Archive | 20 avril 2011

La maison de l’élevage installée à Rives

La maison de l’élevage qui était située à La Murette a changé de lieu. Elle est maintenant installée à Rives.

Voici la nouvelle adresse:

GDS 38 / AGRODIRECT / SSE 38
Maison de l’Elevage

145 Espace Trois Fontaines

38140 RIVES


CONTACTS


* Par téléphone pour le GDS 38, AGRODIRECT ou la SSE 38 au 0820 482 437 (0,118 €/min)

Pour le GDS 38

* Par mail : info@gds38.asso.fr
* Par fax : 04 76 33 11 30
www.gds38.asso.fr

Pour AGRODIRECT

* Par mail : agrodirect@agrodirect.fr
www.agrodirect.fr

Pour la SSE38

* Par mail : sse38@gds38.asso.fr

Catégorie élevageCommentaires fermés

Communauté grenobloise, le maire d’Allevard-Les-Bains s’inquiète

Concernant la constitution éventuelle d’une communauté grenobloise, Philippe Langenieux-Villard, maire d’Allevard-Les-Bains, a fait part de son inquiétude au préfet de l’Isère, par courrier qu’il lui a adressé. En voici sa teneur

« Monsieur le Préfet,

J’appelle au secours votre conscience, pour que vos services ne cherchent pas à tout prix, (à n’importe quel prix), la constitution de la communauté Grenobloise qui doit juridiquement regrouper 450 000 habitants.

Ce postulat mathématique, voulu par le législateur, n’est pas adapté à notre territoire et la loi n’a pas imposé à Grenoble d’être une communauté urbaine.

Pour atteindre cet objectif, il faut que s’agrègent à l’actuelle Communauté d’Agglomération Grenoble-Alpes Métropole (Métro) plus de 50 000 habitants qui lui manquent. Je ne peux pas croire qu’un objectif quantitatif puisse conduire vos services à agréger des territoires dont l’identité, l’histoire et la vie quotidienne n’ont rien en commun avec l’agglomération grenobloise.

J’ai été informé du sort que vous réservez aux communes de Chamrousse et de Saint-Martin d’Uriage. Les maires et les conseils municipaux de ces deux communes ayant semble t-il approuvé leur rattachement à la Métro, il me semble légitime de les entendre, malgré les conséquences financières importantes que leur départ de la communauté du Grésivaudan va entrainer.

Mais cette démarche volontaire ne peut pas se prolonger infiniment, au risque de fabriquer un habit d’Arlequin : risible.

Savez-vous qu’Allevard, à un marathon de Grenoble, construit aussi son avenir grâce aux infrastructures grenobloises ? Pensez-vous pour autant que nous accepterions d’être rattachés au mastodonte que vos services envisagent ?

Il faut se méfier, Monsieur le préfet, vous le savez, de ces frontières administratives qui ne correspondent pas au rythme de vie des gens. L’Afrique coloniale paye, encore aujourd’hui, un lourd tribu à ces lignes droites qui font frontières entre des territoires et des populations mal compris. Le Président de la République l’a d’ailleurs bien souligné, lorsqu’il a déclaré à Saint- Dizier en 2009 que « la décentralisation est une conquête. Je respecte pleinement cet héritage à la fois généreux et complexe ».

450 000 habitants ! Voilà l’objectif, l’obsession ! Mais que fait-on de l’héritage des territoires que l’on veut à tout prix rassembler ?

J’entends dire que le Vercors serait utile à ce calcul. Qu’il faudrait aussi rajouter Montbonnot Saint Martin, une partie basse de la Chartreuse, peut-être Voreppe… Au nom de quoi ? Avec l’enthousiasme de quels élus ? En contrepartie de quels avantages pour les populations qui les soutiennent et leur font confiance ? Au détriment de quels liens intercommunaux déjà tissés depuis de nombreuses années, en cohérence avec des habitudes de vie?

Je veux vous écrire ici qu’en voulant agréger le territoire du Vercors à cette communauté grenobloise sans l’accord des conseils municipaux du Vercors, vos services, s’ils persistent, vont provoquer une véritable fronde de tous les élus locaux du département, d’où qu’ils soient.

Quel est l’objectif recherché ? Une soif de grandeur, une volonté hégémonique, ou le retour à la centralisation ?

Je tenais à vous dire le sentiment qu’expriment beaucoup d’entre nous, sans cesse contraints dans nos actions quotidiennes d’expliquer l’Etat et ses décisions à une population qui se perd dans les règles, les arrêtés et les lois.

Je sais que ces élus, fiers de représenter la République, veulent continuer d’en défendre l’intelligence, la nécessité et la force. Mais ces qualités républicaines sont toutes sous tendues par une valeur suprême : le respect.

Espérant, par ces mots, vous sensibiliser sur un sujet auquel nous sommes particulièrement attentifs,

Je vous prie… »

Catégorie La Métro, territoiresCommentaires fermés

L’élevage ovin bio en Rhône-Alpes

CORABIO (la Coordination Rhône-Alpes de l’Agriculture Biologique) et Agri Bio Ardèche organisent une journée d’information et d’échange sur les ovins biologiques en Rhône-Alpes, les questions techniques et économiques y seront traitées.

Cette journée aura lieu le vendredi 29 avril à St Martin sur Lavezon en Ardèche.

Avec 17 000 brebis en agriculture biologique, Rhône-Alpes est la deuxième région de production après Midi-Pyrénées. La production d’agneaux biologiques est essentiellement concentrée en Drôme, Ardèche et Isère. La commercialisa­tion se partage entre circuits courts (vente en caissettes) et circuits longs.

La journée permettra d’échanger sur le marché, les circuits de commercialisation, les résultats technico-économiques des élevages bio par rapport au conventionnel et l’engraissement des agneaux. Elle se clôturera par la visite d’un élevage en conversion de 300 brebis.

9H00: Accueil
9H30: La filière ovine biologique en France, par Jean François Deglorie, commission bio d’INTERBEV
10H15: Vente directe d’agneaux biologiques en caissettes, témoignage de Céline Charbonnier, élevage de 80 brebis
10h45: Présentation de la coopérative Die Grillon, place des agneaux bio, organisation de la collecte, par Hervé Perret, directeur de la coopérative
11h15: UNEBIO, une organisation commerciale au service des éleveurs, par Frédéric Andéol, éleveur drômois, vice-président d’UNEBIO, en charge de la filière ovine
11H45: Organisation de la filière au sein d’UNEBIO, témoignage de Nicolas Melin, responsable région Sud-Est
12H15: Dispositifs d’accompagnement à la conversion bio des élevages, par Anne Lise Lefort, Agri Bio Ardèche
12H30: BUFFET BIO SUR PLACE
14H00: Cahier des charges de la production des ovins en AB, par Anne-Lise Lefort, Agri Bio Ardèche
14H30: Résultats technico-économiques en ovin biologique, par Marc Benoit, INRA de Clermont Theix
15H15: Alimentation et finition des agneaux, par François Demarquet, directeur de la ferme expérimentale de Digne-Carmejane
16H00: Visite d’un élevage en conversion bio chez Philippe Chaze à St Martin sur Lavezon, 300 brebis, 130 ha

Cette journée est ouverte à tous les professionnels intéressés ou concernés par ces questions. Elle aura lieu le VENDREDI 29 AVRIL 2011 à la salle municipale du village supérieur de St Martin sur Lavezon (07). L’inscription est indispensable en appelant Corabio au 04 75 61 19 35 pour obtenir un programme et un bulletin d’inscription.

Catégorie bio, ovinsCommentaires fermés

Avec TelePAC, simplifiez vous la vie !

telepacDepuis le 1er avril et jusqu’au 16 mai 2011, les agriculteurs peuvent télédéclarer leur demande d’aides Surfaces à partir du site internet TelePAC www.telepac.agriculture.gouv.fr
il s’agit d’un temps fort de l’année pour la profession agricole et les services de l’Etat. cette déclaration permet de préparer l’attribution de l’essentiel des aides agricoles: plus de 8 milliards sur les 11 milliards d’euros versés au titre de la pac à l’ensemble des agriculteurs français.
En 2011, les agriculteurs ont deux possibilités pour procéder à leurs déclarations :
- remplir leur dossier pac papier,
- télédéclarer leur demande sur telepac (le site internet des aides pac), la signature électronique constituant le dépôt du dossier.
La télédéclaration des demandes d’aides via telepac est une procédure électronique pratique, rapide et sécurisée. Elle illustre la simplification des démarches administratives engagées dans le cadre de la révision générale des politiques publiques.
telepac permet d’effectuer les demandes d’aides en ligne pour les aides découplées, les aides végétales et animales du 1er pilier de la pac et la plupart des aides à la surface du second pilier (certaines Mae dont la phae et l’ichn).

En 2010, 41 % des agriculteurs ont télédéclaré leurs demandes d’aides pac, ce qui correspond à plus de 55% des surfaces déclarées. Le taux de fidélisation pour la télédéclaration surfaces se situe à 95,5% confirmant ainsi l’appréciation positive donnée par les agriculteurs à telepac et enfin 16,5% des télédéclarants 2010 ont accepté de ne plus recevoir leur dossier «papier» en 2011.
Pour 2011, l’objectif est d’atteindre 50% de télédéclaration des aides surfaces dans chaque région.
Les services déconcentrés de l’Etat sont au service des agriculteurs pour les conseiller et les aider dans leurs télédéclarations.
Une assistance téléphonique (numéro vert : 08 00 22 13 71) complète ce dispositif d’accompagnement.
Enfin, de nombreuses informations et outils (vidéo, guides pratiques et notices techniques) sont à la disposition des agriculteurs sur le site www.agriculture.gouv.fr

Catégorie PACCommentaires fermés


Catégories

Archives

Agenda

avril 2011
L Ma Me J V S D
« mar   mai »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+