Archive | 19 novembre 2010

Chrysomèle: d’une stratégie d’éradication à une stratégie de confinement sur tout le département

arton618La réglementation évolue

L’arrêté ministériel du 28 Juillet 2008 vient d’être modifié par l’arrêté du 23 septembre 2010. Il prévoit la possibilité de définir des zones de confinement, c’est à dire des zones où la présence de la chrysomèle a été mise en évidence dans une partie du territoire au cours de trois années consécutives et où l’éradication n’est plus envisageable. C’est le cas en Rhône-Alpes avec un foyer comme celui de l’Est lyonnais où les captures sont nombreuses depuis 2007.

L’application en Isère

En Rhône-Alpes, ce sont les cinq départements de l’Ain, l’Isère , le Rhône, la Savoie et la Haute-Savoie qui sont concernés et définis dans leur totalité comme zone de confinement par des arrêtés préfectoraux qui prévoient les mesures de lutte suivantes qui en découlent dès la campagne 2011 et jusqu’en 2016 (traitements larvicides et rotations) :

(JPEG)

Les conditions d’implantation du maïs en 2011 en Isère

Au niveau des traitements larvicides :

  • en dehors des zones de 1 km autour des captures 2010, toute parcelle qui était en maïs en 2009 et en 2010 ne peut être implantée en maïs en 2011 que si elle fait l’objet d’un traitement contre les larves ;
  • dans les zones de 1 km autour des captures 2010, toute parcelle qui était implantée en maïs en 2010, ne peut être implantée en maïs en 2011 que si elle fait l’objet d’un traitement contre les larves. (se reporter aux cartes de localisation des parcelles sur le site internet de la DRAAF)

Pour l’Isère, les communes concernées par les zones de 1 km autour des captures sont AOSTE, LES AVENIERES, BOURGOIN-JALLIEU, CHAMAGNIEU, LA COMBE-DE-LANCEY, CORBELIN, FROGES, GRANIEU, L’ISLE-D’ABEAU, LAVAL, SAINTE-AGNES, SAINT-ISMIER, SAINT-MARCEL-BEL-ACCUEIL, SAINT-MURY-MONTEYMOND, SAINT-NAZAIRE-LES-EYMES, SATOLAS-ET-BONCE, LE VERSOUD, VILLARD-BONNOTLA-PORTE, SAINT-PIERRE-D’ALBIGNY, SAINT-PIERRE-DE-SOUCY, SERRIERES-EN-CHAUTAGNE, VIONS, VOGLANS

Au niveau des rotations, sur l’ensemble des parcelles de l’exploitation cultivées en maïs en 2010, au moins un sixième de ces surfaces doit faire l’objet d’une autre culture que le maïs en 2011. Les autres parcelles de l’exploitation peuvent être implantées en maïs, quelles soient comprises dans la sole 2010 ou non et à condition de respecter les conditions de traitements larvicides. En 2016, aucune parcelle de l’exploitation ne doit avoir été implantée en maïs plus de 5 années consécutives.

Les modalités de traitement au stade larvaire en 2011

Utilisation de produits phytopharmaceutiques à base de téfluthrine autorisés selon usage “maïs traitement du sol contre les insectes”.

Contacts utiles :

DRAAF SRAL, Chambres départementales d’agriculture, organismes de stockage, DDT.

www.draaf.rhone-alpes.agriculture.gouv.fr

Catégorie agriculture, céréalesCommentaires fermés

Rencontre entre les ministres de l’agriculture français et chinois

©Cheick Saidou/Min.Agri.FrÀ cette occasion, Bruno LE MAIRE, Ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire, et HAN Changfu, Ministre de l’Agriculture de la République populaire de Chine, ont convenu que le renforcement de la coopération jouera un rôle très important dans le développement des échanges commerciaux des produits agricoles.

Bruno LE MAIRE et HAN Changfu partagent l’analyse que les déséquilibres entre l’offre et la demande de produits agricoles dont les céréales et la volatilité des prix agricoles ont une influence directe sur la sécurité alimentaire mondiale. Il est donc important de garantir une production en quantité suffisante et d’améliorer la transparence des marchés afin d’atténuer la volatilité des prix agricoles.

Afin de réfléchir à l’ensemble de ces questions, les ministres ont décidé de créer 3 groupes de travail :

  • sur les politiques agricoles et les problématiques liées à la sécurité alimentaire, dont la volatilité des prix agricoles qui est à l’agenda de la présidence française du G20
  • sur la santé animale et la sécurité sanitaire des aliments
  • sur la recherche scientifique et technique.

À l’issue de la réunion, Bruno LE MAIRE et HAN Changfu ont également signé un accord pour le renforcement de la coopération bilatérale pour la recherche et le développement de la production de viande bovine. Dans ce contexte, le Centre bovin franco-chinois de Pékin favorisera le développement des filières d’élevage en Chine.

Par ailleurs, deux accords ont été signés en présence des ministres :

  • d’une part, entre l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) et l’Académie des sciences agricoles de Chine (CAAS)
  • d’autre part, entre l’Agence française du médicament vétérinaire (ANMV) et l’Institut chinois du contrôle des médicaments vétérinaires (IVDC).

Ces accords sont la première étape d’une coopération bilatérale renforcée sur l’évaluation et la gestion du risque sanitaire.

Catégorie agriculture, coopération internationaleCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

novembre 2010
L Ma Me J V S D
« oct   déc »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+