Archive | 07 janvier 2011

Dioxine en Allemagne: les services sanitaires français vigilants et mobilisés

Plus de 4700 exploitations d’élevages de poules, dindes et cochons allemandes, ont dû suspendre leurs livraisons après détection de résidus de dioxine dans l’alimentation animale. L’Allemagne a mis en garde tous ses partenaires de l’Union européenne via le système d’alerte qu’elle a actionné le 27 décembre dernier.

L’enquête de traçabilité se poursuit en Allemagne pour identifier les lots de produits mis sur le marché en provenance de ces exploitations et les retirer du marché.

À ce stade, aucune indication démontrant la présence de produits contaminés sur le territoire français n’a été relevée. L’unité d’alerte de la mission des urgences sanitaires de la Direction générale de l’alimentation du Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire, reste toutefois entièrement mobilisée et suit ce dossier heure par heure.

Soucieuse de garantir une sécurité sanitaire totale aux consommateurs français, la Direction générale de l’alimentation, par l’intermédiaire de ses services vétérinaires, a renforcé ses enquêtes de traçabilité, et continue à travailler en étroite collaboration avec ses homologues dans le cadre du réseau de vigilance européen.

Le ministère appelle également les opérateurs à renforcer leur vigilance sur les autocontrôles menés dans chaque entreprise.

Catégorie Union européenne, élevageCommentaires fermés

Prix de la viande bovine: aucun gagnant

Les Jeunes agriculteurs réagissent, à travers un communiqué, sur l’évolution des prix de la viande bovine. Pour les JA: « il n’y a aucun gagnant…. »

 » Industriels, producteurs-éleveurs, distributeurs, consommateurs: sur dix années étudiées, il n’y aurait au final AUCUN GAGNANT dans l’évolution des prix de la viande bovine en France. Telle est la conclusion assez surprenante du « rapport préliminaire » de l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires sur la filière viande bovine présenté au ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche.

Une chose est sûre : les éleveurs doivent se prendre en main…mais aussi se faire respecter.

Les industriels et la distribution sont-ils totalement transparents sur leurs marges et sincères dans leur volonté de coopérer à un audit de la filière ?  L’Etat doit-il jouer au gendarme ou plutôt aider les producteurs à mieux défendre leur production sur le marché national (notamment sur celui de la restauration hors domicile) et international, à supporter le poids des charges et à dégager de nouvelles sources de revenus, avec la méthanisation par exemple ?

« Beaucoup de questions demeurent suite à la présentation de ce pré-rapport qui semble vouloir placer tous les acteurs sur un pied d’égalité face à la crise, mais qui reconnait toutefois que  les éleveurs sont les seuls à ne pas avoir pu répercuter dans leurs prix de vente l’augmentation de leurs coûts de production. » commente Jean-Michel Schaeffer, président de Jeunes Agriculteurs.

Jeunes Agriculteurs, qui se bat à la fois pour une revalorisation de la production bovine et de ses débouchés mais aussi pour une réorganisation de tous les acteurs de la filière ne peut qu’encourager le monde agricole à s’engager concrètement la contractualisation inter-filières végétales et animales.

« Nous suivrons de très près les prochains résultats de L’observatoire et surtout la concrétisation des promesses d’investissements faites en 2010 par les industriels et la grande distribution. » conclut Jean-Michel Schaeffer.

Catégorie filière viandeCommentaires fermés

Mesures restrictives concernant les huîtres et moules en provenance du bassin de Thau

La surveillance régulière des zones de production de coquillages effectuée par l’Ifremer sur des huîtres et des moules en provenance du bassin de Thau a mis en évidence des résultats d’analyses microbiologiques supérieurs à la norme autorisée.
C’est la raison pour laquelle le Préfet de l’Hérault, en accord avec les professionnels, a décidé de suspendre provisoirement la récolte et la commercialisation des huîtres et des moules en provenance de ce secteur de production.
Cette mesure temporaire sera levée dès que les résultats des analyses seront pleinement

Catégorie consommation, pêcheCommentaires fermés

La Faune sauvage de Namibie

L’association de protection de la nature le Pic vert  présente une conférence diaporama  de Jean François Noblet sur la faune sauvage de Namibie, pays d’Afrique australe qu’il connaît bien et où il est allé observer et photographier la grande faune africaine.

Vendredi 14 janvier à 20h30. Salle du Temps libre (à côté de la mairie). Pommiers la Placette (38)

Entrée libre pour les adhérents du Pic Vert

3€ pour les non adhérents de plus de 15 ans

Renseignements : Le Pic Vert 04 76 91 34 33 ou www.lepicvert.asso.fr

Catégorie natureCommentaires fermés

Center Parcs de Roybon: deux nouveaux recours

L’association « pour les Chambarans sans Center Parcs » vient de déposer deux nouveaux recours devant le tribunal administratif de Grenoble.

Ce 5 janvier, suite à un refus d’annulation de l’autorisation de défrichement de la préfecture, les avocats de l’association « pour les Chambarans sans Center Parcs » ont déposé un recours au Tribunal Administratif de Grenoble, à l’encontre de cette autorisation.

Suite au refus d’annulation de la mairie de Roybon du permis de construire,  un recours au Tribunal Administratif de Grenoble a été également déposé ce 5 janvier.

Le Center Parc de Roybon, le cinquième centre de vacances prévu en France devrait ouvrir ses portes courant 2013….il regrouperait un millier de « cottages » sur une surface de 200 hectares. Le groupe Pierre et vacances initiateur du projet annonce la création de 700 emplois.

Catégorie natureCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

janvier 2011
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+