Archive | 18 mai 2011

Mécafourrages

Mécafourrages, manifestation organisée par le réseau national des Cuma a connu un gros succès. Organisée à Biol, cette journée avait pour fil conducteur : pour gagner avec l’herbe demain. D’herbe il en a été beaucoup question à Biol. On dira même qu’elle a été omniprésente, vus les aléas climatiques qui plombent notre pays à travers la sécheresse.

Durant toute la journée les milliers de visiteurs ont pu participer aux différents ateliers mis en place, au forum qui avait pour thème: l’autonomie alimentaire et la qualité des produits, assister à de multiples démonstrations de matériel et aller à la rencontre de différents stands agricoles.

Bien entendu la visite inaugurale a été un moment fort de cette journée.

Elus et personnalités ont été unanimes pour dire que le cadre choisi, sur les hauteurs de Biol, est paradisiaque. Mécafourrages s’est déroulé sur les terres du Gaec de la Mure, géré par les frères Giroud. Une exploitation familiale toujours à la pointe du progrès, de l’innovation. Pour preuve, la première Cuma installée à Biol l’a été chez les Giroud, en 1952!

Dans son discours de bienvenue, Didier Veyron, président de la Fdcuma de l’Isère a rappelé ce qu’est l’esprit cumiste: » social, économique, solidarité, partage… »

Stéphane Gérard, président national des Cuma a rajouté que les Cuma « sont ancrées dans le territoire. Elles participent étroitement au développement à la modernisation de notre agriculture. Elles sont également sources d’emploi… »

Gérard Seigle Vatte, président de la chambre régionale d’agriculture Rhône Alpes « croit fermement à l’agriculture de groupe, à son avenir. Il ne faut pas oublier le rôle essentiel des Cuma: celui de faire baisser les charges d’exploitation. » Il a profité de la présence d’élus pour rappeler quelques sujets d’actualité: la pression foncière, l’installation des jeunes et leur formation, la valorisation des produits, l’agriculture de montagne, le bio et bien entendu la sécheresse. « Celle ci est historique et il faut tout mettre en oeuvre pour en limiter ses dégâts. »

Il a insisté sur « la mise en place de plans d’irrigation. On doit imaginer de construire des bassins qui se rempliraient d’eau l’hiver. Cela nous permettrait de pouvoir arroser l’été. Chacun doit savoir qu’une herbe sans eau ne peut pousser… »

Voici quelques clichés, pris sur le vif de Mécafourrages 2011.

Les frères Yves et didier présentent leur exploitation

Les frères Yves et Bruno Giroud présentent leur exploitation

Le Comité interprofessionnel du St Marcellin a profité de l'occasion pour organiser un CA

Le Comité interprofessionnel du St Marcellin a profité de l'occasion pour organiser un CA

méca 4

méca 5

méca 6

méca 7

méca 8

méca 9

méca 10

méca 11

méca 12

méca 13

méca 14

méca 16

méca 17

méca 18

méca 19

méca 20

méca 22

méca 21

méca 24

méca 25

méca 27

méca 28

méca 29

méca 30

méca 31

méca 33

méca 34

méca 35

méca 37


Catégorie A la une, agricultureCommentaires fermés

Opération « coup de poing » contre la circulation non autorisée des véhicules à moteur en espace naturel

Le 14 mai dernier a eu lieu une opération de police de l’environnement afin d’assurer la protection de la biodiversité, à l’encontre de la circulation non autorisée des véhicules à moteur dans les espaces naturels.

Le contexte de l’opération

L’opération a été réalisée dans le cadre du plan de contrôle « eau » et « nature » de la police de l’environnement en Isère, plan validé par le Préfet de l’Isère et les Procureurs de la République dans le cadre de la Mission InterService de l’Eau et de la Nature.

Elle réunissait 35 agents assermentés de plusieurs corps de police de l’environnement : Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA), Gendarmerie, Réserves des Hauts Plateaux du Vercors, du Grand Lemps et du Conseil Général.

Cette opération s’est déroulée sur le territoire de l’Isle Crémieu, site doté d’une grande richesse écologique (cf plus bas).

La réglementation

L’article L362-1 du code de l’environnement rappelle que « La circulation des véhicules à moteur est interdite en dehors des voies classées dans le domaine routier de l’Etat, des départements et des communes, des chemins ruraux et des voies privées ouvertes à la circulation publique des véhicules à moteur« .

(JPEG)

Chemin interdit à la circulation des véhicules à moteur

Des exceptions pour les ayants droits et les services publics existent.

Pour la circulation à des fins de loisir, la règle est donc qu’en dehors des voies publiques et des chemins ruraux, la circulation des véhicules à moteur est interdite.

Cette réglementation a pour objectif
- la protection de la flore contre la destruction directe par le passage répété des engins ;
- la protection de la faune contre le dérangement, ou la destruction de leur habitat (zone de repos, de nourrissage ou de reproduction) ;
- sans oublier la lutte contre le trouble de la tranquillité des autres usagers de la nature.

Les infractions sont réprimées par une contravention de 5ème classe (jusqu’à 1500 € d’amende), ainsi que l’immobilisation et la mise en fourrière du véhicule.

Pour en savoir plus, voir la Plaquette sur la circulation des véhicules à moteur en espace naturel (ONCFS)

Catégorie nature, territoiresCommentaires fermés

Sécheresse : La situation reste tendue sur le département de l’Isère

La situation actuelle est caractérisée par un déficit pluviométrique important depuis le début de l’année et des débits des cours d’eau en-dessous de la moyenne (fréquence de retour de l’ordre de la décennale sèche en général).
Les niveaux des nappes d’eaux souterraines sont également inférieurs à la moyenne, avec une tendance à la baisse, montrant l’absence de la recharge habituelle des nappes au printemps.
C’est pourquoi, sur proposition du Directeur Départemental des Territoires, Monsieur le Préfet a décidé par arrêté de ce jour le passage en alerte des bassins de gestion Bièvre, Bourbre, Chartreuse-Guiers et Vercors (pour les eaux superficielles), et Est-Lyonnais (pour les eaux souterraines).
Pour les eaux superficielles :
Les bassins de gestion suivants sont en Alerte pour les cours d’eau :
- Affluents Rhône amont – Drac
-Bièvre -Quatre Vallées
- Bourbre – Varèze-Sanne
- Chartreuse-Guiers – Vercors
Les bassins de gestion suivants sont maintenus en Vigilance pour les cours d’eau :
-Belledonne-Bréda – Fure, Morge, Paladru
- Chambaran-Galaure – Grésivaudan
- Est-Lyonnais – Romanche
Pour les eaux souterraines :

Les bassins de gestion suivants sont mis en Alerte pour les cours d’eau :
-Est Lyonnais
Les bassins de gestion suivants sont maintenus en Vigilance pour les nappes d’eau souterraine :
- Affluents Rhône amont – Drac
-Belledonne-Bréda – Fure, Morge, Paladru
- Bièvre – Grésivaudan
- Bourbre – Quatre Vallées
- Chambaran-Galaure – Varèze-Sanne
- Chartreuse-Guiers – Vercors
Cette situation pourra être revue dans les semaines à venir au vu de l’évolution de la situation météorologique, et des débits des cours d’eau ou des niveaux des nappes du département.
Le comité vigilance sécheresse se réunira le jeudi 9 juin à 14 h00 et proposera au Préfet, en fonction de l’évolution de la situation, les mesures adaptées de gestion de l’eau.
Les usages non prioritaires de l’eau à partir du réseau d’eau potable sont limités sur l’ensemble des territoires des communes faisant partie de ces bassins de gestion, quelque soit le lieu de prélèvement de l’eau, que la ressource soit superficielle ou souterraine. Les dispositions les plus strictes s’appliquent (exemple : pour un bassin de gestion en alerte pour les eaux souterraines et en crise pour les eaux superficielles, l’utilisation de l’eau potable est soumise aux dispositions de crise).
Dans les zones classées en « Alerte », elles consistent principalement en l’interdiction :
·  du lavage des voitures hors stations professionnelles ;
·  du remplissage des piscines de plus de 5 m3 à usage privé ;
·  du fonctionnement des fontaines publiques en circuit ouvert ;
·  de 6h à 20h, de l’arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés, des jardins d’agrément,
des golfs, et des stades et espaces sportifs
En outre, une réduction globale de 20% de l’irrigation agricole est imposée.
L’arrêté-cadre sécheresse du département de l’Isère
L’arrêté préfectoral du 3 juin 2010 fixe le cadre des mesures de gestion et de préservation de la ressource en eau en période de sécheresse.
Il définit 14 bassins de gestion à l’intérieur desquels les restrictions décidées par le Préfet sont mises en oeuvre.

L’arrêté cadre, ainsi que tous les arrêtés pris en son application pour la mise en oeuvre de restrictions, les compte-rendus des comités de vigilance et les liens vers les sites internet diffusant l’information sur les débits des cours d’eau ou le niveau des nappe, sont disponibles sur le site internet de la DDT (ex-DDAF) à l’adresse suivante :

http://ddaf.isere.agriculture.gouv.fr/article.php3?id_article=397

Catégorie DDAF, agriculture, eauCommentaires fermés

Sécheresse: une parcelle de 3000 m mise à disposition

Suite aux informations parues sur sillon38 et l’interview de Hubert Eyraud-Griffet, vice président de la coordination rurale de l’Isère, la solidarité a vite joué.

Suite à la sécheresse qui plombe la France et plonge les éleveurs dans la crise, la Coordination Rurale a fait appel à toutes personnes qui pourraient  proposer un lopin de terre aux agriculteurs. Info reprise sur sillon38.

Hubert Eyraud-Griffet à lancé le même appel ce matin sur France bleu Isère en indiquant que si la sécheresse se poursuivait, bon nombre d’éleveurs seraient obligés de faire abattre une partie de leur cheptel.

La solidarité ne s’est pas faite attendre puisque quelques minutes après la diffusion de l’interview, une auditrice de France Bleu a téléphoné à la rédaction de sillon38 pour proposer de mettre à disposition des agriculteurs une parcelle de 3000 m située à St Michel de St Geoirs.

Les personnes intéressées sont priées de contacter sillon38:

06 80 32 80 49

gilbertp@sillon38.com

afin  d’obtenir ses coordonnées

Catégorie agricultureCommentaires fermés

Sécheresse: à crise exceptionnelle, réponses exceptionnelles

Aurélien Clavel, président des JA de l’Isère s’est dit satisfait que Mécafourrages se déroule à Biol « sous un grand soleil ».

Et pourtant il espère comme beaucoup d’agriculteurs que la pluie fasse son apparition.  » Cela fait des mois qu’il ne pleut plus sur certains secteurs. Nous subissons une sécheresse historique. Cela a amené le syndicalisme, à travers la FDSEA et les JA à chercher et proposer des solutions afin de passer ce cap difficile au mieux. L’autorisation de fauche des jachères et bandes enherbées et une bonne solution mais elle ne sera pas suffisante. Dans certaines zones la perte de fourrage est déjà de 30 à 50%, ce qui est énorme. Au niveau des céréales et de la paille les premiers bilans sont catastrophiques.

clavelLe problème est que cet aléa météo touche la France dans sa totalité mais également une bonne partie de l’Europe. Il va falloir que la solidarité locale joue pleinement son rôle! Il est demandé aux agriculteurs de ne pas broyer la paille. Les surfaces qui pourraient servir à fournir du foin doivent être réquisitionnées. Il faut poursuivre l’irrigation…

Nous en appelons aux pouvoirs publics, élus locaux pour nous soutenir. Une cellule sécheresse inter organisations professionnelles agricoles est mise en place. Nous allons solliciter des rendez vous auprès des instances concernées afin qu’à crise exceptionnelle nous obtenions des réponses exceptionnelles. »

Catégorie agricultureCommentaires fermés


edf.png

Catégories

Archives

Agenda

mai 2011
L Ma Me J V S D
« avr   juin »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

A propos

Sillon38.com est un journal qui se veut interactif, agricole et rural. C’est le premier du genre. Sur le fond, il reprend à son compte le principe, déjà utilisé par des confrères parisiens, du journal à trois voix: des journalistes, des experts (ou, si l’on péfère des hommes et femmes de l’art), des internautes.
Nous contacter
PHVsPjwvdWw+