Archive | 04 avril 2011

Filière laitière: Bruno Le Maire veut des contrats équitables

Bruno Le Maire, Ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire, s’est rendu aujourd’hui à Fleury et à La Lande d’Airou dans la Manche à l’occasion de l’entrée en vigueur, dans le secteur laitier, des contrats prévus par la loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche du 27 juillet 2010 et de la nouvelle gouvernance par bassins dans cette filière.

A cette occasion, le ministre a rappelé les objectifs de la contractualisation qu’il devait porter à Aurillac devant l’Assemblée générale de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) le 17 mars dernier et a annoncé la nomination du futur médiateur des contrats Pierre LEPETIT, Inspecteur général des Finances.

Bruno LE MAIRE a également déclaré devant Henri BRICHART, Président de la FNPL, et les 300 producteurs de lait réunis à cette occasion : « Certains des contrats qui vous été proposés ne conviennent pas. Les industriels doivent revoir leur copie. Le médiateur que je vais nommer devra s’assurer du caractère équitable des contrats qui sont un instrument de liberté et de visibilité pour les producteurs. Je suis notamment choqué de voir proposé la réduction du droit d’association syndicale. »

Catégorie lait/produits laitiersCommentaires fermés

Congrès de France Nature Environnement: l’agriculture était plus verte à Marseille

Dès l’ouverture du congrès de France Nature Environnement la campagne d’affichage qui a fait tant de bruit a été abordé.  » Elle  a été élaborée dans le but
que soit respectés les engagements publics. » ont proclamé les responsables de FNE.

A l’occasion de son congrès, FNE exposé ses propositions en vue d’une réforme de la PAC conduisant à l’émergence d’une agriculture durable et a souhaité en débattre avec les représentants des OPA (syndicats, assemblée permanente des chambres d’agriculture, coopératives, fédérations professionnelles…) et des autres acteurs de la filière (distribution, pouvoirs publics…)

De nombreux points d’accord entre écologistes et représentants agricoles

Tant du point de vue des agriculteurs que des écologistes, les attentes sont fortes vis-àvis de cette réforme qui doit aboutir à une prise en compte plus globale des enjeux environnementaux. Pour tous les participants, l’environnement ne doit pas être traité à la marge de la politique agricole européenne, laquelle doit harmoniser l’acte de production agricole avec le milieu qui l’accueille. Le débat a mis en évidence le nécessaire engagement de l’ensemble des acteurs qui composent la chaîne alimentaire : du consommateur à l’agro-industrie en passant par l’agriculteur et la grande distribution.

Consensus : les représentants politiques européens montrent la voie

Aujourd’hui, il importe de trouver un terrain d’entente entre tous les acteurs pour
défendre une agriculture qui réponde à l’intérêt général. Les députés européens José Bové (Europe écologie) Michel Dantin (UMP) et Stéphane Le Foll (PS) ont rappelé que leurs divergences étaient bien moins nombreuses que les points d’entente. Ce consensus est impératif si la France ne veut pas voir d’autres membres de l’Union européenne imposer un modèle agricole dans lequel le marché serait roi.

La ministre de l’écologie réitère son soutien

En déplacement au Japon en compagnie du président de la République, Nathalie Kosciusko-Morizet n’a finalement pas pu clôturer le congrès de France Nature Environnement. Dans une vidéo tournée avant son départ et un discours lu par  sa directrice de cabinet, la ministre de l’écologie a réaffirmé son soutien à France Nature Environnement et a rappelé la nécessité de respecter la liberté de parole des associations.

Catégorie agriculture, environnementCommentaires fermés

Les fruits de ma colère

colèrePierre Priolet produit des fruits en Provence. Il y a un an ses larmes en direct sur France Inter et Canal + ont bouleversé le pays. Jean-Pierre Elkabbach, Thierry Ardisson, Guillaume Durand et Michel Denisot l’ont invité dans leurs émissions et à chaque fois sa présence, sa colère, ses mots simples et justes ont déclenché une avalanche de courriers et d’appels. Il était temps : ils sont des milliers d’agriculteurs, pris comme lui à la gorge, à disparaître sans faire de bruit, dans l’indifférence.
Parce qu’il a les mots pour raconter les vergers à l’abandon, le paysage français qui se désertifie, l’humiliation quotidienne de paysans infantilisés par les subventions, le scandale de la grande distribution qui les étrangle, les pesticides autorisés en Espagne alors qu’en France, les agriculteurs sont traités de pollueurs.

Parce qu’il n’adhère peut-être aussi à aucun syndicat et que sa parole est libre, Pierre Priolet est devenu en quelques mois le porte-voix d’un monde qu’on assassine. Passionné, il ne se contente pas de dénoncer, il se veut aussi l’instigateur d’un projet pour bâtir un nouveau système de distribution qui se passerait des aides, et il se bat pour l’idée d’une société où l’on consommerait plus juste. Un livre bouleversant, un appel au secours, mais aussi une très efficace réflexion sur notre société et sur un système en bout de course.

Les fruits de ma colère

Pierre Priolet

Editions Laffont

14 euros

Catégorie bibliothèqueCommentaires fermés

Le bois des digues va chauffer l’agglomération grenobloise

Une convention liant l’Association Départementale Isère-Drac-Romanche au gestionnaire du réseau de chaleur de l’agglomération grenobloise sera bientôt signée. Elle permettra à la SEM de valoriser le bois des digues au titre de combustible.

Par le passé, l’AD a été sollicité à de nombreuses reprises par plusieurs acteurs de la filière bois. En tant que gestionnaire de digues, nous n’avons pas vocation à devenir exploitant forestier, mais force est de reconnaitre que le bois est devenu une ressource recherchée faisant l’objet d’un négoce qui a beaucoup évolué ces dernières années.

Dans le cadre de marchés publics pour les travaux forestiers attribués en 2007, l’AD était lié à plusieurs prestataires. Leur cahier des charges précisait que, après l’abattage et l’élagage des arbres, les grumes et les rémanents évacués depuis les digues étaient laissés à leur agrément. Les revenus que ces entreprises pouvaient en retirer permettant de rendre leurs offres plus compétitives, aucune appréciation n’était portée sur les conditions de valorisation du bois.

Les quelque 3 000 tonnes de bois prélevées chaque année sur nos digues suscitant bien des regards, l’AD a fini par privilégier l’écoute des arguments présentés par la CCIAG [A l’issue de l’appel d’offres, l’AD se réservait donc le droit de choisir les propositions les moins pénalisantes sur un plan budgétaire. Les trois lots pour lesquels la valorisation restera confiée aux entrepreneurs forestiers sont ceux qui concernent les secteurs Romanche et Isère aval.

Là, les filières de valorisation locales sont apparues davantage structurées et rentables. Par contre, dès le printemps 2011, pour les autres lots (de 1 à 4 et 7,), les grumes seront transportées par les entreprises retenues vers une plate-forme située près du Pont de Tencin pour être pesées et stockées jusqu’à la fin du séchage.

La convention qui sera bientôt signée permettra à l’AD de facturer ce bois à la CCIAG au prix de 20 € TTC la tonne livrée. La plate-forme de stockage étant gérée par Bois des Alpes, un contrat de services sera établi entre cette entreprise et la Compagnie de Chauffage pour la transformation des branches et troncs d’arbres en plaquettes industrielles destinées aux générateurs du réseau de chaleur urbain.

[1] CCIAG : Compagnie de Chauffage Intercommunale de l’Agglomération Grenobloise.

Source: www.isere-drac-romanche.fr

Catégorie - filière boisCommentaires fermés

Fermeture des gorges de la Bourne le 4 avril

Les  travaux débutés en 2008 se poursuivront jusqu’en 2014. Du 4 avril au 1er juin, le Conseil général débute de nouvelles interventions entre le pont de Valchevrière et le pont de Goule noire ( Rencurel) sur environ 1,3 kilomètre. Des purges et des déroctages seront nécessaires pour poursuivre la sécurisation de la falaise sur laquelle des écrans pare-blocs et des grillages seront fixés afin d’éviter les chutes de pierres sur la chaussée.

Des opérations qui obligent à une fermeture complète de la route entre les Jarrands et le Pont de Goule Noire, jusqu’ au 1er juin. L’été sera signe d’accalmie, et les travaux reprendront en septembre.

Pendant la période de totale interruption, des déviations seront mises en place et on accèdera à Villard de Lans par Pont en Royans, la Goule Noire et St Julien en vercors ou par la route des grands goulets (26), St Martin en Vercors puis Herbouilly. Ces déviations ne seront accessibles qu’aux véhicules de moins de 19 tonnes.

Les autres devront emprunter une déviation dans les 2 sens de circulation, par les RD 531 et RD 1532, via Lans-en-Vercors, Sassenage, St-Just-de-Claix et St-Nazaire-en-Royans.

La réouverture totale, 24H/24 et 7J/7, est prévue le mercredi 1er juin 2011 à 17h30.

Un chantier sous protection environnementale

Les gorges de la Bourne, route Classée trois étoiles au guide Michelin, de Pont-en-Royans à Villard-de-Lans sont une succession de vues sur la rivière en contrebas, au décours des lacets. La Bourne, qui prend sa source à proximité de Villard-de-Lans, au Peuil, se jette dans l’Isère à Saint-Just-de-Claix après un parcours d’une trentaine de kilomètres. Les travaux sont donc réalisés de manière à préserver le cours d’eau, en évitant d’y jeter les matériaux. Le conseil général est très vigilant quant au bon respect de l’environnement et notamment de la rivière qui s’inscrit dans un Contrat de rivière strict.

Calendrier

Fermeture complète de la route du 4 avril au 1er juin inclus jusqu’à 17h30

Ouverture complète de la route du 1er juin au 28 août inclus

Fermeture complète de la route du 29 août au 14 octobre

Fermeture de 8h30 à 17h30 du 17 octobre au 10 novembre

Catégorie territoiresCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

avril 2011
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+