Archive | 24 février 2011

Commercialisation de la noix, il a fallu faire des choix!

Pierre Gallin Martel, ici avec le président su conseil général de l'Isère André Valinni lors de la fête de la noix à Vinay

Pierre Gallin Martel, ici avec le président su conseil général de l'Isère André Valinni lors de la fête de la noix à Vinay

Pierre Gallin Martel, président de la coopérative Coopenoix nous a confirmé une baisse des apports d’environ 30%.  » Par contre il faut retenir que la campagne 2010 est de très bonne qualité. »

La commercialisation s’est très bien passée  » car le marché était vide. Cela a une pour conséquence de voir les prix nettement se raffermir. On peut annoncer +60cts par calibre. »

Certes cette augmentation des prix est intéressante mais  » elle ne fera que maintenir le chiffre d’affaires des exploitations à cause des apports moindres. »

La commercialisation s’est donc bien passée grâce au manque de stocks mais également à la politique que mènent les USA.  » Ils se sont tournés vers le prometteur marché chinois ou ils vendent plus de 80 000 tonnes de noix. Cela nous permet de mieux conforter notre marché européen. Pour cette année on retiendra une stabilité des marchés tels que ceux des pays nordiques, Allemagne, Suisse, une augmentation pour l’Italie et une baisse sensible en Espagne, crise oblige. »

Pierr Gallin Martel regrette cependant une stagnation de la consommation:  » on a fait que compenser le manque d’apport de noix américaines sur nos étals. »

Au niveau du marché français le président de Coopenoix note une hausse de 18%,  » c’est bien pour une année de faibles volumes. »

Justement face à cette année difficile Coopenoix a du s’adapter, faire des choix.  » La gestion commerciale a été difficile surtout que les demandes sont en progression. Il y a des clients que nous n’avons pu fournir, partiellement ou en totalité. C’est d’autant plus dommageable que Coopenoix a une stratégie de développement, de prospection en direction de nouveaux clients. On ne peut hélas pas travailler sur du durable. »

La solution pour éviter ce manque des apports: « mettre en place une politique de plantation de noyeraies efficace et incitative. Il faut savoir que dans la noix le retour sur investissement est long. Un arbre met 12 ans avant d’offrir une production correcte. »

Nos partenaires: Coopenoix et AMB Rousset

AMB Rousset

Catégorie nucicultureCommentaires fermés

Les pesticides, apprenons à nous en passer !

L'abus de pesticides est dangereux pour tous les habitants du jardin. Apprenons à nous en passer.

Parce que les jardiniers amateurs sont aussi concernés par les risques liés à l’usage de pesticides sur la santé et l’environnement, le ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement relance  avec le concours du ministère chargé de l’Agriculture et de 16 partenaires, la campagne « Les pesticides, apprenons à nous en passer ! ».

Chaque année, un peu moins de 5 000 tonnes de pesticides sont en effet répandus par les jardiniers amateurs dans leur jardin ou leur potager.

Cette campagne de sensibilisation nationale s’inscrit dans le cadre du plan Ecophyto 2018 qui vise, conformément à l’engagement du Grenelle Environnement, à réduire progressivement l’usage des pesticides de 50% d’ici 2018.

Sur les 17 millions de jardiniers amateurs en France, 32% estiment que ces produits sont dangereux et 20% considèrent que ces produits sont sans danger. La prise de conscience de la toxicité des pesticides s’avère très faible chez les jardiniers amateurs qui recherchent avant tout des produits efficaces, plus que des produits « bio » ou « naturels ».

Pourtant, que l’on traite la pelouse pour enlever les mauvaises herbes, le potager pour supprimer les pucerons ou les arbres fruitiers pour lutter contre les champignons, l’utilisation de pesticides engendre à la fois des risques pour la santé (irritation de la peau et des poumons) et pour l’environnement (pollution des nappes phréatiques, perte de biodiversité).

C’est pourquoi Etat, collectivités locales et associations se mobilisent autour de la campagne pour sensibiliser les jardiniers amateurs, leur proposer des solutions alternatives et les aider à respecter le bon dosage en cas d’application.

Pour plus d’informations sur la campagne et sur les manifestations à venir mais aussi pour connaître toutes les astuces de jardinage, rendez-vous sur la plate forme des jardiniers amateurs : www.jardiner-autrement.fr

Catégorie environnement, pollutionCommentaires fermés

12ème édition du salon Bois Energie

Bandeau Salon English version

logo

LA 12ème EDITION DU SALON BOIS ENERGIE ouvre ses portes le 24 mars et une fois de plus, cet évènement précurseur offre le rassemblement le plus complet de la filière bois énergie, du jamais vu! Plus de 300 EXPOSANTS ET SOCIETES REPRESENTEES venus de 20 PAYS présenteront leur gamme complète de solutions et de services bois-énergie couvrant une superficie de 25% supérieure par rapport à 2010 !

barre separation

logo

LE POLE « INDUSTRIES ET COLLECTIVITES » un hall entier est dédié, cette année, au pôle « Industries et Collectivités », avec plus de 70 entreprises. LE CHAUFFAGE DOMESTIQUE AU BOIS disposera à nouveau de son propre espace de poêles et chaudières en fonctionnement et plus de 160 entreprises seront présentes. 80 entreprises de PRODUCTION DE COMBUSTIBLES BOIS et DE GESTION FORESTIERE occuperont l?extérieur et de nombreuses démonstrations seront organisées tout au long des quatre jours.

liste des exposants

barre separation

logo

CONFERENCES POUR LES VISITEURS PROFESSIONNELS (Jeudi/Vendredi). Un large éventail de conférences et de débats permettra aux visiteurs de rester à jour sur les principaux enjeux du secteur et de prendre part aux débats. Un axe de conférences, organisé par le CIBE, ONF Energie et Forêt Bois de l’Est, sera dédié aux industriels et aux collectivités. Le second axe traitera des questions comme le granulé bois, la normalisation, les installateurs et les applications spéciales (fromagers, etc?).

consultez le programme

barre separation

logo

VISITES TECHNIQUES POUR LES VISITEURS PROFESSIONELLES (Jeudi / Vendredi). Visites techniques proposées : La Chaudière Collective à Besançon Plainoise (7,3 MW), la Chaudière de l’Ecole Fontaine-Ecu à Besançon (220 kW) ainsi qu’un site de production de plaquettes forestiers.

consultez le programme

barre separation

logo

VISITEURS GRAND PUBLIC (Samedi/Dimanche): Tout au long du weekend, une série d’animations, conférences et visites techniques auront lieu pour rendre votre visite à la fois plus instructive et plus agréable. Le dimanche, Journée Famille, une zone spéciale pour les enfants permettra aux parents de visiter le Salon et de prendre leur temps pour parler de leur projet aux exposants.

consultez le programme

barre separation

logo

INVITATION GRATUITE : Vous pouvez vous inscrire en ligne (avant le 21 mars). A la fin du processus d’inscription, merci d’imprimer votre ebadge et de l’amener avec vous pour bénéficier d’une entrée gratuite et rapide au Salon.

inscrivez-vous ici

barre separation

logo

COVOITURAGE : pourquoi ne pas venir en covoiturage ? Connectez-vous à la page covoiturage sur le site officiel de l’évènement et partagez votre parcours ou trouvez un voyage. A partir du site internet, vous pouvez également calculer les émissions de carbone liées à vos déplacements grâce au calculateur facile à utiliser d’Action Carbone et choisir de les réduire en soutenant des projets pour les énergies renouvelables dans le monde entier.

plus d’info

barre separation

logo

Retrouvez nous sur FACEBOOK ainsi que sur TWITTER et soyez au courant des dernières nouvelles !

notre page facebook

barre separation

logo

Nous espérons vous accueillir au Salon Bois Energie 2011 ! L’Equipe BEES

barre separation

Catégorie - filière bois, énergiesCommentaires fermés

Noix de Grenoble:

2010 n’a pas été une très bonne année pour le marché de la noix en France. Comme les autres, la Noix de Grenoble a fait les frais des conditions climatiques capricieuses.

Résultat: une productivité et des ventes françaises en baisse. Un bilan qui aurait pu être très décevant sans les bons résultats des ventes export.

Des conditions climatiques défavorables

Si les chiffres ne sont pas encore définitifs, un premier bilan fin décembre faisait état d’un net recul de la production de Noix de Grenoble : – 20 % à – 30 % de volumes commercialisables par rapport à 2009.

En cause ?Les aléas des conditions climatiques. Alors que la floraison des noyers, étape essentielle dans la croissance des fruits, requiert des températures assez douces, le printemps 2010 a été froid, humide et très pluvieux en mai. Les plantations ont ensuite manqué de chaleur et de soleil en juin et juillet, ce qui a généré beaucoup de maladies.
Enfin, l’humidité et le vent qui ont régné en septembre ont favorisé les chutes précoces de noix.

Résultat ? Si les qualités gustatives de la Noix de Grenoble restent fidèles à leur réputation d’excellence, les fruits issus de la récolte 2010 sont moins nombreux qu’habituellement.


Pour Catherine Petiet, directrice du Comité Interprofessionnel de la Noix de Grenoble  « Le climat a vraiment joué contre nous en 2010. Les années où le climat est idéal sont rares mais les épisodes défavorables sont généralement compensés par des périodes plus clémentes. Cette année, nous avons souffert des conditions climatiques difficiles sur toute la durée de la production, de la floraison au printemps jusqu’à la récolte à l’automne… ».

La Noix de Grenoble, toujours plébiscitée

Les consommateurs sont néanmoins toujours au rendez-vous. Le petit fruit fraîcheur des Alpes s’est bien vendu jusqu’en décembre : 73 % des volumes ont déjà été écoulés ! Cet engouement, associé à la baisse de la production 2010, risquent de faire de la Noix de Grenoble une denrée rare dans les mois à venir. Il faudra patienter jusqu’à la prochaine récolte.
Mais le point réellement positif de cette saison 2010 reste l’export. Malgré la baisse de la production, en AOC noix de Grenoble c’est déjà l’équivalent de 95 % du volume de 2009 qui a été écoulé
avec une reprise sur le marché allemand et une progression de près de 30 % en Suisse !

Ils ont craqué pour la Noix de Grenoble !

Des écoles de communication ont contacté le CING afin d’obtenir l’autorisation d’étudier avec leurs élèves la campagne de communication 2010 de la Noix de Grenoble dans le cadre de leur programme scolaire.
Interpellées par le dispositif de communication en place et conquises par les propriétés de ce petit fruit plein d’énergie, des personnalités sportives pourraient nouer des partenariats avec la Noix de Grenoble pour les prochaines campagnes. À suivre…

Nos partenaires: Coopenoix et les Ets Rousset.

AMB Rousset

Catégorie A la une, nucicultureCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

février 2011
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+