la formation abusive des marges dans la filière.
« Nous en appelons aux principaux dirigeants industriels qui doivent prendre leurs responsabilités.
Les éleveurs sont déterminés, et prêts à aller jusqu’au bout pour sauvegarder leur revenu et leur activité, mais également pour préserver l’emploi et les territoires liés au maintien de leur production.

Une «nouvelle donne » doit impérativement s’installer dans la filière fondée sur des relations équitables et pérennes, dans la transparence, le réel partenariat et le respect mutuel.« 

Catégorie filière viandeCommentaires fermés

Colère des producteurs de tabac

Près de 500 producteurs de tabac ont manifesté aujourd’ hui dans les rues de paris et plus principalement devant l’assemblée nationale. Parmi ces producteurs en colère on a dénombré une délégation isèroise importante.

Les manifestants ont souhaité se faire entendre par rapport à la crise qu’ils supportent et réclamer à l’Etat une compensation financière suite au retrait des aides européennes.

L’Etat va augmenter les tarifs des cigarettes de 6% avant la fin de l’année. Pour les producteurs il est tout à fait normal qu’une partie des bénéfices engrangés leur reviennent. Ils avancent le chiffre de 5 centimes par paquet. Cela ferait un total de 15 millions d’euros. Chiffre à comparer avec les 700 millions d’euros que rapportera la très prochaine hausse.

De nombreux tabaculteurs présents à Paris ont fait part de leur inquiétude et ont annoncé l’arrêt de cette production si aucune aide ne leur est apportée. Ceux ci ont également évoqué le fait que le tabac est gourmand en main d’oeuvre et que de nombreux emplois seront de fait supprimés.

Une délégation a été reçue par un groupe de députés et devait rencontrer le ministre de l’agriculture.

Affaire à suivre

Catégorie tabacultureCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2010
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+