Archive | 08 mars 2011

Investissements d’avenir: Lancement de l’appel à manifestations d’intérêt « Biocarburants avancés »ademefranc

Dans le cadre du programme d’investissements d’avenir, Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, Christine LAGARDE, ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, Bruno LE MAIRE, ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du territoire, Eric BESSON, ministre auprès de la ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, chargé de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique, Thierry MARIANI, Secrétaire d’Etat chargé des Transports et René RICOL, Commissaire général à l’Investissement annoncent le lancement d’un appel à manifestations d’intérêt piloté par l’ADEME et dédié aux « Biocarburants avancés ».

Les transports représentent aujourd’hui un quart de nos émissions de gaz à effet de serre et sont particulièrement soumis à la fluctuation des prix et la raréfaction des énergies fossiles. Aussi, pour lutter contre le changement climatique, abaisser les coûts des carburants et réduire la dépendance énergétique, l’Europe s’est fixée en 2009 un objectif pour ce secteur de 10 % d’utilisation d’énergies de sources renouvelables à horizon 2020.

Les biocarburants contribueront à cet objectif dans le cadre d’une politique exigeante permettant de concilier leur développement avec la protection de la biodiversité et l’approvisionnement alimentaire.

Ainsi, seuls les biocarburants pouvant justifier d’une réduction élevée d’émission de gaz à effet de serre par rapport aux carburants fossiles pourront être comptabilisés. Seront exclus les biocarburants produits sur des terres de haute valeur environnementale ou présentant un important stock de carbone.

Afin de ne pas mettre en concurrence la sécurité énergétique avec la sécurité alimentaire les biocarburants devront, pour épargner les cultures vivrières, pouvoir être produits à partir de ressources plus diversifiées.

Parmi les pistes de recherche, les biocarburants avancés, issus entre autres de la biomasse lignocellulosique (bois, paille…), des algues et de manière plus générale du vivant, apparaissent prometteurs.

Par exemple, les micro algues permettraient d’envisager des rendements à l’hectare largement supérieurs à ceux des espèces utilisées actuellement, les pailles de blés ou autres déchets végétaux peuvent être transformées en alcool ou en gaz, certaines bactéries permettent de transformer de manière efficace les déchets de bois en sucres pour la production d’éthanol.

Dans ce contexte, l’appel à manifestations d’intérêt (AMI) vise à soutenir la fabrication de biocarburants avancés :

- valorisant des déchets organiques, résidus agricoles et produits connexes de l’industrie du bois,
- utilisant la capacité de certains micro-organismes à produire de la matière organique,
- ou possédant une plus forte valeur énergétique (ex : les alcools supérieurs)
- ou mieux adaptés à certaines applications (transport aérien par exemple).

Il s’adresse à tous les acteurs intéressés, notamment les constructeurs automobiles, fournisseurs d’énergie, ou laboratoires de recherche et a pour objectifs de :

- améliorer les bilans énergétiques, environnementaux et sociétaux des biocarburants,
- démontrer la faisabilité de nouveaux procédés de production,
- améliorer l’adéquation entre les biocarburants et les moteurs.

Cet AMI doit contribuer à préparer les biocarburants de demain, plus économiques, moins émetteurs de CO2 et plus respectueux de l’environnement.

Le montant définitif consacré à cet appel à manifestations d’intérêt dépendra de la qualité des projets retenus.

La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 22 juillet 2011.

Télécharger l’appel à manifestations d’intérêt :
www.investissement-avenir.gouvernement.fr

www.ademe.fr

Catégorie environnement, pollution, transportCommentaires fermés

Le Gouvernement met en place le nouveau cadre de régulation du photovoltaïque

Fabrication de panneaux photovoltaïques  à Lannion  dans les Côtes d'ArmorLe nouveau dispositif comporte un système de tarifs ajustés trimestriellement pour les installations de moins de 100 kWc (environ 1 000 mètres carré de panneaux) et des appels d’offres pour les autres installations.

Les exigences seront accrues sur la qualité environnementale et industrielle des projets avec notamment l’intégration d’obligations de recyclage en fin de vie et de démantèlement à compter de l’été 2011 et de l’obligation de fourniture d’une analyse de cycle de vie à compter du 1er janvier 2012. Les projets hors installations résidentielles devront aussi fournir une attestation bancaire ou une offre de prêt afin d’attester de la durabilité et du sérieux des projets.

Les tarifs d’achat sont valables à partir du 10 mars 2011 et sont fixés à 20 % en dessous du tarif en vigueur au 1er septembre 2010 puis ajustés trimestriellement en fonction des volumes de projets déposés et des baisses de coûts attendues estimées à 10 % par an.

Suivant les recommandations du Conseil supérieur de l’énergie et de la Commission de régulation de l’énergie, le premier trimestre s’arrêtera le 30 juin 2011 pour une meilleure lisibilité des dates d’évolution. Le dispositif d’attestation bancaire a également été simplifié.

De plus, devant le succès des énergies renouvelables en Corse et en outremer, afin de garantir la sûreté des réseaux dans ces territoires et poursuivre un développement régulé, le seuil à partir duquel des dispositifs d’effacement doivent être mis en place pour prévenir des saturations est abaissé. Cette mesure sera totalement transparente pour les installations photovoltaïques domestiques. Une flexibilité nouvelle est introduite pour les grandes installations avec l’encouragement de dispositifs de stockage d’énergie.

Catégorie énergiesCommentaires fermés

Eleveurs en difficulté: rechercher des solutions au cas par cas

Comme l’a demandé le Président de la République au Salon de l’agriculture le 19 février 2011, Christine LAGARDE, ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie, et Bruno LE MAIRE, ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du territoire, ont réuni les acteurs bancaires pour répondre aux difficultés financières rencontrées par les éleveurs.

Ont participé à cette réunion la Banque de France, le Médiateur du crédit et les principaux réseaux bancaires français (BNP Paribas, BPCE, Crédit mutuel, Crédit agricole et Société générale) ainsi que la Fédération bancaire française.

Bruno LE MAIRE a fait le point sur les principales mesures prises par l’État :

  • le Bilan de santé de la PAC a permis de rééquilibrer les aides en faveur des éleveurs pour près de 1 milliard d’euros ;
  • le versement du solde des aides animales en faveur des éleveurs bovins a été avancé de trois mois ;
  • des initiatives diplomatiques au plus haut niveau ont permis l’ouverture de nouveaux marchés à l’export.

A la demande de Christine LAGARDE et de Bruno LE MAIRE, les banques ont pris l’engagement de rechercher au cas par cas des solutions pour accompagner les éleveurs éprouvant des difficultés de remboursement de leurs prêts. Selon l’analyse qui sera faite, l’établissement de crédit pourra examiner les conditions d’aménagement personnalisé des emprunts comme par exemple l’aménagement de sa durée ou le report d’échéances.

Les ministres ont décidé de renforcer la mobilisation de la Médiation du crédit au service des agriculteurs. La Médiation du crédit intervient à leur demande auprès de toutes les entreprises qui se voient refuser une demande de financement de la part de leur établissement bancaire. Dès à présent, 900 exploitants agricoles ont saisi la Médiation en deux ans avec un taux de succès proche de 54%.

Pour faciliter l’accès d’un plus grand nombre d’agriculteurs à la Médiation, les médiateurs départementaux et les directions départementales des territoires désigneront, en fonction des enjeux locaux, des correspondants « financement » qui auront pour mission d’alerter les acteurs publics locaux sur les difficultés rencontrées par le monde agricole et d’accompagner les exploitants dans leur démarche auprès de la médiation.

Christine LAGARDE et Bruno LE MAIRE ont demandé au médiateur du crédit, Gérard RAMEIX, de leur faire rapport sur la mise en œuvre de ces engagements d’ici fin juin.

Catégorie PAC, élevageCommentaires fermés

Offres et demandes d’emploi en agriculture

Retrouvez ces offres d’emploi sur www.anefa.org :

Ardèche . Expl. maraichère et arboricole cherche un responsable de culture (H/F) pr gérer la production et encadrer le personnel. Motivation exigée. Permis PL serait un plus. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OMA1-07

Hte-Savoie . Expl. familiale cherche un agent d’élevage laitier (H/F). Vs réaliserez la traite des vaches et effectuerez ponctuellement des travaux liés à l’activité de l’exploitation. Poste nourrit, logé. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL31-74

Hte-Savoie . Ent. cherche un jardinier paysagiste (H/F). Vs réaliserez la création, l’aménagement et l’entretien des espaces verts, parcs et jardins : tonte, taille, débroussaillage. CDD de 6 mois tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OPA4-74

Hte-Savoie . Expl. cherche un salarié polyvalent (H/F) pr effectuer la traite, les soins aux animaux et les travaux extérieurs. Débutant accepté si formation agricole. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL32-74

Isère . Expl. cherche un agent d’élevage caprin. Vos missions : effectuer la traite des animaux, réaliser la transformation fromagère et assurer la vente sur les marchés. Travail un week-end sur cinq sur les marchés. CDD 9 mois tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OCA8-69

Retrouvez ces demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Ain . Homme cherche emploi d’agent d’élevage laitier. Titulaire Bac pro CGEA en apprentissage. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DEL21-01

Drôme . Homme cherche emploi en élevage. Etudie tte proposition. Formation agricole et expériences. Mobilité : Drôme. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DCA16-69/DVL11-69

Isère . JH expérimenté cherche emploi en maraîchage sur le secteur voironnais. Contact : 04 76 20 68 08 ou emploi-isere@anefa.org. DMA19-38

Rhône . Femme cherche emploi de conductrice de travaux paysagers ou de chef d’équipe. Titulaire d’un BTS horti et jardin en apprentissage et d’un certificat de spécialisation en arrosage intégrée. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DPA13-69

Hte-Savoie . Femme cherche emploi en élevage. Titulaire BTS ACSE. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DEL1-74

Catégorie economie/emploiCommentaires fermés

Secteur du Trièves:vous cherchez un bûcheron…

Installés depuis septembre 2010, Sylvain VALLON et Laurent OLIVA sont tous les deux entrepreneurs de travaux forestiers: bûcheronnage, débardage,  avec l’achat en cours d’un débusqueur (tracteur forestier avec grappin treuil de 200 m de long), et élagage. Ils vous proposent leurs services principalement sur le secteur du Trièves (Isère).

Pour les contacter :

vallonSylvain Vallon: 06 31 03 47 27

olivaLaurent Oliva: 07 86 27 76 97

Association Forêts Trièves Beaumont Matheysine

Patrick CHION

Le Mas
38650 St GUILLAUME

Tel: 04-76-34-16-89

Patrick.chion@aftbm.org

Catégorie Forêt Alpes Sud IsèreCommentaires fermés

La MSA et le Crédit agricole s’engagent pour la promotion de Maisons de santé

La MSA et le Crédit agricole ont conclu un partenariat portant sur la promotion des Maisons de santé rurales. Leur volonté affichée est de renforcer la présence des professionnels de santé au cœur des territoires grâce à ces maisons de santé pluridisciplinaires aptes à maintenir une offre de soins de qualité.

 

MSA : Santé, Famille, Retraite, ServicesCrédit agricole : banque et assurance

 

Les perspectives d’évolution de la démographie médicale font de l’accès aux soins en milieu rural un véritable enjeu de santé publique. L’offre de soins se raréfie dans de nombreux bassins de vie, sous l’effet combiné du départ à la retraite de nombreux médecins généralistes, du manque d’attractivité des territoires ruraux, des charges de travail plus lourdes (permanence des soins, difficulté à trouver des remplaçants) et des besoins de soins liés au vieillissement plus prononcé de la population des campagnes.

 

Convaincus de la nécessité d’agir au plus près du terrain, la MSA et le Crédit agricole ont donc décidé de mettre en commun leurs expertises et leurs moyens afin de faciliter l’implantation de Maisons de santé rurales.

 

Les Maisons de santé regroupent des professionnels de santé de plusieurs disciplines exerçant sur un territoire de vie. Elles renforcent la qualité des soins grâce au travail en équipe et à la coordination des interventions. Elles permettent d’intégrer à leur projet d’autres acteurs du territoire. Cette solution efficace et durable favorise le maintien et l’installation des professionnels de santé en milieu rural afin de garantir une offre de soins ambulatoires de qualité.

 

Acteurs majeurs et reconnus du monde agricole et rural et du développement des territoires, la MSA et le Crédit agricole disposent des atouts nécessaires pour conduire un tel projet et contribuer de manière déterminante à la réalisation de cet enjeu de santé publique. Dans le cadre de ce partenariat, la MSA apportera son appui logistique et technique et le Crédit agricole proposera des offres de financements adaptés à la création et au développement de ces projets.

 

Catégorie monde rural, msaCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mars 2011
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+