Archive | 18 janvier 2011

Renforcer la compétitivité des filières agricoles et réduire leur impact sur l’environnement

A l’occasion des vœux au monde rural, le Président de la République a annoncé ce jour des mesures visant à simplifier le regroupement des exploitations d’élevage en France, sans modification substantielle de leurs effectifs. Il a également annoncé que les secteurs agricole et agroalimentaire bénéficieront dès aujourd’hui du relèvement à 44 tonnes du poids total roulant autorisé des véhicules, valeur déjà adoptée par nombre de nos voisins européens.

Ces mesures visent à renforcer la compétitivité de notre agriculture en simplifiant les procédures pour permettre aux différentes filières d’atteindre une taille critique, et à renforcer simultanément les exigences sur le fond pour réduire l’impact de ces filières sur l’environnement.

La simplification du regroupement des élevages

Les filières d’élevage sont confrontées à des enjeux de compétitivité qui supposent des opérations de regroupement et de modernisation des exploitations, souvent sous-dimensionnées par rapport à l’échelle européenne. Ces regroupements permettront d’améliorer la performance économique des élevages. Simultanément, l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments et l’amélioration des techniques de diminution des rejets dans l’environnement réduiront l’impact des exploitations sur l’environnement.

Afin de faciliter leur mise en œuvre, le décret d’application de la loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche permettant de dispenser d’étude d’impact et d’enquête publique certaines opérations de regroupement sur des sites d’accueil déjà autorisés au titre des installations classées pour la protection de l’environnement a été publié ce jour au Journal officiel.

Ces dispositions pourront s’appliquer aux élevages de porcs, de volailles et de bovins, soit plus de 95% des installations classées d’élevage concernées.

Le décret concerne d’abord les travaux de modernisation dans les élevages. Les procédures administratives sont allégées lors d’une mise aux normes relatives au bien être animal, lors de travaux améliorant les conditions de travail, ou pour toute démarche ayant un impact positif sur l’environnement.

Le décret concerne également les regroupements de plusieurs installations sur un site existant, en les encadrant par les conditions cumulatives suivantes :

  • la variation de l’effectif total doit être inférieure à 5% ;
  • l’augmentation d’effectif sur le site d’accueil doit être inférieure à deux fois le seuil d’autorisation (soit 900 porcs par exemple) ;
  • l’effectif final du site d’accueil doit être inférieur à deux fois son effectif initial ;
  • l’effectif du site d’accueil ne franchit pas un des seuils fixés au niveau européen (soit par exemple 2000 places pour les élevages de porcs).

Ce décret permettra, notamment pour les élevages porcins et avicoles, de faciliter les restructurations nécessaires aux filières dans le contexte des mises aux normes relatives au bien être animal.

Pour les élevages laitiers, compte tenu des enjeux liés à la suppression des quotas laitiers, le seuil d’autorisation passera de 100 vaches actuellement, à 150 vaches.

Les élevages laitiers comprenant entre 100 et 150 vaches devront en contrepartie procéder à des contrôles périodiques de leur installation réalisés par un organisme tiers indépendant. Le régime d’enregistrement sera mis en place pour les élevages laitiers comprenant entre 150 et 200 vaches, ce qui permettra d’avoir des procédures d’évaluation environnementale adaptées aux zones les plus fragiles.

Le relèvement à 44 tonnes du poids maximal autorisé pour les poids lourds

Cette décision, prise par décret et arrêté publiés ce jour, autorise immédiatement la circulation des poids lourds équipés de cinq essieux transportant des produits agricoles et agroalimentaires, conformément aux engagements pris par le Président de la République.

La mesure sera étendue en 2012 à tous les types de chargement de façon concomitante avec l’introduction de l’écotaxe poids lourds.

Afin de limiter l’impact sur les chaussées, les poids lourds de 44 tonnes devront, à partir de 2014, être progressivement équipés de six essieux. Cette modernisation du parc suivra un calendrier parallèle à celui de la norme Euro 6, et n’appellera donc pas de surcoût pour les entreprises. A partir de 2019, seuls les poids lourds à six essieux seront autorisés à circuler avec un poids de 44 tonnes.

Catégorie agriculture, monde rural, élevageCommentaires fermés

Le Chef de l’Etat prend position contre la libéralisation des droits de plantation

Dans ses vœux au monde agricole formulés  à Mittelhausen, en Alsace, le président de la République a clairement exprimé son opposition à la libéralisation des droits de plantation de la vigne.

Alors que les vignerons attendaient cette déclaration depuis la prise de position de la chancelière allemande au printemps dernier, la CNAOC appelle d’ores et déjà le gouvernement à franchir un pas supplémentaire en se mobilisant sur la scène européenne.
Devant les représentants du monde agricole, le président Nicolas Sarkozy s’est officiellement exprimé en faveur du système de gestion du potentiel de production viticole. Il s’est dit « opposé à la libéralisation des droits de plantation » en évoquant les menaces qu’une telle mesure ferait peser sur ceux qui ont multiplié les efforts pour améliorer la qualité des vins.
Depuis plusieurs semaines et plusieurs mois, les vignerons s’alarment de la disparition programmée au niveau communautaire de l’encadrement des droits de plantation.

En autorisant tout un chacun à planter de la vigne où bon lui semble, l’Union européenne prend le risque de déstabiliser l’ensemble du marché et de la filière viticoles.

La prise de position de Nicolas Sarkozy, qui intervient dans le prolongement de celle d’Angela Merkel en avril 2010, est donc de nature à rassurer les viticulteurs français et à envoyer un signal fort aux autres Etats membres de l’Union européenne.
Pour autant, la CNAOC tient à rappeler que les enjeux se situent sur la scène européenne. Il faut réunir une majorité d’Etats membres pour revenir, avant le 1er janvier 2016, sur le principe de libéralisation des plantations. Le gouvernement français doit donc s’employer dès à présent à convaincre ses homologues pour parvenir à dégager une position commune.

Cette mobilisation est importante dans la perspective du rapport d’étape que la Commission doit rédiger en 2012 sur l’OCM vin et de la réforme qui devra suivre.
Le président de la CNAOC, – Pierre Aguilas, conclut ainsi : « Nous nous réjouissons de cette prise de parole qui était très attendue. Nous connaissons la force d’entraînement du couple franco-allemand. Sa capacité à rassembler une majorité d’Etats autour de lui ne fait pas de doute. Nous attendons maintenant que le signal positif qui nous est envoyé débouche sur des actes. »

Catégorie viticultureCommentaires fermés

Les vignerons de Rhône-Alpes toujours plus nombreux à Millésime Bio !

Le plus grand salon professionnel des vins bio accueillera du 24 au 26 janvier prochains 44 vignerons de Rhône-Alpes. Côtes du Rhône, Vins de Savoie, Beaujolais…, les légendaires vignobles de la région y seront représentés. Corabio et Organics Cluster accompagnent et permettent à 12 vignerons bio de la région d’expérimenter leur première participation au salon.

La viticulture bio est en pleine expansion. La filière en Rhône-Alpes suit la tendance avec une forte dynamique de conversion depuis 3 ans. Avec 306 exploitations viticoles bio à fin 2010, on compte 50 nouveaux vignerons par rapport à 2009. Les vignes bio de Rhône-Alpes s’étendent sur 2700 ha à travers de grands terroirs : Côtes du Rhône septentrionales et méridionales, Côteaux du Lyonnais et du Tricastin, Beaujolais, Clairette de Die, Vins de pays des côteaux de l’Ardèche, de la Drôme, Vins de Savoie, du Bugey, Côtes du Vivarais, Beaujolais, Côtes Roannaises, du Forez…

Une place de choix pour les vignerons rhônalpins !

Du 24 au 26 janvier, le salon Millésime Bio, qui se déroulera au Parc des Expositions à Montpellier, attend plus de 500 producteurs et négociants. Avec une progression de 58% de la fréquentation du salon et des vins provenant de 25 pays différents, ce salon professionnel est devenu une véritable référence pour le marché des vins issus de raisins de l’agriculture biologique. 44 vignerons bio de Rhône-Alpes (dont 42 caves particulières et 2 caves coopératives) y tiendrons une place de choix.

Parmi eux, 12 vignerons bénéficieront d’un accompagnement spécifique de Corabio (la Coordination Rhône-Alpes des producteurs bio) et d’Organics Cluster (renforcement de la compétitivité des entreprises du secteur bio). L’opération, renouvelée cette année, a pour but d’offrir l’opportunité à 12 vignerons rhônalpins de participer à ce salon pour la première fois, dans des conditions préférentielles. Une belle vitrine, notamment pour les nouveaux producteurs !

Cette présence collective valorise la diversité des terroirs de la région : Beaujolais (Domaines de la Ronze, de la Grand Cour, de Buis-Rond), Côtes du Rhône (Domaines Viret, de la Rosière, des Treilles, des Amphores, du Serre des Vignes), Vins du Bugey (Domaine Jean-Christophe Pellerin), Vins de pays des Côteaux de l’Ardèche (Mas de Vinobre), et Ferme à whisky du Domaine des Hautes Glaces. Vous les trouverez, regroupés par 3 sur les stands 278, 280, 290 et 292 du hall 6.

Pour plus d’informations, téléchargez le guide de Corabio présentant 50 vignerons bio de Rhône-Alpes sur www.corabio.org

Catégorie bio, foires/salons, viticultureCommentaires fermés

Compact, durable et visionnaire: Annecy 2018 dévoile ses atouts

En présentant un Dossier de candidature de très haut niveau, Annecy 2018 affirme résolument ses ambitions dans la compétition pour l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver de 2018.

Un terrain de Jeux magique au pied du Mont-Blanc, des Jeux à taille humaine pour une fantastique célébration, un projet fondé sur l’excellence sportive et environnementale, un héritage fort pour ouvrir la voie vers la montagne de demain, une forte implication des jeunes : autant d’atouts pour la candidature d’Annecy, élaborée et portée par des champions au service de l’idéal olympique.
« L’élaboration du Dossier de candidature d’Annecy 2018 a mobilisé durant de longs mois un team de grands champions et d’experts techniques de premier plan », déclare Charles Beigbeder, le nouveau Président d’Annecy 2018.

« Grâce à leur implication et aux conseils du Comité International Olympique, nous présentons un projet pour gagner et que nous allons promouvoir avec passion et énergie jusqu’à la décision finale du CIO le 6 juillet prochain à Durban. »
« Nous proposons des Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver au coeur des montagnes, festifs, chaleureux, qui conjugueront modernité et tradition, dans un cadre exceptionnel et qui s’intégreront à la montagne dans un souci de développement durable. Fort du soutien du mouvement sportif, de toutes les autorités publiques, des
acteurs économiques, de la population et des forces vives du pays et de la région, nous voulons offrir un évènement inoubliable et un héritage durable pour toute la Famille olympique».

Jean-Pierre Vidal, Vice-Président d’Annecy 2018, a ajouté : « Les athlètes sont au coeur de la candidature d’Annecy depuis son origine. Le projet offre toutes les garanties pour placer les athlètes dans les meilleures conditions d’accueil, d’entrainement et de compétition, afin qu’ils puissent se dépasser et réaliser leurs

meilleures performances. Les Français sont passionnés par les Jeux d’hiver et leur fort engouement autour de la candidature d’Annecy est la promesse d’une expérience inoubliable au coeur des Alpes. Au-delà de l’évènement lui-même, les Jeux d’Annecy 2018 entendent marquer l’histoire olympique et paralympique en proposant une nouvelle manière de concevoir les sports d’hiver et la montagne dans une optique de développement durable.

Grâce aux Jeux, nous voulons impulser un nouveau modèle de développement économique, sportif et touristique pour ouvrir la voie vers la montagne de demain ».

Catégorie montagne, sportCommentaires fermés

Le Monte Carlo dans notre région

Le parcours définitif de la 79e édition du RAMC 2011 fait  référence à la tradition et reflètera les grands lieux du Monte-Carlo depuis sa création.
Le parcours du rallye du centenaire a été défini en fonction des épreuves qui ont marqué son histoire
. Les spécialistes, les amateurs avertis et tous les fans de rallye ont tous entendu parler de ces lieux emblématiques, sur les routes des départements traditionnellement empruntés tels l’Ardèche, le Drôme, la Haute-Loire, les Alpes de Haute-Provence, les Hautes-Alpes et bien sûr les Alpes-Maritimes .

La première journée de l’épreuve, mercredi 19 janvier, sera totalement dédiée aux routes de l’Ardèche et comportera quatre épreuves dont les noms sont connus de tous les amateurs de rallye :
* Le Moulinon – Antraigues (36,87 km)
* Burzet – St-Martial (41,06 km)
* St-Bonnet – St-Bonnet (25,22 km) qui sera parcourue deux fois

La journée du jeudi 20 janvier est consacrée aux routes du département de la Drôme et sera la plus courte avec deux épreuves parcourues deux fois :
* St-Jean-en-Royans – Carrefour des 3 routes (23,01 km)
* Cimetière de Vassieux – Col de Gaudissart (24,13 km)

Le vendredi 21 janvier sera la plus longue journée pour les concurrents mais certainement la plus excitante. Ils quitteront tôt le matin Valence pour rejoindre la Principauté de Monaco avec au programme trois épreuves :
* Montauban sur l’Ouvèze – Eygalayes (29,89 km)
* Arrivée à Monaco et mise en parc fermé en début d’après-midi

La dernière nuit sera fidèle aux « Monte » d’antan avec deux passages nocturne par le célèbre col du Turini. Quatre épreuves sont inscrites au programme pour terminer le rallye et saluer le vainqueur de cette édition qui célèbre son centenaire à son arrivée sur le port de Monaco

* Moulinet – La Bollène-Vésubie (23,41 km)
* Lantosque – Lucéram (18,81 km)
* entrecoupées par un parc d’assistance à Monaco

Le Monte Carlo dans la Drôme

JEUDI 20 JANVIER 2011

ETAPE 2 : VALENCE – VALENCE

La 5ème épreuve spéciale : ST JEAN EN ROYANS-FONT D’ URLE, d’une longueur de 23,01km, se déroulera, de 12h23 à 14h38.
La 6ème épreuve spéciale : VASSIEUX EN VERCORS-COL DE GAUDISSARD, d’une longueur de 24,13km, se disputera de 13h04 à 15h20.
La 7ème épreuve spéciale : ST JEAN EN ROYANS-FONT D’ URLE, d’une longueur de 23,01km, se déroulera, de 16h07 à 18h22.
La 8ème épreuve spéciale : VASSIEUX EN VERCORS-COL DE GAUDISSARD, d’une longueur de 24,13km, se disputera de 16h48 à 19h05.

VENDREDI 21 JANVIER 2011

ETAPE 3 : VALENCE – MONACO

La 9ème épreuve spéciale se disputera entre « MONTAUBAN SUR OUVEZE et EYGALAYES » en passant par le COL DU PERTY et le COL ST JEAN, sur une distance de 29,89km. Elle se déroulera de 9h08 à11h27.

Catégorie sportCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

janvier 2011
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+