Archive | 13 mars 2011

MFR de Crolles: la suppression des classes CPA pose problème

mrf crolles

Ce mois de mars est important pour la maison familiale de Crolles. Il a démarré avec son assemblée générale et se poursuivra avec ses portes ouvertes programmées pour le samedi 26 mars.

La maison familiale rurale de Crolles est une association créée en 1943 par les agriculteurs de la vallée du Grésivaudan. Depuis elle a bien évolué. Elle propose plusieurs formations pour des jeunes souhaitant en grande majorité s’orienter vers les métiers de la mécanique. Cette année la MFR de Crolles compte 160 inscrits.

La suppression, par décision gouvernementale, des classes de CPA a été un des sujets de discussion de l’assemblée générale. Il faut rappeler que celles ci sont remplacées par les classes de Dima (Dispositif d’initiation aux métiers en alternance). Le souci est que seuls les jeunes âgés de plus se 15 ans y ont accès.

La MFR de Crolles avait demandé l’ouverture d’une classe de CPA, donc ouverte aux jeunes âgés de 14 ans. Demande qui a obtenu l’avis favorable du conseil régional. Décision remise en cause tout naturellement. Ce qui désole l’ensemble du conseil d’administration de la MFR de Crolles, le président Pascal Chatain en tête: »elle va laisser des jeunes sans solution satisfaisante à la rentrée 2011″.

L’ Union Nationale des Maisons Familiales Rurales a décidé de réfléchir en 2011 sur le thème: « MFR et territoires ».

Thème fort à propos en ce qui concerne la MFR de Crolles.

Celle ci a depuis sa création su s’adapter, évoluer afin de rester au service de son territoire.  » Le Grésivaudan est un territoire à explorer et c’est de notre responsabilité d’aller à sa rencontre » précisera le président Chatain avant de conclure: » nous avons un rôle important au niveau local en offrant des formations adaptées et qui répondent à un besoin. »

Propos repris par Georges Bescher, conseiller général: » vous répondez à un besoin local, votre présence au sein de notre territoire est légitime. » Il a enfin qualifié d’incompréhensible la décision de l’Etat de supprimer les classes de CPA…

Contact et renseignements

MFR CROLLES - 148 rue Emmanuel Mounier - 38920 CROLLES
Tél. 04.76.08.01.15 - Fax 04.76.08.83.85 - eMail mfr.crolles@mfr.asso.fr

journée Portes Ouvertes
samedi 26 mars 2011 à partir de 9 h00

Catégorie enseignement-formationCommentaires fermés

Elevage:pour un meilleur fonctionnement de la chaîne alimentaire

LE COPA-COGECA MET EN GARDE CONTRE LA SITUATION EXTREMEMENT GRAVE DES ELEVEURS DE L’UE ET DEMANDE UN MEILLEUR FONCTIONNEMENT DE LA CHAINE ALIMENTAIRE

Le Copa( comité des organisations professionnelles agricoles) -Cogeca( comité général de la coopération agricole de l’Union européenne)  a tiré la sonnette d’alarme aujourd’hui par rapport à la situation très difficile dans laquelle se trouvent les éleveurs européens, pris en étau entre des prix des intrants très élevés et des prix bas.

Le Copa-Cogeca a demandé à la Commission européenne de garantir un meilleur fonctionnement de la chaîne alimentaire.
Le Copa-Cogeca met en avant le fait que le marché est de plus en plus volatile et que les coûts des intrants -engrais, carburants et aliments des animaux- payés par les producteurs ont fortement augmenté récemment, atteignant des niveaux insoutenables. Cela représente une menace pour leur compétitivité et leur viabilité économique.

En outre, les importations de pays tiers sont en hausse, ne sont pas soumises aux mêmes coûts de production et ne sont pas tenues de respecter les mêmes normes élevées en matière de sûreté des aliments, de bien être animal ou d’environnement.

A titre d’exemple, les coûts de production dans le secteur de la viande bovine au Brésil (81 euros/100kg poids vif) ne représentent qu’un tiers de ceux pratiqués en Italie (233 euros/100 kg poids vif). En France, ces coûts atteignent 221 euros/100 kg poids vif alors qu’en Argentine ils ne sont que de 73 euros/100kg poids vif. Ces coûts ont également récemment
grimpé en Bulgarie, entraînant des manifestations de colère de la part des agriculteurs cette semaine.

En revanche, le prix que le producteur reçoit pour son produit n’a pas augmenté au même rythme et ne couvre parfois même pas les coûts de production. Cette situation est inadmissible.
Le Secrétaire général du Copa-Cogeca, Pekka Pesonen, a expliqué: « Si nous n’inversons pas la tendance, il y aura des conséquences majeures pour la productivité de l’agriculture européenne à l’avenir et donc pour la sécurité alimentaire de l’UE. La Commission doit donc garantir que les agriculteurs puissent tirer plus de recettes du marché.

Il est nécessaire d’avoir plus de transparence et il convient également de se pencher sur la répartition des prix et des marges tout au long de la chaîne alimentaire. Les règles européennes de la concurrence doivent être adaptées pour que les organisations de producteurs, telles que les coopératives, puissent croître en taille et en échelle, pour une chaîne alimentaire plus équilibrée. »

Catégorie Union européenne, agricultureCommentaires fermés

Quand la mer se déplace à la montagne

Comme vous avez pu le lire dans notre précédent article: Fête de la coquille St Jacques: un formidable succès, la troisième fête de la coquille St Jacques, a connu une grande réussite. Il faut dire que tous les ingrédients étaient réunis pour qu’il en soit ainsi...

De nombreux temps forts ont marqué cette manifestation, organisée à Villard de Lans, qui a attiré des centaines ce visiteurs venus de toute la région. Parmi ces temps forts, on retiendra l’inauguration qui s’est faite autour de Claude Ruel, président de l’association « cuisine et saveurs du Vercors » et de Chantal Carlioz, maire de Villard de Lans.

Le Crédit Agricole Sud Rhône-alpes, un des partenaires de cette manifestation
Le Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes, un des partenaires de cette manifestation

Claude Ruel a tenu à remercier l’ensemble des structures, personnes, bénévoles qui se sont mobilisés « afin que ce rendez vous de la mer et de la montagne soit une réussite.  » S’il a tout particulièrement mis en avant « nos amis de la baie de St Brieuc, » il n’a pas oublié « l’ensemble des chefs qui ont accepté de travailler la « coquille » afin de la faire déguster de différentes manières aux centaines de visiteurs présents pour cette manifestation. « 

Chantal Carlioz de son côté en a appelé à la résistance.  » Le Vercors est un territoire de résistance, nous devons poursuivre dans cette voie et entrer en résistance contre la mal bouffe ». Elle a rajouté que ce rendez vous mer-montagne doit se pérenniser et même trouver d’autres ouvertures.

Pierre Buisson, conseiller général a pour sa part « remarqué que ce mariage mer-montagne était un pari osé. Aujourd’hui c’est une réussite incontestable. »

Le sénateur des Côtes d’Armor Ronan Kerdraon, accompagné du président de l’office de tourisme de la baie de St Brieuc s’est  dit tout heureux de faire découvrir « le joyau de la baie de St Brieuc à des « montagnards ». Il souhaite lui également aller plus loin dans ce mariage mer-montagne.  » Il doit être possible d’organiser des échanges scolaires entre les communes de Plérin sur Mer dont je suis le maire et Villard de Lans. Les deux communes ayant des attraits différents mais tout aussi intéressants pour nos jeunes. » Affaire à suivre en attendant la quatrième édition de la fête!

Voici quelques clichés pris sur le vif de l’inauguration

sj3sj4sj5sj6sj7sj8sj9sj10sj11sj12sj13

Catégorie foires/salons, terroirs/gastronomieCommentaires fermés

Fête de la coquille St Jacques: un formidable succès

La troisième fête de la coquille St Jacques qui s’est déroulée à Villard de Lans a connu un succès au delà des espérances des organisateurs. Cette manifestation qui permet à la mer, à travers son produit noble, la coquille St Jacques de rendre visite à la montagne a en effet attiré un nombreux public qui a pu déguster la « coquille » sous toutes ses formes. Des visiteurs acheteurs! Pour preuve, les 5 tonnes de coquilles St Jacques mises en vente ont rapidement trouvé preneurs et il y a eu rupture de stock dès le samedi 16 heures….

L’organisation de cette manifestation est assurée par l’Association « Cuisine et Passion en Vercors », composée d’une trentaine de bénévoles du plateau du Vercors. L’objet de cette association est d’organiser des journées à thème sur la cuisine et les produits gastronomiques, d’organiser des démonstrations de cuisine avec dégustation, ainsi qu’un atelier de cuisine mensuel réservé aux membres adhérents de l’Association.

 » Notre souhait était d’organiser une fête de la bonne « bouffe » décalée…. On a donc eu l’idée d’associer un produit de la mer à la montagne. » Pour ce, on a scellé un partenariat avec les organismes de tourisme de la baie de St -Brieuc.

Le déroulement de cette fête est bien huilé et commence bien avant les festivités!

il faut en effet savoir que la pêche des Coquilles Saint Jacques (pêche raisonnée) de la Baie de Saint Brieuc a eu lieu le

Le Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes est partenaire de cette manifestation

Le Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes est partenaire de cette manifestation

jeudi 10 et le vendredi 11 mars. Le camion chargé de ses 5 tonnes de coquilles a quitté la Baie de Saint-Brieuc  le vendredi vers 13h afin d’arriver à Villard de Lans en tout début de matinée le samedi, jour d’ouverture de la fête.

Pendant deux jours donc, chacun a pu découvrir ce fameux coquillage, le déguster de différentes façons grâce à la dextérité de plusieurs chefs renommés de la région. Diverses animations ont également été proposées aux visiteurs. Parmi celles ci on retiendra bien volontiers la présence des confréries, celles des chevaliers de la coquille St Jacques, du bleu du Vercors Sassenage et des vignerons de la St Vincent de Mâcon

Voici quelques clichés, pris sur le vif, de la 3ème fête de la coquille St Jacques:

st j 1

sj27

sj26sj23sj21sj20sj19sj18sj17sj16sj15sj14sj 2

Catégorie bleu du Vercors Sassenage, foires/salons, terroirs/gastronomieCommentaires fermés

AG des sylviculteurs de Chartreuse

C’est sous la présidence d’un Pierre Basso, totalement revigoré après ses ennuis personnels de 2010, que s’est déroulée l’assemblée générale du groupement des sylviculteurs de Chartreuse Isère. Une réunion menée tambours battants tant les sujets abordés ont été nombreux et intéressants.

Bien entendu Pierre Basso dans son rapport moral a longuement insisté sur les avantages de la certification PEFC.  » Hélas il est difficile de convaincre les propriétaires à adhérer à cette certification, du moins pour l’instant. « Je le regrette vivement. » Il a également abordé les opérations de vente groupée. Une vient de se dérouler » parfaitement » en Savoie. Il pense que ce concept doit se développer sur le territoire de Chartreuse isèroise.

Il s’est bien entendu félicité de la prise de fonction de Stéphanie Gehin, technicienne forêt. Elle partagera son temps de travail entre la forêt de Chartreuse la trufficulture isèroise. Deux activités très complémentaires.

formation: programme chargé

Celle ci a présenté le programme de formation mis en place pour 2011. On peut dire qu’il est chargé:

- étude des diverses aides dédiées à la forêt ( avril)

- initiation au martelage ( juin)

- possibilité d’organisation d’un voyage dans les Landes ( date à définir)

- formation à la fiscalité ( octobre)

- formation à la trufficulture en piémonts-Chartreuse ( début d’hiver)

- initiation à l’utilisation du GPS ( début 2012).

Comme on le voit, le programme de formation, qui n’est pas figé est bien chargé et complètera à merveille les activités liées à la forêt de Chartreuse.

Pour en savoir plus sur stock de bois de Chartreuse sec et raboté: 04 79 44 03 83
Pour en savoir plus sur stock de bois de Chartreuse sec et raboté: 04 79 44 03 83

Fabien Bourhis, du parc naturel régional de Chartreuse après avoir indiqué qu’une entente parfaite existait entre le parc et les acteurs de la forêt a présenté l’opération » stock de bois de Chartreuse sec et raboté ». Quatre scieurs du massif se sont réunis afin de proposer à la vente des bois issus de Chartreuse secs et rabotés.  » Cette initiative originale permet de valoriser le bois local à travers des circuits courts. »

Afin de mieux mettre en avant la valorisation des bois de Chartreuse, il a présenté une étude qui démontre que ceux ci sont d’excellente qualité: 80% sont classés au dessus de C24.

Autre exemple, une étude réalisée par l’association des communes forestières, concernant le bilan carbone montre qu’un bois local utilisé localement c’est: 17 kge co2/m3 alors que lorsqu’il vient de Finlande c’est: 65 kge co2/m3.

Avoir le réflexe bois

Le résultat de cette étude doit permettre de sensibiliser l’ensemble des acteurs de la filière bois, consommateurs compris à utiliser le bois dans les constructions. On pense en particulier aux agriculteurs, entrepreneurs… Il faut vraiment avoir le réflexe bois.

AOC: on avance

Un point a été fait sur la démarche AOC. Elle avance, pas assez vite pour certains mais une démarche AOC peut prendre 10 à 15 ans avant d’aboutir. Celle de l’AOC bois de Chartreuse en est à sa cinquième année et toutes les étapes franchies jusqu’à présent l’ont été avec succès.

Bien entendu, certains sylviculteurs se posent la question de l’utilité d’une démarche PEFC, AOC.

Xavier Martin directeur du CRPF a apporté une première réponse. Dans les distinctions, il y a plusieurs niveaux. Le plus haut étant la légion d’honneur. Pour un produit, obtenir l’AOC, c’est obtenir la légion d’honneur. A propos de la certification des bois: » nul ne peut vous garantir de les vendre plus cher mais on peut vous certifier que vous les vendrez, qu’ils ne resteront pas en bord de route. »

Il a à nouveau rappelé qu’il faut que la filière s’industrialise « afin de pouvoir répondre à la demande et mieux valoriser nos bois locaux » et il s’est montré satisfait que la filière s’organise pour travailler unie.  » L’exemple du CIBC en Chartreuse, de France Bois Forêt au niveau national avec déclinaison régionale sont de formidables atouts. »

chartreuse.jpg

Il faut mettre tout en oeuvre pour valoriser notre bois local

Henri Gras président de l’Union des groupement pour le développement forestier en Isère ( UGDFI) a lui également insisté sur la nécessité de la certification PEFC.  » On va même plus loin puisqu’on parle aujourd’hui de traçabilité, comme pour la viande bovine. »

« Le nucléaire a montré ses limites »

François Brottes, député et très impliqué au niveau de la forêt est bien entendu revenu sur l »info ONF » . « Il faut certainement faire évoluer cet organisme mais il ne doit pas  disparaître. Si c’était le cas, on mettrait un grand nombre de communes dans la « panade »".

L’assemblée générale se déroulant pendant que la terre tremblait au Japon, le député a fait la conclusion suivante:  » à travers cette catastrophe on découvre les limites du tout nucléaire.

Les solution alternatives comme le photovoltaïque et l’éolien ont montré leurs limites. Restent  la biomasse, l’énergie issue du bois, elles vont retrouver, c’est certain toutes leurs lettre de noblesse. Soyons prêts à relever ce formidable défi! »

Catégorie A la une, Forêt de ChartreuseCommentaires fermés

Noix de saint Jacques poêlées à l’unilatérale

Philippe Girardon, chef au domaine de Clairefontaine à Chonas l’Amballan a été l’une des vedettes de la fête de la coquille St Jacques qui s’est déroulée à Villard de Lans.

Philippe Girardon a eu, au cours de l'inauguration de la fête de la coquille St Jacques, une pensée pour un ami pris dans la tourmente au Japon...

Philippe Girardon a eu, au cours de l'inauguration de la fête de la coquille St Jacques, une pensée pour un ami pris dans la tourmente au Japon...

Philippe Girardon, meilleur ouvrier de France en 1997 aime travailler les produits locaux ainsi que ceux de nos jardins.  » On nous qualifie d’artistes mais pour moi les artistes sont les producteurs qui mettent entre nos mains des produits d’excellente qualité. Nous ne faisons que conclure le travail… » Bien entendu il a apprécié la fraîcheur et la qualité des coquilles St Jacques proposées à la dégustation lors de la troisième fête de la coquille St Jacques qui vient de se dérouler à Villard de Lans.

girardon 2

Avec ses enfants il a fait déguster une recette toute simple, à la portée de tout cuisinier amateur…

C’est avec beaucoup de passion qu’il nous l’a livrée.

Noix de saint Jacques poêlées à l’unilatérale

- sécher les noix de St Jacques

- dans une poêle anti-adhésive faire chauffer de l’huile d’olive et une noisette de beurre

- poser les noix de coquille St Jacques et les faire cuire 1mn30 sans les retourner.

- En fin de cuisson les saupoudrer de fleur de sel.

Pour plus de renseignements

:

Catégorie consommation, foires/salons, terroirs/gastronomieCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

mars 2011
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+