Catégorie | agriculture, social

RSA: les agriculteurs concernés

La Coordination Rurale a écrit le 10 mai à M. Laurent Wauquiez afin de réagir à sa déclaration du 8 mai dans laquelle il indiquait que son groupe à l’Assemblée nationale déposerait dans les dix jours une proposition de loi pour contraindre les bénéficiaires du RSA à assumer cinq heures hebdomadaires de service social.

« Si les principes généraux qui dictent cette proposition peuvent être compris comme une contre-partie à la solidarité nationale dont bénéficient les allocataires du RSA, la Coordination Rurale rappelle également au Ministre que parmi les candidats au RSA, il se trouve de plus en plus souvent des agriculteurs.

Victimes d’une politique agricole qui les met toujours plus en difficulté, les agriculteurs répugnent souvent à s’inscrire au RSA ; et si, pourtant, ils s’y résignent, ce n’est que pour tenter de survivre.

65 % des agriculteurs ont un revenu inférieur à 5 400 € par an ! Près de 10 000 agriculteurs perçoivent le RSA ! Cette situation est donc loin d’être marginale.

Eu égard à ces observations, la Coordination Rurale ne doute pas que les parlementaires qui adhèrent au club de M. Wauquiez, la Droite sociale, ne manqueront pas de considérer le cas particulier du monde agricole dans leur proposition de loi.

Il serait en effet inconcevable de contraindre les agriculteurs qui réalisent déjà de très nombreuses heures de travail sur leurs exploitations sans pouvoir en tirer un gain suffisant pour faire vivre dignement leurs familles, d’accomplir en plus des travaux d’intérêts généraux. »

Cet article a été écrit par:

Gilbert - qui a écrit 8617 articles sur Sillon 38 – Le journal du monde rural – (38) Isère.


Contactez le rédacteur

ASSEMBLAGE_GIF_AGRICULTEURS.gif

Comments are closed.

Catégories

Archives

Agenda

mai 2011
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+