Archive | avril, 2011

Espace Belledonne: mobilisation autour du projet Parc Naturel Régional

L’Assemblée Générale Extraordinaire et l’Assemblée Générale Ordinaire de l’Espace Belledonne ont eu lieu jeudi 21 avril 2011 aux Adrets.
Après l’accueil chaleureux du Maire des Adrets, Christian Hardouin, le Président, Jean Picchioni, remercie les participants et particulièrement Michel Bouvard, Député de la Savoie et Vice-président du Conseil Général de la Savoie et Charles Bich, Vice-président du Conseil Général de l’Isère. Il excuse le Député de l’Isère, François Brottes et Eliane Giraud, Vice-présidente de la Région et déléguée  aux Parcs Naturels Régionaux.
En introduction, le Président rappelle le contexte dans lequel s’inscrit la démarche de projet de territoire pour la chaîne de Belledonne depuis l’Assemblée Générale de l’association à Laval en 2009.
Jean Picchioni présente ensuite les conclusions de l’étude sur le patrimoine naturel de Belledonne rendues par la Région lors du dernier comité de pilotage le 5 avril. Les principaux points à retenir sont :
- l’existence d’un patrimoine naturel suffisamment riche et à fort potentiel pour pouvoir être comparé aux autres territoires voisins classés en PNR ;
- de réelles originalités qui permettent de caractériser ce territoire au sein du sillon alpin.
Forte de ces premiers résultats, l’association Espace Belledonne poursuit donc sa démarche de mobilisation et de sensibilisation des communes au projet de préfiguration d’un Parc Naturel Régional.
Les assemblées générales extraordinaire et ordinaire ont ainsi permis à l’Espace Belledonne d’étendre son périmètre d’intervention à l’échelle de la chaîne de Belledonne et accueillir, ce 21 avril 2011, cinq nouvelles communes souhaitant participer à ce projet :
- Allemont
- Le Moutaret
- Séchilienne
- Vaujany
- Vaulnaveys-le-Bas
- ainsi que l’association de découverte de l’environnement « Belledonne en Marche » pour le secteur privé.
En deuxième partie, et après la présentation des différents rapports (moral, d’activités et financiers) approuvés à l’unanimité, Messieurs Bouvard et Bich se sont exprimés sur la démarche engagée. Chacun a souligné l’intérêt d’une telle entreprise pour ce territoire, véritable trait d’union entre Isère et Savoie, qui reste pour partie en dehors des grands chantiers d’aménagement.

Ce projet recueillera l’appui des deux conseils généraux dans les prochaines étapes à venir car il représente le meilleur moyen de fédérer et renforcer les différentes initiatives locales existantes ou en émergence sur Belledonne.
L’assemblée générale se clôture avec le renouvellement du Conseil d’Administration élargi à 28 membres(19 sièges pour le secteur public et 9 sièges pour le secteur privé). Le Bureau élu se compose de 14 membres.

Jean Picchioni ne souhaitant pas renouveler son mandat de Président au sein de l’association, c’est Bernard Michon, Maire de Revel, qui lui succède. Ce dernier a tenu à rendre un grand hommage à Jean Picchioni qui a su impulser une vraie dynamique sur Belledonne à travers cet ambitieux chantier de Parc Naturel Régional qui commence.


L’assemblée s’est terminée autour d’un buffet convivial à base de produits locaux.

Catégorie massif de BelledonneCommentaires fermés

AG de la fédération des clubs des aînés ruraux

L’assemblée générale départementale des clubs des Aînés ruraux se déroulera le jeudi 5 mai à St Jean de Bournay, salle Claire Delage.
Environ 450 délégués, représentant les 175 clubs du département seront présents pour cet important rendez vous.
Il faut rappeler que la fédération départementale des clubs des aînés ruraux est forte de 12700 adhérents.
Le début des travaux est fixé à 9 heures pour ce qui concerne la partie statutaire.
Elus et personnalités diverses interviendront à partir de 11 heures. Le tout se terminant par le traditionnel et convivial repas.
le Président Jean Cailly espère faire de cette rencontre un moment fort en information et communication en direction de toutes les personnes représentant les Aînés Ruraux.

Catégorie aînés rurauxCommentaires fermés

Prenez la clé des champs: les circuits

Découvrez les différents circuits proposés pour l’opération la clé des champs qui se déroule les 30 avril et 1er mai.

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Prenez la clé des champs les 30 Avril et 1er mai

Avec la 15e édition de la manifestation « Prenez la clé des champs, les fermes s’ouvrent en Isère et Savoie », les volailles sont mises à l’honneur pour le troisième portrait de la famille « clé des champs », série inaugurée avec la vache en 2009.
Les samedi 30 avril et dimanche 1er mai 2011, 105 agriculteurs accueilleront le public pour deux journées de portes ouvertes dans les fermes sous le signe de la convivialité.
Au programme : visites des exploitations, dégustation gratuite de produits fermiers, animations pour les enfants : chasse au trésor, labyrinthe de bottes de paille, atelier de rempotage et bouturage … Et pour les familles : démonstration de cuisine avec un chef, animation musicale, fabrication de sorbets, jeu de piste …
Pour le plaisir des petits et des grands, 15 circuits de visites gratuites proposent de découvrir et de déguster une large gamme de produits
fermiers : fromages, terrines, jus de fruits, vins, noix, miels, confitures… C’est également l’occasion de prendre des conseils pour ses plantations : plantes aromatiques, palmiers, rosiers et fleurs seront au rendez vous.
Sans oublier que dans la famille clé des champs, les volailles seront entourées de leurs compagnons habituels : vaches, cochons, lapins, chèvres, moutons, mais aussi escargots et lamas !
Enfin, les fermes ont de l’énergie à revendre puisque 12 fermes mettent en avant leurs réalisations pour améliorer leur efficacité énergétique en matière d’économie d’énergie ou deproduction d’énergie renouvelable : chaudière à bois déchiqueté, production d’énergie solaire avec panneaux photovoltaïques, compostage, chauffe-eau solaire, filtre à roseaux, écoconstruction, séchage en
grange solaire …

Le livret gratuit des circuits « Prenez la clé des champs, les fermes s’ouvrent en Isère et Savoie » est disponible sur simple demande au 04 76 20 67 97, dans les Offices de Tourisme et auprès des partenaires de l’opération : magasins Gamm Vert et Agri Sud-Est du Groupe Dauphinoise, agences Crédit Agricole, agences Mutualia.
Sur www.prenezlacledeschamps.com, en deux clics, les internautes ont accès aux 15 circuits de visite en Isère et Savoie et au livret téléchargeable. Ils choisissent leur circuit, l’impriment et prennent la clé des champs en Isère et Savoie les samedi 30 avril et dimanche 1er mai 2011 !
Cette année, pour valoriser l’agriculture et ses acteurs une galerie de portraits d’agriculteurs est mise en ligne. Dix portraits photo intitulés « Les agriculteurs se mettent sur leur 31 » sont visibles sur le site www.cavafairedufoin.com, blog officiel de l’évènement depuis le 1er avril 2011.


Catégorie agricultureCommentaires fermés

Rhône-Alpes:

Les produits bio français sont plébiscités depuis maintenant plusieurs années par les consommateurs et connaissent une croissance notable en Rhône-Alpes. Les chiffres de l’Agence Bio dénombrent, fin 2010, 2302 producteurs bio en Rhône-Alpes, et maintiennent ainsi la région au premier rang en nombre d’exploitations. Afin d’obtenir une analyse plus précise de la situation régionale, Corabio et Bioconvergence viennent de publier l’édition 2011 des chiffres de la production, transformation et distribution en bio.

Fin 2010, côté production, l’Agence Bio dénombre 2302 exploitations certifiées en agriculture biologique sur 75 800 ha de surfaces conduites en bio.

Ces chiffres maintiennent la région Rhône-Alpes au premier rang des régions françaises en nombre d’exploitations agricoles et au troisième rang en termes de surfaces. Près de 400 exploitations se sont nouvellement converties à l’agriculture biologique courant 2010 soit une croissance d’environ 20 %.

Fin 2009, côté transformation, Bioconvergence recense 898 préparateurs de produits bio certifiés (producteurs transformateurs, artisans boulangers, bouchers, entreprises de transformation, grossistes…), soit 12 % des préparateurs bio nationaux.

L’effet du Grenelle de l’Environnement et le plan Barnier ont contribué à sensibiliser les agriculteurs autant que les consommateurs à l’AB. La demande sociétale envers des aliments sains, la croissance du marché alimentaire bio supérieure à 10 % depuis 2000 ou bien la crise agricole sont autant d’éléments qui poussent à la fois les entreprises et les agriculteurs à s’orienter vers l’agriculture biologique.

C’est la raison pour laquelle Corabio (la coordination Rhône-Alpes des agriculteurs bio) et Bioconvergence (l’association des transformateurs et distributeurs bio de Rhône-Alpes) ont associé en 2010 leurs observatoires régionaux afin de publier en commun les chiffres de l’agriculture biologique en Rhône-Alpes.

Quelques chiffres à retenir :

- 5,1 % de la surface agricole utile en bio,

- 2302 producteurs bio (+ 25 % par rapport à 2009) sur 75 800 ha (+ 23.5 %), 898 préparateurs en bio (+ 5 % par rapport à 2008), et 296 magasins bio,

- 400 exploitations nouvellement converties à l’AB (+ 20 % de conversions par rapport à 2009)

- 782 producteurs en vente directe (+ 12 % par rapport à 2009) et 521 exploitations qui transforment leurs produits à la ferme (+8 %) : Rhône-Alpes dispose d’importants bassins de consommation et les producteurs bio souhaitent s’approprier la valeur ajoutée de leurs produits.

Le point sur les filières bio en Rhône-Alpes :

- Fin 2009, la production de plantes à parfum aromatique et médicinale et de fruits sont au premier rang à l’échelle nationale,nombre

- En 2010, les filières viticole et bovin lait ont été les plus dynamiques, grâce notamment à la forte implication d’entreprises de l’aval (laiteries et caves coopératives) dans le développement de la bio.

Le panorama complet de « L’Agriculture biologique en Rhône-Alpes – Edition 2011 » amont et aval, avec des zooms par filières est téléchargeable depuis les sites internet www.corabio.org et www.bioconvergence.org.

Catégorie A la une, bioCommentaires fermés

Le problème de l’azote en Europe

Indispensable pour l’alimentation d’une population mondiale en pleine croissance, l’azote est néanmoins source de pollution pour l’air, les sols et les eaux. La première évaluation européenne sur l’azote a été dévoilée lors d’une conférence internationale à Edimbourg.

Résultant des cinq années de travaux des chercheurs et experts sur cette question dans le cadre de l’action Nitrogen in Europe de l’European Science Foundation et du projet européen NitroEurope, ce rapport, « l’European Nitrogen Assessment », dresse l’état des lieux des questions soulevées par les excès d’azote sur l’environnement et la santé en Europe, et avance des solutions possibles.

L’étude conduite par les 200 chercheurs et experts issus de 21 pays et 89 organisations, dont l’Inra, permet d’évaluer pour la première fois les conséquences économiques de la pollution azotée à l’échelle européenne, avec en particulier les impacts sur le changement climatique et sur la perte de biodiversité. Ce rapport fournit aux décideurs publics européens une évaluation scientifique complète sur les conséquences prévisibles des pollutions azotées et souligne des actions-clefs pour protéger l’environnement et la santé publique.

L’implication de l’Inra dans le projet européen NitroEurope (2006-2011)

L’azote et ses impacts sur l’environnement concernent de près l’INRA dans la mesure où l’utilisation principale de l’azote se situe dans le domaine de la production agricole. Pour cette raison et du fait des recherches et du positionnement au niveau européen de l’Institut dans ce domaine, l’INRA a été l’un des principaux partenaires du projet NitroEurope.

L’Inra a ainsi apporté  une contribution majeure au réseau d’observation des émissions et dépôts de composés azotés mis en place dans le cadre de NitroEurope, à travers 5 sites expérimentaux (cultures, prairies et forêts) répartis sur le territoire français. L’Inra a également coordonné des mesures de concentrations en composés gazeux et particulaires sur ces sites français, mais aussi italien et irlandais, et réalisé l’évaluation des dépôts d’azote réactif sur l’ensemble des sites du projet (plus de 50 sites).

L’Inra a coordonné des travaux sur les prairies, ainsi que sur la modélisation (modèle NitroScape) et la mesure des flux d’azote à l’échelle du paysage (6 paysages européens ; 10 partenaires). L’Inra a coordonné la base de données à l’échelle du paysage, dont il assure la gestion.

L’Inra a également contribué aux travaux sur la modélisation du cycle de l’azote sur cultures (modèles CERES-EGC) et prairie (modèle PASIM).

Plusieurs chercheurs de l’INRA ont contribué à la préparation de cette évalutation, l’European Nitrogen Assessment. En particulier, les chapitres sur l’azote dans les écosystèmes aquatiques (chapitre 7) et les flux d’azote dans les paysages ruraux (chapitre 11), ont été coordonnés par des chercheurs de l’INRA.

Catégorie environnementCommentaires fermés

Pôles d’excellence rurale: un projet labellisé pour la Drôme

Bruno LE MAIRE, ministre de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire, a annoncé la labellisation, par le Premier ministre, de 150 projets au titre des pôles d’excellence rurale (PER). Dans le département, de la drôme le projet d’implantation d’un réseau de télécentres porté par les collectivités territoriales de la vallée de la Drôme figure parmi les projets labellisés.

Lancés en décembre 2005, les PER visent à soutenir le dynamisme des territoires ruraux en portant des projets innovants, fédérateurs et créateurs d’emplois. 461 candidatures avaient été déposées à la fin du mois octobre 2010 au titre de la deuxième vague de la deuxième génération. 150 dossiers ont été labellisés par le gouvernement au titre de cette deuxième vague pour une participation publique de 127 millions d’euros.

En Drôme, le projet de télécentres est porté par les communautés de communes de la vallée de la Drôme (CC du Val de Drôme, CC du pays de Saillans, CC du diois) et par la ville de Crest. Il bénéficie également du soutien des communes identifiées pour recevoir un télécentre, des chambres consulaires, des espaces publics « internet » du département, d’organismes de formation professionnelle, de partenaires privés et d’associations de soutien au télétravail (cf liste ci-après).

Le réseau de télécentres a fait l’objet d’une évaluation préalable réalisée par la mission ingénierie et prospective de Rhône-Alpes (Mipra). Cette évaluation a permis de mesurer la plus-value de ce projet pour l’activité économique et pour la dynamique d’emploi du territoire. Elle a par ailleurs permis de soutenir la candidature du projet au titre des PER.

Le réseau sera implanté sur huit sites distincts présentant un format variable et adapté aux besoins locaux : salles de conférences ou de formations, télébureaux individuels, systèmes de visioconférence, moyens logistiques mutualisés.

Le coût d’investissement de l’opération est de 400 000 € HT et près de la moitié de cette dépense sera couverte par le PER. Le PER interviendra également sur le fonctionnement, dès cette année, pour le recrutement d’un ingénieur – animateur, chargé notamment de la mise en place du réseau.

Voir également le lien suivant : http://territoires.gouv.fr/sites/default/files/110408_dp_pole_excellence_rurale.pdf

Projet d’implantation d’un réseau de télécentres en Drôme

Communauté de Communes du Val de Drôme

Parc Eco +

Communauté de Communes du Crestois

Communauté de Communes du Diois

Communauté de Communes du Pays de Saillans et présentation Ecomode

Commune de Crest

Commune de Die

Commune de Loriol

Commune de Luc-En-Diois

Commune de Saint-Julien-En-Quint

Commune de Saint-Nazaire-Le-Désert

EPI de Crest

EPI de Die

EPI de Saillans

CFPPA

GRETA Viva 5

Chambre d’Agriculture

Chambre de Commerce et d’Industrie

Chambre des Métiers

Easycare

Association Française du Télétravail et des Téléactivités

Télétravail.fr

Catégorie monde ruralCommentaires fermés

Parc du Vercors, projet centrale photovoltaïque, réunions publiques

Face aux défis du changement climatique, le Parc naturel régional du Vercors et la Communauté de communes du massif du Vercors se mobilisent sur l’énergie tout en respectant la préservation du patrimoine, le développement du territoire et la création de richesse pour les habitants et les collectivités.

Or, le mode de développement actuel de l’énergie photovoltaïque ne permet pas vraiment de porter ces valeurs. Pour cela, le Parc naturel régional du Vercors accompagné de Rhônalpénergie-Environnement ont donc souhaité expérimenter une nouvelle approche de cette filière pour monter des projets répondant à cette vision plus globale et mettre en place une démarche généralisable au monde rural.

Le projet sur http://www.centralesvillageoises.fr

Les dates et lieux des prochaines réunions publiques :

  • secteur Villard / Corrençon : le 27 avril à 20h à Villard de Lans (salle des mariages)
  • secteur Autrans / Méaudre : le 29 avril à 20h à Méaudre (salle des mariages)
  • secteur Engins / Lans / St Nizier: le 5 mai 2011 à 20h à Lans en Vercors (salle St Donat)

Catégorie Communauté de Communes du Massif du Vercors, environnement, parcsCommentaires fermés

La Commission va recouvrer auprès des États membres 530 millions € correspondant à des dépenses au titre de la PAC

Un montant total de 530 millions € correspondant à des dépenses irrégulières effectuées au titre de la politique agricole de l’UE est réclamé aujourd’hui aux États membres par la Commission dans le cadre de la procédure dite d’apurement des comptes. Ce montant sera reversé au budget de l’UE en raison du non-respect des règles de l’UE ou de procédures de contrôle inadéquates en matière de dépenses agricoles. En effet, si les États membres sont responsables du paiement et de la vérification des dépenses effectuées au titre de la politique agricole commune (PAC), la Commission est tenue de s’assurer que les États membres ont correctement utilisé les fonds mis à leur disposition.

Principales corrections financières

Cette récente décision prévoit le recouvrement de fonds auprès de la Bulgarie, du Danemark, de la Grèce, de l’Espagne, de la France, de l’Italie, des Pays-Bas, du Portugal, de la Roumanie et du Royaume-Uni, ainsi que le remboursement d’un faible montant à l’Allemagne. Les principales corrections individuelles concernent les montants suivants:

  • 137,23 millions € imputés à la Grèce pour des coûts non admissibles et d’importantes déficiences constatées dans le système d’information géographique oléicole (SIG) et les contrôles sur place;
  • 122,38 millions € imputés à la Grèce en raison de contrôles sur place insuffisants et de déficiences constatées dans le système d’identification des parcelles (LPIS-SIG) ainsi que dans les contrôles croisés administratifs relatifs aux aides à la surface (concerne également les mesures de développement rural liées à la surface);
  • 74,9 millions € imputés à la Roumanie pour des faiblesses dans le SIPA‑SIG liées aux contrôles croisés administratifs, des informations inexactes fournies aux agriculteurs et des vérifications sur place non efficaces en ce qui concerne les aides à la surface (concerne également les mesures de développement rural liées à la surface);
  • 70,96 millions € imputés à l’Espagne pour l’application de tolérances techniques erronées, des insuffisances dans les contrôles des rendements et l’application incorrecte des sanctions pour les retards dans la présentation des déclarations de culture en ce qui concerne l’huile d’olive;
  • 37,25 millions € imputés à l’Espagne en raison de dépenses non admissibles pour la gestion environnementale des emballages et de dépenses non admissibles en ce qui concerne les fruits et légumes;
  • 26,95 millions € imputés au Royaume-Uni en raison de faiblesses liées à la reconnaissance des organisations de producteurs et d’insuffisances et lacunes constatées dans la vérification de la valeur de la production commercialisée dans le secteur des fruits et légumes;
  • 24,54 millions € imputés à la Bulgarie pour des niveaux insuffisants de contrôles sur place, des faiblesses dans le SIPA‑SIG ainsi que des informations inexactes et des orientations insuffisantes fournies aux agriculteurs en ce qui concerne les aides à la surface (s’applique également aux mesures de développement rural liées à la surface);
  • 22,69 millions € imputés aux Pays-Bas en raison de coûts non admissibles pour l’impression sur les emballages et de dépenses non admissibles effectuées par une organisation de producteurs avec commercialisation décentralisée dans le secteur des fruits et légumes.

Les États membres sont responsables de la gestion de la plupart des paiements au titre de la PAC, principalement par l’intermédiaire de leurs organismes payeurs. Ils sont également chargés des contrôles, par exemple de la vérification des demandes de paiements directs introduites par les agriculteurs. La Commission procède chaque année à plus de cent audits, dans le cadre desquels elle vérifie que les contrôles des États membres et les mesures prises par ces derniers afin de remédier aux déficiences sont suffisants. Elle est habilitée à recouvrer les arriérés dans les cas où les audits montrent que les mesures des États membres sont insuffisantes pour garantir que les fonds de l’UE ont été dépensés correctement.

La correction financière est proportionnelle au taux d’erreur. La décision intervient à l’issue d’une procédure de conciliation entre la Commission et les États membres qui se fonde sur des données objectives de terrain et tient compte du risque que représente une utilisation abusive des fonds.

Pour en savoir plus sur le fonctionnement du système d’apurement des comptes annuels, consulter le document MEMO/06/178 et la fiche d’information intitulée «Une gestion avisée du budget agricole», disponible sur internet à l’adresse suivante:

http://ec.europa.eu/agriculture/fin/clearance/factsheet_fr.pdf.

Catégorie PACCommentaires fermés

Offres et demandes d’emploi dans le secteur agricole, en Rhône-Alpes

Retrouvez ces offres d’emploi sur www.anefa.org :

Drôme . Domaine viticole (80 hectares) recrute son chef de culture (H/F). Vs organiserez les travaux liés au vignoble. Vs encadrerez les agents viticoles et les saisonniers. Qualités requises : autonomie, capacité à organiser et gérer. Pos. logement. CDI tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVI20-26

Drôme . Expl. cherche agent d’élevage caprin (H/F) pr traite, alimentation du troupeau (170 chèvres laitières). Selon vos qualifications, vs serez amené à réaliser les travaux des champs (fenaison). CDD 3 mois tps plein. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OCA12-26

Hte-Savoie . Expl. cherche vacher (H/F) pr l’estive. Vos missions : traite, soins et alimentation aux animaux, entretien des clôtures. Poste nourrit, logé situé en alpage. 50 vaches laitières. Autonomie et expérience impérative. CDD 5 mois. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OVL33-74

Isère . Groupement Pastoral cherche un berger pr la surveillance des bêtes (120 bovins), des clôtures et points d’eau de l’alpage. CDD tps partiel de 4h/jour du 1er juin au 15 octobre. Logement sur place. Contact : 04 76 20 68 08 ou emploi-isere@anefa.org. OVB3-38

Rhône . GAEC cherche salarié (H/F) polyvalent qui réalisera les travaux liés à l’arboriculture et la viticulture. (13 ha fruits, 10,5 vignes). CDD de 6 mois.  Motivation exigée. Débutant accepté. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. OAR7-69

Retrouvez ces demandes d’emploi sur www.anefa.org :

Ain . Femme cherche emploi d’agent d’élevage. Titulaire BEP CGEA. Expériences saisonnières. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVL30-01

Hte-Savoie . Femme cherche emploi d’agent d’élevage laitier et/ou d’agent fromager. Solide formation agricole. Plusieurs stages réalisés. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVL22-74

Loire . Femme cherche emploi d’agent d’élevage. Exp. en SR  (élevage bovin lait), élevage poules pondeuses, équin (courses) et porcin, stage en transformation fromagère. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVL29-42

Rhône. JF cherche emploi d’agent d’élevage bovin lait. BEPA prod. animale. Réalisation de plusieurs stages pratiques. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DVL39-69

Rhône . Homme cherche emploi de paysagiste ou chef d’équipe. Expérimenté. BTS amé. paysager. Certificat de spécialisation en conception et dessin de jardin. Contact : 04 75 56 94 06 ou emploi-rhone-alpes@anefa.org. DPA17-69

Catégorie economie/emploiCommentaires fermés

Catégories

Archives

Agenda

avril 2011
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+