Archive | 05 janvier 2011

Concours régional des miels

Le syndicat d’apiculture d’Ardèche et de Drôme organise son traditionnel concours régional des miels le 22 janvier 2011 au Teil, à la salle de Mélas. Ce concours est ouvert à tous les apiculteurs possédant des ruches en Ardèche ou en Drôme.

Règlement

Les échantillons seront appréciés, le 22 au matin, par un jury de professionnels et de connaisseurs. Le concours s’inscrit dans la volonté du syndicat de valoriser l’ensemble des miels des deux départements.

Il permettra à tous les bergers des abeilles de participer dans la catégorie lavande, acacia, toutes fleurs (clair), toutes fleurs (foncé), châtaignier, montagne, forêt, sapin, miellat, garrigues, miel du Haut Vivarais.

Les apiculteurs qui souhaitent concourir doivent adresser dès maintenant, et avant le 20 janvier, deux pots de miel de 250 grammes dans la catégorie concernée, leurs coordonnées complètes, l’indication du site où le miel a été récolté, ainsi qu’un chèque de vingt euros (pour les frais du concours), libellé à l’ordre de « L’Abeille Ardéchoise et Drômoise » à Francis GRUZELLE, Président du syndicat, Les Chaux, 07790 Saint Alban d’Ay, tél 04 75 34 38 79.

Le syndicat apicole prend en charge les frais d’inscription de ses adhérents. Les résultats seront proclamés à l’issue de l’assemblée générale annuelle de l’Abeille Ardéchoise, le 22 janvier vers 17 h 30, à la salle des Fêtes, au Teil (début des travaux à 15 h).

contact

Francis GRUZELLE

Président du syndicat l’Abeille Ardéchoise et Drômoise

Vice-Président de la Fédération Apicole Rhône-Alpes

Les Chaux

07790 Saint Alban d’Ay

Port 06 84 85 56 58

Catégorie apicultureCommentaires fermés

L’ Abeille Ardèchoise et Drômoise organise son AG au Teil

P1060225 Défenseur de nombreux apiculteurs professionnels, pluri-actifs et familiaux de l’Ardèche et de la Drôme, le syndicat « L’Abeille Ardéchoise et Drômoise», affilié à l’UNAF,  tiendra son assemblée générale annuelle le samedi 22 janvier à 15 h, à la salle des Fêtes (centre ville, sous la mairie) au Teil.

Ordre du jour :

- Accueil des nouveaux adhérents

- Rapport moral, rapport financier

- Elections pour le remaniement du conseil d’administration

- Point sur les actions menées par l’UNAF

- Point des actions menées avec la FARA

- Bilan des interventions auprès des pouvoirs publics pour faire interdire les insecticides et les pesticides les plus dangereux.

- Point sur le Frelon Asiatique et les actions en cours

- Réflexions et mise en place des activités pour 2011

- Stages de formation pour 2011

- Questions diverses

Pour plus de renseignements

Francis GRUZELLE

Président du syndicat l’Abeille Ardéchoise et Drômoise

Vice-Président de la Fédération Apicole Rhône-Alpes

Les Chaux

07790 Saint Alban d’Ay

Port 06 84 85 56 58

Catégorie apicultureCommentaires fermés

La fédération des acteurs ruraux soutient la FNSEA et la FNO

La fédération des acteurs ruraux reçoit avec satisfaction la décision de la FNSEA et de la FNO de ne plus participer aux groupes de consultation nationaux ours et loup. Elle le fait savoir à travers un communiqué.

 » La participation à ces groupes, sans réel pouvoir d’opposition aux décisions prises dans la gestion des prédateurs, amenait à penser que la profession agricole agréait à la politique de développement des espèces prédatrices.

En refusant, aux cotés de la FNO et de la FNSEA, la politique conduite par le ministère de l’écologie et les associations protégeant l’ours et le loup, nous pourrons défendre le pastoralisme, parce qu’il est le ciment de la vie dans nos montagnes. »

Contact : federation.acteurs.ruraux@hotmail.fr

Catégorie loup, pastoralismeCommentaires fermés

Création de la fédération des acteurs ruraux

Une centaine d’éleveurs, chasseurs, et autres habitants de la montagne se sont réunis à Serres, commune des Hautes Alpes.

Ils ont répondu à l’invitation des jeunes agriculteurs et de la fédération ovine des Hautes-Alpes. Le président de cette dernière, Joseph Jouffrey  à exposé les raisons de ce rassemblement : la création d’une fédération rassemblant toutes les structures qui oeuvrent contre la présence des prédateurs dans les territoires pastoraux et de toutes celles qui se sentent concernés par les conséquences de la prédation.

Cette fédération à pour objet de :

-participer au maintien de l’élevage et de son expression traditionnelle, le pastoralisme, pour le rôle qu’il joue dans la conservation de l’environnement et de la biodiversité.

-veillez à l’entretien des paysages et à la préservation de la biodiversité dans le cadre du développement durable

-aider si besoin tous ces adhérents, le cas échéants en utilisant les recours juridiques

Les participants ont décidés que serait créée la Fédération des Acteurs Ruraux.

Un groupe de volontaires à été charger de la rédaction des statuts, de la fixation du montant des cotisation et des démarches administratives  pour la création de la fédération .

Contact :  federation.acteurs.ruraux@hotmail.fr

Catégorie loup, ovins, pastoralismeCommentaires fermés

La trufficulture, une chance pour les régions d’Europe

La Fédération Française des Trufficulteurs (FFT) et la Fédération Régionale des Trufficulteurs du Languedoc-Roussillon (FRTLR) ont décidé d’organiser la première Biennale Européenne associant, la truffe et la trufficulture.

Celle ci sera organisée les 14-15- et 16 janvier à Uzès, commune située dans le Gard.

Jean Charles SAVIGNAC, Président de la Fédération Française des Trufficulteurs:

« sans le travail tenace des trufficulteurs, l’Europe ne récolterait pratiquement plus de truffes de qualité, fleurons de la gastronomie. Utile pour l’environnement, la trufficulture a aussi des effets très positifs pour l’économie de nombreuses régions rurales d’Europe. »

L’objectif de cette biennale est donc de mettre en avant le travail patient des trufficulteurs. A côté des truffes prestigieuses reconnues comme un des fleurons de la gastronomie européenne, la trufficulture apparaît comme une activité économique réelle, un facteur de développement local pour les régions traditionnelles de production.
Les truffes et la trufficulture génèrent des activités directes (pépinières, laboratoires d’analyse et de conseil, matériels d’aspersion, de protection etc…, recherche et expérimentation) mais aussi indirectes (fabrications
alimentaires, restauration, marchés et fêtes de la truffe ayant un effet d’appel pour les produits régionaux et
favorisant un tourisme de contre saison).

Ces activités ont un impact notoire pour dynamiser les régions d’Europe traditionnellement productrices de truffes.
Les truffes et la trufficulture sont en outre au coeur d’un écosystème qui concourt au maintien de la diversité
biologique et d’un environnement durable dont il contribue à la protection (entretien de territoires à l’abandon).
La « Biennale Européenne de la Truffe et de la Trufficulture » a vocation à se dérouler tous les 2 ans dans une des
capitales européennes de la truffe.

Agenda / Les réunions et conférences se tiendront en Mairie d’Uzès

Vendredi 14 janvier 2011
Programme SYSTRUF : Réunion du Comité de pilotage
16H30 à 17H30 Conférence par Claude MURAT, chercheur, UMR INRA-UHP Interactions Arbres/Microorganismes, Centre INRA de Nancy.
« La truffe noire, les truffières : les premiers apports du séquençage du génome et résultats de la reproduction sexuée »

Samedi 15 janvier 2011
9H à 10H30 : GETT (Groupement européen truffe et trufficulture), réunion d’automne.
10H45 à 12H45 : CRETT (Consortium européen truffe et trufficulture), assemblée.
14H30 à 18H : Assises « la trufficulture, une chance pour les régions d’Europe »
18H15: Réception du Maire d’Uzès.
19H30 : Nuit de la truffe d’Uzès
Salle de l’ancien Evêché

Dimanche 16 janvier 2011
7H à 17H : Journée de la truffe d’Uzès
Place aux Herbes
15H à 16H30 : Conférence par Marc-André SELOSSE, Professeur, Université Montpellier II, Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive, Coordinateur du programme SYSTRUF : « La truffe et ses multiples relations aux plantes dans les truffières (le programme SYSTRUF) ».

POUR EN SAVOIR PLUS: www.biennale-europeenne-truffes

Catégorie trufficultureCommentaires fermés

La contractualisation obligatoire en guise d’étrennes !

A propos de la contractualisation obligatoire, pour les fruits, légumes et lait de vache, la Coordination rurale estime qu’elle ne constitue pas dans l’état actuel des choses l’outil imparable pour assurer aux producteurs des marges et des prix rémunérateurs. Elle le fait savoir à travers un communiqué.

« Le ministre voulait rendre obligatoire la contractualisation avant la fin 2010. C’est chose faite, in extremis…
Par deux décrets publiés au journal officiel du 31 décembre 2010,  le ministère a rendu obligatoire la conclusion de contrats pour toute transaction, d’une part de lait de vache, d’autre part de fruits et légumes frais destinés à la revente, entre un producteur et un acheteur.

Jusqu’alors, seule l’obligation pour l’acheteur de faire une proposition de contrat semblait consacrée. Dorénavant, et bien que seule l’absence de proposition de contrat donne lieu à une amende administrative, acheteurs et producteurs vont devoir conclure, vite et pour longtemps !

Dès le 1er mars pour le secteur des fruits et légumes et pour une durée d’au moins 3 ans, ce qui est totalement inadapté aux grossistes qui représentent pourtant près d’un quart des débouchés de la filière. Dès le 1er avril pour le secteur du lait et pour au moins 5 ans !
Ce contrat risque d’inciter les acheteurs à s’approvisionner avec des produits d’importation au détriment des producteurs français. Les acheteurs éviteront ainsi les lourdeurs et autres ennuis administratifs.

Les organisations de producteurs dans le secteur laitier n’auront quant à elles sans doute pas encore vu le jour, si bien que les producteurs, isolés, n’auront d’autre choix, s’ils veulent continuer à être collectés, que d’accepter la proposition faite par leur laiterie, proposition probablement orientée sur une logique de « double volume – double prix », malgré l’opposition à cette formule affirmée par le ministre de l’agriculture.

Comme l’a rappelé sans cesse la CR, il est difficile de croire que ces contrats vont « protéger les agriculteurs en leur donnant de la visibilité sur leurs débouchés sur de longues périodes » comme l’exprime le ministère.
Aucune amélioration des conditions de rémunération des producteurs n’est à en attendre car il ne suffit pas aux distributeurs de déterminer, par voie contractuelle, leurs besoins pour réguler la production et le marché. En effet, seules des organisations communes de production et de marché peuvent apporter une solution tant à la volatilité des prix qu’à leur niveau.

Au contraire, sans régulation efficace des productions, la contractualisation se traduira par une soumission encore plus grande des producteurs à la loi du plus fort. »

 

Catégorie fruits-légumes, lait/produits laitiersCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

janvier 2011
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+