Archive | 09 mars 2011

Des femmes tchadiennes luttent contre la déforestation

L’Association Lead Tchad (Leadership pour le Développement Durable) développe un projet avec des groupements féminins pour la mise en place de cuiseurs solaires pour lutter contre un des facteurs du dérèglement climatique, de la désertification et de la perte de biodiversité : la déforestation. Ce projet met en lumière la nécessaire prise en compte du rôle leader des femmes dans ces projets de préservation de l’environnement.

La déforestation cause la désertification

Au Tchad, le taux de déforestation est responsable de la disparition de deux cent mille hectares de forêt par an, soit l’équivalent de deux fois la superficie de la Martinique ! Elle provoque la désertification (1) de la zone sahélienne du Tchad, entraînant une avancée du désert de 3km par an. Le projet mené par Lead Tchad s’implante dans une zone particulièrement vulnérable aux aléas climatiques et aux pressions des activités humaines sur la ressource en bois.

Pour Sébastien Genest, vice-président de France Nature Environnement: « La désertification ne doit pas être la grande oubliée en cette année internationale des forêts. Souvent le rôle des femmes en tant que leader pour préserver les forêts tropicales est sous-estimé».

Les femmes rempart contre la déforestation

Ce projet de cuiseur solaire intègre plusieurs dimensions de la lutte contre le changement climatique : la promotion de la source d’énergie renouvelable, la mise en place de zones protégées, des « parcs à bois », et la réduction des problèmes de santé de la femme dus à la fumée. Dans ce même programme Lead Tchad va utiliser l’alphabétisation axée sur les thématiques liées à l’environnement, la santé, et le calcul pour mobiliser les femmes.

Selon Colette Benoudji directrice de l’association Lead Tchad : « Ce n’est qu’en mobilisant les populations rurales, en s’appuyant sur les femmes, que l’Afrique pourra espérer mieux répondre aux questions liées à l’environnement ! » Elle ajoute : « L’avenir de l’environnement en Afrique ne peut pas se construire sans que les femmes soient organisées et formées. Ce sont elles la richesse de la nation et l’environnement est notre richesse ! ». Pour Eglantine Goux, chargée de mission forêt internationale à FNE : « Dans un souci d’efficacité il serait judicieux de multiplier les programmes de protection de l’environnement fondés sur la force de mobilisation et de travail des femmes africaines. Elles ont déjà fait leurs preuves dans le domaine des microcrédits et micro-entreprises, il est temps de leur remettre les clefs du climat et de la protection des forets dans les mains ! »

(1) Sous les effets combinés du dérèglement climatique et des activités humaines, la zone perd son couvert forestier et les formations végétales désertiques (type steppes), s’installent pour former à long-terme des déserts.

Source: FNE

Catégorie forêtCommentaires fermés

La pollution de l’air en ville rend malade…et coûte cher !

Les conclusions du programme scientifique européen Aphecom sont sans appel : la pollution de l’air dans les grandes villes a un impact direct sur l’espérance de vie. Pour la première fois, ce programme caractérise une morbidité induite importante. Le projet s’attache également à démontrer les conséquences économiques de cette pollution. Cette dimension économique doit impérativement être prise en compte, dès à présent, dans les divers projets d’aménagement et l’ensemble des politiques publiques.

Le lien entre pollution et maladies respiratoires est confirmé

L’étude du programme établit clairement le lien entre la pollution de l’air et le développement de l’asthme chez les enfants. Elle confirme également le rôle de cette pollution en ce qui concerne les maladies cardiaques et pulmonaires chez les adultes. L’étude démontre clairement l’accroissement de ce type de maladies chez les sujets habitants à proximité d’une grande voie urbaine (10 000 véhicules / jour).

Le fret et les transports en commun pour réduire la pollution

Depuis de nombreuses années, des organismes comme France Nature Environnement  insistent sur la nécessité de développer les transports en commun pour réussir à diminuer le parc automobile en circulation dans les grandes agglomérations. La réduction de la pollution passe également par une politique volontariste en ce qui concerne la place du fret. Celle-ci ne sera rendue possible que par le développement de plateformes de logistique urbaine améliorant considérablement la desserte des agglomérations, notamment par des véhicules de livraison électriques.

Aménagement urbain : La nécessaire prise en compte du coût de la pollution

Selon le communiqué de l’Aphekom, le respect strict de la valeur guide préconisée par l’OMS en ce qui concerne les niveaux moyens annuels de particules fines, permettrait un bénéfice d’environ 31,5 milliards d’euros (diminution des dépenses de santé, de l’absentéisme…).

Pour José Cambou, responsable du dossier « Santé et environnement » pour France Nature Environnement : « Il est indispensable de tenir compte de cet enjeu économique aussi bien en ce qui concerne la révision prochaine de plans de déplacement urbain, l’élaboration des schémas régionaux climat-air-énergie que dans le cadre des futurs projets d’infrastructures linéaires. »

Catégorie environnementCommentaires fermés

Conférence de Bruno Parmentier: nourrir l’humanité

Vendredi 1er avril 2011, à 20h30 au gymnase de Saint André le Gaz, le comité de territoire TerraVal’D en partenariat avec la Chambre d’agriculture de l’Isère vous propose une conférence autour du livre de Bruno Parmentier : Nourrir l’humanité : les grands problèmes de l’agriculture mondiale au XXIème siècle.

nourrir

Cette conférence est gratuite.

Parmi les partenaires de cette conférence: Le Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes

CARSA

Catégorie agriculture, consommationCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mars 2011
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+