Archive | 19 février 2011

 » Le gouvernement n’abandonnera pas la forêt française »

C’est Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’écologie qui a répondu à François Brottes concernant son inquiétude face au projet de changement du régime forestier.

 » Le Gouvernement n’abandonnera pas la forêt française, filière stratégique d’avenir, et particulièrement pas en 2011, date de l’année internationale de la forêt. Je rappelle à ce propos que la France est dotée du troisième patrimoine forestier d’Europe. C’est une filière qui génère plus de 400 000 emplois.

En mai 2009, dans son discours d’Urmatt, le Président de la République rappelait toute l’importance qu’il attachait à la forêt, comme filière forestière créatrice d’emplois, et aussi comme patrimoine français.

Depuis lors, de nombreux travaux ont été engagés. Vous faites état d’une note interne. Il y a eu beaucoup d’autres travaux, par exemple le rapport d’Hervé Gaymard, président de l’Office national des forêts, ou les assises de la forêt. C’est dans le prolongement de ces travaux, et sur la base de la lettre de cadrage que Bruno Le Maire et moi avons adressée au directeur général de l’ONF le 15 décembre dernier, que vient de commencer l’élaboration du prochain contrat d’objectif 2012-2016. Naturellement, tous les sujets touchant aux orientations stratégiques de l’ONF seront étudiés à cette occasion. »

A propos d’une note interne de la direction générale du Trésor: » je veux vous rassurer: il ne s’agit que d’une note de travail qui ne préjuge en rien des choix qui seront faits en juillet prochain. Le modèle financier de l’ONF est bien sûr étudié. Nous prendrons en compte la rémunération des services environnementaux et sociaux, ou encore l’adaptation de la forêt française au changement climatique. Vous l’avez compris: la politique forestière française est une grande politique d’État. »

Une réponse qui n’a pas rassuré l’ensemble des membres de la filière bois.

Catégorie - filière bois, forêtCommentaires fermés

Charles Galvin:  » non à la disparition de l’ONF »

Charles Galvin, vice président du conseil général de l’ Isère, en charge de la forêt a montré son inquiétude face à la mise à jour d’un projet qui annonce la suppression du régime forestier et à travers lui l’ONF.galvin

 » Certes, on nous annonce que ce ne sont que des bruits mais je suis très inquiet par la teneur de ce rapport. Comment supprimer d’un revers de main l’ONF? Un organisme qui a fait ses preuves, qui n’a aucun équivalent et que beaucoup de pays nous envient. L’ONF est le garant de notre patrimoine forestier. il a beaucoup évolué. Le temps ou le garde forestier était le personnage le plus important d’un commune après le maire est révolu. Il doit encore évoluer, nous en sommes tous conscients mais il ne faut surtout pas qu’il disparaisse.

Si l’ONF disparait, c’est l’ensemble de la filière bois qui en paiera les conséquences.

Il faut que les élus se mobilisent, montent au créneau pour que ce projet tombe dans les oubliettes, qu’il ne voit pas le jour. Je soutiens totalement l’action du député François Brottes qui a interpellé le gouvernement sur ce sujet. »

Intervention de François Brottes que vous pouvez lire en cliquant sur:

Avenir du régime forestier: François Brottes interpelle le gouvernement.

Charles Galvin a fait cette intervention, pleine de fougue lors de l’assemblée générale du Groupement des sylviculteurs de Belledonne nord.

Catégorie - filière bois, forêtCommentaires fermés

Jean Claude Monin: » il faut conserver le régime forestier »

Jean Claude Monin, maire de Saint –Jean d’Arvey, en Savoie, président de la Fédération des Communes Forestières, souhaite vivement que le  régime forestier qui prévoit la gestion publique de forêts publiques soit remis en cause. Il a répondu à Enviscope.com lors d’une rencontre sur le salon Eurobois, qui a fermé ses portes ce vendredi 18 janvier à Eurexpo.

Jean Claude Monin, Président des Communes Forestières de France: il faut conserver le régime forestier ( photo Michel Deprost)Jean Claude Monin, Président des Communes Forestières de France: il faut conserver le régime forestier ( photo Michel Deprost) En quoi le régime forestier consiste-t-il?
Jean Claude Monin : L’Office National des Forêts  va signer dans quelques mois un nouveau contrat de progrès avec l’Etat pour la période 2012 2015.  La négociation de ce contrat pourrait être l’occasion de remettre en cause le régime forestier. Le régime forestier prévoit que les forêts publiques, les forêts domaniales qui appartiennent à l’Etat, les forêts appartenant aux communes et aux départements,  doivent être gérées par l’Office National des forêts.
Quels sont les risques?

Un rapport a été présente par Hervé Gaymard, qui rappelle l’importance du régime forestier, mais une note de Bercy a été révélée qui fait état d’une évolution souhaitée par certains. Cette évolution consisterait à permettre la gestion des forêts publiques par le secteur privé, par exemple dans le cadre de délégation du service public. Une telle gestion pourrait présenter des risques.
Qui défend  le régime forestier ?

La Fédération des communes forestières qui compte 11 000 communes sur 36 000 communes en France. Un grand débat s’est développé dans de nombreuses régions. Mais le régime est aussi défendu par de très nombreux élus, même dans l’actuelle majorité,  comme Hervé Gaymard lui-même, car de nombreux élus comprennent les risques qui pourraient apparaitre d’une remise en cause d’une gestion durable de la forêt à laquelle pourraient se laisser convaincre certaines communes. Les élections sénatoriales sont d’ailleurs une échéance cruciale, car les sénateurs sont élus entre autres par des grands électeurs désignés par des maires ruraux. Le débat pourrait contribuer à faire  perdre la courte majorité actuelle.
La filière forestière est-elle unie par ailleurs ?

L’unité de la filière forestière a beaucoup progressé et s’exprime aujourd’hui dans France Forêt. Elle s’est construite autour de notions qui ne sont plus conçues comme contradictoires: la production et  la protection. On retrouve dans le même mouvement, les professionnels, France Nature Environnement, mais il faut renforcer cette dynamique pour éviter que chaque maillon de la filière cherche à imposer sa vision de la forêt et du bois.

Recueilli par Michel Deprost

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Catégorie forêtCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

février 2011
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+